Laurie Phaï : « Le sport tel que je le pratique peut être vu comme un sacrifice, mais qui m’est vital. »Marathonienne, pratiquante de course à pied, sur route, trail et en montagne, assistante RH et juriste, 34 ans

Laurie Phaï
C’est à la force de ses pas et d’une histoire familiale de battants que Laurie Phaï, trentenaire franco-cambodgienne est devenue marathonienne et championne de trails. Après sept ans comme pongiste en équipe de France, elle s’est mise à courir pour conjurer un drame personnel et ça l’a (re)lancée sur le chemin de sa vie. Elle s’apprête aujourd’hui à représenter le Cambodge aux Jeux d’Asie du Sud-Est et s’engage, là-bas, pour le sport féminin.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 07 juillet 2021 à 9h18, mis à jour le 16 septembre 2021 à 15h17

« J’ai toujours été sportive : petite fille déjà. À l’époque, j’avais une allure très garçon manqué avec les cheveux courts et ce, jusqu’à mes 17 ans. On m’appelait “jeune homme“ dans la rue et, franchement, ça ne me plaisait pas du tout ! J’étais une fille sportive, c’était tout.

Je suis la troisième de la fratrie avec une sœur peu sportive et un grand frère très sportif et touche-à-tout. J’ai suivi son exemple : natation, tennis puis tennis de table avec mon père et mon frère. Il était en club.

Un jour où j’allais le chercher avec mon père à l’entraînement, on m’a dit : « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? ». Ni une ni deux, j’ai commencé et j’ai lancé de bons services jusqu’à mes 21 ans ans puisque j’ai intégré l’INSEP à 15 ans et passé sept ans en équipe de France.

J’ai rapidement gravi les échelons en faisant ma première médaille de bronze aux Championnats d’Europe cadettes de tennis de table et j’ai représenté la France sur les compétitions internationales pendant sept ans.

J’ai été Championne de France, en simple, double junior et double senior. Mes derniers championnats du monde étaient en 2007, en Croatie. J’ai voulu arrêter et aller en master de droit car il est compliqué de faire des résultats au niveau européen.

C’est un sport plutôt dominé par les Asiatiques dont l’entraînement est dingue et où l’investissement financier suit. Moi, je ne gagnais pas assez d’argent pour vivre donc j’avais besoin de travailler à côté ou de poursuivre mes études.

©Lanlan Collbac

Le tennis de table, j’ai toujours vu ça comme un jeu. J’ai commencé à jouer dans le garage avec mon frère et on était ultra compétitifs, on se criait pas mal dessus !

Mais c’est en atteignant le haut niveau que j’ai appris que c’était un sport autant tactique que physique, dans lequel il faut apprendre à se maîtriser pour contrôler ses gestes et gagner.

Ayant commencé la compétition à 9 ans, j’ai un mental taillé pour la compétition. Pourtant, au tout début, on me disait que je n’étais pas assez « méchante » et que je préférais m’amuser et faire du beau jeu que gagner !

On était accompagnés par des psychologues du sport, ce qui m’a vraiment aidée à forger mon caractère et à gérer les épreuves et les émotions dans tous les secteurs de ma vie.

En tant que jeune femme, cette expérience de sport de haut niveau aide vraiment à accroître sa confiance en soi. J’ai aussi beaucoup gagné en maturité puisqu’à 14 ans je suis partie de chez mes parents, je devais faire seule mes sacs pour aller en compétition, j’ai dû chercher du boulot, gérer mes études à côté… etc.

Si j’ai arrêté cette superbe expérience de la compétition de haut niveau en 2007, j’ai continué à jouer en club par équipe jusqu’en 2010. Je cherchais à retourner dans le Sud et c’est en m’inscrivant dans un club à Toulouse que j’ai trouvé un boulot via un joueur.

En 2011, je deviens maman et je rejoins le père de mon enfant dans l’Aveyron puis je retombe enceinte d’une petite-fille qui décède à la naissance, en 2013… C’est à ce moment-là que la course à pied est entrée dans ma vie.

Ça a été un moment très douloureux à passer. Après trois jours à toucher le fond, j’ai repris le boulot et j’ai cherché autre chose pour m’aérer la tête : je me suis mise à courir. C’était le sport le plus simple, je n’avais qu’à chausser des baskets et me lancer.

En me fixant de nouveaux objectifs, cela me permettait de ne pas me laisser aller et d’avancer et, ça, c’est grâce au sport !

Là où je travaille, les collègues font du trail et de la course en montagne. Même si c’était pour oublier ma vraie douleur, la perte de ma fille, je me suis lancée avec eux. C’était ma toute première course, en 2013. J’ai couru 10 km sans préparation et ça m’a fait un bien fou !

©Arthur Quere

Et puis, le déclic s’est fait en 2016 sur une course à côté de Montpellier où le speaker de l’événement, aussi entraîneur, me repère. J’étais arrivée 3e sur les compétitrices féminines. Il me dit qu’il entraîne des athlètes et que j’ai un sacré potentiel qu’il faudrait exploiter !

On débute alors notre collaboration. C’est Ludovic Collet, il est connu dans le monde du trail. Je gagne pour ma première course de 60km. C’est alors qu’il me propose une course au Cambodge, le pays de mes origines.

Je me prépare à ce marathon de 32km dans les temples d’Angkor avec un coach spécialisé, Sébastien Prats, qui est toujours mon entraîneur. Comme je décroche la première place, un journaliste français me dit que je devrais rencontrer le Comité Olympique car le pays recherche des athlètes.

Le Cambodge pouvait inviter deux marathoniens cambodgiens pour les Jeux Olympiques de Tokyo avant le Covid et j’étais retenue grâce à mes belles performances. Les choses ont changé après… une seule place s’est libérée et ils ont choisi le jeune sprinteur qui est un « vrai » cambodgien.

Quand j’ai eu l’info, j’ai bien sûr été déçue mais, en même temps, ça m’a ouvert d’autres perspectives. Mon compagnon est montagnard et comme nous habitons à Briançon, nous avons décidé de faire le Mont-Blanc. Le sport c’est comme la vie, il y a toujours des hauts et des bas, il faut savoir rebondir !

Et puis, JO ou pas, moi le sport j’adore ça, j’en ai besoin et je ne coupe qu’une semaine ou deux par an. Je ne pourrais pas travailler à temps plein par exemple, le sport est mon équilibre, je dois avoir le temps d’en faire entre une et trois heures par jour.

La suite pour moi, c’est quand même du lourd avec les « petits JO d’Asie » que sont les Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA) en novembre-décembre au Vietnam. Mon rêve était de faire les JO à un moment donné mais, maintenant, je ne sais plus vraiment si j’en ai encore envie.

C’était fantastique de pouvoir courir pour le pays de mon père, mon pays de cœur, mais si je ne peux pas le faire, c’est comme ça, c’est une expérience de vie. Dans tous les cas, je saisis toujours les opportunités et je vis les choses à fond.

Je vis à 100 % pour le sport même si ce n’est pas facile pour la vie de famille. D’une certaine manière, c’est un sacrifice mais qui m’est vital. Le sport « ÀBLOCK! », c’est fort en émotions !

J’ai eu, par exemple, la chance d’être approchée pour tourner un documentaire sur ma vie de sportive, « Au-delà du temps ». Ça s’est fait sur quatre ans, de 2017 à 2021 et ça sort cette année.

C’est un film qui retrace tout mon parcours, en partant de l’histoire de mon père au Cambodge, parti pendant la guerre des Khmers rouges pour venir se réfugier en France, en 1978.

C’est une terrible épopée puisque toute sa famille a été assassinée et que lui a réussi à s’enfuir. Représenter le Cambodge en tant que sportive est donc quelque chose de très fort et symbolique pour moi !

Le film a été présenté au Winter Film Festival et a gagné le concours sur 36 documentaires, c’était fou ! Il est actuellement en visionnage chez Canal Plus.

Je vis aussi le sport comme une vocation : j’ai envie de redonner ce que j’ai reçu. J’ai donc créé une association « Trail sans frontières » pour aider à développer le sport dans le monde, à commencer par le Cambodge.

Je m’engage aussi pour le sport féminin au Cambodge : je vais préparer cinquante jeunes filles pour le 10 km de Phnom Penh dans le cadre de l’association « Toutes à l’école » créée par la journaliste Tina Kieffer. Je devais le faire avant le Covid…ça va se faire, je suis toujours en contact.

Ce que je dirais aux jeunes filles ou femmes qui n’osent pas se lancer dans le sport ? Moi j’ai cassé les codes, ça peut être une bonne option !

Même si la société met des barrières, il faut se rappeler qu’on est tous des êtres humains égaux et que les femmes peuvent tout déchirer.

Je viens encore de voir que lors d’une course très connue aux Etats-Unis, il y a eu neuf femmes parmi les vingt premiers coureurs, du jamais vu pour ce trail ! Bref, si on n’ose pas, on n’y arrivera pas.

De plus en plus de femmes n’ont plus peur d’aller se challenger sur des longues distances et plus les médias relayent ces exploits, plus les autres femmes se sentiront légitimes.

Les femmes sportives qui m’inspirent ne sont pas forcément celles qui ont atteint le haut niveau. Mais plutôt celles qui parviennent à faire des super trails – 165 km !- après avoir enduré des cancers, de longs traitements, qui travaillent et ont une vie de famille. Ce sont ces défis sportifs exceptionnels qui me portent ! »

D'autres épisodes de "Running, après quoi courent les filles ?"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Vanessa Riopel, le baseball lui va comme un gant

Au Québec, elle est la bonne fée du baseball féminin. L’ex-lanceuse de l’équipe canadienne, veille au développement d’un sport encore trop souvent conjugué au masculin. Grâce à elle, les filles prennent la balle au bond, sur le terrain comme dans la vie. Son maître-mot : leadership ! Portrait d’une championne pour qui rien n’a jamais été gravé dans le marbre.

Lire plus »
Ana Carrasco

Ana Carrasco, la motarde qui fait souffler un vent nouveau dans les paddocks

Première femme à remporter une course de moto dans un Grand Prix, Championne du monde de vitesse, la pilote espagnole est une forte tête, peu soucieuse de ce que l’on dit d’elle. Les clichés, les stéréotypes, elle les balaye d’un revers de main gantée, les yeux fixés sur l’horizon. Son moteur, c’est la moto. Alors, accélérons un peu. Elle n’a pas que ça à faire. Portrait express de celle qui n’a besoin de personne…en Kawasaki.

Lire plus »
Julie Pujols-Benoit

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le lancement de la collection d’ouvrages ÀBLOCK! (où l’on commence par Julie Pujols-Benoit sur notre photo), du tennis en plein Open de Melbourne, une femme de rugby engagée, des pionnières sur neige et glace, un témoignage qui nous dévore et un retour de flamme, l’histoire du golf féminin… Récap’ d’une semaine musclée.

Lire plus »
Laura Georges : « Je ne me suis jamais dit que le football n’était pas fait pour moi. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footeuse engagée (Laura Georges sur notre photo), une Question Qui Tue essentielle, une histoire du breakdance conjugué au féminin, des femmes musclées et fières de l’être ou encore un zoom sur du handball écolo, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Cecilia Berder

Le questionnaire sportif de… Cécilia Berder

Elle vient de remporter le Trophée Sabre 2021, épreuve de reprise de la compétition organisée par la Fédération française d’escrime. La Quimpéroise Cécilia Berder, Championne du monde 2018, qualifiée pour les JO de Tokyo, s’est soumise au Questionnaire de Proust version ÀBLOCK! Et ça donne ça…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner