Chiara Consonni

La tornade italienne qui dynamite les codes dans le cyclisme

Chiara Consonni
À tout juste 21 ans, elle fait partie des grands espoirs du cyclisme italien. La jeune Lombarde Chiara Consonni, à l’aise sur route comme sur piste, est aussi réputée pour sa nature exubérante et fantasque. Portrait d’une jeune pousse pour qui la vie est un jeu.

Par Sophie Danger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

C’est un sourire ambulant. Un concentré d’énergie. Une bulle d’oxygène. En un mot comme en cent, un véritable phénomène. Chiara Consonni, 21 ans à peine, balaye tout sur son passage. Sa polyvalence et ses talents de sprinteuse combinés à sa ténacité et son esprit d’équipe la désignent tout naturellement comme l’un des grands espoirs du cyclisme italien.

Mais la tornade italienne ne peut se résumer à ses seules performances. Reconnue pour son exubérance, réputée pour sa fraicheur désarmante, son caractère fantasque et sa bonne humeur contagieuse achèvent d’en faire un personnage à part.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Il faut dire que pour « Chiari » ou « Conso », diminutifs affectueux donnés par ses amis, la vie est un jeu. « J’aime m’amuser confirme-t-elle dans les colonnes de Suiveur.it. Sans plaisir, plus rien n’a de sens. »

Alors, victoires ou défaites, finalement tout ça importe peu, le cyclisme est avant tout une fête et il doit le rester. Coûte que coûte. Une philosophie de vie qu’elle tient de l’un de ses deux frères, Simone : « Il m’a dit : “Amuse-toi. Ne pense pas à aller sur les courses pour gagner, ne compare pas ton vélo à celui des autres. Sois heureuse et vis tout cela comme un amusement.” »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Simone. À la fois aîné et mentor. Point d’ancrage comme elle aime à le décrire. Cycliste professionnel lui aussi, il est celui qui a ouvert la voie, transmis le virus. Pourtant, à la maison, le sport roi, c’était plutôt le football pour Corrado, le papa.

Jusqu’à ce jour où l’un de ses amis l’embarque à Brembate, petite ville de la banlieue de Bergame située à quelques encablures du domicile Consonni. Ses enfants y pratiquent le cyclisme. Le petit Simone, 6 ans, est de la virée. Mordu, il va contaminer parents, fratrie, mais également cousins. Aucun d’entre eux ne va résister à sa passion contagieuse naissante pour la petite reine, et surtout pas sa petite sœur.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Embarquée dans le sillage de ce grand frère adulé, la petite suit. Pour elle, à l’époque, vélo rime exclusivement avec famille. Lien entre tous les membres du clan, il est le prétexte à de savoureuses réunions dominicales durant lesquelles partage et amusement sont les maîtres-mots.

Des valeurs que la jeune fille brandit, depuis lors, comme autant d’étendards partout où elle passe : « Le cyclisme n’est pas seulement un sport qui met en valeur vos aptitudes sportives poursuit-elle sur Suiveur.it. C’est aussi un environnement dans lequel vous créez de nombreux liens, de nombreuses amitiés. Avec mes coéquipières par exemple, nous passons tout l’été ensemble. Nous sommes une famille. Nous sommes comme des sœurs. Je ferais tout pour elles et elles feraient tout pour moi. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Un état d’esprit on ne peut plus sain qui n’empêche néanmoins pas Chiara Consonni de cultiver un mental d’acier et une détermination à toute épreuve. Car derrière sa frimousse juvénile, parsemée de tâches de rousseur, la blonde Italienne cache un bel animal de compétition.

Sacrée championne du monde en poursuite par équipes deux années de suite – 2016, 2017 – elle ajoute à son palmarès junior un titre mondial en Madison et trois ors européens (Poursuite par équipe 2016, 2017, Madison 2017).

Des débuts prometteurs pour la tornade lombarde qui s’illustre également sur route sous les couleurs de l’équipe Valcar.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Encadrée par Davide Arzeni, son entraîneur, Chiara Consonni la fantasque apprend, en quelques années, à canaliser son énergie et prend conscience de son talent. « Je n’étais pas une fille qui avait des objectifs précis reconnaît-elle sur Suiveur.it. Davide m’a prise sous son aile et a réussi à me fixer ces objectifs. Moi, j’ai essayé de les atteindre. »

Troisième du Flanders Diamond Tour en 2017 et 2018, la jeune professionnelle va de nouveau goûter aux joies du podium la saison suivante en complétant le trio de tête du Grand Prix Bruno Beghelli.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Le 8 septembre 2019, c’est la consécration. La native de Ponte San Pietro s’impose à l’issue de la cinquième étape du Boels Ladies Tour et signe le premier succès de sa carrière sur le Pro Tour.

Une joie intense pour Chiara Consonni qui peine à contenir son émotion. S’en suit une vidéo à son image, piquante, durant laquelle la rouleuse-sprinteuse, en larmes, tente d’exprimer sa joie dans un mélange foutraque d’italien et d’anglais avant de conclure l’interview d’un « It’s very very super » devenu aussitôt viral.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Adoubée par le public, encensée par la presse qui n’hésite pas à la comparer au Jamaïcain Usain Bolt ou à son compatriote Valentino Rossi, deux légendes, « la Consonni » change peu à peu de dimension.

« Ce jour-là, quelque chose a changé, j’ai commencé à croire davantage en moi reconnaît-elle dans un entretien accordé à Bicitv.it. C’était un moment difficile pour mes coéquipières et moi, nous étions sous pression parce que nous ne savions pas quel serait l’avenir de notre équipe. Gagner m’a donné beaucoup de force et l’envie de donner le meilleur de moi-même car nous savons désormais que nous pouvons rivaliser avec les plus fortes. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Ses deux podiums 2020 – une troisième place à l’issue du Grand Prix de Plouay et une deuxième au Grand Prix d’Isbergues féminin – viendront confirmer cette montée en puissance. Et ce n’est qu’un début.

Chiara Consonni entend bien poursuivre sur sa lancée. Sur piste ou sur route ? En bonne épicurienne, elle se refuse à choisir : « Dans les deux cas, je pense qu’il y a un fort élément de partage même si c’est dans une perspective complètement différente analyse-t-elle sur Direttaciclismo.it. Sur la piste, cette dimension émerge entre les athlètes eux-mêmes. Sur la route, il y a un partage d’émotions sans précédent avec le public. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Désormais focalisée sur la saison 2021, la valeur montante du cyclisme transalpin, s’autorise à rêver de Jeux Olympiques. Si Tokyo lui trotte dans la tête, elle reconnaît néanmoins que l’échéance est probablement prématurée. « Même si l’on dit que l’espoir est le dernier à mourir, je suis consciente de ne pas faire partie des principales candidates à la sélection. »

Japon ou pas Japon, la pétillante Chiara, comme à son habitude, ne se formalisera pas. Car pour elle, définitivement, l’essentiel est ailleurs, et le vélo est, et restera, une histoire de partage et d’émotion, bannière olympique ou non.

« Cycliste est un métier difficile qui demande beaucoup d’efforts mais il y a aussi, dans le vélo, un ensemble de choses indescriptibles. Le vélo, c’est aussi de l’émotion. Il y a tant de gens qui vous aiment et qui partagent tout avec vous. Le vélo, c’est de l’amour, beaucoup d’amour… »

Chiara Consonni
©Twitter/Bettini
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Clare Connor

Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Lire plus »
Baronne Raymonde de Laroche

Raymonde de Laroche ou l’histoire de la baronne qui ne manque pas d’air

Elle a, sans regret, délaissé les arts pour la mécanique. Élisa Léontine Deroche, dite Baronne Raymonde de Laroche, a été comédienne avant de tout quitter pour grimper dans un aéroplane. Première femme au monde à décrocher un brevet de pilote-aviateur, la Parisienne a marqué de son empreinte les débuts de l’aviation. Récit d’une actrice devenue casse-cou.

Lire plus »
Margot Boch et Carla Sénéchal

Margot Boch et Carla Sénéchal : « Le bobsleigh féminin n’est pas médiatisé, on a bien l’intention de le mettre en lumière ! »

Surnommées les « sœurs jumelles » du bobsleigh féminin français, Margot Boch et Carla Sénéchal glissent à pleine vitesse vers leurs rêves de qualification aux JO de Pékin, en 2022. La vingtaine mature, la passion embarquée dans leur engin, la pilote et la pousseuse ravivent enfin une discipline féminine glacée depuis dix ans. Un beau virage pour la visibilité du sport féminin !

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Catherine Louveau

Catherine Louveau : « Le monde du sport a beaucoup de mal avec les filles performantes, efficaces, musclées… »

Elle n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Elle affirme, qu’aujourd’hui encore, c’est : « aux hommes la performance et aux femmes l’apparence. » Sociologue, professeure émérite à l’Université de Paris-Sud, son champ de recherches concerne le sport et, plus précisément, les problématiques sexuées dans la sphère sportive. Catherine Louveau, forte de plus de trente ans d’expérience dans le domaine, met à mal les représentations traditionnelles dans le sport et analyse les raisons d’un clivage qui a la vie dure. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page