Rechercher

Julia : « J'aime cette idée de partir à la guerre avec les copines et puis d’aller faire la fête avec les adversaires... »Julia, 30 ans, comédienne, cascadeuse, roller danseuse, ex-joueuse de Roller derby

julia clavel roller derby

Publié le 06 février 2020 à 16h25, mis à jour le 17 septembre 2021 à 20h20

« Avant de tomber sur le Roller derby, je cherchais un sport de combat. En tant que femme, je voulais apprendre à me défendre toute seule car j’avais déjà connu des problèmes dans la rue.

C’est par hasard que j’ai rencontré une fille qui faisait partie d’une équipe de roller derby et qui m’a convaincue d’intégrer cette ambiance super cool. Je connaissais ce sport via le film « Bliss » (Ndlr, sorti en 2009) mais je ne pensais pas que ça existait en France.

Les premières fois, c’est très difficile car tu dois apprendre un sport avec beaucoup de règles très différentes de celles des sports pratiqués en France – on est proches du football américain -, et que tu n’arrêtes pas de tomber : je me suis brûlé les genoux, cassé le coccyx et ouvert la lèvre… C’est un sport quand même relativement violent, c’est cardio et il faut pas mal réfléchir aussi.

 J’ai eu le coup de foudre pour ce sport et son esprit d’équipe : cette idée de partir à la guerre avec les copines et puis d’aller faire la fête avec les adversaires. Il y a un esprit d’entraide incroyable.

Les ligues avec lesquelles vous disputez des matchs vous hébergent quand vous vous déplacez chez elles. Et quand je voyageais à travers la France pour mon boulot, je prenais mon matériel de roller derby avec moi car les autres clubs m’accueillaient toujours à bras ouverts lors de leurs entraînements.

C’est un sport qui était exclusivement féminin au début et il a été beaucoup mis en valeur par les féministes. Souvent, les gens pensent qu’ils vont voir des filles sexy se taper dessus mais ce sont avant tout des sportives.

La plupart des joueuses sont en maillots de match, c’est beaucoup moins folklore qu’avant. Je pense que beaucoup de filles veulent être prises au sérieux.

Après, certaines gardent encore les maquillages peintures de guerre, les protège-dents personnalisés façon mâchoires de requins ou de zombies, ça crée une combinaison improbable et vraiment sympa !

L’avantage avec le Roller derby, c’est que chacun fait comme il veut, ce sport est très respectueux des personnalités de chacune.

Le sport permet de remettre les choses à plat. Il faut parler avec son corps qu’on a tendance à oublier dans nos vies citadines. Ma formation théâtre en manquait par exemple, je me sentais coincée dans mon corps et c’est ce qui m’a amenée à la cascade.

Désormais, je crée des spectacles sur demande avec ma compagnie de roller danse, Splits !. Grâce à ces trois pratiques, j’ai eu la chance de participer en tant que coach, doublure et comédienne au tournage d’une série télé sur le Roller derby pour France TV, « Derby Girl ». »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »
Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n'aurais pensé faire ça dans ma vie. »

Adeline Trazic : « Les Championnats du monde d’Ironman ? Jamais je n’aurais pensé faire ça dans ma vie. »

En juin dernier, elle est arrivée première de l’Ironman de Nice dans la catégorie 40-44 ans, la voilà maintenant en route pour les Championnats du monde de la spécialité qui se dérouleront à Hawaï le 14 octobre. Adeline Trazic, professeure d’arts plastiques, n’a qu’une ambition : franchir la ligne d’arrivée et faire le plein d’émotions sur la terre du triathlon.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Béatrice Barbusse : « La femme doit prendre possession de son corps. »

Béatrice Barbusse : « La femme doit prendre possession de son corps. »

À la fois vice-présidente de la fédé de handball et sociologue, elle vient de sortir la version enrichie de son ouvrage de référence « Du sexisme dans le sport ». Béatrice Barbusse ne pouvait échapper à notre scope en cette Journée internationale des droits des femmes. Rencontre avec une femme de sport qui s’enflamme, avec une chercheuse éclairante. Et ça fait du bien !

Lire plus »
JOP 2024 : la France s’enflamme

Jeux Olympiques 2024 : la France s’enflamme

Plus de 400 communes, 65 villes étapes, 100 sites historiques et 10 000 relayeurs. Après le projet de cérémonie d’ouverture qui vise déjà très grand, c’est au tour du parcours de la flamme olympique de nous en mettre plein la vue à travers une épopée titanesque de 68 jours.

Lire plus »
Kellie Harrington, la boxe comme uppercut vital

Kellie Harrington, la boxe comme uppercut vital

Elle pulvérise tous les records. Championne du monde amateure en 2018, médaillée d’or européenne 2022 et 2023, championne olympique à Tokyo et prête à squatter les rings des JO de Paris, l’Irlandaise Kellie Harrington est une bête de scène sportive. Portrait d’une ex-sale gosse devenue rôle-model.

Lire plus »
Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un retour sur l’histoire sportive des premiers jours de juillet, une (re) découverte des Bleues à l’occasion de l’Euro, l’histoire du foot féminin, la présentation d’un Euro indécis, une tenniswoman qui a écrit l’histoire et un festival 100 % motardes, c’est le maxi Best-of de la semaine d’ÀBLOCK!

Lire plus »
En basket...sur les pistes !

En basket…sur les pistes !

Courir en haute altitude pour la bonne cause ? Un combo qui vaut le détour et ce sera le 15 mai, lors de la première édition du Marathon des Alpes qui s’engage pour la recherche contre la sclérose en plaques. On vous explique tout.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner