« Du sport à l’heure du Coronavirus ? Oui, mais arrêtez avant d’être trop essoufflé ! »

woman-wearing-smartphone-armband-and-blue-earphones-2291874
N’allez pas jusqu’à l’hyperventilation lors de vos séances de sport, c’est le premier conseil délivré par le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle, pour bouger sans danger en cette période de crise sanitaire. Mais encore ? Entretien nécessaire avant d’en faire trop…ou pas assez.

Par Valérie Domain

Publié le 18 mars 2020 à 13h01, mis à jour le 06 novembre 2020 à 11h20

Pendant cette période de confinement, sortir faire de l’activité physique est autorisé, dans quels cas est-ce conseillé  ?

Déjà, on rappelle que quand on a ce virus-là, on reste chez soi, au risque de le transmettre, et souvent en toute ignorance. Pour une raison simple : généralement les gens ne savent pas qu’ils sont porteurs sains.

Entre 80 et 90 % des personnes n’ont pas de symptômes ou des symptômes bénins. Comme ils ont l’air en forme, ils pensent qu’ils n’ont pas le Coronavirus COVID-19, qu’ils ne le transmettront pas. C’est ce qui s’est passé jusqu’à maintenant. C’est une erreur fondamentale.

Pour autant, s’il s’agit bien de rester confiné au maximum, on peut sortir de temps à autre en restant à bonne distance des autres. Lorsqu’on ne ressent pas de symptômes type toux et fièvre, il est important de s’offrir quelques séances d’activité physique, à commencer par la marche. Et c’est conseillé pour tous, à tous les âges.

marche

Pour un grand sportif, le confinement peut vite virer à l’étouffement…

Maintenir une activité physique et sportive stimule l’immunité, donc on peut sortir faire une demi-heure de course, de vélo, voire du tennis en plein air, en restant chacun derrière le filet, pour respecter la distance préconisée qui est d’un mètre, je le rappelle.

Mais on banit tout sport collectif, tous les matches entre copains et copines, même à l’extérieur. Les jeunes sont persuadés qu’il sont les rois du monde et qu’ils peuvent se réunir, ils n’ont pas compris qu’ils sont eux aussi des malades et donc des transmetteurs.

Et lorsqu’on fait du sport ensemble, on se touche, on se souffle dessus, on postillonne… Alors, pas de sports Co !

Le sport, aujourd’hui, c’est à 2 maximum, et à bonne distance.

Evidemment, les gens du même foyer qui font du sport, de la gym chez eux, peu importe la distance de sécurité, elle n’a plus de raison d’être, même si on évite autant que faire se peut, de se féliciter de sa séance en s’embrassant car l’embrassade transmet de la salive.

musculation

En cette période de pandémie, la durée comme l’intensité de la séance de sport est importante…

Oui, on conseille une demi-heure, grand max une heure, d’activités physiques, à intensité modérée.

Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter.

Et quand on fait du sport à domicile, on ne reste pas…confiné !

Sport ou pas d’ailleurs, on aère  !

L’air intérieur est pollué en particules, et il y a des interactions entre particules et virus.

Elles rendent les bronches plus sensibles. Donc, pendant la séance de sport, on ouvre un peu la fenêtre.

yoga

On ne fait pas de sport lorsqu’on se sent fragilisé, fiévreux ?

Si on a de la fièvre et des symptômes respiratoires, on appelle son médecin traitant.

On se repose, on arrête de sortir et de faire du sport. Et surtout on dort, car les défenses immunitaires se reconstruisent très bien pendant le sommeil.

Vous êtes très sévère quant au tabac. Il y a des sportifs qui fument, pensant parfois que le sport les aide à en limiter l’effet néfaste…

Ce n’est pas le cas, évidemment. Et la pandémie est une bonne occasion pour arrêter de fumer  ! Quand les gens ont la grippe, on leur dit de stopper le tabac…

J’avais d’ailleurs préconisé la fermeture des buralistes. On est confronté à un virus respiratoire et on laisse les gens acheter des cigarettes, comme si c’était une nécessité vitale comme manger, se soigner, ou bouger !

En ce moment, on va vous dire : y a assez de contraintes comme ça, on ne va pas empêcher les gens de fumer, mais retrouvons du (bon) sens à nos vies !

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Roger Bambuck

Roger Bambuck : « J’ai fait ce que j’ai pu pour le sport féminin, je sais qu’il reste beaucoup à faire…»

Il est considéré comme l’un des meilleurs sprinters français de l’histoire. Mais Roger Bambuck fut aussi secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de 1988 à 1991 et c’est sur cette période de sa carrière que nous avons souhaité revenir avec lui, plus précisément sur la place du sport féminin lorsqu’il était en fonction. Pour en comprendre l’évolution, les avancées ou non, il est précieux de regarder dans le rétro. Le sport féminin est un enjeu de société aujourd’hui, mais l’était-il à la fin des années 80 ?

Lire plus »
Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne de ski. »

Marielle Goitschel : « À 7 ans, j’écrivais déjà sur des papiers que je serais championne du monde de ski. »

Elle a marqué l’Histoire du ski. En à peine dix ans de carrière, Marielle Goitschel (au centre sur notre photo) a tout raflé. Multiple championne du monde et olympique, l’Avaline continue d’espérer qu’une skieuse française lui succède sur la plus haute marche du podium de géant et de slalom à l’heure où les meilleures de la planète dévalent les pistes de ces JO de Pékin. Conversation avec une légende.

Lire plus »
Il était une fois l’aviron… féminin

Il était une fois l’aviron… féminin

Jusqu’au 5 juin, rameuses et rameurs s’affrontent sur l’Allier. Vichy accueille les championnats de France bateaux longs pendant trois journées de compet’. Une occasion en or de revenir sur l’histoire des femmes dans l’aviron. Une histoire qui a débuté par des canotières à la réputation sulfureuse…

Lire plus »
La Parisienne 2022, plus que quelques jours…

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Notre classique retour sur l’histoire sportive du mois d’août, une piqûre de rappel pour une course en Capitale (le joyeux événement La Parisienne sur notre photo), le bilan des grandes compétitions estivales et l’ouverture d’un slalom au fil de l’eau, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bon rattrapage !

Lire plus »
La question qui tue

En sport, la récup, c’est obligé ?

On les adore ces séances où on pète la forme, où tous les exercices nous semblent easy, où on se dépasse en mode “même pas mal“. Forcément, ça donne envie de recommencer. Vite, trop vite. Et c’est là que la récupération joue son rôle. Pas convaincu ? Lis plutôt la réponse de notre coach, Nathalie Servais !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner