De la balle !Quand les basketteuses européennes s’offrent les States…

Julie Allemand
Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Par Djeinaba Kante

Publié le 18 août 2020 à 13h17, mis à jour le 30 juin 2021 à 10h58

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Les doigts d’une main. Cinq joueuses de basket européennes ont été sélectionnées par des franchises en WNBA lors de la dernière draft, cette cérémonie où sont sélectionnés les meilleurs espoirs.

Parmi elles, la Belge, Emma Meesseman, élue MVP, meilleure joueuse de la finale avec son équipe du Washington Mystics et sa compatriote, Julie Allemand, qui fait aujourd’hui les beaux jours de la franchise d’Indiana.

Emma Meesseman
Emma Meesseman...©Lorie Shaull

La route est encore longue, mais les Européennes gravissent de plus en plus les échelons jusqu’en WNBA, les franchises se les arrachent. “Il y a encore quelques années, c’était difficile pour une étrangère d’arriver en WNBA, d’avoir beaucoup de temps de jeu », explique Lydia Admeziem, co-fondatrice de Wnba France.

Alors pourquoi assiste-t-on aujourd’hui à cette petite révolution de parquet ? 

Des joueuses déjà armées pour le haut-niveau 

La première et principale raison est assez simple : les joueuses souhaitent de plus en plus se frotter au meilleur championnat de basketball du monde. Non pas qu’elles n’étaient pas intéressées auparavant, mais elles ont aujourd’hui davantage d’assurance en termes de temps de jeu notamment, pour pouvoir tenter l’aventure WNBA. 

Après avoir été dratfée en 2016 par le Indiana Fever, la meneuse de jeu Belge, Julie Allemand, a continué à jouer en Europe en signant notamment avec l’ASVEL en France puis à Montpellier. Ce n’est que cette saison qu’elle a démarré son trip américain et pour le moment la joueuse est excellente dans son rôle, enchaînant les bonnes prestations.

Julie Allemand
Julie Allemand...©FIBA

La France n’est pas en reste puisqu’une de ses pépites, Marine Johannès, joue pour le Liberty de New-York… club d’une certaine Sabrina Ionescu, superstar en puissance de la ligue.

Mais pour les voir jouer ensemble il va falloir prendre son mal en patience puisque la Française a décidé de ne pas disputer la nouvelle saison de WNBA. Pas encore. Bientôt.

Ancienne joueuse du Tango Bourges Basket, aujourd’hui à l’Asvel, Marine Johannès est une excellente shooteuse et une joueuse d’instinct qui a impressionné les experts de l’autre côté de l’Atlantique, notamment avec des performances marquantes comme ses 16 points en dix minutes ou encore ses 21 points, 6 passes et 5 rebonds contre le Sun du Connecticut.

Aussi, une Belge a réalisé le rêve de milliers de jeunes filles la saison dernière. Emma Meesseman, joueuse au poste de pivot pour les Mystics de Washington a remporté le titre WNBA lors de la finale des playoffs, un tournoi destiné à déterminer le champion de la saison.

Comme si cela ne suffisait pas à son bonheur, elle remporte aussi le titre de MVP des finales ! Le rêve pour celle qui a été formée en Belgique. 

Une formation européenne prisée 

L’école européenne est de plus en plus reconnue. La première qualité des Européennes vient en fait de leur formation. Car oui, elle est en fait assez différente de celle des américaines.

Aux USA, avant d’entrer en WNBA, les joueuses évoluent dans le championnat universitaire du pays, la NCAA. En Europe, c’est tout autre chose, elles ont très vite la  possibilité de devenir professionnelles : « Si beaucoup de joueuses choisissent de rester en France plutôt que d’aller à l’université aux États-Unis, c’est parce qu’elles ont cette opportunité de passer pro rapidement et d’en vivre pour les plus douées plutôt que d’attendre quatre ans à l’université » explique Shaï Mamou, journaliste pour Reverse Magazine et Swish Swish.

Mikiah Herbert Harrigan
Mikiah Herbert Harrigan...©GamecockCentral

Il y a donc davantage d’opportunités de vivre de sa passion en Europe. Et le fait d’être sélectionné lors de la draft ne signifie pas le début d’une carrière en WNBA.

Lors de la dernière cérémonie en avril dernier, sur les cinq européennes sélectionnées, seules deux joueuses, l’Allemande Satou Sabally et la Britannique Mikiah Herbert Harrigan jouent dans la ligue américaine.

Ces deux joueuses ont pour point commun d’avoir évolué dans la ligue universitaire américaine, leur donnant automatiquement plus d’exposition et de chances d’avoir du temps de jeu que les joueuses en provenance d’Europe. 

Un style de jeu académique qui plaît

Pourtant, le manque d’exposition médiatique ne les arrête pas car elles connaissent leurs qualités. En effet, le style de jeu très collectif et tactique à l’européenne permet aux plus talentueuses de se faire remarquer.

Et toutes les occasions sont bonnes pour cela. Par exemple, les matchs en sélections, et contre les États-Unis en particulier.

Lors de la Coupe du monde des moins de 19 ans en Thaïlande en juillet 2019, Les Allemandes et les Américaines se sont affrontées à l’occasion d’un 16e de finale que les États-Unis ont remporté.

Dans ce match-là, les deux joueuses allemandes, Leonie Fiebich et Luisa Geiselsöder, se sont démarquées et en avril dernier elles ont été sélectionnées lors de la Draft. Pour Sébastien Hervé, journaliste chez InsideBasket, « leur prestation a forcément dû jouer chez les observateurs. » 

Leonie Fiebich
Leonie Fiebich...©FIBA

Néanmoins, le moyen le plus simple pour une Européenne de se faire remarquer par la WNBA est de passer par un cursus universitaire aux États-Unis.

C’est le cas de Satou Sabally, deuxième choix de la dernière draft et aujourd’hui joueuse des Dallas Wings. Après avoir passé son enfance en Allemagne elle s’envole aux États-Unis où elle évolue en championnat scolaire, d’abord au lycée puis à l’Université d’Oregon avec le phénomène Sabrina Ionescu.

Pour Shaï Mamou, le cas Sabally est particulier, « C’est assez rare que des Européennes soient draftées aussi haut qu’elle et ça s’explique aussi bien par son talent que par le fait qu’elle soit déjà considérée comme un peu Américaine. » Toutes ne font pas ce choix, mais tous les chemins mènent finalement à la WNBA.  

Qu’ils s’agissent du style de jeu collectif et tactique très européen ou encore de la maturité des joueuses, l’Europe attire de plus en plus les franchises américaine qui n’hésitent plus à recruter dans les pépites du Vieux Continent.

L’avenir nous le dira, mais il est fort à parier que les Meesseman ou Sabally ne seront bientôt plus des cas isolés. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Maud Thierry

Maud Thierry – Iron(wo)man sinon rien

« Petit format, grande détermination » a-t-elle écrit sur sa bio Instagram. Pour Maud alias « Petit goûter », 26 ans, le sport, c’est un peu l’affrontement de David contre Goliath. Cette triathlète acharnée au petit gabarit a réalisé un exploit sportif envié : l’Ironman. Prenons le top départ avec une sportive généreuse et heureuse qui a fait du sport son mode de vie.

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
Margaux Hubeny

Margaux Hubeny : « Sur ma moto, je n’ai pas peur, je me sens vivre ! »

Équipements et moto rose, comme un étendard, elle tient à démontrer que, sur la piste, les femmes aussi font surchauffer le moteur ! En 2019, cette douanière de 23 ans rafle le titre de Championne de France 600cc lors de la Women’s Cup. Surnommée « l’extraterrestre », Margaux Hubeny est une autodidacte du deux roues. Cette victoire est le premier titre d’une longue série pour une prodige de la piste qui n’est pas prête d’en sortir. Accrochez-vous, ça va secouer !

Lire plus »
Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Jessi Combs

Jessi Combs, la femme-badass la plus rapide de la planète

Sa vie de pionnière, elle l’a vécue à cent à l’heure, entre sa passion pour la mécanique et son goût pour la vitesse. Tragiquement décédée l’an dernier à l’âge de 39 ans, celle qui fut « la femme la plus rapide du monde » était une casse-cou féministe un peu dingue mais adorable. Elle restera à jamais dans la course. Moteur !

Lire plus »
Top 10 livres sport

Le Top 10 des livres (sportifs) de l’été

Les vacances sont déjà là, l’esprit est au repos, mais le corps, lui, ne demande qu’à bouger, libre comme l’air. Pour vous aider à vous mettre en mouvement, voici une liste de bouquins qui accompagnera journées bronzettes et séances de sport estivales. De quoi être à la page tout l’été !

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Alice Modolo

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rugbywoman qui en a sous les crampons, une sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo), une pongiste à la raquette agile, une lutteuse qui s’est battue pour Tokyo, une pionnière à cheval ou encore une ONG qui va marcher 40 000 km, demandez le programme sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Stacey Allaster

Stacey Allaster, la nouvelle boss de choc de l’US Open

Elle est la première femme à prendre les rênes du tournoi américain. Responsable de la Fédération américaine de tennis, la Canadienne ajoute ainsi une ligne prestigieuse à son CV. Elle préside désormais aux destinés de l’US Open tout en conservant ses prérogatives au sein de la fédé. Portrait.

Lire plus »
Summer body

Je suis gourmande et je veux un summer body, je fais comment ?

Le summer body…tout un programme ! Mais y a-t-il un seul body ? Celui dicté par les normes commerciales et sociétales ? Ou celui qu’on souhaite à son image ? Bref, ici, le summer body, c’est celui qui se montre sans complexe sur la plage. Et pour ça, la plupart du temps, on essaye de le délester de quelques kilos. Alors, ok, essayons de répondre, une fois pour toutes, à cette interrogation qui vise à faire du corps et de la gourmandise des ennemis. La réponse de notre coach, Nathalie Servais*.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner