Chiara Consonni La tornade italienne qui dynamite les codes dans le cyclisme

Chiara Consonni
À tout juste 21 ans, elle fait partie des grands espoirs du cyclisme italien. La jeune Lombarde Chiara Consonni, à l’aise sur route comme sur piste, est aussi réputée pour sa nature exubérante et fantasque. Portrait d’une jeune pousse pour qui la vie est un jeu.

Par Sophie Danger

Publié le 21 novembre 2020 à 10h59, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h43

C’est un sourire ambulant. Un concentré d’énergie. Une bulle d’oxygène. En un mot comme en cent, un véritable phénomène. Chiara Consonni, 21 ans à peine, balaye tout sur son passage. Sa polyvalence et ses talents de sprinteuse combinés à sa ténacité et son esprit d’équipe la désignent tout naturellement comme l’un des grands espoirs du cyclisme italien.

Mais la tornade italienne ne peut se résumer à ses seules performances. Reconnue pour son exubérance, réputée pour sa fraicheur désarmante, son caractère fantasque et sa bonne humeur contagieuse achèvent d’en faire un personnage à part.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Il faut dire que pour « Chiari » ou « Conso », diminutifs affectueux donnés par ses amis, la vie est un jeu. « J’aime m’amuser confirme-t-elle dans les colonnes de Suiveur.it. Sans plaisir, plus rien n’a de sens. »

Alors, victoires ou défaites, finalement tout ça importe peu, le cyclisme est avant tout une fête et il doit le rester. Coûte que coûte. Une philosophie de vie qu’elle tient de l’un de ses deux frères, Simone : « Il m’a dit : “Amuse-toi. Ne pense pas à aller sur les courses pour gagner, ne compare pas ton vélo à celui des autres. Sois heureuse et vis tout cela comme un amusement.” »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Simone. À la fois aîné et mentor. Point d’ancrage comme elle aime à le décrire. Cycliste professionnel lui aussi, il est celui qui a ouvert la voie, transmis le virus. Pourtant, à la maison, le sport roi, c’était plutôt le football pour Corrado, le papa.

Jusqu’à ce jour où l’un de ses amis l’embarque à Brembate, petite ville de la banlieue de Bergame située à quelques encablures du domicile Consonni. Ses enfants y pratiquent le cyclisme. Le petit Simone, 6 ans, est de la virée. Mordu, il va contaminer parents, fratrie, mais également cousins. Aucun d’entre eux ne va résister à sa passion contagieuse naissante pour la petite reine, et surtout pas sa petite sœur.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Embarquée dans le sillage de ce grand frère adulé, la petite suit. Pour elle, à l’époque, vélo rime exclusivement avec famille. Lien entre tous les membres du clan, il est le prétexte à de savoureuses réunions dominicales durant lesquelles partage et amusement sont les maîtres-mots.

Des valeurs que la jeune fille brandit, depuis lors, comme autant d’étendards partout où elle passe : « Le cyclisme n’est pas seulement un sport qui met en valeur vos aptitudes sportives poursuit-elle sur Suiveur.it. C’est aussi un environnement dans lequel vous créez de nombreux liens, de nombreuses amitiés. Avec mes coéquipières par exemple, nous passons tout l’été ensemble. Nous sommes une famille. Nous sommes comme des sœurs. Je ferais tout pour elles et elles feraient tout pour moi. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Un état d’esprit on ne peut plus sain qui n’empêche néanmoins pas Chiara Consonni de cultiver un mental d’acier et une détermination à toute épreuve. Car derrière sa frimousse juvénile, parsemée de tâches de rousseur, la blonde Italienne cache un bel animal de compétition.

Sacrée championne du monde en poursuite par équipes deux années de suite – 2016, 2017 – elle ajoute à son palmarès junior un titre mondial en Madison et trois ors européens (Poursuite par équipe 2016, 2017, Madison 2017).

Des débuts prometteurs pour la tornade lombarde qui s’illustre également sur route sous les couleurs de l’équipe Valcar.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Encadrée par Davide Arzeni, son entraîneur, Chiara Consonni la fantasque apprend, en quelques années, à canaliser son énergie et prend conscience de son talent. « Je n’étais pas une fille qui avait des objectifs précis reconnaît-elle sur Suiveur.it. Davide m’a prise sous son aile et a réussi à me fixer ces objectifs. Moi, j’ai essayé de les atteindre. »

Troisième du Flanders Diamond Tour en 2017 et 2018, la jeune professionnelle va de nouveau goûter aux joies du podium la saison suivante en complétant le trio de tête du Grand Prix Bruno Beghelli.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Le 8 septembre 2019, c’est la consécration. La native de Ponte San Pietro s’impose à l’issue de la cinquième étape du Boels Ladies Tour et signe le premier succès de sa carrière sur le Pro Tour.

Une joie intense pour Chiara Consonni qui peine à contenir son émotion. S’en suit une vidéo à son image, piquante, durant laquelle la rouleuse-sprinteuse, en larmes, tente d’exprimer sa joie dans un mélange foutraque d’italien et d’anglais avant de conclure l’interview d’un « It’s very very super » devenu aussitôt viral.

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Adoubée par le public, encensée par la presse qui n’hésite pas à la comparer au Jamaïcain Usain Bolt ou à son compatriote Valentino Rossi, deux légendes, « la Consonni » change peu à peu de dimension.

« Ce jour-là, quelque chose a changé, j’ai commencé à croire davantage en moi reconnaît-elle dans un entretien accordé à Bicitv.it. C’était un moment difficile pour mes coéquipières et moi, nous étions sous pression parce que nous ne savions pas quel serait l’avenir de notre équipe. Gagner m’a donné beaucoup de force et l’envie de donner le meilleur de moi-même car nous savons désormais que nous pouvons rivaliser avec les plus fortes. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Ses deux podiums 2020 – une troisième place à l’issue du Grand Prix de Plouay et une deuxième au Grand Prix d’Isbergues féminin – viendront confirmer cette montée en puissance. Et ce n’est qu’un début.

Chiara Consonni entend bien poursuivre sur sa lancée. Sur piste ou sur route ? En bonne épicurienne, elle se refuse à choisir : « Dans les deux cas, je pense qu’il y a un fort élément de partage même si c’est dans une perspective complètement différente analyse-t-elle sur Direttaciclismo.it. Sur la piste, cette dimension émerge entre les athlètes eux-mêmes. Sur la route, il y a un partage d’émotions sans précédent avec le public. »

Chiara Consonni
©Chiara Consonni/DR

Désormais focalisée sur la saison 2021, la valeur montante du cyclisme transalpin, s’autorise à rêver de Jeux Olympiques. Si Tokyo lui trotte dans la tête, elle reconnaît néanmoins que l’échéance est probablement prématurée. « Même si l’on dit que l’espoir est le dernier à mourir, je suis consciente de ne pas faire partie des principales candidates à la sélection. »

Japon ou pas Japon, la pétillante Chiara, comme à son habitude, ne se formalisera pas. Car pour elle, définitivement, l’essentiel est ailleurs, et le vélo est, et restera, une histoire de partage et d’émotion, bannière olympique ou non.

« Cycliste est un métier difficile qui demande beaucoup d’efforts mais il y a aussi, dans le vélo, un ensemble de choses indescriptibles. Le vélo, c’est aussi de l’émotion. Il y a tant de gens qui vous aiment et qui partagent tout avec vous. Le vélo, c’est de l’amour, beaucoup d’amour… »

Chiara Consonni
©Twitter/Bettini

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Clare Connor

Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Angely Bouillot : « Je suis juste une nana qui est allée au bout de son rêve »

Angely Bouillot : « Je suis juste une nana qui est allée au bout de son rêve. »

Elle a posé, temporairement, kitesurf et bagages en Afrique du Sud. Angely Bouillot a la bougeotte et ce n’est pas nouveau. La rideuse lyonnaise, qui a débuté par le ski, fonctionne, depuis toujours, à l’instinct, à l’envie, et ça lui réussit. Première femme invitée à participer au Red Bull King of the Air, elle pourrait, sous peu, reprendre la route et mettre le cap plus au Nord, sur l’Alaska et le Groenland pour d’autres aventures. Rencontre avec une kitesurfeuse qui manque de tout, sauf d’air !

Lire plus »
Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Ashleigh Barty, la (trop) discrète patronne du tennis mondial

Elle est une des favorites incontestables de l’Open de Melbourne qui s’ouvre ce lundi en Australie. Ashleigh Barty n’a pas connu que des succès sur les courts, mais a toujours su rebondir. Celle qui trace sa route sans esbroufe est l’une des joueuses les plus talentueuses du moment. Portrait d’une drôle de fille devenue N°1 mondiale.

Lire plus »
Summer body

Je suis gourmande et je veux un summer body, je fais comment ?

Le summer body…tout un programme ! Mais y a-t-il un seul body ? Celui dicté par les normes commerciales et sociétales ? Ou celui qu’on souhaite à son image ? Bref, ici, le summer body, c’est celui qui se montre sans complexe sur la plage. Et pour ça, la plupart du temps, on essaye de le délester de quelques kilos. Alors, ok, essayons de répondre, une fois pour toutes, à cette interrogation qui vise à faire du corps et de la gourmandise des ennemis. La réponse de notre coach, Nathalie Servais*.

Lire plus »
Sandy Montanola : « L’idée est toujours la même : le sport masculin est l’étalon de mesure et le sport féminin vise à y ressembler »

Sandy Montanola : « L’idée est toujours la même : le sport masculin est l’étalon de mesure et le sport féminin vise à y ressembler. »

Elle travaille sur les inégalités femmes-hommes dans les médias. Maîtresse de conférences à l’université de Rennes 1, responsable de la formation en Journalisme de l’IUT de Lannion et co-responsable de la mission égalité-diversité de la CEJ (conférence des écoles en journalisme), Sandy Montanola dresse, avec nous, un panorama de l’évolution du traitement médiatique du sport féminin. Où tout reste à faire.

Lire plus »
Misty Dong, la “race” au corps

Misty Dong, la “race” au corps

Première femme de l’Histoire intronisée au « BMX Hall of Fame », la rideuse Misty Dong est une légende de ce sport de l’extrême, l’une des pionnières à avoir foulé ces circuits pour pilotes casse-cous. Portrait d’une Californienne qui a su prendre son envol !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner