Rechercher

Alexia CerenysDans les pas d'une arbitre (presque) comme les autres à la Pride Rugby Cup

Alexia Cerenys : « Origine, sexualité, identité… en rugby on s’en fout ! »
Alexia Cerenys est la première joueuse de rugby transgenre à évoluer dans l’élite féminine et elle n'a plus peur de l'assumer. Le 14 octobre 2023, à Marcoussis,elle arbitrait le match de clôture de la Pride Rugby Cup, tournoi LGBTQIA+ friendly. Et nous étions là.

Par Fanny Blanc

Publié le 02 novembre 2023 à 16h30, mis à jour le 25 juin 2024 à 10h06

Elle dit : « D’un côté, c’est un sport que je découvrais et qui me plaisait énormément. On courait, on touchait du ballon, ça me correspondait. Dans le même temps, je me suis aperçue que le fait de rester dans le milieu très viril du rugby me confortait dans l’idée qu’il fallait rester dans les rails, qu’il ne fallait pas dévier et je me forçais à ne plus penser au mal-être que j’avais en moi. »

Alexia Cerenys s’est longtemps cherchée, a longtemps résisté à l’évidence : elle est née dans un corps d’homme, mais elle est définitivement femme. Elle s’est servie du rugby comme d’un exutoire et est aujourd’hui la première joueuse transgenre à évoluer dans l’élite féminine.

Nous l’avons suivie le 14 octobre 2023, à Marcoussis, alors qu’elle arbitrait le match de clôture de la Pride Rugby Cup, tournoi LGBTQIA+ friendly. L’occasion était belle de mettre en lumière l’inclusion dans le rugby en marge de la Coupe du monde. L’occasion était belle de suivre cette fille pas comme les autres.

Dans un premier entretien que nous avions mené avec elle, Alexia Cerenys racontait qu’elle avait longtemps « emprisonné » la femme qu’elle était, avant d’ajouter : « Dès lors que je me suis assumée, que je me suis acceptée, je suis allée dans des associations pour aider d’autres personnes. J’ai reçu plein de mots d’encouragement en privé sur les réseaux sociaux et je me suis dit que j’allais commencer à porter un message positif pour les personnes trans qui voulaient reprendre le sport en club, leur montrer que c’était possible. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi écouter…

Marie Martinod : « Quand j'ai découvert le ski freestyle, j'avais 8 ans, j'ai été subjuguée. »

Marie Martinod : « J’ai toujours été pote avec mon corps. »

Toujours la plus petite de sa classe, mais qu’à cela ne tienne, sa priorité est le half-pipe depuis un certain hiver 1992, quand les Jeux Olympiques ont fait escale dans sa vallée de la Tarentaise. La skieuse Marie Martinod a fait de sa taille une force dans un sport où il est préférable d’avoir un centre de gravité bas. Et c’est ce qu’elle nous raconte à l’occasion de notre partenariat avec le podcast 1m60max.

Écoutez »
Kids

La parité aux JO fera-t-elle bouger les jeunes filles ?

Cet été, à Paris, les premiers Jeux paritaires de l’histoire vont s’ouvrir. Mais le sport français fait-il pour autant la part belle aux jeunettes ? Le podcast le plus déjanté de la parentalité, Papas Poules, met le sujet sur la table dans ce nouvel opus dont ÀBLOCK! est partie prenante.

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

CrossFit, trop intense pour les mômes, vraiment ? Kids

CrossFit, trop intense pour les mômes, vraiment ?

Trop violent, trop de risques de blessures… Ça, c’est ce que vous avez certainement déjà entendu sur le CrossFit. Alors, du CrossFit pour les p’tiots, on marche sur la tête, non ? Pas de panique, ici on démêle le vrai du faux, on vous explique ce qu’est (vraiment) cette pratique sportive pluridisciplinaire et pourquoi les enfants auraient tort de s’en priver.

Lire plus »
Oksana Kozyna : « J'aime le para-badminton, et il m'aime aussi ! »

Le Q&A de la para-badiste Oksana Kozyna

Championne du monde en 2022 de para-badminton, Oksana Kozyna est une référence dans sa discipline. Cette sportive ukrainienne s’entraîne en France depuis le début du conflit dans son pays et veut aller chercher la médaille d’or aux Jeux Paralympiques de Paris 2024.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner