Maryse Bastié La pilote qui n’a pas eu peur de déployer ses ailes

Maryse Bastié
Son mariage avec un lieutenant aviateur va lui ouvrir les portes du ciel. Maryse Bastié a 24 ans lorsqu’elle grimpe, pour la première fois, dans un avion. Dès lors, elle n’aura plus qu’une idée en tête : voler… et battre des records. Portrait d’une ébouriffante fille de l’air.

Par Sophie Danger

Publié le 05 mai 2021 à 17h53, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h13

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Rien ne prédestinait Maryse Bastié à devenir une figure majeure de l’histoire de l’aviation. Employée très jeune dans une usine de chaussures de Limoges, sa ville natale, pour subvenir aux besoins de sa famille, elle doit attendre ses 24 ans pour monter, pour la première fois, dans un avion.

Nous sommes au début des années 1920. La jeune femme, tout juste divorcée de Jean Baptiste Gourinchas, son premier mari, vient d’épouser le lieutenant aviateur Louis Bastié, son filleul de guerre, en deuxièmes noces. Le couple fréquente Roger Ronserail, un as de l’aviation connu pour sa virtuosité et ses acrobaties.

C’est lui qui lui offrira son baptême de l’air. Conquise, Maryse Bastié décide, elle aussi, de devenir pilote et décroche son brevet le 29 septembre 1929.

Maryse Bastié, en 1932

Elle ne mettra pas longtemps à se faire remarquer. Moins d’une semaine après avoir été diplômée, la Limougeaude s’amuse à passer sous les arches du pont transbordeur de Bordeaux à bord d’un Caudron G3.

Quelques semaines plus tard, elle passe à la vitesse supérieure et se met à l’épreuve en ralliant Bordeaux à Paris, son premier voyage aérien. Le décès accidentel de Louis, en 1926, ne modère ni ses ardeurs ni ses ambitions.

Un temps instructrice-pilote, Maryse Bastié rejoint rapidement la Capitale. Contrainte de gagner sa vie, elle propose des baptêmes de l’air et fait de la publicité aérienne. Sa rencontre avec l’aviateur Maurice Drouhin va changer la donne.

Le pilote, célèbre pour avoir battu les records de distance et de durée, va l’aider à s’acheter son propre avion, un Caudron C.109. En 1928, à ses côtés, elle bat le record du monde de distance en ligne droite au terme d’un voyage de 1058 kilomètres entre Paris et Treptow-sur-Rega, dans le nord-ouest de la Pologne.

La même année, elle décroche sa licence de transport aérien public, une première pour une femme. Nouveau fait d’arme en 1929. Maryse Bastié a 31 ans et s’adjuge le record de France féminin de durée au terme d’un vol de 10h30.

Battue par sa compatriote, Léna Bernstein, dans la foulée, elle se le réapproprie en 1930 après avoir porté la marque de référence à 37h55.

La trentenaire est à nouveau à l’honneur en 1931. Partie du Bourget le 28 juin, elle se pose 2976 kilomètres plus loin, près de Nijni-Novgorod (Russie) après 30 heures et 30 minutes d’efforts, record international de distance à la clé.

Sa situation financière va la contraindre, par la suite, à mettre quelques temps l’aviation de compétition entre parenthèses. Il faudra attendre 1936 pour qu’elle ajoute une nouvelle ligne à son palmarès. Encouragée par Jean Mermoz, héros de l’aéropostale, elle lorgne du côté de l’Atlantique Sud.

Un mois après la disparition en mer de son mentor, elle s’envole de Dakar (Sénégal) et rejoint Natal (Brésil) en 12 heures et 5 minutes, nouveau chrono à battre.

Lorsque la deuxième Guerre Mondiale éclate, Maryse Bastié met ses talents de pilote au service de la nation. Elle fait partie des quatre femmes réquisitionnées pour convoyer des appareils de tourisme ou de faible puissance sur les zones de combat. Blessée en 1940, elle est démobilisée.

Elle se porte alors volontaire auprès de la Croix-Rouge et travaille pour la résistance.

©Service historique de la Défense

Bousculée par un soldat ennemi lors d’un départ en train vers l’Allemagne, elle se fracture le coude et ne pourra plus jamais piloter. En 1951, elle se voit confier la direction des relations publiques au Centre d’essais en vol de Brétigny.

L’année suivante, le 6 juillet 1952, elle prend place en qualité de passagère dans le prototype d’un Noratlas lors d’un meeting aérien qui se déroule à Bron. Après une fausse manœuvre, l’avion s’écrase. Aucun des occupants n’en réchappe. Maryse Bastié disparaît. Elle avait 54 ans.

D'autres épisodes de "Aviation : quand les filles s'envolent"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Naomi Osaka

Naomi Osaka, la petite prodige engagée du tennis

Sportive la mieux payée de l’Histoire devant sa challenger Serena Williams, la toute jeune Naomi Osaka a plus d’une corde à sa raquette de tennis. Au top 10 du classement mondial WTA, forte de deux titres consécutifs de Grand Chelem, elle garde la tête froide et donne l’exemple en haussant la voix contre le racisme. Portrait de l’une des sportives les plus influentes en 2020.

Lire plus »
Marie Houdré

Marie Houdré, la rugbywoman qui a transformé l’essai

Elle n’imaginait pas sa vie sans sport. Non contente d’avoir participé à la naissance du mouvement sportif féminin en France, Marie Houdré s’est attachée à le développer et le promouvoir à travers la barette, une version revue et corrigée du rugby dans les années 20. Portrait d’une avant-gardiste qui s’est toujours refusée à botter en touche.

Lire plus »
Cléopatre Darleux

Cléopatre Darleux : « Le handball me donne l’impression d’être une wonderwoman ! »

Un rempart à toute épreuve. Cléopatre Darleux est une icône de l’équipe de France de handball et une gardienne de but multi-distinguée dans les compétitions internationales. La championne du monde 2017, épanouie et jeune maman, donne de la voix pour que les joueuses professionnelles soient soutenues dans leur projet perso autant que sportif. Un match qu’elle relève (encore) haut la main !

Lire plus »
equitation femme

L’équitation, un sport mixte, vraiment ?

À la différence de nombreux autres sports, l’équitation a toujours été un sport mixte. En compétition, sur ses trois disciplines majeures – saut d’obstacles, dressage et concours complet -, les femmes sont les égales des hommes. Pourtant, il ne s’agit pas encore d’une réelle parité.

Lire plus »
Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Née avec un handicap au pied et à la cheville, elle n’a aucune limite. Marie Patouillet, médaillée paralympique en cyclisme, a toujours été guidée par son amour du sport, son courage et sa détermination. Un dépassement de soi qui l’a menée sur la piste aux étoiles : celles des athlètes de haut niveau qui inspirent et font avancer bien des causes car cette fille-là roule pour les femmes et les athlètes handisport. Entretien.

Lire plus »

La Covid, ennemi des sportives ?

30 minutes. Le dernier baromètre établi par la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) démontre que, depuis la crise sanitaire, les femmes ont perdu une demi-heure de pratique en un an, se laissant distancer par les hommes qui bougent 48 minutes de plus qu’elles. Une mauvaise nouvelle alors qu’elles étaient en passe d’exploser les scores…

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner