Sophia Popov

La golfeuse qui rêve en green

Sophia Popov
Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf...) entre illico dans la belle histoire du sport !

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Le 23 août 2020, la 304e joueuse mondiale, Sophia Popov, décrochait le Graal à l’âge de 27 ans : le titre du British Open, devenant par là-même la première Allemande à remporter un titre du Grand Chelem sur le circuit féminin de golf.

« Une victoire historique et improbable », titre la presse. Même Sophia Popov, tout nouveau prodige du golf mondial, n’en revient pas : « Je suis sur la lune ! » ou encore « C’est tout simplement incroyable », s’exclame-t-elle alors. Et pourtant…

La persévérance, le hard-work et les obstacles lui ont peut-être pavé la voie vers la gloire avec, comme moteur, la passion du sport, bien sûr !

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Un rêve solidement construit

Une histoire de famille, sportive et compétitive. Son père est joueur de hockey, sa mère, une grande nageuse. L’un de ses deux frères aînés confie au New York Times : « Si vous n’étiez pas le premier, vous étiez le dernier. Entre nous trois, c’était toujours une compétition. Et Sophia voulait nous battre, que ce soit au sport, dans les études ou pour un jeu de cartes ! »

Dès l’université, Sophia Popov s’entraîne avec passion et remporte, en 2010, le Championnat amateur européen. Pleine d’espoir, elle passe professionnelle en 2014.

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Mais, durant six saisons, c’est une bien maigre récolte sur le plan des trophées – son meilleur résultat dans un tournoi du Grand Chelem est alors une 57e place en 2011 lors du British Open – mais aussi sur le plan financier. C’est alors qu’elle songe à arrêter le golf.

D’autant qu’elle est diminuée, depuis 2015, par une maladie dont personne ne parvient à établir le diagnostic. Ce sera finalement la maladie de Lyme ; elle ne le révélera que cet été après la remise de son trophée : « Nous ne savions même pas ce que c’était. Il a fallu au total près d’une vingtaine de visites chez le médecin pour comprendre. »

Mais la battante a le golf dans la peau et continue d’arpenter les greens… Elle remporte trois tournois sur le Cactus Tour, un circuit américain de troisième zone entre le Texas et l’Arizona, juste avant la pandémie mondiale de COVID-19. Puis, pendant les cinq mois de pause du tournoi international, fauchée, elle devient caddie pour une amie.

Sophia Popov
©AIG Women's Open

Enfin, c’est l’ascension surprise : elle se qualifie pour le British Open qui a lieu en Écosse sur le très réputé parcours de Royal Troon Golf Club. Droite dans ses bottes tout le long du tournoi, elle impressionne par son sang-froid avant de se laisser aller à l’émotion juste avant de frapper son dernier putt et c’est en larmes qu’elle relève le défi de remporter cet improbable exploit.

Elle devance ainsi de deux coups la Thaïlandaise Jasmine Suwannapura aux deux titres en tournois LGPA (Ladies Professional Golf Association) et de trois l’Australienne Minjee Lee, cinq titres LGPA à son palmarès, et devient ainsi la golfeuse la moins bien classée à remporter une majeure féminine. Inédit !

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov

Une battante qui frappe juste

Le fin mot de l’histoire pour celle qui se hisse aujourd’hui au 24e rang mondial ? Persévérance. Et c’est encore elle qui l’exprime le mieux : « J’ai failli tout arrêter l’année dernière, Dieu merci, je ne l’ai pas fait. (…) C’est tout simplement incroyable. J’ai dû faire face à de nombreux obstacles sur mon parcours, mais je savais ce dont j’étais capable. »

Cette victoire sportive lui donne des ailes, de celles qui procurent ce fort sentiment qui n’est autre que “la gagne” : « Après Troon, je sens que j’ai la liberté de jouer de manière plus agressive. C’est génial, enfin, d’avoir cette attitude en tant que pro. Je suis très excitée. Je suis prête à rentrer dans l’arène maintenant ! »

Et le plus beau dans tout ça ? C’est que Sophia Popov revient de loin.

Dans une « Lettre à mes sœurs sur le circuit », elle partage ses épreuves et encourage tous ceux qui rêvent grand et loin à continuer de se battre… par amour du sport !

 « J’ai lutté pendant trois ans contre des symptômes d’engourdissement qui allaient parfois jusqu’à m’empêcher de ressentir le club entre mes mains, une vision floue et des maux de tête atroces qui rendaient impossible toute concentration. »

« La différence entre l’endroit où vous êtes et l’endroit où vous voulez être n’est pas aussi grande qu’il n’y paraît parfois. (…) Nous travaillons tous dur. Ce n’est pas un talent naturel. Bien sûr, certains joueurs ont plus de vitesse, de hauteur ou de force que d’autres. Mais le talent seul ne signifie presque rien. Nous connaissons tous des athlètes talentueux qui n’ont jamais percé. »

Sophia Popov
©Keith Allison

Et de poursuivre : « L’une des questions qui m’ont été posées depuis ma victoire est la suivante : qu’est-ce qui vous a empêché de quitter le jeu ? J’ai beaucoup réfléchi à ma réponse. Il y avait des moments où s’éloigner semblait être la seule chose rationnelle à faire. (…) Mais je n’arrêtais pas de penser : “Je ne peux pas arrêter le golf. J’aime trop le sport. Je pratique et joue au golf tous les jours. Je regarde le golf à la télévision chaque semaine. Je pense au golf tout le temps. Je ne peux pas tout quitter. J’adore ça !”

Beaucoup d’entre vous ressentent la même chose. Alors, mes amis, mes sœurs, je veux que vous sachiez que vous n’êtes pas folles de vous y tenir. Vous n’êtes pas si loin. J’ai hâte de vous embrasser un jour et de vous féliciter alors que vous franchissez et réalisez votre rêve de toute une vie. Cela peut arriver. »

Beau jeu ! Tellement ÀBLOCK!

Sophia Popov
©Facebook/Sophia Popov
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Audrey Adiceom

Audrey Adiceom : « Au tir à l’arc, il ne faut jamais oublier de tirer avec le cœur.»

Le tir à l’arc pour elle, c’est avant tout une histoire de hasard. L’archère auvergnate, qui a découvert la discipline à l’école, s’est autorisée des ambitions internationales sur le tard. À 24 ans, Audrey Adiceom travaille d’arrache-pied pour assouvir ses envies de médailles et, notamment, de médailles olympiques. Même si, parfois, « ça lui broie le cœur ». Rencontre avec une athlète touchante qui a plusieurs cordes à son arc.

Lire plus »

Pendant le confinement, le fitness a la cote

Malgré les nombreux échanges houleux sur les réseaux sociaux concernant le running (on peut continuer à courir ou pas ?), ce ne serait là qu’une tempête dans un verre d’eau. Selon un sondage, la course à pied est loin d’être l’activité la plus prisée par les Français en période de confinement.

Lire plus »
boxeuses au mozambique

Boxeuses au Mozambique – Sur le ring pour sortir du K-O

Dans leur pays, la boxe est un sport mineur, où on a longtemps considéré que les filles n’avaient pas leur place. Mais c’était avant qu’elles ne montrent les poings et ne rapportent des médailles. Le photographe français Stéphane Bouquet a shooté les exploits de cette équipe féminine du Mozambique désormais connue comme Les Puissantes.

Lire plus »
Didier Drogba

#WhiteCard ou le sport comme arme de paix

Elle invite le monde à soutenir le mouvement de la paix par le sport. Et avec elle, champions et championnes s’engagent, de Didier Drogba (notre photo) à Tony Estanguet, en passant par Laurence Fisher, Marlène Harnois, Siya Kolisi, Paula Radcliff, ou encore Sarah Ourahmoune. L’organisation internationale Peace and Sport lance aujourd’hui sa campagne digitale mondiale #WhiteCard visant à promouvoir les valeurs positives et structurantes du sport.

Lire plus »
Leonie Brodmann

Léonie : « Le parkour m’a libérée de certains diktats. »

Basket, équitation, danse moderne… Léonie a toujours eu la bougeotte. Lorsqu’elle a découvert le parkour, c’est devenu son sport de prédilection. À Lausanne, avec les traceurs (comme on nomme les pratiquants de cette discipline) de son association, Léonie Brodmann se réapproprie l’espace public à grand renfort de bonds et de roulades.

Lire plus »
Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page