Rechercher

Alice Puech : « Je pars faire le Tour de France, c’est inimaginable ! »

Alice Puech : « C’est comme si j’allais faire le Tour de France, c’est un rêve »
À 32 ans, la cycliste Alice Puech s'est élancée sur les routes du Tour de France Masculin avec le collectif « Donnons des Elles au vélo ». Celle qui est également capitaine du club Skoda « We Love Cycling » de sa région Nouvelle-Aquitaine est toujours impatiente de se mettre en selle !

Propos recueillis par Timéo Gomes

Publié le 26 juin 2024 à 18h59, mis à jour le 30 juin 2024 à 10h32

« Le sport ça a toujours fait partie de ma vie, depuis toute petite. Je viens du sud de la France à l’origine, d’une famille très nombreuse, on est six enfants, ce n’est pas commun. Chez nous, on a toujours été habitués à l’extérieur, en fait mes parents ont un domaine viticole, donc on a beaucoup d’espaces, et on a toujours énormément fait de sport dehors : vélo, course à pied, je faisais du tennis en compétition aussi. Avec mes frères et sœurs, on était tout le temps dehors, on est des touches à tout et on aimait profondément le sport. 

C’est dans cet environnement que je découvre les deux sports qui vont me suivre le plus longtemps : la course à pied et la natation. C’est venu assez naturellement, c’était deux éléments dans lesquels je me sentais bien et, la course à pied, ça a toujours été ma zone à moi, dehors dans la nature. Je prenais mes baskets, c’était facile, je partais me balader dans les vignes et j’allais m’exiler dans ma « petite bulle » c’était mon petit moment à moi pour échapper un peu à tous mes frères et sœurs.

La natation, c’est plutôt parce que j’ai toujours été très aquatique, j’adore l’eau, c’est vraiment un élément qui me plaît, qui m’attire, où je me sens bien. C’est un peu pareil que la course, c’est un endroit où je me sens dans un cocon. 

Ça, c’était il y a encore cinq ans avant que je ne découvre le triathlon. C’est ma grande sœur qui, à force d’enchaîner les marathons, m’a dit un jour : « Bon Alice, là il est temps de passer à l’étape supérieur, à quelque chose de plus difficile : fais du triathlon puis tu feras un Ironman ». C’est parti de là, elle a mis sa petite graine dans ma tête et je me suis dit qu’elle avait raison. Je suis tombé totalement amoureuse de ce sport, je le pratique tout le temps aujourd’hui et ça me permet d’allier toutes mes disciplines préférées. 

Également, grâce au triathlon, ma pratique du vélo est devenue plus sérieuse parce qu’avant je le pratiquais mais davantage en loisir, je faisais un peu de tout. Avec le triathlon, je me suis vraiment intéressée au côté entraînement sur vélo de route et j’ai de suite accroché.

La course à pied, c’est bien, mais tu ne peux pas aller très loin, grand maximum tu fais un marathon, c’est 42 kilomètres. En vélo, quand tu commences à avoir un bon niveau, tu peux faire des sorties de 160 kilomètres, tu peux voir énormément de choses. Pouvoir aller très loin assez vite, ça m’a séduit. Et puis aussi l’aspect vitesse qui est assez excitant, mais c’est surtout l’envie de découverte et la soif de voir des choses.

Tout ça m’a mené, presque par hasard, à devenir il y a un an capitaine du club Skoda We Love Cycling de la région Nouvelle-Aquitaine (treize clubs répartis sur le territoire français qui organise des sorties vélos pour tous niveaux, Ndlr). Je suivais déjà le programme We Love Cycling via les réseaux. Je voyais qu’en région Pacca c’était très actif, ils organisaient beaucoup de sorties, je trouvais ça génial comme programme, donc j’ai regardé en Nouvelle-Aquitaine ce qu’il en était.

À l’époque, il n’y avait qu’un capitaine basé à Poitiers, très loin de chez moi qui réside dans le sud de la région. Je me voyais mal faire quatre heures de route pour une sortie vélo, donc je suivais de loin, sans trop pouvoir rentrer dans le programme. Puis, il y a un an, j’ai appris que ce capitaine cherchait à se faire remplacer, alors j’ai tout de suite candidaté et ça s’est fait comme ça. 

En tant que capitaine, j’ai beaucoup d’aspects différents à gérer, sur le vélo mais aussi en dehors du vélo. En dehors, ça va être beaucoup d’échanges avec la communauté sur les réseaux sociaux, je suis un peu le relais de toutes les infos. J’essaye d’écouter au maximum les besoins des autres, si je peux répondre à une demande, je fais sans problème. 

Sur le vélo, là c’est vraiment un rôle d’encadrant. C’est moi qui contacte les concessions en amont pour savoir quel jour on peut venir, comment on peut s’organiser etc. En général, les concessions offrent les petits déjeuners. Moi je m’occupe du tracé, de l’allure, parce qu’on a trois niveaux différents : débutants, intermédiaire, avancé. Ce sont toujours des boucles, mais j’adapte selon le niveau de la sortie, il faut répondre aux exigences du plus grand nombre. J’ai la chance d’être une femme donc, en plus, je peux organiser des sorties 100 % féminines. J’anime, je fais un petit briefing de sécurité et ensuite on part à l’aventure. 

Autre aspect sur lequel je suis chanceuse : dans ma région on est deux capitaines, je partage le capitanat avec un autre cycliste qui s’appelle Rémi Diaz. C’est génial parce qu’on peut étendre beaucoup plus notre activité. Moi, je gère plutôt la partie sud, lui la partie nord. On se tient au courant de ce qu’on fait l’un l’autre, et on alterne. 

Très vite quand on voit que je partage le capitanat avec un homme, on pourrait se poser la question du rapport homme-femme dans mon milieu, surtout le cyclisme qui a souvent été considéré comme très masculin. Historiquement c’est vrai. Quand on regarde les statistiques, il y a davantage de pratiquants hommes que femmes. Je pense que c’est culturel, mais c’est en train de changer, on est là pour inverser la tendance et montrer qu’en fait les filles peuvent faire du vélo aussi. Avec le retour du Tour de France Femmes, ça incite les petites filles à se dire que c’est possible, même nous, à notre petite échelle, on joue un rôle de modèle.

Le 28 juin, je participe d’ailleurs à un évènement qui va dans le sens de la démocratisation du cyclisme féminin, le projet « J-1 ». C’est un projet organisé par l’association « Donnons des elles au vélo » qui promeut la pratique féminine du cyclisme. Une asso lancée par Claire Floret. En résumé, chaque année depuis 2015, entre neuf et treize femmes, toutes amatrices comme moi, partent 1 jour avant les hommes sur le tracé du Tour de France masculin, elles font toutes les étapes avec un jour d’avance.

Cette année, j’ai la chance de faire partie de l’équipe, le départ est prévu ce 28 juin de Florence et on arrivera le 20 juillet à Nice en faisant le même nombre de kilomètres que les mecs et exactement sur les mêmes routes. Tous les jours, on embarquera aussi avec nous trente-cinq hommes et trente-cinq femmes sur une étape. Ça, c’est génial pour le partage et c’est très important pour nous qu’il y ait autant de femmes que d’hommes, ça permet de promouvoir l’égalité dans le cyclisme. 

Finalement ce projet, c’est vraiment comme si j’allais faire le Tour. C’est incroyable, c’est un rêve, tout le monde connaît le Tour. Moi, quand j’étais petite, il passait en bas de chez moi. Me dire que je vais faire la même chose qu’eux à mon âge, c’est une chance inouïe, c’est inimaginable ! D’autant plus dans les meilleures conditions avec tout un staff autour. Mais même au-delà de l’accomplissement personnel, ce que j’aime particulièrement, c’est le message qu’on va renvoyer et le fait de le partager. Je pense que si on m’avait dit « Tu fais le Tour de France mais toute seule » je ne suis pas certaine que je l’aurais fait. Le partage, c’est ce qui me plaît le plus. 

Physiquement et musculairement, on est suivies depuis six mois donc, même si ça va être difficile évidemment, ce n’est pas sur ce plan-là que je me fais le plus de soucis. Ce qui m’inquiète le plus, c’est comment je vais réagir au manque de sommeil. On part très tôt pour accueillir les gens, on reste jusque tard avec eux aussi, on n’aura pas un sommeil ultra optimisé et c’est ça ma plus grosse appréhension. Mais, comparé à l’excitation du fait de rencontrer des gens, partager cette expérience et le rêve que c’est en soi, la peur ne fait pas le poids. 

Sinon,  « J-1 » c’est loin d’être une finalité pour moi, j’ai encore plein d’autres objectifs en tête. Sportivement, je me suis inscrite à mon premier Ironman qui sera pour 2025. J’avais déjà fait des semis, mais là on part sur le full distance : 3,8km de natation, 180km de vélo, et pour finir un marathon. Je combine un peu tous mes sports et je me fais ma petite popote. 

Une dernière chose, j’aimerais continuer à faire grandir la communauté cycliste. J’ai déjà réussi à connecter des gens qui aujourd’hui roulent ensemble, je veux continuer de le faire, c’est une très grande fierté. 

D'autres épisodes de "Cyclisme, dans la roue des sportives"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Noëlie : « Quand je roule, c’est un sentiment de liberté et de joie qui m’anime. »

Maman d’un enfant en bas âge, la trentenaire Noëlie n’a pourtant jamais lâché le guidon et s’est fait une place de choix dans le monde du vélo. Son prochain défi ? La course reine de l’ultra-cyclisme, la RAF 2500km, sans assistance et en totale autonomie. Avec sa coéquipière Elsa, elles seront le premier duo féminin de toute l’histoire de la RAF. De vraies Indiana Jones au féminin !

Lire plus »
Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Jessica Vetter : « Le CrossFit, c’est le girl power absolu ! »

Aussi solaire que son Sud natal et dopée à l’énergie du sport-passion, elle envoie du lourd. Mais désormais, c’est tout en douceur. Ou presque. La coach Jessica Vetter, ex-gymnaste et championne de CrossFit, désire aujourd’hui aider les autres à se sentir bien dans leur corps, sans jamais se départir de son humour communicatif. Les muscles n’ont qu’à bien se tenir !

Lire plus »
Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Charlotte Cormouls-Houlès : « Pour aimer la voile, il faut savoir s’émerveiller. »

Elle a donné un an de sa vie pour la Transat Jacques Vabre qui vient de s’élancer du Havre. Elle, c’est Charlotte Cormouls-Houlès, 27 ans, navigatrice passionnée qui n’aurait jamais imaginé pouvoir s’embarquer dans pareille aventure. Nous l’avons rencontrée deux jours avant son grand départ. Avec sa co-skippeuse Claire-Victoire de Fleurian, la voilà à flot pour voguer vers un rêve devenu réalité.

Lire plus »
Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Hélène Clouet : « En tant que fille, on n’est pas moins légitime qu’un homme quand on veut faire de la course au large. »

Elle a déjà eu mille vies. Océanographe, éducatrice sportive en voile légère et croisière avant de travailler sur un chantier d’IMOCA pour finalement se lancer dans le commerce de voiles. Hélène Clouet, 34 ans, n’a de cesse, à travers ses aventures, d’assouvir sa passion pour la navigation. Engagée au départ de la Mini Transat en 2021, la Caennaise, Rochelaise d’adoption, a monté une association, « Famabor », afin d’inciter d’autres filles à se lancer !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Charlotte Cagigos : « En hockey, si nous voulons performer, nous sommes contraintes de nous entraîner avec les garçons. »

Le Maxi Best-of ÀBLOCK! des dernières semaines

Fêtes de fin d’année ou pas, on est restés ÀBLOCK! Des récap’ de l’année 2022 comme s’il en pleuvait, des initiatives #ablockensemble, des questionnaires sportifs en vidéo, des paroles de photographe, des rencontres ébouriffantes… Voici le Maxi Best-of spécial rattrapage !

Lire plus »
Il était une fois le marathon… féminin

Il était une fois le marathon… féminin

Le 24 septembre 2023, sur le marathon de Berlin, l’Éthiopienne Tigist Assefa, 28 ans, devint la nouvelle reine du marathon, bouclant les 42,195 km en 2 h 11’’52. Mais pour que ces championnes puissent gagner à grandes foulées, il a fallu que d’autres filles intrépides battent le pavé. Histoire express d’une course longue distance conjuguée au féminin.

Lire plus »
surf

Nouveaux sports aux JO, Tokyo surfe sur la nouvelle vague

Ce sera une première ! Le surf, le skateboard, l’escalade et le karaté seront, pour la première fois de l’Histoire, au programme des JO qui débutent le 23 juillet, à Tokyo, au Japon. Quatre nouveautés et un retour attendu, celui du softball, pour un rendez-vous olympique qui comptera, au total, 48 disciplines. Revue d’effectifs.

Lire plus »
Adeline

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une yogi qui souffle enfin (Adeline sur notre photo), des expertes du sport féminin qui ne trichent pas, des skateuses boliviennes qui roulent pour la tradition, un nouvel Instant Philo et une Question qui tue, mais aussi le lancement de notre rubrique vidéo, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Faites-vous plaisir !

Lire plus »
« Sportives : le parcours médiatique des combattantes »

Un ciné 100 % sportives et plus encore…

Mettre les sportives sur le devant de la scène et le doigt sur leurs problématiques, c’est ce que fait Marie Lopez-Vivanco à travers son documentaire « Sportives : le parcours médiatique des combattantes ». Elle nous donne rendez-vous le 29 mai pour une nouvelle soirée ciné et débat. On y va !

Lire plus »
Jeux de Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons pour un drapeau

JO Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons et 1 drapeau

Et le drapeau est attribué à… Tessa Worley, Kevin Rolland et Benjamin Daviet ! Cette semaine ont été désignés les porte-drapeaux de la délégation française pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Pékin 2022. Récompense méritée pour trois sportifs au palmarès de feu et au mental bien trempé. Petite fiche de révision pour ceux qui ne les connaissent pas (encore).

Lire plus »
Cori Schumacher

Cori Schumacher, la surfeuse indignée

Ses trois titres de championne du monde de longboard lui ont permis, non seulement, de marquer l’histoire du surf mais aussi, et surtout, de se faire entendre. Depuis vingt ans, Cori Schumacher se bat pour un monde plus juste. L’Américaine, retraitée du circuit mondial depuis neuf ans, a choisi, pour se faire, d’entrer en politique. Portrait d’une activiste qui ne se contente pas de surfer sur la vague.

Lire plus »
Sandrine Alouf : « Mes photos de sportives, c’est une loupe sur une société ultra genrée. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une pionnière qui a le break dans le sang, une asso qui se bouge, des fonds pour donner une chance à mille petites filles, une photographe qui met à terre les préjugés et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bon rattrapage !

Lire plus »
Roger Bambuck

Roger Bambuck : « J’ai fait ce que j’ai pu pour le sport féminin, je sais qu’il reste beaucoup à faire…»

Il est considéré comme l’un des meilleurs sprinters français de l’histoire. Mais Roger Bambuck fut aussi secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de 1988 à 1991 et c’est sur cette période de sa carrière que nous avons souhaité revenir avec lui, plus précisément sur la place du sport féminin lorsqu’il était en fonction. Pour en comprendre l’évolution, les avancées ou non, il est précieux de regarder dans le rétro. Le sport féminin est un enjeu de société aujourd’hui, mais l’était-il à la fin des années 80 ?

Lire plus »
Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner