Rechercher

Shaikha Al QassemiCelle que le CrossFit a émancipée

Shaikha Al Qassemi
Le CrossFit lui a permis de faire la paix avec son corps. À 32 ans, Shaikha Al Qassemi a puisé, dans la discipline, la force de suivre sa propre voie et de s’épanouir physiquement, loin des stéréotypes et des diktats qui régissent la norme. Désormais à l’aise dans ses baskets et bien dans sa tête, l’athlète émiratie n’a qu’une envie, servir d’exemple quitte, en levant des poids, à soulever des montagnes.

Par Sophie Danger

Publié le 17 décembre 2020 à 17h16, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h34

Il est de grands destins qui, parfois, tiennent à de petits riens. Celui de Shaikha Al Qassemi est de ceux-là. Une banale histoire d’épaules en ce qui la concerne. Une fichue carrure qui lui colle, depuis l’enfance, des complexes à n’en plus finir. Trop prononcée à son goût. Trop voyante.

Au fil des ans, la jeune Émiratie en vient à ne plus pouvoir supporter ce haut du corps qu’elle juge disproportionné, disharmonieux par rapport à son petit gabarit d’1,58 mètre. Une obsession qui la hante et lui gâche d’autant plus la vie que le regard des autres la conforte dans cette idée. Pas assez féminine de l’avis général, elle souffre de ne pas correspondre aux impitoyables standards de beauté en vigueur.

©Maxim Shatrov/Red Bull

C’est internet qui va lui ouvrir des horizons dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Au fil des surfs, au hasard des pages, Shaikha Al Qassemi découvre Camille Leblanc-Bazinet et Annie Thorisdottir. La Canadienne et l’Islandaise sont toutes les deux crossfiteuses et partagent généreusement les photos de leurs corps musclés au gré de leurs nombreuses publications sur les réseaux sociaux. Une révélation.

« Les femmes autour de moi étaient toutes petites, se souvient-elle dans les colonnes de Fridaymagazine.ae. J’étais la seule à avoir des épaules. En voyant ces championnes, je me suis dit : « Whaou, c’est pour ça que Dieu m’en a donné. » »

©Ali Bharmal / Red Bull

Quelques mois plus tard, Kiki, comme la surnomment ses proches, décide de leur emboiter le pas. « J’ai regardé des vidéos de toutes ces femmes qui faisaient du CrossFit, explique-t-elle au nationalnews.com.

Elles soulevaient des charges impressionnantes et rapidement en faisant des mouvements que je n’avais jamais vus ou dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. J’étais impatiente d’apprendre et de le faire aussi. Le défi le plus difficile à relever pour moi était la peur de l’échec. » En mars 2013, sa décision est prise et elle décide, à son tour, de se lancer.

©Dimitri Crusz/Red Bull

Très vite, Shaikha Al Qassemi se découvre un talent indéniable pour la discipline et, en particulier, pour l’haltérophilie. « C’est ce qui m’a encouragée à poursuivre, reconnaît-elle sur Fridaymagazine.ae. Je me suis dit que mon corps était peut-être fait pour ça. »

Peu à peu, les résultats s’enchaînent – une troisième place à l’issue de la « Battle of the East », en 2015, suivie d’un nouveau top 3 lors de la « Battle of Heroes » l’année suivante – et les marques la repèrent. À 27 ans, elle devient non seulement la première crossfiteuse moyen-orientale sponsorisée, mais également la première femme émiratie à bénéficier de ce type de financement et ce, tous sports confondus.

©DR

Confortée dans ses choix, « Kiki » persévère. En l’espace de quelques mois, elle se métamorphose. Fière de sa nouvelle silhouette, elle qui, auparavant, s’évertuait à la cacher n’hésite désormais plus à la montrer. Trop au goût de certains. « Dans notre culture, ce sport est considéré comme tabou, reprend-elle dans Fridaymagazine.ae. Lorsque j’ai commencé, beaucoup étaient contre. »

Beaucoup, à commencer par ses proches, heurtés, pour certains, par ce nouveau style de vie. « Les gens disaient que ce n’était pas bien parce que je suis issue d’une certaine famille, confie-t-elle sur livehealthy. Ils disaient que c’était honteux aussi parce que je suis une femme arabe et que je ne devrais pas m’habiller comme ci ou agir comme ça… »

©Naim Chidiac/Red Bull

Mais les pressions, Shaikha Al Qassemi n’en a cure. Déterminée à faire évoluer les mentalités, elle s’entête et résiste. En 2017, elle ouvre une salle de sport à Dubaï. L’idée est simple : promouvoir, auprès de ses détracteurs, les bienfaits de l’activité physique.

Mixte dans un premier temps, la « Platform Fitness Gym » devient très vite un lieu dédié aux seules femmes. « Nous ne les poussons pas à se lancer dans la compétition en CrossFit ou autre, prévient-elle sur sportindustryseries.com. Nous voulons encourager un changement de style de vie qui implique de bien s’entraîner, mais aussi de mieux manger et d’être généralement plus actif. »

©DR

Non contente d’avoir prouvé qu’elle avait les épaules, certes larges, mais surtout solides, Shaikha Al Qassemi s’autorise, dès lors, non seulement à donner à voir mais aussi à entendre. Féministe convaincue, militante engagée, elle n’a de cesse de combattre le body shaming et de prôner l’acceptation de soi par le sport.

« Il existe des standards délirants concernant ce à quoi doivent ressembler les femmes, s’attarde-t-elle dans Fridaymagazine. Ce n’est pas réaliste. Mais les gens attachent tellement d’importance à ce que les autres pensent d’eux ! En tant que femmes, vous ne devriez pas vous soucier de ce que les autres vous disent, vous devez créer vos propres normes. »

©Naim Chidiac/Red Bull

Un combat de longue haleine méritoire assurément, mais néanmoins chronophage. À trop vouloir batailler sur tous les fronts, la jeune femme finit par se rendre compte qu’elle s’est oubliée. L’année 2019 sera donc celle de l’introspection et de la prise de conscience.

« Je disais aux gens de vivre leur vie, mais je me retenais de vivre la mienne, confesse-t-elle à Livehealthy. Je me sentais très vulnérable. » Alors, après six mois de réflexion, elle prend une résolution radicale : quitter les Émirats pour s’installer à Majorque. Seule. Sans tenir compte, une fois encore, du poids écrasant de la bien-pensance et des inévitables qu’en-dira-ton. « J’ai passé ma vie à toujours demander la permission, mais quand vous faites cela, vous donnez à l’autre la possibilité de dire ‘non’. Cette fois, je l’ai fait. J’ai organisé mon lieu de travail, mon lieu de formation, mon lieu de résidence et j’ai réservé mes billets d’avion. »

©DR

Dorénavant installée à plus de 7 000 kilomètres de Dubaï, coupée de sa routine journalière et de son rythme de vie trépidant, Shaikha la pionnière se recentre sur elle-même. Loin des siens et de ses repères, elle parvient à reprendre, peu à peu, le cours de sa propre histoire. Et quand le manque se fait sentir ou que le doute s’installe, elle s’accroche, vaille que vaille, à son rêve ultime : participer aux CrossFit Games.

La situation sanitaire et le confinement se sont liés pour en retarder la réalisation, mais peu importe, la Doubaïote en est convaincue : elle réussira car elle se le doit et peu importe ce qu’il en coûte. « Vous ne savez jamais où la vie va vous mener. Lorsque j’étais plus jeune, je voulais être avocate, je suis désormais une athlète de CrossFit. Je ne sais pas si je serai encore en Espagne dans un an ou dans cinq ans, mais je sais que j’ai fait le bon choix. L’entraînement et la compétition, c’est tout ce que j’aime. »

©Murad Abaza / Red Bull

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Lil'Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Deux légendes, du handball et du rugby, qui raccrochent les baskets, une motarde allumée (Lil’Viber sur notre photo), un duo de marins qui met les voiles, une histoire sportive et une petite odeur de Jeux Olympiques, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Sport pendant et après le confinement : les Français gardent le cap !

Malgré le climat sanitaire anxiogène et les restrictions de sorties, les confinés français ont tout fait pour garder un esprit sain dans un corps sain. Une étude révèle en effet qu’une majorité de Français ont adapté leur pratique et leur consommation du sport à cette toute nouvelle vie. Sur le terrain, c’est ce qu’on appelle une belle action !

Lire plus »
Maïka Vanderstichel

Maïka Vanderstichel : « Pour être arbitre, il faut savoir se blinder. »

À 25 ans, elle a été élue « Meilleure arbitre 2019 de la D1 féminine ». La Girondine Maïka Vanderstichel illustre à merveille la nouvelle génération d’arbitres féminines qui s’imposent peu à peu sur les terrains de football. Pour elle, être femme n’a rien d’incompatible avec la fonction, encore moins avec le ballon rond. Rencontre avec une footeuse bien dans ses baskets, à l’occasion des Journées de l’arbitrage qui se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Lire plus »
Sheryl Swoopes, la militante bien dans son basket

Sheryl Swoopes, la militante bien dans ses baskets

On lui a dit que c’était impossible alors elle l’a fait. Sheryl Swoopes, prodige texan du basketball, s’est imposée comme l’une des plus grandes joueuses américaines. Première à s’engager avec la WNBA, elle est aussi la première à avoir eu une basket à son nom. Sportive activiste, la désormais quinquagénaire a œuvré pour la cause homosexuelle et continue, aujourd’hui, à s’engager auprès de la jeunesse afro-américaine.

Lire plus »
Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au « cheer spirit ». Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Julie Chupin tire dans le mille pour le handisport

Amputée de la jambe gauche à l’aube de la trentaine, elle a réussi à trouver une nouvelle cible de vie : le tir à l’arc à haut niveau. Athlète handisport depuis seulement sept ans, championne de France handisport et 5e mondiale, Julie Chupin, 38 ans, se charge de « prendre du plaisir à tirer les bonnes flèches » pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2021.

Lire plus »
Cendrine Browne

Cendrine Browne, la skieuse qui respire à fond

Elle a la glisse dans le sang. La canadienne Cendrine Browne est une fondue de ski. C’est le cas de le dire car elle, son truc, c’est le ski de fond, un sport qui la fait vibrer. Venue tardivement à la compét’, elle a découvert un espace d’expression et de liberté inattendu. Aujourd’hui, elle s’engage pour que les filles aient toute leur place dans le monde enneigé des sportifs.

Lire plus »
Suzanne Lenglen

Suzanne Lenglen, « la Divine » insoumise des courts de tennis

Championne du monde à 15 ans, la Française Suzanne Lenglen a grandi avec une raquette de tennis dans les mains. Six fois gagnante à Wimbledon et six fois à Roland-Garros, elle sera la première star internationale du tennis féminin ouvrant la voie aux grandes tenniswomen. Son audace vestimentaire sur les courts libérera pour des générations la sportive qui sommeille en chaque femme. Jeu, set et match !

Lire plus »
Jeux des jeunes

Jeux des jeunes, c’est (bien) parti !

Y a urgence. À l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, le CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français) vient de lancer un programme de sensibilisation de la pratique du sport chez les jeunes. En partenariat avec l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) et l’UGSEL (Fédération sportive éducative de l’enseignement catholique), il espère ainsi faire bouger une nouvelle génération de plus en plus sédentaire.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner