Alfonsina Strada La diablesse en jupons qui fit scandale sur son vélo

Alfonsina Strada
Elle aimait la liberté avant tout. Faisant fi des conventions, Alfonsina Strada a passé sa vie à braver les interdits pour assouvir sa passion du vélo. En 1924, elle devient la première femme – et la seule encore à ce jour – à prendre part au Giro. Portrait d’une petite reine devenue grande.

Par Sophie Danger

Publié le 21 avril 2021 à 17h51, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h17

La vie d’Alfonsina Strada est un véritable roman. Issue d’un milieu modeste, la tornade italienne voit le jour le 16 mars 1891 à Riolo di Castelfranco Emilia, une discrète bourgade de la province de Modène.

La légende veut qu’elle ne soit âgée que d’une dizaine d’années lorsque son père, Carlo Morini, décide de troquer quelques-unes de ses poules contre un vélo. Un échange qui va bouleverser à jamais sa courte existence.

Mordue, Alfonsina Strada commence à parcourir la campagne alentours au guidon de ce qu’elle appelle sa « machine de liberté ».

Très vite pourtant, les balades ne lui suffisent plus. Alfonsina Strada veut se mesurer aux autres. Alors que ses parents la pensent à la messe, l’adolescente, elle, met à profit ses dimanches pour prendre part à quelques réunions locales.

L’exubérante Italienne commence à se forger une réputation et gagne le surnom de «  diable en jupons ». Son comportement, jugé, par beaucoup, scandaleux, pousse ses parents à lui chercher un époux.

En 1915, Alfonsina Rosa Maria Morini devient Alfonsina Strada après avoir épousé Luigi, ouvrier soudeur et, de surcroît, coureur amateur qui lui offre… un vélo conçu de ses propres mains en guise de cadeau de noces !

Tout juste mariés, Luigi et Alfonsina Strada partent s’installer à Milan. Loin de chercher à freiner les ardeurs de sa cycliste d’épouse, Luigi les attise et devient son entraîneur.

La môme Strada continue de rouler et franchit régulièrement la frontière pour se tester dans les Vélodromes de France et de Belgique. En 1917, alors que la guerre bat son plein, retenant une grande majorité des coureurs les plus en vue sur la ligne de front, la Milanaise demande à participer au Tour de Lombardie.

Requête acceptée pour « la Strada » qui se classe 29e et dernière d’un classement remporté par le Belge Philippe Thys. Peu échaudée pour autant, elle réitère l’année suivante et boucle le parcours à la 21e et avant dernière place.

Il faudra attendre l’année 1924 pour qu’Alfonsina Strada n’entre définitivement dans l’Histoire du cyclisme italien. La Lombarde, qui a alors 33 ans, se pique de participer au Giro.

Le contexte particulier qui entoure la tenue de cette 12e édition va jouer en sa faveur. Emilio Colombo, le directeur de course, est dans la tourmente. L’homme fort de La Gazetta dello Sport subit la fronde des grandes équipes professionnelles qui réclament rétribution pour aligner leurs vedettes. Colombo, persuadé que c’est bel et bien le Giro qui fait le champion et non l’inverse, refuse et décide d’ouvrir le peloton aux coureurs indépendants.

Alfonsina Strada saute sur l’occasion et s’inscrit sur les rangs sous le pseudonyme d’Alfonsin.

Le 10 mai 1924, dossard 72 sur le dos, elle devient la première femme à prendre le départ du Tour d’Italie. À ses côtés, 89 autres prétendants à la victoire, tous des hommes.

Les débuts sont difficiles pour Alfonsina Strada qui, fidèle à son caractère pugnace, s’accroche. Séduit par ce petit bout de femme que rien ne semble pouvoir arrêter, le public la plébiscite.

Plus la course avance, plus sa popularité grandit. La 8e étape manque, de peu, la couper dans son élan. Blessée au genou, la veille, à la suite d’une chute, elle boucle les 304 kilomètres qui séparent Foggia (Pouilles) de l’Aquila (Abruzzes) hors délais.

Bien décidé à profiter de sa renommée pour redorer le blason de « son » Giro, Emilio Colombo lui propose de finir la course à condition de renoncer au classement. Le 1er juin 1924, elle passe la ligne d’arrivée avec vingt minutes d’avance sur la lanterne rouge, son compatriote Telesforo Benaglia.

Revancharde, Alfonsina Strada prend rendez-vous pour l’année suivante. Colombo, de retour en grâce chez les professionnels, lui oppose une fin de non recevoir et le Giro redevient une affaire d’hommes.

Le « diable en jupons » ne renonce pas pour autant à sa passion. Désormais célèbre, elle continue de courir jusqu’en 1938. Quatre ans après le décès de Luigi, en 1946, elle épouse Carlo Messori, un ancien pistard, et monte, avec lui, un magasin de cycles à Milan.

De nouveau veuve sept ans plus tard, Alfonsina Strada solde les reliques de son glorieux passé pour s’offrir une moto et battre, encore et toujours, le rappel des compétitions, côté public cette fois.

C’est en revenant de l’une d’elles, « les trois vallées Varésines », qu’elle va trouver la mort. Alors qu’elle remise sa Guzzi avant de rentrer chez elle, cette dernière lui tombe dessus. Victime d’une crise cardiaque, elle s’éteint le 13 septembre 1959. Elle avait 68 ans.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Mélina Robert-Michon

Le questionnaire sportif de…Mélina Robert-Michon

Elle est l’athlète française qui a décroché le plus de titres nationaux. Le 21 février dernier, Mélina Robert-Michon, bluffante lanceuse de disque, a établi la meilleure performance mondiale de l’année avec 63,43 mètres aux championnats de France hivernaux de lancers longs. La vice-Championne olympique en titre et 34 fois Championne de France ne compte pas s’arrêter là. Elle sera à Tokyo en juillet. En attendant, elle répond à notre petit questionnaire vite fait, mais bien fait !

Lire plus »
Tia-Clair Toomey

Tia-Clair Toomey, l’iconique crossfiteuse qui place la barre très haut…

Et de quatre ! Depuis 2017, pas une édition des CrossFit Games n’aura eu raison de sa hargne. Le 25 octobre dernier à Aromas, en Californie, Tia-Clair Toomey a de nouveau été sacrée « Femme la plus en forme sur Terre ». L’Australienne qui ne cesse de repousser ses limites marque ainsi de son empreinte musclée l’Histoire de sa discipline. Portrait d’une guerrière.

Lire plus »
Amalia

Amalia, 40 000 km pour la bonne cause

Un événement solidaire et sportif. L’ONG Baroudeur de l’Espoir lance la 6e édition d’Amalia. Un challenge unique, celui de marcher 40 000 km pour sensibiliser à la situation dramatique des enfants du Proche-Orient et récolter des fonds pour leur retour à l’école. Chaussez vos baskets, c’est à partir d’aujourd’hui !

Lire plus »
Marie Houdré

Marie Houdré, la rugbywoman qui a transformé l’essai

Elle n’imaginait pas sa vie sans sport. Non contente d’avoir participé à la naissance du mouvement sportif féminin en France, Marie Houdré s’est attachée à le développer et le promouvoir à travers la barette, une version revue et corrigée du rugby dans les années 20. Portrait d’une avant-gardiste qui s’est toujours refusée à botter en touche.

Lire plus »
Véronique Sandler

Véronique Sandler, la vététiste qui n’a pas peur de sortir du cadre

Elle n’a d’abord vécu que pour la compétition. Avant de lui tourner le dos, notamment faute de sponsors. Depuis 2016, Véronique Sandler a décidé de ne plus rider que pour le plaisir. Un choix payant pour la vététiste néo-zélandaise qui s’engage pour le VTT au féminin et régale, à grands coups de vidéos, une communauté grandissante sur les réseaux sociaux. Portrait d’une fille qui a la tête dans le guidon. Et en redemande.

Lire plus »
violette morris

Violette Morris, cette amazone qui voulait vivre comme un homme

« Ce qu’un homme fait, Violette peut le faire ! ». Ce cri féministe date des années 1920. Son porte-voix ? Violette Morris, athlète omnisports qui fit sensation sur les terrains. Esprit libre s’habillant en homme et aimant des femmes, la sportive aux seins coupés fit scandale, traçant la voie d’un féminisme ultra contemporain. Histoire peu ordinaire d’une pionnière du sport féminin au destin hors du commun.

Lire plus »
Pink Power Team

Stéphanie : « Le permis moto, ça a été le début de mon émancipation. »

Rien ne prédestinait Stéphanie à devenir une motarde semi-pro rugissante. Pourtant, même une grave blessure n’aura pas abîmé sa passion de la vitesse. Cheveux roses, motos qui dépotent, elle ne lâche pas son rêve et le transmet à d’autres filles qui, comme elle, roulent des mécaniques sur les circuits amateurs mais, cette fois, en karting. La Pink Power Team est de sortie, faites place !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner