Sport et Coronavirus

Le vrai du faux

maryna-yazbeck
On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Par Valérie Domain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le sport booste le système immunitaire, il permet ainsi de lutter contre les virus…

Oui, mais seulement s’il est pratiqué avec modération 

Le sport a de multiples bénéfices, mais ce n’est pas non plus un magicien ni un super-héros. En aucun cas, il est en mesure de faire écran au virus.

En revanche, il peut permettre d’être plus fort face à une contamination, de booster les capacités de l’organisme confronté à des agressions extérieures.

Mais pour ça, il faut respecter une règle simple : pratiquer l’activité physique avec modération.

Ainsi, effectuer des exercices très intenses va avoir pour effet d’affaiblir provisoirement les défenses immunitaires, le corps étant mobilisé à réparer et réapprovisionner les muscles qui ont été sollicités pendant la séance.

raka-rachgo-Ce61h5obKHw-unsplash

Si on se sent bien, on a raison de continuer à faire de l’activité physique

Oui, c’est bon pour le moral, ça aère la tête

Mais on ne cherche pas la perf’, on se détend  !

« Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé, précise le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter. »

Et on respecte les règles sanitaires liées au Coronavirus  : chez soi ou à l’extérieur pour un run ou du vélo, ok, mais uniquement autour de son domicile et pas en groupe.

Ça change les idées, ça déstresse. Et ça permet de ne pas étouffer en période de confinement.

jonathan-cooper-ZbmaqKCVymY-unsplashgimp

Il faut pratiquer maximum 3 heures de sport par semaine en cette période d’épidémie…

Oui, sinon attention à l’effet boomerang !

Le sport pratiqué à une dose normale, c’est-à-dire jusqu’à trois heures par semaine, a un impact positif sur le système immunitaire.

Mais l’activité physique intense, comme l’endurance, va au contraire l’affaiblir et augmenter les chances d’attraper des affections respiratoires.

On estime aussi qu’au-delà d’une heure par séance (ou à des intensités trop élevées) l’activité physique a un effet stressant et peut affaiblir l’organisme.

Alors ? Tout dépend de son niveau et du nombre de séances de sport pratiqué tout au long de l’année. 

Si on est pas un grand sportif et qu’on se sent d’attaque, on peut s’offrir une demi-heure par jour max.

Clem_Onojeghuogimp

Se (re)mettre au sport en ce moment alors qu’on en a pas fait depuis des mois est une bien mauvaise idée !

Oui, ça ne sert juste à rien, seulement à s’épuiser

Inutile de se jeter sur les haltères planqués sous le lit depuis des lustres ou d’enfiler ses baskets pour s’organiser des séances cardio at home si le sport n’est plus qu’un vieux souvenir.

L’impact positif sur le système immunitaire n’est valable que si on pratique de l’activité physique depuis au moins deux mois et de manière régulière.

De plus, faire du sport soudainement et de manière intense fatigue davantage l’organisme qu’il ne le préserve.

Pour autant, l’activité physique ayant un effet bénéfique sur le moral, on se bouge quoiqu’il arrive, mais en privilégiant les sports doux, les étirements, le yoga, le renforcement musculaire, mais sans se placer dans la zone rouge.

P4 HD

Continuer à faire du sport si on se sent malade, fiévreux, peut être dangereux.

Oui, c’est affaiblir encore davantage son organisme

Ne pensez pas renforcer votre organisme et booster votre énergie en jouant les héros du tapis si vous vous sentez diminué.

Une bonne suée n’a jamais tué un virus et vous aurez beaucoup de mal à vous en remettre  !

Une consigne stricte  : si vous avez de la fièvre, rien, nada, pas un mouvement ! On se repose et on attend de retrouver la forme pour s’agiter.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »
Leena Gade

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Stéphanie Gicquel

Stéphanie Gicquel : « Mes expéditions polaires, c’est fort, obsessionnel. »

Impressionnante. C’est le mot qui fuse lors de la conversation avec cette femme solide, volontaire, atypique. Stéphanie Gicquel détient le record de la plus longue expédition en Antarctique à ski sans assistance. Elle fait partie de ces athlètes que rien n’effraie. Les éléments, elle s’en fait un allié ; les peurs, elle les apprivoise. Les rêves, même glacés, elle leur donne vie. Rencontre avec une sportive étourdissante.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin