Aurélie Tourte L’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur
Incontournable du paysage tennistique, arbitre féminine française la plus gradée avec le badge d’argent en 2014 puis le badge d’or en 2017, Aurélie Tourte, qui a fait ses classes dans le circuit féminin, a aussi réussi à se faire sa place sur la terre battue au masculin en étant la première femme à accéder à cette chaise. Portrait d’une fille qui parcourt le monde pour l’amour de la balle jaune.

Par Claire Bonnot

Publié le 12 septembre 2021 à 19h38, mis à jour le 22 septembre 2021 à 18h22

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle arbitrait la mythique finale de Roland-Garros le 13 juin dernier. Le match de sa vie. À l’âge de 37 ans. Son ascension dans l’arbitrage français au féminin a été fulgurant.

La petite Aurélie débute dans le tennis sur la terre battue, initiée par son père. Elle monte jusqu’en compétition par équipe en club, à Plaisir dans les Yvelines, où elle atteint la deuxième série.

C’est à 23 ans qu’elle découvre l’arbitrage, un peu par hasard, alors qu’elle est invitée par la juge-arbitre d’un tournoi régional à venir régler un litige sur la chaise lors d’un match.

Aurélie Tourte va alors être coachée par deux arbitres et aura l’occasion d’officier à Deauville puis lors du Challenger de Rennes. « J’ai pu voir des arbitres pro évoluer, ça a commencé à plus m’intéresser. Au fur et à mesure, encouragée par Maryvonne Ayale de la CRA (Commission Régionale de l’Arbitrage) de la Ligue des Yvelines, je me suis prise au jeu et j’ai commencé à passer mes diplômes », explique-t-elle à actu.fr.

Dès ce moment-là, la balle est dans son camp et elle se prend au jeu : « Je me rappelle d’un match où j’ai fini en pleurant et en me disant : plus jamais. Et voilà où j’en suis aujourd’hui. Je ne sais pas si j’ai choisi de me lancer dans l’arbitrage ou si c’est l’arbitrage qui m’a choisie… mais une chose est sûre, c’est que la passion et l’amour du tennis m’ont amené à continuer dans cette direction », confie-t-elle sur le site de la Fédération Française de Tennis.

Aurélie Tourte va arbitrer des matchs aux quatre coins du monde. En 2013 et 2016, elle arbitre la finale du double féminin du tournoi de la porte d’Auteuil.

Elle est récompensée en 2017 par un badge d’or, le plus haut niveau d’arbitrage – seules dix femmes dans le monde possèdent cette distinction – et, depuis 2019, elle arbitre des matchs du circuit masculin dont la dernière finale de Roland-Garros…

©FFT

Aurélie Tourte est, d’ailleurs, la seule femme dans l’élite team de Roland-Garros – les arbitres badges d’or qui officient sur ce terrain prestigieux : « Auparavant arbitre WTA (elle faisait partie de la « Rising Team », un groupe de 4 femmes sur le tournoi des compétitions tennistiques professionnelles des femmes, ndlr), j’ai démarré 2019 en rejoignant l’élite team de l’ATP. S’intégrer dans une nouvelle équipe, participer à de nouveaux tournois, gagner la confiance des joueurs, se faire sa place sont tous les défis auxquels je dois me confronter aujourd’hui. C’est un gros challenge pour moi mais également une grande fierté, étant la seule femme dans ce groupe. »

En ayant obtenu le badge d’or en 2017, cela lui permet d’arbitrer n’importe quel match et même d’être professionnelle sur les différents circuits. À noter d’ailleurs que seuls les badges d’or sont habilités à arbitrer les finales.

 

©FFT

Comment gérer le stress de ces rencontres sportives ultra-médiatisées ? « On ressent forcément une petite appréhension quand on rentre sur un Central pour un match à fort enjeu, mais je contrôle de mieux en mieux mes émotions. Et puis, les meilleures joueuses mondiales commencent à me connaître », témoignait Aurélie Tourte en 2016 dans une interview pour Tenup.

Sa solution quand elle fait face à des joueurs récalcitrants ? « Il est important de garder son sang-froid, de faire attention à ce que l’on peut dire dans ces moments chauds. »

Parce que l’histoire d’ Aurélie Tourte est aussi celle d’une femme qui a réussi dans un monde d’hommes très compétitif : « Quand on débute dans l’arbitrage, on ne pense pas au fait d’être une femme, car il s’agit d’un loisir. Mais ensuite, une compétition se crée. Or on est clairement dans un univers masculin. Sur et en dehors du terrain, il faut se faire une place, prouver que l’on est tout aussi capable que les garçons. Mais l’avantage, c’est qu’à un haut niveau, nous sommes moins nombreuses. Cet avantage m’a permis s’y arriver plus vite. »

©Thomas berdych.net

Et avec les stars masculines des courts ? « Les femmes sont plus habituées à être arbitrées par des femmes. Pour les hommes, ça ne va pas de soi. Ils ne réagissent pas pareils, sont parfois plus impulsifs, vous disent plus facilement les choses. Je dirais qu’avec les hommes, il faut gagner leur confiance, comme ce fut le cas pour moi sur les Challengers. Tout en prenant garde à ne pas en faire trop », dit-elle sur tenup.fr.

Sa recette miracle pour n’en faire ni trop ni pas assez ? Ne pas transiger et se faire respecter : « Poser des limites ». Malgré tout, elle assure que « quand les joueurs rentrent sur le terrain, ils voient l’arbitre, ils ne voient pas la femme. »

Son souhait ? Avec son parcours engageant et pionnier dans un univers trusté par les hommes, susciter des vocations chez les femmes passionnées de balle jaune. Une femme ABLOCK! sur le terrain du sport au féminin !

Ouverture ©FFT

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Kon Hiyori

Kon Hiyori, la little miss Sumo qui lutte pour la cause féminine

Elle a été élue l’une des femmes les plus inspirantes et influentes de la planète par la BBC. Lutteuse de sumo japonaise, connue pour défendre le droit des femmes à concourir professionnellement au Japon, Kon Hiyori est une force de la nature, déterminée à faire bouger les solides traditions de cette discipline ancestrale. Portrait.

Lire plus »
Sophia Bouderbane

Sophia Bouderbane : « Le karaté, c’est puissant, ça t’offre des émotions rares. »

La veste du karatégi sanglée à la perfection, la tête sur les épaules, les pieds ancrés sur le tapis… la karatéka française, multi médaillée, qui a raflé l’an dernier le titre de championne d’Europe, vit sa passion intensément et viscéralement. Pour elle, le karaté est un code moral. Et un épanouissement joyeux qu’elle partage sans retenu. Conversation avec une grande Dan.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »
Mia Hamm

Mia Hamm, la footballeuse la plus célèbre des nineties

Première grande légende du foot féminin, l’Américaine Mia Hamm est une attaquante de choc avec des pieds (et un cœur) en or. Doublement championne du monde et doublement médaillée d’or olympique, cette pionnière a suscité l’engouement mondial pour le ballon rond au féminin dès le début des années 90. Hola pour Mia !

Lire plus »
Simone Biles

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière du tennis français restée dans l’ombre, une autre qui s’est offert un doublé pour la postérité à Roland-Garros, une championne folle de volley, la gymnaste la plus titrée de tous les temps (Simone Biles, notre photo), mais aussi une “question qui tue“, un film poignant sur la relation entre des ados et le foot et un nouveau campus sport business, c’est le programme à retrouver sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Lauriane Lamperim

Le questionnaire sportif de…Lauriane Lamperim

Sept fois championne de France et multi-médaillée internationale en tumbling, Lauriane Lamperim s’est offert une deuxième vie de sportive après avoir subi une grave blessure sur les tapis. C’est aujourd’hui sur l’eau qu’elle glisse. Elle a pris le temps de remplir notre petit questionnaire entre deux vagues.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner