Sport et Coronavirus Le vrai du faux

maryna-yazbeck
On dit (et on entend) souvent que le sport aide à lutter contre les virus. Mais est-ce la vérité ? Ne rien changer à sa routine sportive aide-t-il vraiment à lutter contre la maladie et plus particulièrement contre le Coronavirus COVID-19 ? Pourquoi faut-il continuer à pratiquer, mais dans quels cas faut-il impérativement mettre son corps en mode « pause » ? Éléments de réponse.

Par Valérie Domain

Publié le 17 mars 2020 à 11h50, mis à jour le 04 novembre 2020 à 10h39

Le sport booste le système immunitaire, il permet ainsi de lutter contre les virus…

Oui, mais seulement s’il est pratiqué avec modération 

Le sport a de multiples bénéfices, mais ce n’est pas non plus un magicien ni un super-héros. En aucun cas, il est en mesure de faire écran au virus.

En revanche, il peut permettre d’être plus fort face à une contamination, de booster les capacités de l’organisme confronté à des agressions extérieures.

Mais pour ça, il faut respecter une règle simple : pratiquer l’activité physique avec modération.

Ainsi, effectuer des exercices très intenses va avoir pour effet d’affaiblir provisoirement les défenses immunitaires, le corps étant mobilisé à réparer et réapprovisionner les muscles qui ont été sollicités pendant la séance.

raka-rachgo-Ce61h5obKHw-unsplash

Si on se sent bien, on a raison de continuer à faire de l’activité physique

Oui, c’est bon pour le moral, ça aère la tête

Mais on ne cherche pas la perf’, on se détend  !

« Aujourd’hui, la performance ne doit plus être recherchée, il faut arrêter avant l’hyperventilation, c’est-à-dire avant d’être trop essoufflé, précise le Dr Santoni, pneumologue et membre de la Fondation du Souffle.

Donc, un running tranquille, pas du sprint ; un échange de balles au tennis, pas le match du siècle ; du renforcement musculaire, pas des sauts ou des burpees… Il faut éviter ce qui génére trop de fatigue. Il faut aussi savoir s’écouter. »

Et on respecte les règles sanitaires liées au Coronavirus  : chez soi ou à l’extérieur pour un run ou du vélo, ok, mais uniquement autour de son domicile et pas en groupe.

Ça change les idées, ça déstresse. Et ça permet de ne pas étouffer en période de confinement.

jonathan-cooper-ZbmaqKCVymY-unsplashgimp

Il faut pratiquer maximum 3 heures de sport par semaine en cette période d’épidémie…

Oui, sinon attention à l’effet boomerang !

Le sport pratiqué à une dose normale, c’est-à-dire jusqu’à trois heures par semaine, a un impact positif sur le système immunitaire.

Mais l’activité physique intense, comme l’endurance, va au contraire l’affaiblir et augmenter les chances d’attraper des affections respiratoires.

On estime aussi qu’au-delà d’une heure par séance (ou à des intensités trop élevées) l’activité physique a un effet stressant et peut affaiblir l’organisme.

Alors ? Tout dépend de son niveau et du nombre de séances de sport pratiqué tout au long de l’année. 

Si on est pas un grand sportif et qu’on se sent d’attaque, on peut s’offrir une demi-heure par jour max.

Clem_Onojeghuogimp

Se (re)mettre au sport en ce moment alors qu’on en a pas fait depuis des mois est une bien mauvaise idée !

Oui, ça ne sert juste à rien, seulement à s’épuiser

Inutile de se jeter sur les haltères planqués sous le lit depuis des lustres ou d’enfiler ses baskets pour s’organiser des séances cardio at home si le sport n’est plus qu’un vieux souvenir.

L’impact positif sur le système immunitaire n’est valable que si on pratique de l’activité physique depuis au moins deux mois et de manière régulière.

De plus, faire du sport soudainement et de manière intense fatigue davantage l’organisme qu’il ne le préserve.

Pour autant, l’activité physique ayant un effet bénéfique sur le moral, on se bouge quoiqu’il arrive, mais en privilégiant les sports doux, les étirements, le yoga, le renforcement musculaire, mais sans se placer dans la zone rouge.

P4 HD

Continuer à faire du sport si on se sent malade, fiévreux, peut être dangereux.

Oui, c’est affaiblir encore davantage son organisme

Ne pensez pas renforcer votre organisme et booster votre énergie en jouant les héros du tapis si vous vous sentez diminué.

Une bonne suée n’a jamais tué un virus et vous aurez beaucoup de mal à vous en remettre  !

Une consigne stricte  : si vous avez de la fièvre, rien, nada, pas un mouvement ! On se repose et on attend de retrouver la forme pour s’agiter.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »
Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Summer body

Je suis gourmande et je veux un summer body, je fais comment ?

Le summer body…tout un programme ! Mais y a-t-il un seul body ? Celui dicté par les normes commerciales et sociétales ? Ou celui qu’on souhaite à son image ? Bref, ici, le summer body, c’est celui qui se montre sans complexe sur la plage. Et pour ça, la plupart du temps, on essaye de le délester de quelques kilos. Alors, ok, essayons de répondre, une fois pour toutes, à cette interrogation qui vise à faire du corps et de la gourmandise des ennemis. La réponse de notre coach, Nathalie Servais*.

Lire plus »
Julie Bresset 5 infos pour briller sur deux roues

Julie Bresset : 5 infos pour briller sur deux roues

Ce 16 octobre, elle signe la fin de sa carrière sportive par un jubilé dans son fief des Côtes-d’Armor. Julie Bresset, 32 ans et presque autant sur les pédales, a (presque) tout gagné et tout connu. La vététiste bretonne, championne olympique, maintes fois championne du monde, est l’une des cyclistes les plus appréciées du circuit. Victime d’un burn-out et de blessures à répétition, elle est toujours retombée sur ses roues. Retour sur une championne en 5 braquets.

Lire plus »
Maame Biney, la black short-track attitude

Maame Biney, la black short-track attitude

Elle est la première femme noire à faire partie de l’équipe olympique américaine de patinage de vitesse sur piste courte et le revendique haut et fort. Cette reine du 500 m, sa discipline préférée dans le short-track, est une étoile de ce sport fascinant, toujours le sourire aux lèvres et la foulée explosive. Maame Biney sait comme personne briser la glace.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner