Tia-Clair Toomey L’iconique crossfiteuse qui place la barre très haut…

Tia-Clair Toomey
Et de quatre ! Depuis 2017, pas une édition des CrossFit Games n'aura eu raison de sa hargne. Le 25 octobre dernier à Aromas, en Californie, Tia-Clair Toomey a de nouveau été sacrée « Femme la plus en forme sur Terre ». L’Australienne qui ne cesse de repousser ses limites marque ainsi de son empreinte musclée l’Histoire de sa discipline. Portrait d’une guerrière.

Par Sophie Danger

Publié le 13 novembre 2020 à 17h09, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h47

Compétitrice dans l’âme et sportive accomplie depuis toujours, rien ne prédestinait pourtant Tia-Clair Toomey à devenir cette exceptionnelle machine à gagner. Persuadée que son avenir rimerait, quoi qu’il advienne, avec sport, son cœur a pourtant longtemps penché côté piste plutôt que côté salle.

Bouleversée par la victoire de sa compatriote Cathy Freeman sur 400 mètres lors des Jeux Olympiques de Sydney en 2000, la petite Australienne, âgée de 7 ans, n’a eu de cesse, dès lors, de se rêver un destin similaire. « Ce qu’elle venait de réussir était grand, se remémore Tia-Clair Toomey sur CrossFit.fr… J’avais la sensation, moi aussi, que je pouvais réaliser quelque chose. »

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook Tia-Clair Toomey

Portée par son ambition olympique, l’athlète en herbe partage alors son temps entre école et entraînements intensifs. Épaulée par son père, Brendan Toomey, elle jongle et enchaîne. Inlassablement.

Les journées se suivent et se ressemblent. Deux ou trois kilomètres de natation le matin pour se mettre en jambes et, une fois les cours terminés, un détour par la salle de sport pour travailler son explosivité.  

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Un investissement personnel énorme mais qui, malheureusement, ne suffira pas. Une carrière de sportive professionnelle a en effet un coût que la famille Toomey n’est pas en mesure de supporter.

En 2011, ses études secondaires terminées, la native du Queensland se voit donc contrainte de renoncer à ses ambitions sportives pour raisons financières.

Les pointes remisées au placard, elle commence une formation d’infirmière. « Courir juste pour faire de l’exercice dans le seul but de rester en forme est une chose que je n’avais jamais connu auparavant, confie Tia-Clair Toomey. J’ai toujours fait de la compétition, je m’entraînais pour quelque chose. C’était si différent quand je n’avais pas ça, ce n’était pas très agréable. »

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Sans but et éloignée de ses proches, Tia-Clair Toomey déprime. Six mois plus tard, en 2013, elle abandonne la faculté pour rejoindre Shane Orr, son petit ami, à Gladstone. Celui-là même qui deviendra plus tard l’un de ses entraîneurs de CrossFit.

Elle y trouve un travail d’assistante dentaire et, avec ses premiers revenus, s’offre une licence dans le club d’athlétisme local. L’aspirante sprinteuse renoue avec sa passion. Dans sa ligne de mire, l’espoir, de nouveau vivace, de participer aux Jeux Olympiques.

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Pressée de retrouver son niveau, l’Australienne se tourne alors vers ce sport complet qu’est le CrossFit. « Shane m’a convaincue de participer à une session avec lui mais, pour être honnête, je n’ai pas aimé, s’amuse-t-elle sur Reebok.com. Je pensais que ce n’était pas pour moi. »

Mais la perspective d’intégrer l’équipe nationale olympique conjuguée aux talents de persuasion de son fiancé auront finalement raison de ses réticences. « Plus j’y allais, plus je prenais du plaisir, poursuit Tia-Clair Toomey. J’en avais marre de m’entraîner seule, là il y avait une communauté. Lorsque j’ai réalisé que je pouvais pratiquer le CrossFit comme un sport à part entière, tout a rapidement changé. »

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Un mois plus tard, la petite Aussie – 1,63m pour 58 kg – s’inscrit au Reebok CrossFit Games Open. Malgré son peu d’expérience en gymnastique et en haltérophilie, elle termine au 403e rang national.

C’est à cette époque que Miles Wydall la repère. Le Britannique, entraîneur de l’équipe australienne d’haltérophilie, lui fait prendre conscience de son énorme potentiel et se propose de l’entraîner. Une rencontre décisive pour Tia-Clair Toomey qui tire un trait, définitif, sur sa carrière de sprinteuse sans renoncer, pour autant, à ses aspirations olympiques. « En quittant la salle le premier jour, se remémore-t-elle sur CrossFit.fr, je me suis dit : “Wow, je voulais tenter ma chance au sprint en vue des Jeux Olympiques, mais je vais la tenter pour l’haltérophilie.”»

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Fidèle à ses habitudes, Tia-Clair Toomey ne lésine ni sur le temps ni sur les efforts. Les sessions de CrossFit et d’haltérophilie rythment ses semaines, les compétitions ses week-ends.

En 2015, elle se qualifie pour la finale des CrossFit Games, sorte de championnats du monde de la discipline. Après seulement trois années de pratique, elle grimpe sur la deuxième marche du podium et est sacrée « Rookie of the year » (recrue de l’année). Le scénario se répète l’année suivante.

Tia-Clair Toomey
©DR/Facebook

Dans le même temps, l’endurante athlète décroche son ticket pour l’épreuve d’haltérophilie aux Jeux Olympiques de Rio. « Il n’y a pas de meilleure sensation que celle de porter les couleurs vert et or (les couleurs de l’Australie, ndlr) savoure Tia-Clair Toomey interrogée par Nocco.com. Notamment lors de la cérémonie d’ouverture, lorsque vous marchez épaule contre épaule avec les meilleurs athlètes de votre pays dans un stade bondé. C’est une expérience phénoménale. » Cinquième de son groupe, elle quitte Rio, une quatorzième place en poche.

Il faudra attendre un an de plus pour que la protégée de Shane Orr -devenu son mari en 2017, juste après sa première victoire aux Games- goûte, enfin, aux honneurs.

Engagée dans les CrossFit Games 2017, elle décroche le Graal. « Le jour où j’ai finalement terminé première était quelque chose dont j’avais toujours rêvé, confie-t-elle sur son site officiel. Lorsque j’ai entendu prononcer mon nom devant des milliers de fans qui m’acclamaient, je me suis sentie invincible, j’avais l’impression d’être au sommet du monde. C’était comme si tout ce qui s’était passé jusqu’à ce moment avait un sens. »

Tia-Clair Toomey et son coach et mari, Shane Orr
Tia-Clair Toomey et son coach et mari, Shane Orr...©DR/Facebook

Depuis, « la femme la plus en forme sur Terre », athlète hors-norme, continue inlassablement à truster les premières places.

En 2018, elle s’offrait l’or en haltérophile aux Jeux du Commonwealth. La même année, elle remportait de nouveau les CrossFit Games. Elle ajoutera ensuite, à son palmarès, les éditions de 2019 et 2020, dominant la discipline avec son pendant masculin, Mathew Fraser, ex-haltérophile olympique, empereur de ces championnats du monde de CrossFit depuis 2016. Et de devenir des athlètes « unstoppable » comme le titrait la presse au lendemain de leur nouvelle victoire.

Tia-Clair Toomey et Mathew Fraser...
Tia-Clair Toomey et Mathew Fraser...©DR/Facebook

De quoi continuer à nourrir les envies olympiques de l’iconique Tia-Clair Toomey avec l’échéance tokyoïte à venir ? Aucune certitude pour le moment ! L’Australienne a décidé, pour une fois, de prendre son temps et souhaite désormais « ne pas (se) projeter trop loin. » Car, dit-elle, « Je suis concentrée sur ce qui se passe ici et maintenant. » Zen, la guerrière…

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Selma Bacha, la meilleure défense...c’est l’attaque !

Selma Bacha, la meilleure défense…c’est l’attaque !

Benjamine de l’équipe de France de foot, Selma Bacha fait souffler un vent de nouveauté sur les Bleues. Ne vous fiez pas aux apparences, derrière sa jeunesse et son poste de défenseure, la Lyonnaise cache un caractère bien trempé et un goût pour l’offensive. Une footballeuse qui a les crocs, ça tombe à pic pour l’Euro !

Lire plus »
Marie Mateos

Marie Mateos : « En paramoteur, je suis comme un oiseau ! »

Elle vient de décrocher le titre de Championne de France, en mixte, en paramoteur. Marie Mateos bourlinguait dans les airs, au cœur d’une montgolfière, lorsqu’elle s’est fait attraper par ce drôle d’oiseau volant et s’est lancée dans cette aventure pour tutoyer les cieux. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer ce sport méconnu et a brillé à de nombreuses reprises sur les podiums. C’est parti pour l’envol !

Lire plus »
Capucine : « Être entre filles nous permet d’oser nous lancer. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière de la planche, une fille de la glisse qui n’a peur de rien (Capucine avec ses copines les Shreddeuses sur notre photo), un récap’ de l’Euro de hand, une runneuse toujours ÀBLOCK! (même en diagonale) ou une Question qui tue spécial insomniaques… C’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Gabriella Papadakis Guillaume Cizeron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une figure aérienne (magnifiquement illustrée ici par Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron), une ballerine qui prend la plume et qui répond à un Q&A vidéo, une vision d’experte sur le traitement médiatique du sport féminin, l’histoire des femmes fans de pagaies et une question qui tue, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Laura Valette, Laura Valette, en piste, hurdleuse !

Laura Valette : en piste, hurdleuse !

Ce 31 juillet, la blonde hurdleuse au regard clair et au sourire franc s’élancera sur le 100m haies dans l’objectif de se qualifier pour les demi-finales des JO de Tokyo. Championne olympique de la jeunesse en 2015 et multi médaillée dans les compétitions nationales et internationales, Laura Valette la fonceuse veut vivre son rêve olympique à fond.

Lire plus »
Tanya Naville

Des femmes, des films et des cimes

La montagne est inspirante et les femmes qui s’y frottent n’ont rien à lui envier. Le festival de films “Femmes en Montagne“ qui aura lieu en Haute-Savoie et en version digitale, s’apprête à mettre en avant, pour sa deuxième édition, des sommets conquis et filmés par des grimpeuses, des réalisatrices ou même des spectatrices.

Lire plus »
Surya Bonaly

Surya Bonaly : 5 infos pour briller sur la glace

À l’image d’une Simone Biles, championne avant-gardiste de la gymnastique, Surya Bonaly marqua le monde du patinage artistique dans les années 1990 de ses prouesses interdites. La multi championne de France et d’Europe et vice-championne du monde par trois fois, a toujours voulu briser la glace des conventions pour faire évoluer son sport, au grand dam des juges, mais pour le plus grand plaisir du public. Ou comment devenir une Reine des glaces en 5 (r)évolutions !

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
JUJITSUFFRAGETTES

Les Jujitsuffragettes ou quand le self-defense devint une arme féministe

Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner