Maryse Bastié

La pilote qui n’a pas eu peur de déployer ses ailes

Maryse Bastié
Son mariage avec un lieutenant aviateur va lui ouvrir les portes du ciel. Maryse Bastié a 24 ans lorsqu’elle grimpe, pour la première fois, dans un avion. Dès lors, elle n’aura plus qu’une idée en tête : voler… et battre des records. Portrait d’une ébouriffante fille de l’air.

Par Sophie Danger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Rien ne prédestinait Maryse Bastié à devenir une figure majeure de l’histoire de l’aviation. Employée très jeune dans une usine de chaussures de Limoges, sa ville natale, pour subvenir aux besoins de sa famille, elle doit attendre ses 24 ans pour monter, pour la première fois, dans un avion.

Nous sommes au début des années 1920. La jeune femme, tout juste divorcée de Jean Baptiste Gourinchas, son premier mari, vient d’épouser le lieutenant aviateur Louis Bastié, son filleul de guerre, en deuxièmes noces. Le couple fréquente Roger Ronserail, un as de l’aviation connu pour sa virtuosité et ses acrobaties.

C’est lui qui lui offrira son baptême de l’air. Conquise, Maryse Bastié décide, elle aussi, de devenir pilote et décroche son brevet le 29 septembre 1929.

Maryse Bastié, en 1932

Elle ne mettra pas longtemps à se faire remarquer. Moins d’une semaine après avoir été diplômée, la Limougeaude s’amuse à passer sous les arches du pont transbordeur de Bordeaux à bord d’un Caudron G3.

Quelques semaines plus tard, elle passe à la vitesse supérieure et se met à l’épreuve en ralliant Bordeaux à Paris, son premier voyage aérien. Le décès accidentel de Louis, en 1926, ne modère ni ses ardeurs ni ses ambitions.

Un temps instructrice-pilote, Maryse Bastié rejoint rapidement la Capitale. Contrainte de gagner sa vie, elle propose des baptêmes de l’air et fait de la publicité aérienne. Sa rencontre avec l’aviateur Maurice Drouhin va changer la donne.

Le pilote, célèbre pour avoir battu les records de distance et de durée, va l’aider à s’acheter son propre avion, un Caudron C.109. En 1928, à ses côtés, elle bat le record du monde de distance en ligne droite au terme d’un voyage de 1058 kilomètres entre Paris et Treptow-sur-Rega, dans le nord-ouest de la Pologne.

La même année, elle décroche sa licence de transport aérien public, une première pour une femme. Nouveau fait d’arme en 1929. Maryse Bastié a 31 ans et s’adjuge le record de France féminin de durée au terme d’un vol de 10h30.

Battue par sa compatriote, Léna Bernstein, dans la foulée, elle se le réapproprie en 1930 après avoir porté la marque de référence à 37h55.

La trentenaire est à nouveau à l’honneur en 1931. Partie du Bourget le 28 juin, elle se pose 2976 kilomètres plus loin, près de Nijni-Novgorod (Russie) après 30 heures et 30 minutes d’efforts, record international de distance à la clé.

Sa situation financière va la contraindre, par la suite, à mettre quelques temps l’aviation de compétition entre parenthèses. Il faudra attendre 1936 pour qu’elle ajoute une nouvelle ligne à son palmarès. Encouragée par Jean Mermoz, héros de l’aéropostale, elle lorgne du côté de l’Atlantique Sud.

Un mois après la disparition en mer de son mentor, elle s’envole de Dakar (Sénégal) et rejoint Natal (Brésil) en 12 heures et 5 minutes, nouveau chrono à battre.

Lorsque la deuxième Guerre Mondiale éclate, Maryse Bastié met ses talents de pilote au service de la nation. Elle fait partie des quatre femmes réquisitionnées pour convoyer des appareils de tourisme ou de faible puissance sur les zones de combat. Blessée en 1940, elle est démobilisée.

Elle se porte alors volontaire auprès de la Croix-Rouge et travaille pour la résistance.

©Service historique de la Défense

Bousculée par un soldat ennemi lors d’un départ en train vers l’Allemagne, elle se fracture le coude et ne pourra plus jamais piloter. En 1951, elle se voit confier la direction des relations publiques au Centre d’essais en vol de Brétigny.

L’année suivante, le 6 juillet 1952, elle prend place en qualité de passagère dans le prototype d’un Noratlas lors d’un meeting aérien qui se déroule à Bron. Après une fausse manœuvre, l’avion s’écrase. Aucun des occupants n’en réchappe. Maryse Bastié disparaît. Elle avait 54 ans.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Yvonnette Hoareau

Yvonnette : « Le hip hop est mon oxygène, il m’a ouverte au monde. »

Son nom nous donnerait presque des envies de bouger. Yvonnette Hoareau Vela Lopez a le hip hop qui lui colle aux basques depuis ses débuts quasi révolutionnaires dans son quartier strasbourgeois. Danseuse, chorégraphe, précurseure du hip hop en Alsace, celle qui se nourrit de tout pour faire progresser sa pratique, n’oublie jamais d’où elle vient et a fait de la transmission son plus beau mouvement. Dénicheuse de nouveaux talents, elle mise tout sur les filles, « la nouvelle génération du hip hop » !

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »

Le sport féminin est-il fait pour les hommes ?

Petite sélection de podcasts pré-Covid-19 qui demeurent une source de réflexion alors même que le sport féminin vit des jours difficiles suite à la crise sanitaire. Le « sport de demain » tel que débattu aujourd’hui par les experts ne semble pas intégrer la pratique féminine. Les avancées de l’avant crise seront-elles réduites à néant ? En attendant, écoutons ces échanges qui en disent long sur les stéréotypes de genre encore trop prégnants dans le sport et sur le chemin qu’il nous reste à parcourir pour parvenir à la mixité dans le sport.

Lire plus »
Jolokia

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »

Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter