Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Sophia Popov

La golfeuse qui rêve en green

Sophia Popov
Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf...) entre illico dans la belle histoire du sport !

Par Claire Bonnot

Le 23 août 2020, la 304e joueuse mondiale, Sophia Popov, décrochait le Graal à l’âge de 27 ans : le titre du British Open, devenant par là-même la première Allemande à remporter un titre du Grand Chelem sur le circuit féminin de golf.

« Une victoire historique et improbable », titre la presse. Même Sophia Popov, tout nouveau prodige du golf mondial, n’en revient pas : « Je suis sur la lune ! » ou encore « C’est tout simplement incroyable », s’exclame-t-elle alors. Et pourtant…

La persévérance, le hard-work et les obstacles lui ont peut-être pavé la voie vers la gloire avec, comme moteur, la passion du sport, bien sûr !

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Un rêve solidement construit

Une histoire de famille, sportive et compétitive. Son père est joueur de hockey, sa mère, une grande nageuse. L’un de ses deux frères aînés confie au New York Times : « Si vous n’étiez pas le premier, vous étiez le dernier. Entre nous trois, c’était toujours une compétition. Et Sophia voulait nous battre, que ce soit au sport, dans les études ou pour un jeu de cartes ! »

Dès l’université, Sophia Popov s’entraîne avec passion et remporte, en 2010, le Championnat amateur européen. Pleine d’espoir, elle passe professionnelle en 2014.

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Mais, durant six saisons, c’est une bien maigre récolte sur le plan des trophées – son meilleur résultat dans un tournoi du Grand Chelem est alors une 57e place en 2011 lors du British Open – mais aussi sur le plan financier. C’est alors qu’elle songe à arrêter le golf.

D’autant qu’elle est diminuée, depuis 2015, par une maladie dont personne ne parvient à établir le diagnostic. Ce sera finalement la maladie de Lyme ; elle ne le révélera que cet été après la remise de son trophée : « Nous ne savions même pas ce que c’était. Il a fallu au total près d’une vingtaine de visites chez le médecin pour comprendre. »

Mais la battante a le golf dans la peau et continue d’arpenter les greens… Elle remporte trois tournois sur le Cactus Tour, un circuit américain de troisième zone entre le Texas et l’Arizona, juste avant la pandémie mondiale de COVID-19. Puis, pendant les cinq mois de pause du tournoi international, fauchée, elle devient caddie pour une amie.

Sophia Popov
©AIG Women's Open

Enfin, c’est l’ascension surprise : elle se qualifie pour le British Open qui a lieu en Écosse sur le très réputé parcours de Royal Troon Golf Club. Droite dans ses bottes tout le long du tournoi, elle impressionne par son sang-froid avant de se laisser aller à l’émotion juste avant de frapper son dernier putt et c’est en larmes qu’elle relève le défi de remporter cet improbable exploit.

Elle devance ainsi de deux coups la Thaïlandaise Jasmine Suwannapura aux deux titres en tournois LGPA (Ladies Professional Golf Association) et de trois l’Australienne Minjee Lee, cinq titres LGPA à son palmarès, et devient ainsi la golfeuse la moins bien classée à remporter une majeure féminine. Inédit !

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Une battante qui frappe juste

Le fin mot de l’histoire pour celle qui se hisse aujourd’hui au 24e rang mondial ? Persévérance. Et c’est encore elle qui l’exprime le mieux : « J’ai failli tout arrêter l’année dernière, Dieu merci, je ne l’ai pas fait. (…) C’est tout simplement incroyable. J’ai dû faire face à de nombreux obstacles sur mon parcours, mais je savais ce dont j’étais capable. »

Cette victoire sportive lui donne des ailes, de celles qui procurent ce fort sentiment qui n’est autre que “la gagne” : « Après Troon, je sens que j’ai la liberté de jouer de manière plus agressive. C’est génial, enfin, d’avoir cette attitude en tant que pro. Je suis très excitée. Je suis prête à rentrer dans l’arène maintenant ! »

Et le plus beau dans tout ça ? C’est que Sophia Popov revient de loin.

Dans une « Lettre à mes sœurs sur le circuit », elle partage ses épreuves et encourage tous ceux qui rêvent grand et loin à continuer de se battre… par amour du sport !

 « J’ai lutté pendant trois ans contre des symptômes d’engourdissement qui allaient parfois jusqu’à m’empêcher de ressentir le club entre mes mains, une vision floue et des maux de tête atroces qui rendaient impossible toute concentration. »

« La différence entre l’endroit où vous êtes et l’endroit où vous voulez être n’est pas aussi grande qu’il n’y paraît parfois. (…) Nous travaillons tous dur. Ce n’est pas un talent naturel. Bien sûr, certains joueurs ont plus de vitesse, de hauteur ou de force que d’autres. Mais le talent seul ne signifie presque rien. Nous connaissons tous des athlètes talentueux qui n’ont jamais percé. »

Sophia Popov
©Keith Allison

Et de poursuivre : « L’une des questions qui m’ont été posées depuis ma victoire est la suivante : qu’est-ce qui vous a empêché de quitter le jeu ? J’ai beaucoup réfléchi à ma réponse. Il y avait des moments où s’éloigner semblait être la seule chose rationnelle à faire. (…) Mais je n’arrêtais pas de penser : “Je ne peux pas arrêter le golf. J’aime trop le sport. Je pratique et joue au golf tous les jours. Je regarde le golf à la télévision chaque semaine. Je pense au golf tout le temps. Je ne peux pas tout quitter. J’adore ça !”

Beaucoup d’entre vous ressentent la même chose. Alors, mes amis, mes sœurs, je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas folles de vous y tenir. Vous n’êtes pas si loin. J’ai hâte de vous embrasser un jour et de vous féliciter alors que vous franchissez et réalisez votre rêve de toute une vie. Cela peut arriver. »

Beau jeu ! Tellement ÀBLOCK!

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Géraldine Rey

Géraldine Rey : « Dans le désert, on est toutes sur un pied d’égalité. »

Une baroudeuse, une femme sensible et volontaire. Une rêveuse aussi. Mais pas que. Sur les pistes comme au boulot, la créatrice de rallyes 100% féminins dont le Trophée Roses des Sables, est une boule d’énergie. Passionnée d’automobile, Géraldine Rey encourage les femmes à se surpasser en 4X4 ou à moto. Parce qu’elle en est sûre : femmes au volant, époustouflantes au tournant !

Lire plus »
Pauline Déroulède

Pauline Déroulède, tenniswoman en fauteuil, mais toujours debout.

Une guerrière, une winneuse. Sur une seule jambe. Il y a un an, percutée par une voiture, Pauline Déroulède a été amputée de la jambe gauche. Depuis, cette droguée au sport s’entraîne dans le but de se qualifier pour les Jeux Paralympiques de Paris 2024. Sa discipline : le tennis fauteuil. Mais ne vous y fiez pas, ce qu’elle aime avant tout, c’est taper dans la balle…comme avant. Rencontre bouleversante avec une femme toujours debout.

Lire plus »
Laury Thilleman

Le top 10 des influenceuses sport sur Instagram

Depuis le confinement, elles n’ont jamais été autant suivies. Les sportives des réseaux sociaux, plus particulièrement sur Instagram, ont su convaincre les plus sédentaires de bouger. Petite liste (non exhaustive) de ces influenceuses qui nous poussent à sauter dans nos baskets. Et à aimer ça !

Lire plus »
Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »
Maïka Vanderstichel

Maïka Vanderstichel : « Pour être arbitre, il faut savoir se blinder. »

À 25 ans, elle a été élue « Meilleure arbitre 2019 de la D1 féminine ». La Girondine Maïka Vanderstichel illustre à merveille la nouvelle génération d’arbitres féminines qui s’imposent peu à peu sur les terrains de football. Pour elle, être femme n’a rien d’incompatible avec la fonction, encore moins avec le ballon rond. Rencontre avec une footeuse bien dans ses baskets, à l’occasion des Journées de l’arbitrage qui se déroulent jusqu’au 29 novembre.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »