Aurélie Tourte L’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur

Aurélie Tourte, l’arbitre de chaise qui sait prendre de la hauteur
Incontournable du paysage tennistique, arbitre féminine française la plus gradée avec le badge d’argent en 2014 puis le badge d’or en 2017, Aurélie Tourte, qui a fait ses classes dans le circuit féminin, a aussi réussi à se faire sa place sur la terre battue au masculin en étant la première femme à accéder à cette chaise. Portrait d’une fille qui parcourt le monde pour l’amour de la balle jaune.

Par Claire Bonnot

Publié le 25 mai 2022 à 9h38

L’an dernier, c’est elle qui arbitrait la finale hommes de Roland-Garros. Le match de sa vie. Cette année encore, la voilà en haut de l’affiche et de la chaise au tournoi parisien.

À 38 ans, Aurélie Tourte est une bosseuse passionnée, une dure à cuire concentrée et efficace, une arbitre qui ne se laisse pas intimider. Ni par les joueurs ni par le public. Un public parfois trop bruyant à son goût et qu’elle n’hésite pas à rappeler fermement à l’ordre, comme lors du Masters 1000 de Paris en novembre 2021 où elle priait un spectateur « d’aller faire un tour dehors. »

Le respect pour l’arbitre Aurélie Tourte, ce n’est pas négociable. Autant de qualités qui font mouche dans le monde de l’arbitrage. Et son ascension dans ce monde-là a été fulgurante.

La petite Aurélie débute dans le tennis sur la terre battue, initiée par son père. Elle monte jusqu’en compétition par équipe en club, à Plaisir dans les Yvelines, où elle atteint la deuxième série.

C’est à 23 ans qu’elle découvre l’arbitrage, un peu par hasard, alors qu’elle est invitée par la juge-arbitre d’un tournoi régional à venir régler un litige sur la chaise lors d’un match.

Aurélie Tourte va alors être coachée par deux arbitres et aura l’occasion d’officier à Deauville puis lors du Challenger de Rennes. « J’ai pu voir des arbitres pro évoluer, ça a commencé à plus m’intéresser. Au fur et à mesure, encouragée par Maryvonne Ayale de la CRA (Commission Régionale de l’Arbitrage) de la Ligue des Yvelines, je me suis prise au jeu et j’ai commencé à passer mes diplômes », explique-t-elle à actu.fr.

Dès ce moment-là, la balle est dans son camp et elle se prend au jeu : « Je me rappelle d’un match où j’ai fini en pleurant et en me disant : plus jamais. Et voilà où j’en suis aujourd’hui. Je ne sais pas si j’ai choisi de me lancer dans l’arbitrage ou si c’est l’arbitrage qui m’a choisie… mais une chose est sûre, c’est que la passion et l’amour du tennis m’ont amené à continuer dans cette direction », confie-t-elle sur le site de la Fédération Française de Tennis.

Aurélie Tourte va arbitrer des matchs aux quatre coins du monde. En 2013 et 2016, elle arbitre la finale du double féminin du tournoi de la porte d’Auteuil.

Elle est récompensée en 2017 par un badge d’or, le plus haut niveau d’arbitrage – seules dix femmes dans le monde possèdent cette distinction – et, depuis 2019, elle arbitre des matchs du circuit masculin dont la dernière finale de Roland-Garros et celle du Masters 1000 de Paris entre Novak Djokovic et Daniil Medvedev.

©FFT

Aurélie Tourte est, d’ailleurs, la seule femme dans l’élite team de Roland-Garros – les arbitres badges d’or qui officient sur ce terrain prestigieux : « Auparavant arbitre WTA (elle faisait partie de la « Rising Team », un groupe de 4 femmes sur le tournoi des compétitions tennistiques professionnelles des femmes, ndlr), j’ai démarré 2019 en rejoignant l’élite team de l’ATP. S’intégrer dans une nouvelle équipe, participer à de nouveaux tournois, gagner la confiance des joueurs, se faire sa place sont tous les défis auxquels je dois me confronter aujourd’hui. C’est un gros challenge pour moi mais également une grande fierté, étant la seule femme dans ce groupe. »

En ayant obtenu le badge d’or en 2017, cela lui permet d’arbitrer n’importe quel match et même d’être professionnelle sur les différents circuits. À noter d’ailleurs que seuls les badges d’or sont habilités à arbitrer les finales.

 

©FFT

Comment gérer le stress de ces rencontres sportives ultra-médiatisées ? « On ressent forcément une petite appréhension quand on rentre sur un Central pour un match à fort enjeu, mais je contrôle de mieux en mieux mes émotions. Et puis, les meilleures joueuses mondiales commencent à me connaître », témoignait Aurélie Tourte en 2016 dans une interview pour Tenup.

Sa solution quand elle fait face à des joueurs récalcitrants ? « Il est important de garder son sang-froid, de faire attention à ce que l’on peut dire dans ces moments chauds. »

Parce que l’histoire d’ Aurélie Tourte est aussi celle d’une femme qui a réussi dans un monde d’hommes très compétitif : « Quand on débute dans l’arbitrage, on ne pense pas au fait d’être une femme, car il s’agit d’un loisir. Mais ensuite, une compétition se crée. Or on est clairement dans un univers masculin. Sur et en dehors du terrain, il faut se faire une place, prouver que l’on est tout aussi capable que les garçons. Mais l’avantage, c’est qu’à un haut niveau, nous sommes moins nombreuses. Cet avantage m’a permis s’y arriver plus vite. »

©Thomas berdych.net

Et avec les stars masculines des courts ? « Les femmes sont plus habituées à être arbitrées par des femmes. Pour les hommes, ça ne va pas de soi. Ils ne réagissent pas pareils, sont parfois plus impulsifs, vous disent plus facilement les choses. Je dirais qu’avec les hommes, il faut gagner leur confiance, comme ce fut le cas pour moi sur les Challengers. Tout en prenant garde à ne pas en faire trop », dit-elle sur tenup.fr.

Sa recette miracle pour n’en faire ni trop ni pas assez ? Ne pas transiger et se faire respecter : « Poser des limites ». Malgré tout, elle assure que « quand les joueurs rentrent sur le terrain, ils voient l’arbitre, ils ne voient pas la femme. »

Son souhait ? Avec son parcours engageant et pionnier dans un univers trusté par les hommes, susciter des vocations chez les femmes passionnées de balle jaune. Une femme ABLOCK! sur tous les terrains.

Ouverture ©FFT

D'autres épisodes de "Tennis : femmes sur court"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Sur le Champ-de-Mars et au galop !

Pendant trois jours, du 24 au 26 juin prochain, le gratin du milieu équestre sera présent à Paris, face à la tour Eiffel. La 8e édition du Longines Global Champions Tour-Longines Paris Eiffel Jumping, compétition de haut niveau, est très attendue.

Lire plus »

Cet été, si on courait pour la bonne cause ?

Depuis le 7 août et jusqu’au 7 septembre, la fondation Alice Milliat qui œuvre à la médiatisation du sport féminin, – lance la 5e édition de son Challenge Alice Milliat, une course connectée solidaire et gratuite pour valoriser le sport au féminin, sa médiatisation, sa pratique et l’égalité dans le milieu sportif. On y va ?

Lire plus »
Gail Falkenberg

Gail Falkenberg, la super-granny du tennis

Elle en a sous le coude. Après une éclipse de plusieurs années, la joueuse de tennis américaine de 74 ans (oui, oui !), Gail Falkenberg, a rejoint les courts et disputé un match de premier tour sur le circuit pro. Rarissime. Ce qui fait la joie du milieu tennistique !

Lire plus »
Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
Marie Houdré

Marie Houdré, la rugbywoman qui a transformé l’essai

Elle n’imaginait pas sa vie sans sport. Non contente d’avoir participé à la naissance du mouvement sportif féminin en France, Marie Houdré s’est attachée à le développer et le promouvoir à travers la barette, une version revue et corrigée du rugby dans les années 20. Portrait d’une avant-gardiste qui s’est toujours refusée à botter en touche.

Lire plus »
Mary Davis

Mary Davis, la femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Foot marocain

Maroc : la révolution du football féminin aura-t-elle lieu ?

Une avancée majeure, une priorité. C’est en tout cas le message que la Fédération Royale Marocaine de Football entend faire passer en signant des accords visant à booster le foot féminin dans son pays. Elle vient en effet d’entériner un contrat-objectifs avec les différents acteurs de la discipline. Preuve de l’intérêt grandissant que porte le pays à son développement. Et de son ambition à la faire entrer dans un Nouveau Monde. Explications.

Lire plus »
Sharni Pinfold

Sharni Pinfold, portrait d’une motarde désenchantée

Fatiguée de se battre contre la misogynie. Éreintée après des années à tenter de trouver sa place dans le monde des sports mécaniques. Sharni Pinfold, 25 ans, lâche le guidon. Amère. L’Australienne avait tout quitté pour un rêve, devenir pilote professionnelle de moto, aujourd’hui, elle fuit les circuits. Et laisse sur le bitume une carrière prometteuse et quelques illusions.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner