Sabrina IonescuLa jeune joueuse qui impressionne les stars du basket

Sabrina Ionescu
Une surdouée au jeu explosif et spectaculaire, Sabrina Ionescu transforme chaque ballon en or. Rien d’étonnant alors à ce qu’elle ait été sélectionnée par le Liberty de New York, raflant la première position lors de la draft en avril dernier, événement majeur dans la ligue de basket américaine. Attention, phénomène !

Par Valérie Domain (avec Djeinaba Kante)

Publié le 04 août 2020 à 15h03, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h09

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle a été sélectionnée sans surprise en première position par le Liberty de New-York, l’une des équipes les plus performantes de la ligue professionnelle de basket féminine, au cours d’une cérémonie de la draft en avril.

La draft  désigne les meilleurs espoirs issus de l’Université, du lycée ou encore de l’étranger, le point d’entrée pour évoluer en NBA et en WNBA, son pendant féminin. Le championnat de basket féminin américain a repris le 24 juillet et la meneuse de jeu impressionne déjà les spécialistes et les stars de la NBA. À 22 ans, miss Ionescu est promise à un bel avenir sur les terrains de basket.

Sabrina Ionescu
©Scott U

Une carrière universitaire record

Née en Californie, un soir de décembre 1997, fille d’un Roumain ayant fui le régime communiste et la révolution de 1989, la petite Sabrina touche ses premiers ballons à l’âge de 3 ans. Une histoire de famille : son frère jumeau, Edward, est lui aussi piqué de basket et finira même par rejoindre sa sœur au sein du club universitaire, les Ducks d’Oregon, lieu de tous les exploits pour la meneuse de jeu.

Mais pas si vite ! Sabrina Ionescu commence à se faire remarquer des spécialistes bien avant, pendant ses quatre années d’études au lycée Miramonte en Californie. Là, elle aligne plusieurs records et notamment un bilan de 119 victoires pour seulement 9 défaites. Elle est aussi nommée MVP, meilleure joueuse à l’occasion du All-America game organisé par McDonald’s, une rencontre d’exhibition réunissant les meilleurs lycéen(nes), joueurs et joueuses de basket américains et canadiens pour un match des étoiles.

Sabrina Ionescu
©Twitter-Ionescu

Après le lycée, elle intègre la petite Université d’Oregon et son équipe des Ducks. On est en 2016 et pendant ses quatre années universitaires, l’Oregon va vivre au rythme de ses performances. L’affluence aux matchs de l’équipe féminine de basket en sera multipliée par six !

Elle bat notamment un record toute catégorie, féminin et masculin confondus, en inscrivant 2000 points, 1000 passes et 1000 rebonds. Elle détient aussi le record de triple-double, le fait d’inscrire au moins dix unités dans trois catégories, avec 26 réalisations.

C’est avec ce back-ground exceptionnel que Sabrina Ionescu s’est ainsi présentée à la WNBA draft 2020. Sélectionnée comme numéro 1, elle rejoint le Liberty de New-York. Une consécration !

Future grande figure de la WNBA

Son beau jeu, ses dribbles, ses shoots à trois points, mais aussi sa défense très « Ionescunienne », voici le package complet de la superstar en puissance ! Elle a ce que les spécialistes appellent du “handle” c’est-à-dire l’art d’exceller balle en main. Elle est aussi une grande compétitrice et une leader naturelle : « Sab ne laisse aucune place dans sa vie aux personnes qui acceptent la défaite et la médiocrité », confie Lexi Bando, son ancienne coéquipière dans l’Oregon.

Comme tous les sportifs de haut niveau, Sabrina Ionescu est une passionnée voire une obsédée du basket. Elle affirme reconnaître sa coéquipière juste en regardant la manière dont le ballon tourne dans les airs. On est là sur un degré d’analyse surnaturel… 

Celle qui confie volontiers vouloir devenir un modèle, souhaite participer au développement du basket féminin. Son choix universitaire s’inscrit déjà dans cette lignée. En choisissant une petite université comparée aux grandes écuries comme l’université de Californie ou encore celle du Connecticut, elle fait le choix de mettre en lumière une équipe moins connue : « Je voulais participer à un projet, faire de mon université ce qu’elle est aujourd’hui. Je suis ravie de pouvoir dire que j’en ai fait partie. », explique-t-elle au journal The Guardian.

Autant dire que la Californienne a tout pour devenir la nouvelle coqueluche du basketball féminin américain.

Protégée de Kobe Bryant, adoubée par les stars de la NBA

Avant même d’intégrer la WNBA, Sabrina Ionescu a impressionné par ses performances le public mais aussi ses pairs. Parmi ses supporters, elle peut compter sur deux “fanboys” de taille, le “King” Lebron James, joueur des Los Angeles Lakers, mais aussi la superstar des Golden State Warriors, Stephen Curry.  Sur les réseaux sociaux notamment, les joueurs de NBA n’hésitent pas à manifester leur admiration pour le phénomène Ionescu.

Sabrina Ionescu
©Instagram-Ionescu

Sa relation avec le légendaire Kobe Bryant (notre photo ci-dessus) et sa fille Gianna a également beaucoup fait parler. La petite “Gigi” était une fan de la joueuse et se rendait régulièrement dans l’Oregon avec son père pour assister aux masterclass de Ionescu. Très vite, une relation se noue entre les trois fous de basket et la Californienne se rend régulièrement à la Mamba academy, le centre d’entraînement de Kobe Bryant.  

Après l’accident d’hélicoptère dont furent victimes Kobe et Gianna Bryant en janvier dernier, Sabrina Ionescu lira un discours émouvant lors des commémorations en leur mémoire : « Si je représente le présent de notre sport, Gigi en était le futur, et ça, Kobe le savait. C’est pour cette raison qu’on avait décidé de créer l’avenir ensemble. »

L’avenir, elle devra le dessiner sans ce mentor de légende. Pour l’heure, Ionescu  est en mode « pause » après une blessure à la cheville gauche alors qu’elle jouait contre Atlanta. Nul doute qu’après sa rééducation, Sabrina Ionescu reviendra ÀBLOCK! sur les parquets de basket.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
Prithika Pavade Prithika Pavade, la “ping“ prodige

Prithika Pavade, la “ping“ prodige

C’est une jeune femme pressée. À 16 ans, Prithika Pavade a déjà un palmarès long comme le bras. La Francilienne, phénomène du tennis de table, attendue à Paris en 2024, est également du voyage à Tokyo. Les Jeux Olympiques, pour elle, ça commence aujourd’hui !

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
Cherie Pridham

Cherie Pridham, une sacrée nana en tête de peloton

Le monde du vélo fait un sprint historique ! Une femme prend pour la première fois la tête d’une équipe cycliste masculine du World Tour, le plus haut niveau du cyclisme sur route professionnel. La Britannique Cherie Pridham, ancienne coureuse cycliste, obtient ce poste graal à l’âge de 48 ans. Récit du parcours sans faute d’une pédaleuse qui ouvre la route aux suivantes…

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner