De la balle !Quand les basketteuses européennes s’offrent les States…

Julie Allemand
Assistons-nous enfin à l’éclosion des joueuses européennes aux États-Unis, territoire si prisé du basket mondial ? Dans le championnat américain de basketball féminin, la WNBA, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. Et à y parvenir. Pourquoi ? Comment ? Explications.

Par Djeinaba Kante

Publié le 18 août 2020 à 13h17, mis à jour le 30 juin 2021 à 10h58

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Les doigts d’une main. Cinq joueuses de basket européennes ont été sélectionnées par des franchises en WNBA lors de la dernière draft, cette cérémonie où sont sélectionnés les meilleurs espoirs.

Parmi elles, la Belge, Emma Meesseman, élue MVP, meilleure joueuse de la finale avec son équipe du Washington Mystics et sa compatriote, Julie Allemand, qui fait aujourd’hui les beaux jours de la franchise d’Indiana.

Emma Meesseman
Emma Meesseman...©Lorie Shaull

La route est encore longue, mais les Européennes gravissent de plus en plus les échelons jusqu’en WNBA, les franchises se les arrachent. “Il y a encore quelques années, c’était difficile pour une étrangère d’arriver en WNBA, d’avoir beaucoup de temps de jeu », explique Lydia Admeziem, co-fondatrice de Wnba France.

Alors pourquoi assiste-t-on aujourd’hui à cette petite révolution de parquet ? 

Des joueuses déjà armées pour le haut-niveau 

La première et principale raison est assez simple : les joueuses souhaitent de plus en plus se frotter au meilleur championnat de basketball du monde. Non pas qu’elles n’étaient pas intéressées auparavant, mais elles ont aujourd’hui davantage d’assurance en termes de temps de jeu notamment, pour pouvoir tenter l’aventure WNBA. 

Après avoir été dratfée en 2016 par le Indiana Fever, la meneuse de jeu Belge, Julie Allemand, a continué à jouer en Europe en signant notamment avec l’ASVEL en France puis à Montpellier. Ce n’est que cette saison qu’elle a démarré son trip américain et pour le moment la joueuse est excellente dans son rôle, enchaînant les bonnes prestations.

Julie Allemand
Julie Allemand...©FIBA

La France n’est pas en reste puisqu’une de ses pépites, Marine Johannès, joue pour le Liberty de New-York… club d’une certaine Sabrina Ionescu, superstar en puissance de la ligue.

Mais pour les voir jouer ensemble il va falloir prendre son mal en patience puisque la Française a décidé de ne pas disputer la nouvelle saison de WNBA. Pas encore. Bientôt.

Ancienne joueuse du Tango Bourges Basket, aujourd’hui à l’Asvel, Marine Johannès est une excellente shooteuse et une joueuse d’instinct qui a impressionné les experts de l’autre côté de l’Atlantique, notamment avec des performances marquantes comme ses 16 points en dix minutes ou encore ses 21 points, 6 passes et 5 rebonds contre le Sun du Connecticut.

Aussi, une Belge a réalisé le rêve de milliers de jeunes filles la saison dernière. Emma Meesseman, joueuse au poste de pivot pour les Mystics de Washington a remporté le titre WNBA lors de la finale des playoffs, un tournoi destiné à déterminer le champion de la saison.

Comme si cela ne suffisait pas à son bonheur, elle remporte aussi le titre de MVP des finales ! Le rêve pour celle qui a été formée en Belgique. 

Une formation européenne prisée 

L’école européenne est de plus en plus reconnue. La première qualité des Européennes vient en fait de leur formation. Car oui, elle est en fait assez différente de celle des américaines.

Aux USA, avant d’entrer en WNBA, les joueuses évoluent dans le championnat universitaire du pays, la NCAA. En Europe, c’est tout autre chose, elles ont très vite la  possibilité de devenir professionnelles : « Si beaucoup de joueuses choisissent de rester en France plutôt que d’aller à l’université aux États-Unis, c’est parce qu’elles ont cette opportunité de passer pro rapidement et d’en vivre pour les plus douées plutôt que d’attendre quatre ans à l’université » explique Shaï Mamou, journaliste pour Reverse Magazine et Swish Swish.

Mikiah Herbert Harrigan
Mikiah Herbert Harrigan...©GamecockCentral

Il y a donc davantage d’opportunités de vivre de sa passion en Europe. Et le fait d’être sélectionné lors de la draft ne signifie pas le début d’une carrière en WNBA.

Lors de la dernière cérémonie en avril dernier, sur les cinq européennes sélectionnées, seules deux joueuses, l’Allemande Satou Sabally et la Britannique Mikiah Herbert Harrigan jouent dans la ligue américaine.

Ces deux joueuses ont pour point commun d’avoir évolué dans la ligue universitaire américaine, leur donnant automatiquement plus d’exposition et de chances d’avoir du temps de jeu que les joueuses en provenance d’Europe. 

Un style de jeu académique qui plaît

Pourtant, le manque d’exposition médiatique ne les arrête pas car elles connaissent leurs qualités. En effet, le style de jeu très collectif et tactique à l’européenne permet aux plus talentueuses de se faire remarquer.

Et toutes les occasions sont bonnes pour cela. Par exemple, les matchs en sélections, et contre les États-Unis en particulier.

Lors de la Coupe du monde des moins de 19 ans en Thaïlande en juillet 2019, Les Allemandes et les Américaines se sont affrontées à l’occasion d’un 16e de finale que les États-Unis ont remporté.

Dans ce match-là, les deux joueuses allemandes, Leonie Fiebich et Luisa Geiselsöder, se sont démarquées et en avril dernier elles ont été sélectionnées lors de la Draft. Pour Sébastien Hervé, journaliste chez InsideBasket, « leur prestation a forcément dû jouer chez les observateurs. » 

Leonie Fiebich
Leonie Fiebich...©FIBA

Néanmoins, le moyen le plus simple pour une Européenne de se faire remarquer par la WNBA est de passer par un cursus universitaire aux États-Unis.

C’est le cas de Satou Sabally, deuxième choix de la dernière draft et aujourd’hui joueuse des Dallas Wings. Après avoir passé son enfance en Allemagne elle s’envole aux États-Unis où elle évolue en championnat scolaire, d’abord au lycée puis à l’Université d’Oregon avec le phénomène Sabrina Ionescu.

Pour Shaï Mamou, le cas Sabally est particulier, « C’est assez rare que des Européennes soient draftées aussi haut qu’elle et ça s’explique aussi bien par son talent que par le fait qu’elle soit déjà considérée comme un peu Américaine. » Toutes ne font pas ce choix, mais tous les chemins mènent finalement à la WNBA.  

Qu’ils s’agissent du style de jeu collectif et tactique très européen ou encore de la maturité des joueuses, l’Europe attire de plus en plus les franchises américaine qui n’hésitent plus à recruter dans les pépites du Vieux Continent.

L’avenir nous le dira, mais il est fort à parier que les Meesseman ou Sabally ne seront bientôt plus des cas isolés. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Gabriella Papadakis

Gabriella Papadakis : « Il arrive un moment où on ne patine plus pour gagner, mais pour ne pas perdre. »

Elle sera, avec son partenaire Guillaume Cizeron, la grande absente des Championnats du monde de patinage qui débutent lundi. Le couple star a en effet choisi de se consacrer à la préparation des JO 2022. Et il peut se le permettre. Ensemble, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont (presque) tout gagné : quadruples champions du monde, quintuples champions d’Europe et vice-champions olympiques. L’occasion de faire le point avec celle qui, à 25 ans, collectionne les honneurs avec, toujours, cette envie de surprendre, d’explorer des domaines où on ne l’attend pas. Rencontre chaleureuse avec une fille qui laisse tout sauf de glace.

Lire plus »
Laurie Teinturier

De la Régionale à la Division 1 ou quand une petite équipe de foot devient grande…

En septembre, celles que l’on appelle les « Chouettes » vont s’envoler vers les sommets. Le petit club d’Issy-les-Moulineaux, GPSO 92 Issy, sera à l’affiche d’une rencontre de Division 1 Arkema de football féminin face à Le Havre AC. Une première depuis 2014 où après avoir concouru avec les meilleures équipes de France, le club avait été relégué jusqu’en division régionale. Récit d’une ascension compliquée, mais victorieuse, pour rejoindre l’élite.

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Stacey Allaster

Stacey Allaster, la nouvelle boss de choc de l’US Open

Elle est la première femme à prendre les rênes du tournoi américain. Responsable de la Fédération américaine de tennis, la Canadienne ajoute ainsi une ligne prestigieuse à son CV. Elle préside désormais aux destinés de l’US Open tout en conservant ses prérogatives au sein de la fédé. Portrait.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Lise Billon

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des paroles de filles sur leur métier passion, une as du tir à l’arc qui a un appétit de lionne, une emblématique pasionaria du skateboard, une footballeuse transgenre qui dégomme les barrières, elles étaient toutes ÀBLOCK! cette semaine pour nous régaler de leurs confidences, nous embarquant ni une ni deux sur leur chemin sportif parfois semé de doutes, mais toujours exaltant. Retour sur les (belles) histoires de la semaine.

Lire plus »
Femmes en montagne

La montagne, les femmes, tout un festival !

Devenir le premier festival français de films sur les femmes en montagne, c’est fait ! Et c’est l’association « On n’est pas que des collants » qui nous donne, pour sa deuxième édition, rendez-vous en novembre, à Annecy, pour des soirées ciné au plus haut des sommets ! Mais avant, ferventes montagnardes, n’oubliez pas votre caméra…

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner