Sport et Coronavirus Le vrai du faux

maryna-yazbeck
On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Par Valérie Domain

Publié le 17 mars 2020 à 11h50, mis à jour le 04 novembre 2020 à 10h39

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le sport booste le système immunitaire, il permet ainsi de lutter contre les virus…

Oui, mais seulement s’il est pratiqué avec modération 

Le sport a de multiples bénéfices, mais ce n’est pas non plus un magicien ni un super-héros. En aucun cas, il est en mesure de faire écran au virus.

En revanche, il peut permettre d’être plus fort face à une contamination, de booster les capacités de l’organisme confronté à des agressions extérieures.

Mais pour ça, il faut respecter une règle simple : pratiquer l’activité physique avec modération.

Ainsi, effectuer des exercices très intenses va avoir pour effet d’affaiblir provisoirement les défenses immunitaires, le corps étant mobilisé à réparer et réapprovisionner les muscles qui ont été sollicités pendant la séance.

raka-rachgo-Ce61h5obKHw-unsplash

Si on se sent bien, on a raison de continuer à faire de l’activité physique

Oui, c’est bon pour le moral, ça aère la tête

Mais on ne cherche pas la perf’, on se détend  !

« Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé, précise le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter. »

Et on respecte les règles sanitaires liées au Coronavirus  : chez soi ou à l’extérieur pour un run ou du vélo, ok, mais uniquement autour de son domicile et pas en groupe.

Ça change les idées, ça déstresse. Et ça permet de ne pas étouffer en période de confinement.

jonathan-cooper-ZbmaqKCVymY-unsplashgimp

Il faut pratiquer maximum 3 heures de sport par semaine en cette période d’épidémie…

Oui, sinon attention à l’effet boomerang !

Le sport pratiqué à une dose normale, c’est-à-dire jusqu’à trois heures par semaine, a un impact positif sur le système immunitaire.

Mais l’activité physique intense, comme l’endurance, va au contraire l’affaiblir et augmenter les chances d’attraper des affections respiratoires.

On estime aussi qu’au-delà d’une heure par séance (ou à des intensités trop élevées) l’activité physique a un effet stressant et peut affaiblir l’organisme.

Alors ? Tout dépend de son niveau et du nombre de séances de sport pratiqué tout au long de l’année. 

Si on est pas un grand sportif et qu’on se sent d’attaque, on peut s’offrir une demi-heure par jour max.

Clem_Onojeghuogimp

Se (re)mettre au sport en ce moment alors qu’on en a pas fait depuis des mois est une bien mauvaise idée !

Oui, ça ne sert juste à rien, seulement à s’épuiser

Inutile de se jeter sur les haltères planqués sous le lit depuis des lustres ou d’enfiler ses baskets pour s’organiser des séances cardio at home si le sport n’est plus qu’un vieux souvenir.

L’impact positif sur le système immunitaire n’est valable que si on pratique de l’activité physique depuis au moins deux mois et de manière régulière.

De plus, faire du sport soudainement et de manière intense fatigue davantage l’organisme qu’il ne le préserve.

Pour autant, l’activité physique ayant un effet bénéfique sur le moral, on se bouge quoiqu’il arrive, mais en privilégiant les sports doux, les étirements, le yoga, le renforcement musculaire, mais sans se placer dans la zone rouge.

P4 HD

Continuer à faire du sport si on se sent malade, fiévreux, peut être dangereux.

Oui, c’est affaiblir encore davantage son organisme

Ne pensez pas renforcer votre organisme et booster votre énergie en jouant les héros du tapis si vous vous sentez diminué.

Une bonne suée n’a jamais tué un virus et vous aurez beaucoup de mal à vous en remettre  !

Une consigne stricte  : si vous avez de la fièvre, rien, nada, pas un mouvement ! On se repose et on attend de retrouver la forme pour s’agiter.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Cet été, si on courait pour la bonne cause ?

Depuis le 7 août et jusqu’au 7 septembre, la fondation Alice Milliat qui œuvre à la médiatisation du sport féminin, – lance la 5e édition de son Challenge Alice Milliat, une course connectée solidaire et gratuite pour valoriser le sport au féminin, sa médiatisation, sa pratique et l’égalité dans le milieu sportif. On y va ?

Lire plus »
Adrienne Bolland

Adrienne Bolland, l’intrépide étoile de l’aviation française

Elle était un drôle de phénomène, une casse-cou de l’aviation des Années folles. Il y a cent ans, le 1er avril 1921, en devenant la première femme à traverser la mythique Cordillère des Andes, à bord de son G3 Caudron, Adrienne Bolland a ouvert l’horizon à ses semblables, bien avant les grands noms célébrés de l’aviation : des hommes tels que Mermoz ou Saint-Exupéry. Récit d’une pionnière terriblement attachante.

Lire plus »
Sam Davies

Samantha Davies : « Pour moi, en voile, le plaisir l’emporte toujours sur la souffrance. »

Elle est Anglaise de naissance, Bretonne d’adoption. À 46 ans, Samantha Davies a déjà roulé sa bosse sur tous les océans de la planète. Contrainte à l’abandon lors du dernier Vendée Globe après que son bateau, Initiatives-Cœur, ait heurté un ofni, la jeune louve de mer n’a qu’une idée en tête : repartir à l’assaut de ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance. Rencontre avec une fille qui sait garder le cap en toutes circonstances.

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Lauriane Lamperim

Lauriane Lamperim : « Après ma blessure, j’étais presque devenue une autre… »

Elle aimait jouer les acrobates. Tellement qu’elle fut 7 fois championne de France et multi-médaillée internationale en tumbling. Avant de se blesser grièvement. Et de faire son come-back. Mais la flamme n’était plus là. Aujourd’hui, Lauriane Lamperim a quitté le saut pour la vague. Désormais surfeuse, elle profite d’une autre vie de sportive. Rencontre avec une fille qui a su rebondir.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner