« Du sport à l’heure du Coronavirus ? Oui, mais arrêtez avant d’être trop essoufflé ! »

woman-wearing-smartphone-armband-and-blue-earphones-2291874
N’allez pas jusqu’à l’hyperventilation lors de vos séances de sport, c’est le premier conseil délivré par le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle, pour bouger sans danger en cette période de crise sanitaire. Mais encore ? Entretien nécessaire avant d’en faire trop…ou pas assez.

Par Valérie Domain

Publié le 18 mars 2020 à 13h01, mis à jour le 06 novembre 2020 à 11h20

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Pendant cette période de confinement, sortir faire de l’activité physique est autorisé, dans quels cas est-ce conseillé  ?

Déjà, on rappelle que quand on a ce virus-là, on reste chez soi, au risque de le transmettre, et souvent en toute ignorance. Pour une raison simple : généralement les gens ne savent pas qu’ils sont porteurs sains.

Entre 80 et 90 % des personnes n’ont pas de symptômes ou des symptômes bénins. Comme ils ont l’air en forme, ils pensent qu’ils n’ont pas le Coronavirus COVID-19, qu’ils ne le transmettront pas. C’est ce qui s’est passé jusqu’à maintenant. C’est une erreur fondamentale.

Pour autant, s’il s’agit bien de rester confiné au maximum, on peut sortir de temps à autre en restant à bonne distance des autres. Lorsqu’on ne ressent pas de symptômes type toux et fièvre, il est important de s’offrir quelques séances d’activité physique, à commencer par la marche. Et c’est conseillé pour tous, à tous les âges.

marche

Pour un grand sportif, le confinement peut vite virer à l’étouffement…

Maintenir une activité physique et sportive stimule l’immunité, donc on peut sortir faire une demi-heure de course, de vélo, voire du tennis en plein air, en restant chacun derrière le filet, pour respecter la distance préconisée qui est d’un mètre, je le rappelle.

Mais on banit tout sport collectif, tous les matches entre copains et copines, même à l’extérieur. Les jeunes sont persuadés qu’il sont les rois du monde et qu’ils peuvent se réunir, ils n’ont pas compris qu’ils sont eux aussi des malades et donc des transmetteurs.

Et lorsqu’on fait du sport ensemble, on se touche, on se souffle dessus, on postillonne… Alors, pas de sports Co !

Le sport, aujourd’hui, c’est à 2 maximum, et à bonne distance.

Evidemment, les gens du même foyer qui font du sport, de la gym chez eux, peu importe la distance de sécurité, elle n’a plus de raison d’être, même si on évite autant que faire se peut, de se féliciter de sa séance en s’embrassant car l’embrassade transmet de la salive.

musculation

En cette période de pandémie, la durée comme l’intensité de la séance de sport est importante…

Oui, on conseille une demi-heure, grand max une heure, d’activités physiques, à intensité modérée.

Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter.

Et quand on fait du sport à domicile, on ne reste pas…confiné !

Sport ou pas d’ailleurs, on aère  !

L’air intérieur est pollué en particules, et il y a des interactions entre particules et virus.

Elles rendent les bronches plus sensibles. Donc, pendant la séance de sport, on ouvre un peu la fenêtre.

yoga

On ne fait pas de sport lorsqu’on se sent fragilisé, fiévreux ?

Si on a de la fièvre et des symptômes respiratoires, on appelle son médecin traitant.

On se repose, on arrête de sortir et de faire du sport. Et surtout on dort, car les défenses immunitaires se reconstruisent très bien pendant le sommeil.

Vous êtes très sévère quant au tabac. Il y a des sportifs qui fument, pensant parfois que le sport les aide à en limiter l’effet néfaste…

Ce n’est pas le cas, évidemment. Et la pandémie est une bonne occasion pour arrêter de fumer  ! Quand les gens ont la grippe, on leur dit de stopper le tabac…

J’avais d’ailleurs préconisé la fermeture des buralistes. On est confronté à un virus respiratoire et on laisse les gens acheter des cigarettes, comme si c’était une nécessité vitale comme manger, se soigner, ou bouger !

En ce moment, on va vous dire : y a assez de contraintes comme ça, on ne va pas empêcher les gens de fumer, mais retrouvons du (bon) sens à nos vies !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Mara Gomez

Mara Gómez, footballeuse d’un nouveau genre

Elle a réalisé son rêve. Première joueuse transgenre à disputer un match du championnat de Première Division Féminine d’Argentine, Mara Gómez, 23 ans, prépare désormais le terrain pour les autres, celles et ceux qui veulent dégommer les barrières. Une belle histoire d’émancipation par le sport.

Lire plus »
Naomi Osaka

Qui sont les femmes du sport les plus influentes en 2020 ?

Pour élargir toujours plus l’horizon du sport via le sport au féminin, une initiative a retenu l’attention d’ÀBLOCK ! : un classement annuel des femmes les plus influentes dans le monde du sport, délivré par ISportconnect, un réseau privé d’entreprises sportives internationales. Qui, selon eux, sont les nouvelles leaders à suivre en 2020 ?

Lire plus »
Il était une fois le rugby…féminin

Il était une fois le rugby… féminin

La fédé anglaise de rugby vient (enfin) de retrouver le trophée originel de la Coupe du monde de rugby féminin, égaré depuis quinze ans. Un trophée découvert par un ancien administrateur dans le grenier de la maison de ses parents. L’anecdote valait bien un petit rappel historique. C’est ce qui s’appelle prendre la balle au bond. Ou transformer l’essai.

Lire plus »
Kiki Caron

Christine Caron : « Être porte-drapeau aux JO a été un grand pas pour le sport féminin. »

Elle a marqué, de manière indélébile, les deux campagnes olympiques auxquelles elle a participé. Christine Caron dite Kiki Caron, 73 ans le 10 juillet prochain, s’est adjugée l’argent du 100 mètres dos aux JO de Tokyo en 1964 avant de bousculer les codes en devenant porte-drapeau de la délégation française à Mexico, quatre ans plus tard. Une première mondiale pour les Jeux Olympiques d’été. Rencontre avec une icône qui a fait bouger les lignes, et pas uniquement dans les bassins.

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »

Sport pendant et après le confinement : les Français gardent le cap !

Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter