Maryse Bastié La pilote qui n’a pas eu peur de déployer ses ailes

Maryse Bastié
Son mariage avec un lieutenant aviateur va lui ouvrir les portes du ciel. Maryse Bastié a 24 ans lorsqu’elle grimpe, pour la première fois, dans un avion. Dès lors, elle n’aura plus qu’une idée en tête : voler… et battre des records. Portrait d’une ébouriffante fille de l’air.

Par Sophie Danger

Publié le 05 mai 2021 à 17h53, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h13

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Rien ne prédestinait Maryse Bastié à devenir une figure majeure de l’histoire de l’aviation. Employée très jeune dans une usine de chaussures de Limoges, sa ville natale, pour subvenir aux besoins de sa famille, elle doit attendre ses 24 ans pour monter, pour la première fois, dans un avion.

Nous sommes au début des années 1920. La jeune femme, tout juste divorcée de Jean Baptiste Gourinchas, son premier mari, vient d’épouser le lieutenant aviateur Louis Bastié, son filleul de guerre, en deuxièmes noces. Le couple fréquente Roger Ronserail, un as de l’aviation connu pour sa virtuosité et ses acrobaties.

C’est lui qui lui offrira son baptême de l’air. Conquise, Maryse Bastié décide, elle aussi, de devenir pilote et décroche son brevet le 29 septembre 1929.

Maryse Bastié, en 1932

Elle ne mettra pas longtemps à se faire remarquer. Moins d’une semaine après avoir été diplômée, la Limougeaude s’amuse à passer sous les arches du pont transbordeur de Bordeaux à bord d’un Caudron G3.

Quelques semaines plus tard, elle passe à la vitesse supérieure et se met à l’épreuve en ralliant Bordeaux à Paris, son premier voyage aérien. Le décès accidentel de Louis, en 1926, ne modère ni ses ardeurs ni ses ambitions.

Un temps instructrice-pilote, Maryse Bastié rejoint rapidement la Capitale. Contrainte de gagner sa vie, elle propose des baptêmes de l’air et fait de la publicité aérienne. Sa rencontre avec l’aviateur Maurice Drouhin va changer la donne.

Le pilote, célèbre pour avoir battu les records de distance et de durée, va l’aider à s’acheter son propre avion, un Caudron C.109. En 1928, à ses côtés, elle bat le record du monde de distance en ligne droite au terme d’un voyage de 1058 kilomètres entre Paris et Treptow-sur-Rega, dans le nord-ouest de la Pologne.

La même année, elle décroche sa licence de transport aérien public, une première pour une femme. Nouveau fait d’arme en 1929. Maryse Bastié a 31 ans et s’adjuge le record de France féminin de durée au terme d’un vol de 10h30.

Battue par sa compatriote, Léna Bernstein, dans la foulée, elle se le réapproprie en 1930 après avoir porté la marque de référence à 37h55.

La trentenaire est à nouveau à l’honneur en 1931. Partie du Bourget le 28 juin, elle se pose 2976 kilomètres plus loin, près de Nijni-Novgorod (Russie) après 30 heures et 30 minutes d’efforts, record international de distance à la clé.

Sa situation financière va la contraindre, par la suite, à mettre quelques temps l’aviation de compétition entre parenthèses. Il faudra attendre 1936 pour qu’elle ajoute une nouvelle ligne à son palmarès. Encouragée par Jean Mermoz, héros de l’aéropostale, elle lorgne du côté de l’Atlantique Sud.

Un mois après la disparition en mer de son mentor, elle s’envole de Dakar (Sénégal) et rejoint Natal (Brésil) en 12 heures et 5 minutes, nouveau chrono à battre.

Lorsque la deuxième Guerre Mondiale éclate, Maryse Bastié met ses talents de pilote au service de la nation. Elle fait partie des quatre femmes réquisitionnées pour convoyer des appareils de tourisme ou de faible puissance sur les zones de combat. Blessée en 1940, elle est démobilisée.

Elle se porte alors volontaire auprès de la Croix-Rouge et travaille pour la résistance.

©Service historique de la Défense

Bousculée par un soldat ennemi lors d’un départ en train vers l’Allemagne, elle se fracture le coude et ne pourra plus jamais piloter. En 1951, elle se voit confier la direction des relations publiques au Centre d’essais en vol de Brétigny.

L’année suivante, le 6 juillet 1952, elle prend place en qualité de passagère dans le prototype d’un Noratlas lors d’un meeting aérien qui se déroule à Bron. Après une fausse manœuvre, l’avion s’écrase. Aucun des occupants n’en réchappe. Maryse Bastié disparaît. Elle avait 54 ans.

D'autres épisodes de "Aviation : quand les filles s'envolent"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

8 mars : l’égalité des sexes au menu du CIO

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, ce 8 mars, le Comité international olympique a annoncé le nom des 6 lauréat.e.s de ses trophées « Femme et Sport » 2020. Des lauréat.e.s « défenseurs » de l’égalité des sexes. Le monde bouge dans l’olympisme.

Lire plus »
Marie Mateos

Marie Mateos : « En paramoteur, je suis comme un oiseau ! »

Elle bourlinguait dans les airs, au cœur d’une montgolfière, lorsqu’elle s’est fait attraper par un autre drôle d’oiseau volant : le paramoteur. Marie Mateos s’est alors lancée dans cette nouvelle aventure et a bien vite tutoyé les cieux. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer ce sport méconnu et a brillé à de nombreuses reprises comme Championne de France et Championne du monde. C’est parti pour l’envol !

Lire plus »
Melina Robert Michon Mélina Robert-Michon, la lanceuse de disque qui connaît la chanson

Mélina Robert-Michon, la lanceuse de disque qui connaît la chanson

Elle a été de toutes les campagnes olympiques depuis les Jeux du millénaire à Sydney, en 2000. Mélina Robert-Michon, médaillée d’argent au disque aux Jeux Olympiques de Rio, participe, à 42 ans, aux sixièmes JO de sa carrière avec, et avait pour seule et unique ambition de décrocher le Graal à Tokyo. Elle a échoué, mais nous donne rendez-vous à Paris 2024. Retour sur le parcours d’une athlète inoxydable.

Lire plus »
Madeleine Larcheron

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une footballeuse à la détermination sans faille, une tireuse qui ne compte pas louper sa cible à Tokyo, une nageuse olympique de légende, deux skateuses qui vont “rider“ dur aux Jeux (dont Madeleine Larcheron sur notre photo), un 5 infos sur la porte-drapeau française, une course en treillis et un camp sportif pour l’été, c’est la séance ÀBLOCK! de rattrapage !

Lire plus »
Marion Joffle

Marion Joffle : « Quand je nage dans l’eau glacée, je suis comme dans une bulle. »

Elle a goûté à l’eau froide, il y a quatre ans. Depuis, Marion Joffle enchaîne les défis, établit de nouveaux records mondiaux et rafle toutes les médailles sur son passage, avec comme unique objectif de se dépasser. La nageuse surnommée « Le Pingouin », le prouvera encore, en septembre prochain, avec la traversée de la Manche. Nous l’avons suivie lors des Mondiaux en eau glacée, en Slovénie. Fraîche rencontre avec une fille joyeusement « givrée ».

Lire plus »
Jeanne Richard

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende du foot féminin, une lanceuse de marteau au mental d’acier, une pionnière des JO, une jeune biathlète épanouie et au palmarès déjà bien rempli (Jeanne Richard sur notre photo), une trampoliniste attendue à Tokyo en juillet ou encore une cascadeuse à moto qui ne fait que ce qu’elle veut quand elle veut, voici le programme !

Lire plus »

Angélique : « Éduquer par le sport, c’est aussi casser les clichés. »

Elle permet à tous d’accéder à une activité sportive. Angélique est éducatrice sportive en collectivité territoriale dans un milieu rural où les installations sportives peuvent venir à manquer. Elle apporte son savoir-faire, son matériel et son naturel généreux aux enfants qui découvrent alors une activité amusante et enrichissante en-dehors des heures d’école. Une belle école de la vie… sur des rollers ou dans une sacrée partie de hockey !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner