Rechercher

Kate Hudson La nouvelle étoile de la planète fitness

Kate Hudson
Au royaume d’Hollywood, il n’y a qu’un pas entre le tapis rouge et l’entrepreneuriat. L’actrice Kate Hudson a fait ce pas de côté, en 2013, en co-créant Fabletics, une marque de sport pour femmes. Ou comment Kate Hudson est devenue un « coach sportif » bankable en deux temps trois mouvements…

Par Claire Bonnot

Publié le 27 avril 2021 à 18h20, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h15

Quel meilleur boost que d’avoir une star hollywoodienne en tête de proue et co-fondatrice d’une marque de fitness ? Et, qui plus est, Kate Hudson, fille de Goldie Hawn, la blonde californienne, née à Los Angeles, ultra pétillante et good mood par excellence.

Rappelez-vous, vous l’avez vue dans « Presque Célèbre », « Comment se faire larguer en 10 leçons ? » ou encore en prof de danse dans la série musicale « Glee ». Moteur !

 

Kate Hudson dans « Glee »

Rien qu’à scroller son compte Instagram, on comprend que l’actrice devenue gourou du bien-être ne lésine pas sur son well being et communique une sacrée joie de vivre, sourire et naturel en première ligne.

Son secret ? Probablement sa passion du mouvement, elle qui est fan de fitness, Pilates et danse. « J’ai toujours été une personne très active, depuis toute petite, motivée par ma famille, expliquait-elle dans une interview au magazine Elle américain. Kurt Russell (son beau-père, ndlr) est un athlète, joueur de baseball professionnel, et ma mère, Goldie Hawn, est une danseuse. Bouger, faire du sport, j’en ai besoin, c’est un vrai mode de vie pour moi. »

©Fabletics

La petite californienne a connu nombre de voyages en famille, à vélo, et de vacances au ski dans le Colorado. En grandissant, sa relation au sport n’en est devenue que plus essentielle : « Je ne suis pas l’une de ces personnes pour qui le résultat est ce qui importe le plus. Le plus important pour moi est la manière dont je me sens dans ma peau. Si je me sens forte, je me sens forte, mentalement et physiquement. »

©Fabletics

Un équilibre qu’elle a souhaité insuffler en créant sa marque de sport, Fabletics, pour « changer vos modèles personnels et simplement vouloir être plus active dans sa vie à quelque degré que ce soit ».

Voilà notre star ultra motivée à l’idée de diffuser un message de body positivisme et de no pressure : « Avec Fabletics, il s’agissait d’atteindre un grand nombre de femmes qui voulaient faire partie d’une communauté pour se motiver et les aider à atteindre leurs objectifs.  Insuffler un mode de vie sain et permettre à toutes les filles de se sentir bien dans leur peau ».

©Fabletics

Leçon numéro 1 : croquer l’existence à pleine dents et revoir sa vie en… mouvement : « Dès que vous commencez le sport, pour ne pas vous mettre la pression, essayez toutes sortes de choses. Vous pouvez marcher, courir, faire du vélo ou du yoga. Découvrez ce qui vous fait du bien. Ça devient alors plus un état d’esprit qu’un résultat. Une fois que vous avez commencé, vous n’arrêterez jamais. Vous devez apprendre comment profiter. C’est le vrai truc ! »

©Fabletics

La recette de la Golden girl du fitness ? Allier mode et technicité du vêtement : « Je voulais créer des vêtements de sport qui soient adaptés aussi bien à des athlètes qu’à des femmes qui débutent. L’idée était, par exemple, de concevoir un legging pour faire de l’exercice, mais aussi avec lequel enfiler des bottes et sortir. Sans oublier d’offrir le tout à un prix accessible sans lésiner sur la qualité », soulignait-elle dans le Elle américain.

©Fabletics

Pur business ou pure passion ? Il semble que Kate Hudson s’implique au-delà de simplement apposer son image au gré de visuels publicitaires et de posts instagram ultra-conviviaux : « C’est un travail à plein temps, assure-t-elle ainsi à Refinery29. Ça va de tout ce qui se trouve sur le site aux stratégies marketing, en passant par le fait de rassembler des personnes incroyablement talentueuses (des capsules avec sa mère Goldie Hawn, l’actrice Demi Lovato ou encore la danseuse révélée par la chanteuse Sia, Maddie Ziegler, ndlr), de créer puis de pouvoir en parler, parce que ce n’est pas seulement moi qui le fait. »

©Fabletics

Un esprit entrepreneurial et une réussite qui n’ont pas échappé à Forbes. Le prestigieux magazine économique américain s’est ainsi intéressé à cette success story, celle d’une marque de vêtements de sports dits « athleisure » -comprenez un croisement entre le streetwear et le gymwear, fondée en 2013 sous le nom plutôt bien choisi de Fabletics.

Une collection sport vendue sur un grand site de commerce en ligne « qui a judicieusement choisi de faire de Kate Hudson sa cofondatrice, écrivait Forbes en 2018. Forte d’un public fidèle issu de sa carrière cinématographique réussie, Hudson a aidé à attirer 1,4 million de membres sur la plate-forme Fabletics. »

©Fabletics

Une belle envolée pour cette fitness brand numérique, rapidement disponible dans une dizaine de pays, désormais implantée physiquement aux USA avec soixante-quatorze boutiques d’ici fin 2021. Elle faisait partie des dix marques de sport les plus populaires en 2020. De celles qui se portent et s’emportent partout, pour transpirer à la salle ou danser en soirée.

Et c’est la leçon numéro 2 : Enfiler une tenue dans laquelle on se sent au top pour bouger, peu importe où.

©Fabletics

En se présentant comme « une nouvelle approche du vêtement technique » qui n’est plus réservée exclusivement « à la seule pratique d’une activité sportive, mais se portent partout et tout le temps », elle cartonne chez les filles qui veulent donner à leur garde-robe sportive un côté résolument fashion.

Ajoutez à ça « une qualité premium à prix abordable » et des équipements adaptés à toutes les morphologies et vous avez une recette gagnante qui met l’accent sur le « bien-être intérieur. »

©Fabletics

« Chez Fabletics, nous souhaitons inciter nos membres à vivre plus sainement et à être plus actifs en leur faisant profiter de tenues de sport de qualité, des tenues fitness à la pointe de la mode. » Bref, Kate Hudson a tout compris des enjeux sportifs à l’heure des réseaux sociaux : allier le bien-être et le paraître.

Une actrice désormais davantage présente dans les salons où l’on cause business que sur les plateaux de cinéma. Elle vient d’ailleurs de lancer une nouvelle marque, Inbloom, des poudres végétales éco-friendly pour se sentir (toujours) mieux dans son corps. Golden girl du fitness, on vous dit…

D'autres épisodes de "Les dessous du fitness"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Peterson Ceus : « La Gym Rhythmique masculine renvoie une image féminine de l’homme et ce n’est pas bien vu… »

Pour lui, c’est sa gym, sa bataille. Peterson Ceus se bat depuis sept ans pour que la gymnastique rythmique masculine soit reconnue par les instances sportives et devienne discipline olympique. Un combat contre les inégalités de genre qu’il espère mener à terme pour les générations à venir. Rencontre avec un athlète que rien ni personne n’est parvenu à mettre au tapis.

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Enyo Women's Fightwear, pour les combattantes ÀBLOCK!

Myriam Benadda, la combattante de MMA qui s’engage

Peu importe les terrains, les femmes dans le sport s’imposent. Et, là, c’est du côté de nos armoires que ça se passe. La combattante de MMA Myriam Benadda vient de lancer une collection pour les fighteuses, de quoi les vêtir comme bon leur semble et de manière responsable. Un combo gagnant !

Lire plus »
Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l'échec ne l'emporte pas. Il faut y aller. »

Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l’échec ne l’emporte pas. Il faut y aller. »

Elle aime se définir comme une femme d’engagement. La Bretonne Dominique Carlac’h co-préside, du haut de son 1,84m, aux destinés du Medef. Elle est aussi cheffe d’entreprise et ex-sportive de haut niveau, championne de France au 400m. Le sport l’a nourrie, construite, presque façonnée. Mais il l’a aussi fragilisée, bouleversée. Entretien XXL avec une drôle de dame qui n’a plus peur de rien.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une tenniswoman à la raquette magique (Su-Wei Hsieh sur notre photo), une Déesse des courts français, les 5 dernières killeuses de la terre battue, une skieuse qui plante le bâton avec maestria, une chronique d’actualité, une question qui tue, une initiative 100 % féminine à l’épée et les porte-drapeaux en lice pour les prochains Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Coupe du Monde féminine de rugby à XV 2022, la guerre des étoiles ovales

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

L’histoire des filles sur les tatamis, la présentation de la plus grosse compét’ féminine du ballon ovale, une accro au sport qui témoigne et tout sur la sortie du livre de la championne olympique de hand Cléopatre Darleux, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Cherie Pridham

Cherie Pridham, une sacrée nana en tête de peloton

Le monde du vélo fait un sprint historique ! Une femme prend pour la première fois la tête d’une équipe cycliste masculine du World Tour, le plus haut niveau du cyclisme sur route professionnel. La Britannique Cherie Pridham, ancienne coureuse cycliste, obtient ce poste graal à l’âge de 48 ans. Récit du parcours sans faute d’une pédaleuse qui ouvre la route aux suivantes…

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner