Jeux Paralympiques d’hiver Deuxième épisode bleu sur les pistes chinoises

Jeux Paralympiques d’hiver Deuxième épisode bleu sur les pistes chinoises
Après les Jeux Olympiques, voici venu le temps des Paralympiques. Et encore une fois, la délégation française arrive en force avec des champions et championnes (comme Marie Bochet sur notre photo) déterminés à laisser leur empreinte sur les pistes chinoises. Mais qui brisera la glace ?

Par Alexandre Hozé

Publié le 01 mars 2022 à 7h33, mis à jour le 08 mars 2022 à 10h02

À peine les Jeux Olympiques bouclés que la suite des festivités s’annonce. Car, à Pékin, la glisse ne s’arrête pas. Pékin qui s’est donné quelques jours pour reprendre son souffle avant de se replonger dans la compétition. Pas olympique cette fois-ci, mais paralympique.

Le 4 mars, les délégations du handisport participeront à la cérémonie d’ouverture avant de s’affronter sur la neige (artificielle) chinoise. Le monde du sport va vivre au rythme de ces athlètes inspirants durant une petite dizaine de jours hauts en couleur. 

La même couverture médiatique que pour la compétition des valides est prévue. Égard minimum pour des champions et championnes qui dépassent les limites du corps humain. 

Bien évidemment, la France sera représentée et de belle manière. Car même si le nombre de qualifiés n’est pas incroyable, avec dix-neuf athlètes dont quatre guides, on est sur le gratin des sports d’hiver.

Et même s’il n’y a que deux femmes dans la délégation, encore une fois, on est sur de la légende. Et pas de la petite. Et si !

Commençons avec Marie Bochet. Porte-drapeau lors des Jeux Paralympiques de Pyeongchang en 2018, la native de Chambéry maîtrise à la perfection l’intégralité des épreuves du ski alpin.

Descente, Super G, Slalom Géant, Super Combiné, Slalom, peu importe, elle domine partout. Et ça saute aux yeux en découvrant son palmarès. 

Vingt-huit médailles en six participations aux championnats du monde, dont vingt-deux en or. Et ça ne s’arrête pas là. 

Flash-back. Après une première participation aux Jeux Paralympiques de 2010 sans médailles, Marie Bochet a des sentiments mitigés. Si ses performances sont plus qu’honorables pour une première compétition internationale (elle n’a que 16 ans !), la championne n’en démord pas : les médailles, c’est tout ce qui compte. 

Qu’à cela ne tienne, elle en obtient quatre aux championnats du monde, un an après. Deux en or et deux en argent. 

À partir de là, le règne de Marie Bochet sur le circuit du ski alpin handisport commence. Il n’est d’ailleurs toujours pas fini aujourd’hui. 

Cette reine des neiges réalise une performance historique lors des mondiaux de 2013 qui va refroidir la concurrence. Cinq titres. En cinq épreuves. 

Que ce soit en Descente, en Super G, en Slalom, Slalom Géant et Super Combiné, elle gagne. 

Et Marie Bochet remet ça à Sotchi en 2014. Décidée à prendre sa revanche après les Jeux Paralympiques de 2010, elle ne fait pas dans la dentelle. Quatre médailles d’or en quatre épreuves. Rien à faire pour ses adversaires, la Française est sans égal. 

Marie Bochet à Pékin lors de la cérémonie d’ouverture des JO

Libérée, délivrée de toute pression en ayant déjà tout gagné, la championne écrit l’histoire à coup de skis. Nouveau quintuplé doré aux mondiaux de 2015. Lors de ceux de 2017, petite baisse de régime, trois médailles d’or et deux en argent, rien ne va plus ! 

Pas d’inquiétude, Marie Bochet se rattrape de sa “contre-performance” aux Jeux Paralympiques de Pyeongchang avec un nouveau quadruplé. Devenue la figure de proue du ski alpin handisport et même des Jeux Paralympiques, elle intègre le Comité International Paralympique et la commission des athlètes.

La Légion d’Honneur lui est également attribuée, comme à tous les médaillés olympiques français. 

Les saisons s’enchaînent et se ressemblent. Mondiaux handisports de 2019 : nouveau quintuplé pour la skieuse. À force de talent, d’entraînement et de détermination, Marie Bochet banalise l’historique. 

Elle arrive à Pékin en star. Mais lors des derniers championnats du monde en janvier dernier, la concurrence a été féroce. Le bilan reste tout de même honorable. Quatre médailles dont deux en or, c’est pas mal en effet.

Mais l’attente est donc plus forte autour de la Française dont le trône est contesté avec ardeur par ses concurrentes. Les épreuves de ski alpin promettent donc du spectacle et espérons également des médailles pour Marie Bochet. 

Cécile Hernandez

Autre épreuve spectaculaire dans laquelle une Française vise le haut du tableau : le snowboard. Cécile Hernandez brille dans cette discipline paralympique depuis 2014.

Sept médailles (trois en or, quatre en argent) en quatre championnats du monde, trois médailles paralympiques (deux en argent et une en bronze). Un palmarès bien fourni, non ? Et qui force d’autant plus le respect quand on jette un oeil sur le parcours de la championne. 

Née en 1974, Cécile Hernandez pratique le BMX à haut niveau et découvre le snow. Mais en 2002, une poussée de sclérose en plaques lui paralyse les jambes pendant plusieurs mois. Terrible épreuve pour la native de Perpignan, qui va alors se plonger dans l’écriture et le journalisme. 

Après avoir joué les commentatrices pour les Jeux Paralympiques de Londres en 2012, elle décide de retenter sa chance avec la planche de snow. Jackpot ! 

Cécile Hernandez intègre rapidement l’équipe de France. À partir de là, sa route vers le sommet du snow handisport sent bon la violette ou plutôt la perce-neige. Seulement un an après ses débuts sur le circuit, elle obtient l’argent en snowcross aux Jeux Paralympiques de Sotchi. 

Que ce soit en cross ou en slalom, elle fait partie des meilleures. Elle obtient la première ou la deuxième place à chaque participation aux championnats du monde. Les Jeux Paralympiques de 2018 sont également réussis, avec une deuxième et une troisième place.

Bref, Cécile Hernandez pèse dans le game du snow handisport. Et pas qu’un peu. 

Chevalière de la Légion d’Honneur, elle espère bien ajouter la seule ligne manquante à son palmarès, cette année :  championne paralympique. À 47 ans, ça serait une performance assez monumentale. 

Arthur Bauchet

Avec ses deux filles, la délégation française a déjà de beaux espoirs de médailles. Mais les messieurs de l’équipe de France ont bien l’intention d’assurer également. 

Et quand on voit le bilan des championnats du monde de 2022, on peut s’attendre à de grandes choses. 

Arthur Bauchet, par exemple, peut prétendre à un quadruplé en ski alpin. Tout simplement. Double médaillé d’or et d’argent aux mondiaux, il fait clairement figure de favori dans la catégorie debout et entend bien écrire l’Histoire. 

Hyacinthe Deleplace a aussi de grands objectifs lors de la compétition. Toujours en ski alpin, mais cette fois dans la catégorie déficient visuel, le Français arrive après avoir fait le plein de confiance aux championnats du monde.

Trois médailles d’or et une de bronze, un bilan encore une fois incroyable. Avec ses deux guides, Maxime Jourdan et Valentin Giraud Moine, il espère faire aussi bien, même mieux sur les pentes chinoises. 

Maxime Montaggioni en snow et Victor Perriel en ski alpin, catégorie assis, ont également la gagne et veulent confirmer leur forme du moment avec des médailles. 

Benjamin Daviet, le porte-parole des Jeux Paralympiques Beijing 2022

Toute cette joyeuse équipe sera menée par Benjamin Daviet, porte-drapeau pour cette olympiade. 

Que ce soit en biathlon ou ski de fond, l’athlète n’a plus rien à prouver. En quatre championnats du monde, il obtient 19 médailles dont neuf en or. En relais ou en individuel, peu importe, ses performances sont éblouissantes. 

Et le sportif ne se dégonfle pas lors des Jeux Paralympiques. En 2014, Benjamin Daviet remporte trois médailles, chacune d’un métal différent. Il fait encore mieux quatre ans plus tard, avec de nouveau trois breloques, mais cette fois deux en or et une en argent. 

Avec ou sans carabine, peu importe le nombre de kilomètres à parcourir, le Français est l’un des meilleurs. Il aura une nouvelle occasion de le démontrer à Pékin. Souhaitons-lui la même réussite que Quentin Fillon-Maillet. 

Une chose est sûre, Benjamin Daviet en est capable. Grâce à son mental et son talent, le champion a démonté tous les obstacles sur son passage. Parcours inspirant d’un homme qui s’est remis d’un accident de mobylette le privant d’un genou et qui vit maintenant sa vie à fond sur les skis. 

Vous l’aurez compris, la délégation française pour ces Jeux Paralympiques arrive blindée de talent et de confiance.

Forte de sa troisième place au classement des derniers championnats du monde, l’objectif est clair : une nouvelle fois, tout ramasser sur son passage. 

Ouverture photo Marie Bochet

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

Le questionnaire sportif de… Bruna De Paula

La première division du handball féminin reprend… et, avec elle, la course au titre ! Qui pour détrôner Metz ? La capitaine messine Bruna De Paula compte bien écraser la concurrence avec ses coéquipières. Mais avant ça, elle répond à notre questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Amine Bakkali

« Né, nourri et élevé à Casablanca au Maroc, j’ai entamé mes études en Métiers du Multimédia et de l’Internet

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
La question qui tue

Si je me sens fatigué, je fais pas de sport, on est d’accord ?

J’y vais ? J’y vais pas ? On la connaît cette conversation avec nous-mêmes, une heure avant la séance de sport et qui, on va pas se mentir, aboutit (presque) toujours à un : “Allez, j’irai demain ! “. Alors, quoi ? flemme ou réel coup de fatigue ? Faudrait savoir. Et notre coach a sa petite idée, ça tombe bien !

Lire plus »
Emelie Forsberg et Kilian Jornet

Emelie Forsberg et Kilian Jornet, les amoureux fous du trail

Pour les adeptes de courses extrêmes, ils sont quasiment des icônes. « Vivre et Courir » tel est le credo du couple star du trail-running, Kilian Jornet et Emelie Forsberg. Parents de deux petites filles -la première est déjà embarquée dans leurs excursions montagnardes, ces runners que rien n’arrête vivent une vie (presque) paisible dans leur ferme de Norvège. Mais, méfiez-vous du traileur qui dort…

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner