Prithika Pavade La “ping“ prodige

Prithika Pavade Prithika Pavade, la “ping“ prodige
C’est une jeune femme pressée. À 16 ans, Prithika Pavade a déjà un palmarès long comme le bras. La Francilienne, phénomène du tennis de table, attendue à Paris en 2024, est également du voyage à Tokyo. Les Jeux Olympiques, pour elle, ça commence aujourd’hui !

Par Sophie Danger

Publié le 23 juillet 2021 à 18h40, mis à jour le 27 juillet 2021 à 17h32

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle visait les Jeux de Paris en 2024, elle vivra finalement sa première expérience olympique trois ans plus tôt, à Tokyo. Prithika Pavade est en avance. En avance sur son plan de carrière, en avance sur les concurrentes de son âge, en avance sur tout.

Prodige du ping, l’adolescente, 16 ans seulement, a déjà un solide palmarès à son actif. Octuple championne de France dans les catégories jeune, elle s’est également distinguée sur la scène continentale en décrochant l’or aux Europe des moins de 21 ans, en 2020.

Échange entre Audrey Zarif et Prithika Pavade, en préparation olympique (mai 2021).

Un parcours fulgurant dont elle a commencé à écrire l’histoire il y a tout juste neuf ans. Inspirée par son père, pratiquant de bon niveau en Inde, son pays natal, Prithika Pavade tape ses premières balles au gymnase Paul-Simon du Bourget, à quelques encablures du foyer familial.

Très à l’aise raquette en main, la petite fille impressionne. Plus que talentueuse, elle se révèle surdouée ni plus, ni moins.

Deux ans après ses débuts, elle rafle son premier titre national chez les minimes. Elle n’a que 9 ans et surclasse déjà ses rivales !

©FFTT/Remy Gros

Elle ne va plus cesser, dès lors, de tutoyer les sommets. En 2014, elle quitte le club bourgentin pour rejoindre le SDUS – Saint-Denis Union Sport –. L’encadrement croit en son talent et fait d’elle l’un des visages emblématiques de « Générations JO 2024 », un projet orchestré pour accompagner et soutenir les talents potentiellement médaillables lors des futurs Jeux parisiens.

L’année suivante, elle intègre le pôle espoirs Île-de-France et partage son temps entre les cours, l’entraînement et les compétitions.

©FFTT/Remy Gros

Après un nouveau titre de championne de France minimes en 2016, la benjamine se frotte aux cadettes et aux juniors. Avec le même succès.

Sa vitesse d’exécution et son intelligence du jeu lui permettent de compenser, sans mal, une constitution encore frêle.

Autre atout et non des moindres à mettre au crédit de la demoiselle, un mental d’acier, super pouvoir qui semble lui garantir une immunité totale contre toute forme de pression. De quoi envisager avec sérénité ses débuts européens.

©FFTT

Retenue pour les Europe de Cluj en 2018, elle rentre de Roumanie trois médailles en poche, l’or du double cadette, l’argent du double mixte cadets et le bronze en simple.

Un galop d’essai fructueux pour Prithika Pavade qui passe à la vitesse supérieure dès l’année suivante, à Antibes, en grimpant sur la plus haute marche du podium en simple, double, double mixte et dans l’épreuve par équipe.

Une saison faste pour l’adolescente, 15 ans, qui ajoute à son insolente moisson un titre de championne de France junior et le bronze aux France… séniors !

©SDUS tennis de table/Yann Mambert

Suffisant pour satisfaire, un temps, son appétit mais pas assez néanmoins pour la rassasier. En 2020, la Dyonisienne fait parler la poudre à Varaždin (Croatie) et décroche le Graal en simple aux Championnats d’Europe moins de 21 ans.

Elle qui s’apprêtait à regarder Tokyo en spectatrice, pour mieux appréhender Paris, va se voir offrir une chance inattendue d’être du voyage au Japon. Il lui faudra, pour cela, en passer par le TQO de Doha au Qatar.

Demi-finaliste, elle laisse filer sa chance avant de se rattraper, quelques semaines plus tard, au terme d’un parcours quasi sans-faute au tournoi qualificatif de Guimarães au Portugal.

Un carton plein pour Prithika Pavade qui, à 16 ans, s’offre donc une première virée olympique.

Plus jeune représentante de la délégation française, la 390e joueuse mondiale tentera, comme à son habitude, de brûler les étapes en s’alignant en simple, mais également en équipe, aux côtés de ses coéquipières Jia Nan Yuan – qualifiée elle aussi en simple – Stéphanie Loeuilette et Pauline Chasselin.

Ouverture ©FFTT/Remy Gros
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Charlie Moss

Speakers dans les stades : les femmes aussi donnent de la voix !

Elles chauffent des stades de foot et de rugby blindés de supporters prêts à en découdre. Elles, ce sont les speakers femmes, ces voix de l’ombre qui s’expriment haut et fort dans un milieu souvent majoritairement masculin. Des matchs ambiancés d’une main de maître…de cérémonie. Lançons la Ola pour ces ladies du micro !

Lire plus »
Sarah Fuller

Sarah Fuller : Un petit coup de pied dans le foot US, un grand pas pour le sport féminin

Elle a participé, au pied levé, à un match de l’équipe masculine de son université américaine et, d’un coup, d’un seul, elle est entrée dans l’Histoire… Sarah Fuller, 21 ans, powerful kicker de son équipe féminine, Vanderbilt Women’s Soccer, est devenue, le 28 novembre dernier, la première femme à participer à un match du « Power 5 », une organisation qui regroupe au niveau universitaire les cinq meilleures divisions américaines de football américain. Ou comment une sportive dégomme le plafond de verre…

Lire plus »
Pauline Ferrand-Prévot

Best-of 2020 : les exquises paroles de nos championnes

Elles nous ont inspirés, nous ont émus, soufflés, amusés ou encore étonnés. Par leurs mots, leurs émotions si bien exprimées. Leurs confidences sont des cadeaux et nous sommes fiers de les accueillir toutes ces filles ÀBLOCK! Merci, girls, d’avoir fait de 2020, année troublée, une année de partage. Merci d’avoir accompagné notre nouveau média. Cela valait bien de réunir ici quelques pépites glanées au gré de nos rencontres. Le choix a été si difficile que nous reviendrons prochainement mettre en lumière d’autres championnes pour d’autres délicieuses petites phrases. Vive 2021 avec vous ! Savourez !

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Gabriella Papadakis : « Il arrive un moment où on ne patine plus pour gagner, mais pour ne pas perdre. »

Elle sera, avec son partenaire Guillaume Cizeron, la grande absente des Championnats du monde de patinage qui débutent lundi. Le couple star a en effet choisi de se consacrer à la préparation des JO 2022. Et il peut se le permettre. Ensemble, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont (presque) tout gagné : quadruples champions du monde, quintuples champions d’Europe et vice-champions olympiques. L’occasion de faire le point avec celle qui, à 25 ans, collectionne les honneurs avec, toujours, cette envie de surprendre, d’explorer des domaines où on ne l’attend pas. Rencontre chaleureuse avec une fille qui laisse tout sauf de glace.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »

Julie Cukierman : « J’aime transmettre le goût de l’effort, la volonté d’aller au bout de soi-même… »

Elle a le sport dans la peau. Une passion jubilatoire qu’elle transmet à merveille, elle qui rêve de prouver que nous sommes tous des sportifs dans l’âme. Préparateur sportif d’athlètes de haut niveau, Julie pratique un métier dans lequel les femmes sont peu nombreuses. Et elle s’y sent bien. Également coach (à ne pas confondre !), elle nous raconte son quotidien entre grands champions et sportifs amateurs.

Lire plus »
Léa Labrousse

Léa Labrousse : « En trampoline, voir un garçon aller plus haut que moi, ça me booste ! »

Pétillante, fraîche et aérienne, elle pourrait bien faire ses plus belles figures aux prochains JO de Tokyo. En attendant, Léa Labrousse, trampoliniste française, continue de prendre d’assaut la toile en compétitions internationales. Du haut de ses 23 ans, elle sait comme personne déchausser les baskets pour se propulser dans les airs avec une puissance et une précision dont elle seule a le secret. Rencontre avec une fille d’une autre dimension. En toute légèreté.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner