« Du sport à l’heure du Coronavirus ? Oui, mais arrêtez avant d’être trop essoufflé ! »

woman-wearing-smartphone-armband-and-blue-earphones-2291874
N’allez pas jusqu’à l’hyperventilation lors de vos séances de sport, c’est le premier conseil délivré par le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle, pour bouger sans danger en cette période de crise sanitaire. Mais encore ? Entretien nécessaire avant d’en faire trop…ou pas assez.

Par Valérie Domain

Publié le 18 mars 2020 à 13h01, mis à jour le 06 novembre 2020 à 11h20

Pendant cette période de confinement, sortir faire de l’activité physique est autorisé, dans quels cas est-ce conseillé  ?

Déjà, on rappelle que quand on a ce virus-là, on reste chez soi, au risque de le transmettre, et souvent en toute ignorance. Pour une raison simple : généralement les gens ne savent pas qu’ils sont porteurs sains.

Entre 80 et 90 % des personnes n’ont pas de symptômes ou des symptômes bénins. Comme ils ont l’air en forme, ils pensent qu’ils n’ont pas le Coronavirus COVID-19, qu’ils ne le transmettront pas. C’est ce qui s’est passé jusqu’à maintenant. C’est une erreur fondamentale.

Pour autant, s’il s’agit bien de rester confiné au maximum, on peut sortir de temps à autre en restant à bonne distance des autres. Lorsqu’on ne ressent pas de symptômes type toux et fièvre, il est important de s’offrir quelques séances d’activité physique, à commencer par la marche. Et c’est conseillé pour tous, à tous les âges.

marche

Pour un grand sportif, le confinement peut vite virer à l’étouffement…

Maintenir une activité physique et sportive stimule l’immunité, donc on peut sortir faire une demi-heure de course, de vélo, voire du tennis en plein air, en restant chacun derrière le filet, pour respecter la distance préconisée qui est d’un mètre, je le rappelle.

Mais on banit tout sport collectif, tous les matches entre copains et copines, même à l’extérieur. Les jeunes sont persuadés qu’il sont les rois du monde et qu’ils peuvent se réunir, ils n’ont pas compris qu’ils sont eux aussi des malades et donc des transmetteurs.

Et lorsqu’on fait du sport ensemble, on se touche, on se souffle dessus, on postillonne… Alors, pas de sports Co !

Le sport, aujourd’hui, c’est à 2 maximum, et à bonne distance.

Evidemment, les gens du même foyer qui font du sport, de la gym chez eux, peu importe la distance de sécurité, elle n’a plus de raison d’être, même si on évite autant que faire se peut, de se féliciter de sa séance en s’embrassant car l’embrassade transmet de la salive.

musculation

En cette période de pandémie, la durée comme l’intensité de la séance de sport est importante…

Oui, on conseille une demi-heure, grand max une heure, d’activités physiques, à intensité modérée.

Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter.

Et quand on fait du sport à domicile, on ne reste pas…confiné !

Sport ou pas d’ailleurs, on aère  !

L’air intérieur est pollué en particules, et il y a des interactions entre particules et virus.

Elles rendent les bronches plus sensibles. Donc, pendant la séance de sport, on ouvre un peu la fenêtre.

yoga

On ne fait pas de sport lorsqu’on se sent fragilisé, fiévreux ?

Si on a de la fièvre et des symptômes respiratoires, on appelle son médecin traitant.

On se repose, on arrête de sortir et de faire du sport. Et surtout on dort, car les défenses immunitaires se reconstruisent très bien pendant le sommeil.

Vous êtes très sévère quant au tabac. Il y a des sportifs qui fument, pensant parfois que le sport les aide à en limiter l’effet néfaste…

Ce n’est pas le cas, évidemment. Et la pandémie est une bonne occasion pour arrêter de fumer  ! Quand les gens ont la grippe, on leur dit de stopper le tabac…

J’avais d’ailleurs préconisé la fermeture des buralistes. On est confronté à un virus respiratoire et on laisse les gens acheter des cigarettes, comme si c’était une nécessité vitale comme manger, se soigner, ou bouger !

En ce moment, on va vous dire : y a assez de contraintes comme ça, on ne va pas empêcher les gens de fumer, mais retrouvons du (bon) sens à nos vies !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le sport féminin est-il fait pour les hommes ?

Petite sélection de podcasts pré-Covid-19 qui demeurent une source de réflexion alors même que le sport féminin vit des jours difficiles suite à la crise sanitaire. Le « sport de demain » tel que débattu aujourd’hui par les experts ne semble pas intégrer la pratique féminine. Les avancées de l’avant crise seront-elles réduites à néant ? En attendant, écoutons ces échanges qui en disent long sur les stéréotypes de genre encore trop prégnants dans le sport et sur le chemin qu’il nous reste à parcourir pour parvenir à la mixité dans le sport.

Lire plus »
Alexia Cerenys : « Origine, sexualité, identité… en rugby on s’en fout ! »

Alexia Cerenys : « Origine, sexualité, identité… en rugby, on s’en fout ! »

Elle est née dans un corps d’homme et s’est longtemps servie du rugby comme d’un exutoire. Alexia Cerenys, 35 ans, est la première joueuse transgenre à évoluer dans l’élite féminine. La troisième ligne de Lons, dans les Pyrénées-Atlantiques, est une femme engagée qui veut désormais montrer à tous et toutes que sport et transexualité peuvent naturellement fonctionner de pair. Rencontre avec une militante qui a brillamment transformé l’essai.

Lire plus »
Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Angelina Favario : « Le sport automobile est un sport macho, mais ça ne m’atteint pas. »

Elle n’a pas encore 20 ans mais déjà une détermination de fer. Angelina Favario, jeune pilote, n’a qu’une idée en tête : devenir pro et, pourquoi pas, évoluer, à l’avenir, en Formule 1. La Savoyarde, qui a fait ses gammes l’an passé en F4, sait qu’elle devra, pour cela, se battre tout au long du chemin contre adversaires et préjugés. Rencontre avec une demoiselle que rien ne peut freiner.

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner