Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »Marathonienne, pratiquante de course à pied, sur route, trail et en montagne, assistante RH et juriste, 34 ans

Laurie Phaï
C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 07 juillet 2021 à 9h18, mis à jour le 16 septembre 2021 à 15h17

« J’ai toujours été sportive : petite fille déjà. À l’époque, j’avais une allure très garçon manqué avec les cheveux courts et ce, jusqu’à mes 17 ans. On m’appelait “jeune homme“ dans la rue et, franchement, ça ne me plaisait pas du tout ! J’étais une fille sportive, c’était tout.

Je suis la troisième de la fratrie avec une sœur peu sportive et un grand frère très sportif et touche-à-tout. J’ai suivi son exemple : natation, tennis puis tennis de table avec mon père et mon frère. Il était en club.

Un jour où j’allais le chercher avec mon père à l’entraînement, on m’a dit : « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? ». Ni une ni deux, j’ai commencé et j’ai lancé de bons services jusqu’à mes 21 ans ans puisque j’ai intégré l’INSEP à 15 ans et passé sept ans en équipe de France.

J’ai rapidement gravi les échelons en faisant ma première médaille de bronze aux Championnats d’Europe cadettes de tennis de table et j’ai représenté la France sur les compétitions internationales pendant sept ans.

J’ai été Championne de France, en simple, double junior et double senior. Mes derniers championnats du monde étaient en 2007, en Croatie. J’ai voulu arrêter et aller en master de droit car il est compliqué de faire des résultats au niveau européen.

C’est un sport plutôt dominé par les Asiatiques dont l’entraînement est dingue et où l’investissement financier suit. Moi, je ne gagnais pas assez d’argent pour vivre donc j’avais besoin de travailler à côté ou de poursuivre mes études.

©Lanlan Collbac

Le tennis de table, j’ai toujours vu ça comme un jeu. J’ai commencé à jouer dans le garage avec mon frère et on était ultra compétitifs, on se criait pas mal dessus !

Mais c’est en atteignant le haut niveau que j’ai appris que c’était un sport autant tactique que physique, dans lequel il faut apprendre à se maîtriser pour contrôler ses gestes et gagner.

Ayant commencé la compétition à 9 ans, j’ai un mental taillé pour la compétition. Pourtant, au tout début, on me disait que je n’étais pas assez « méchante » et que je préférais m’amuser et faire du beau jeu que gagner !

On était accompagnés par des psychologues du sport, ce qui m’a vraiment aidée à forger mon caractère et à gérer les épreuves et les émotions dans tous les secteurs de ma vie.

En tant que jeune femme, cette expérience de sport de haut niveau aide vraiment à accroître sa confiance en soi. J’ai aussi beaucoup gagné en maturité puisqu’à 14 ans je suis partie de chez mes parents, je devais faire seule mes sacs pour aller en compétition, j’ai dû chercher du boulot, gérer mes études à côté… etc.

Si j’ai arrêté cette superbe expérience de la compétition de haut niveau en 2007, j’ai continué à jouer en club par équipe jusqu’en 2010. Je cherchais à retourner dans le Sud et c’est en m’inscrivant dans un club à Toulouse que j’ai trouvé un boulot via un joueur.

En 2011, je deviens maman et je rejoins le père de mon enfant dans l’Aveyron puis je retombe enceinte d’une petite-fille qui décède à la naissance, en 2013… C’est à ce moment-là que la course à pied est entrée dans ma vie.

Ça a été un moment très douloureux à passer. Après trois jours à toucher le fond, j’ai repris le boulot et j’ai cherché autre chose pour m’aérer la tête : je me suis mise à courir. C’était le sport le plus simple, je n’avais qu’à chausser des baskets et me lancer.

En me fixant de nouveaux objectifs, cela me permettait de ne pas me laisser aller et d’avancer et, ça, c’est grâce au sport !

Là où je travaille, les collègues font du trail et de la course en montagne. Même si c’était pour oublier ma vraie douleur, la perte de ma fille, je me suis lancée avec eux. C’était ma toute première course, en 2013. J’ai couru 10 km sans préparation et ça m’a fait un bien fou !

©Arthur Quere

Et puis, le déclic s’est fait en 2016 sur une course à côté de Montpellier où le speaker de l’événement, aussi entraîneur, me repère. J’étais arrivée 3e sur les compétitrices féminines. Il me dit qu’il entraîne des athlètes et que j’ai un sacré potentiel qu’il faudrait exploiter !

On débute alors notre collaboration. C’est Ludovic Collet, il est connu dans le monde du trail. Je gagne pour ma première course de 60km. C’est alors qu’il me propose une course au Cambodge, le pays de mes origines.

Je me prépare à ce marathon de 32km dans les temples d’Angkor avec un coach spécialisé, Sébastien Prats, qui est toujours mon entraîneur. Comme je décroche la première place, un journaliste français me dit que je devrais rencontrer le Comité Olympique car le pays recherche des athlètes.

Le Cambodge pouvait inviter deux marathoniens cambodgiens pour les Jeux Olympiques de Tokyo avant le Covid et j’étais retenue grâce à mes belles performances. Les choses ont changé après… une seule place s’est libérée et ils ont choisi le jeune sprinteur qui est un « vrai » cambodgien.

Quand j’ai eu l’info, j’ai bien sûr été déçue mais, en même temps, ça m’a ouvert d’autres perspectives. Mon compagnon est montagnard et comme nous habitons à Briançon, nous avons décidé de faire le Mont-Blanc. Le sport c’est comme la vie, il y a toujours des hauts et des bas, il faut savoir rebondir !

Et puis, JO ou pas, moi le sport j’adore ça, j’en ai besoin et je ne coupe qu’une semaine ou deux par an. Je ne pourrais pas travailler à temps plein par exemple, le sport est mon équilibre, je dois avoir le temps d’en faire entre une et trois heures par jour.

La suite pour moi, c’est quand même du lourd avec les « petits JO d’Asie » que sont les Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA) en novembre-décembre au Vietnam. Mon rêve était de faire les JO à un moment donné mais, maintenant, je ne sais plus vraiment si j’en ai encore envie.

C’était fantastique de pouvoir courir pour le pays de mon père, mon pays de cœur, mais si je ne peux pas le faire, c’est comme ça, c’est une expérience de vie. Dans tous les cas, je saisis toujours les opportunités et je vis les choses à fond.

Je vis à 100 % pour le sport même si ce n’est pas facile pour la vie de famille. D’une certaine manière, c’est un sacrifice mais qui m’est vital. Le sport « ÀBLOCK! », c’est fort en émotions !

J’ai eu, par exemple, la chance d’être approchée pour tourner un documentaire sur ma vie de sportive, « Au-delà du temps ». Ça s’est fait sur quatre ans, de 2017 à 2021 et ça sort cette année.

C’est un film qui retrace tout mon parcours, en partant de l’histoire de mon père au Cambodge, parti pendant la guerre des Khmers rouges pour venir se réfugier en France, en 1978.

C’est une terrible épopée puisque toute sa famille a été assassinée et que lui a réussi à s’enfuir. Représenter le Cambodge en tant que sportive est donc quelque chose de très fort et symbolique pour moi !

Le film a été présenté au Winter Film Festival et a gagné le concours sur 36 documentaires, c’était fou ! Il est actuellement en visionnage chez Canal Plus.

Je vis aussi le sport comme une vocation : j’ai envie de redonner ce que j’ai reçu. J’ai donc créé une association « Trail sans frontières » pour aider à développer le sport dans le monde, à commencer par le Cambodge.

Je m’engage aussi pour le sport féminin au Cambodge : je vais préparer cinquante jeunes filles pour le 10 km de Phnom Penh dans le cadre de l’association « Toutes à l’école » créée par la journaliste Tina Kieffer. Je devais le faire avant le Covid…ça va se faire, je suis toujours en contact.

Ce que je dirais aux jeunes filles ou femmes qui n’osent pas se lancer dans le sport ? Moi j’ai cassé les codes, ça peut être une bonne option !

Même si la société met des barrières, il faut se rappeler qu’on est tous des êtres humains égaux et que les femmes peuvent tout déchirer.

Je viens encore de voir que lors d’une course très connue aux Etats-Unis, il y a eu neuf femmes parmi les vingt premiers coureurs, du jamais vu pour ce trail ! Bref, si on n’ose pas, on n’y arrivera pas.

De plus en plus de femmes n’ont plus peur d’aller se challenger sur des longues distances et plus les médias relayent ces exploits, plus les autres femmes se sentiront légitimes.

Les femmes sportives qui m’inspirent ne sont pas forcément celles qui ont atteint le haut niveau. Mais plutôt celles qui parviennent à faire des super trails – 165 km !- après avoir enduré des cancers, de longs traitements, qui travaillent et ont une vie de famille. Ce sont ces défis sportifs exceptionnels qui me portent ! »

D'autres épisodes de "Running, après quoi courent les filles ?"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

C’est la rentrée, on bouge !

C’est la rentrée, on bouge !

La Fédération Française de Triathlon lance son opération de décrassage ! Avec  » Rentrée ? Bougez ! », elle souhaite permettre à toutes et tous de découvrir les bienfaits de la discipline du triple effort. À la clé : du sport pour pas cher !

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
yoga

Yoga : le Top 10 du parfait yogi

Applis relaxantes, podcasts ressourçants, cours en ligne boostants, bouquins inspirants, ÀBLOCK! a sélectionné tout ce qu’il faut pour passer une Journée Mondiale du Yoga en 100 % yogi ce dimanche 21 juin. On active le mode « Namasté » !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Aurélia Jurca

Aurélia Jurca, la quête du Glam’

Adepte de yoga et d’arts martiaux, Aurélia alias « Lava Stratosphère » se produit sur la scène du Crazy Horse depuis dix ans. Danseuse à la technique impeccable, cette artiste sensible aime à scénariser son corps qu’elle a appris à accepter en dansant, en toute liberté, sur la scène du cabaret. Sages confidences.

Lire plus »
sport sedentarite

Les Françaises, encore trop sédentaires

Dans leur agenda hebdomadaire, moins de la moitié des Françaises n’ont pas encore pris pour habitude de noter une séance de sport par semaine. Les études sont là pour rappeler que la sédentarité est toujours un problème de santé publique en France.

Lire plus »
Cherie Pridham

Cherie Pridham, une sacrée nana en tête de peloton

Le monde du vélo fait un sprint historique ! Une femme prend pour la première fois la tête d’une équipe cycliste masculine du World Tour, le plus haut niveau du cyclisme sur route professionnel. La Britannique Cherie Pridham, ancienne coureuse cycliste, obtient ce poste graal à l’âge de 48 ans. Récit du parcours sans faute d’une pédaleuse qui ouvre la route aux suivantes…

Lire plus »
6 juillet 2018, des cyclistes amatrices font le Tour de France un jour avant les hommes

6 juillet 2018, des filles donnent des Elles au vélo sur le Tour de France

Elles sont Treize, treize coureuses cyclistes de l’association « Donnons des Elles au vélo » qui veulent prouver que le cyclisme féminin mérite qu’on se batte pour lui. Ce 6 juillet 2018, c’est la quatrième année consécutive qu’elles prennent le départ pour la Grande Boucle un jour avant les hommes. L’objectif ? Obtenir une meilleure visibilité pour les femmes dans le cyclisme et faire en sorte qu’elles puissent avoir, un jour, leur petite reine.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner