11 août 1934 L’équipe de France de basket remporte les Jeux Mondiaux Féminins

Août 1934, aux Jeux Mondiaux féminins, l'équipe de France de basket remporte le championnat du monde basket
C’est fait. Les basketteuses françaises montent sur la première marche du podium aux Jeux Mondiaux Féminins de Londres. Après avoir battu la Pologne en demi-finale, elles se sont imposées 34 à 23 face aux États-Unis. Un exploit presque irréel !

Par Manon Gimet

Publié le 10 août 2022 à 17h30, mis à jour le 11 août 2023 à 0h12

11 août 1934, Londres, Royaume-Uni, l’équipe de France féminine de basket s’apprête à jouer la finale de la 4e édition des Jeux Mondiaux Féminins créés en 1922 par Alice Milliat.

Si aucune équipe féminine de basket-et donc encore moins le titre de championne du monde, n’est encore rendu officiel par la FIBA (Fédération internationale de basketball), une équipe de France féminine a malgré tout été constituée sous la houlette de Lucienne Velu et placée sous l’égide de la Fédération sportive féminine internationale (FSFI). Alors, c’est tout comme…

Lucienne Velu, en 1928. Elle pratiquait plusieurs disciplines dont l’athlétisme.

L’équipe de basket vient de battre la Pologne en demi-finale, 36-20. Une sélection qu’elle connaît bien : elle l’a déjà défaite à Strasbourg, le 13 juillet 1930, décrochant le titre de championne d’Europe, titre qui avait permis aux Françaises de concourir pour de précédents Jeux Mondiaux à Prague.

Les basketteuses françaises entrent sur le terrain pour un nouveau match, et pas des moindres : les États-Unis sont leurs adversaires.

La capitaine Lucienne Velu et son homologue polonaise pour la traditionnelle poignée de main après le match. Une photo parue dans « Les dimanches de la femme » en septembre 1934 (source BnF Gallica)

Ballon lancé dans les airs par l’arbitre au centre du terrain, le match commence. Les Françaises ont une plus grande possession de balles que les Américaines. Elles dominent le match sur toute la ligne.

Attaque, défense, duels et paniers font le spectacle à Londres. Alors que l’Europe entre dans un conflit politique, autour et sur le terrain, plus rien n’existe.

Sous les couleurs tricolores, le 5 majeur fait une prestation mémorable. Une équipe atypique puisqu’elles sont toutes, à l’origine, pratiquantes d’athlétisme.

Emmenées par Lucienne Velu, les demoiselles Richelot, Garnier, Flouret et Santais s’emparent chacune du ballon pour des lancers qui vont droit au panier. À la mi-temps, elles mènent déjà au score.

Le basket féminin français est dans la place !

L’équipe de basket française, un peu plus tôt, face à la Pologne… ©Le Miroir des Sports, août 1934 (source BnF Gallica)

Rapides, techniques, elles épuisent leurs adversaires. La fin du match approche et elles mènent au score. C’est fait ! L’arbitre siffle deux fois pour clore le match. La France l’emporte 34 à 23 et est championne du monde !

« Enfin, on entendit retentir les accents de La Marseillaise, s’exclame un journaliste dans un article du journal « Les dimanches de la femme », à l’occasion de la belle victoire de Lucienne Velu (…) et toutes les coéquipières se montrèrent cette fois à la hauteur. Pour ma part, il me plaît que, moins bien entraînées, moins douées pour les sports vraiment violents, les Françaises aient gagné justement les victoires qui demandaient avec des efforts corporels, des qualités plus fines, où l’esprit, le cerveau et l’intelligence avaient aussi leur part. »

Les joueuses des équipes de France et de Pologne avec, au centre, la très engagée Alice Milliat… ©Musée du basket

Il faudra attendre 1938 pour que la Fédération française de basketball accepte la création d’une équipe de France féminine officielle. Le premier match de l’équipe de France date du le 13 octobre 1938, la sélection avait alors affronté la Suisse.

 

L’équipe de France féminine de basket au White City Stadium de Londres, défilant lors de l’ouverture des Jeux Mondiaux Féminins, avec à sa tête, Lucienne Velu… ©Le Miroir des Sports, août 1934 (source BnF Gallica)

  • C’était aussi un 11 août

En 2008, la joueuse de tennis serbe, Jelena Janković, prend la place de numéro 1 mondiale au classement WTA (Women’s Tennis Association). Elle est alors la 18e joueuse à se hisser au rang 1. Elle est l’une des rares joueuses à avoir atteint ce rang sans avoir remporté de tournoi majeur.

En 2015, c’était aussi le lancement de la 27e édition des Championnats d’Europe de dressage et de saut d’obstacles en équitation qui a lieu à Aix-la-Chapelle, en Allemagne. Charlotte Dujardin y remportera le titre du dressage individuel libre.

Jelena Janković

  • Rendez-vous demain pour : Ça s’est passé un… 12 août

D'autres épisodes de "Un jour, un événement"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Ce seize pages sympa à lire – en mode « posterzine » – va « droit au but » pour mettre toutes les sportives sur le podium. De quoi être dans les starting-blocks pour son premier numéro et sa collecte participative. Nous, on adhère !

Lire plus »
Anaïs quemener

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une ambassadrice ÀBLOCK! qui rejoint l’aventure de notre média (la championne de marathon Anaïs Quemener sur notre photo), une experte en histoire du vêtement sportif, un ex-rugbyman qui conjugue son sport au féminin ou encore l’histoire des femmes haltérophiles, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Alice Finot : « Les jalousies, la prise de risque, ont été des moteurs de ma performance en athlétisme. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une navigatrice toujours sur le pont, une athlète qui se joue des obstacles (Alice Finot sur notre photo), un bodybuilder qui étudie la puissance du muscle ou encore la petite histoire de l’haltérophilie au féminin à l’heure des Mondiaux, découvrez le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Oriane Bertone, la femme araignée qui a trouvé sa voie

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le ballon rond qui ne s’arrête pas de tourner, un retour sur les Mondiaux d’athlétisme, une lettre sur un avenir ÀBLOCK! pour le sport de haut niveau, une demoiselle araignée (Oriane Bertone sur notre photo), un show toulousain avec les meilleures triathlètes et une navigatrice on ne peut plus ÀBLOCK!, c’est le meilleur de la semaine.

Lire plus »
Virginie Verrier : «  Mon film sur Marinette Pichon va-delà du football. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une légende paralympique, une déclaration d’amour aux sportives, une réalisatrice qui met en lumière une footeuse du nom de Marinette Pichon (interprétée par Garance Marillier sur notre photo), l’histoire des femmes dans les stades et un décryptage du rendez-vous d’athlétisme de l’année, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Fanny Blankers-Koen

Il était une fois l’athlétisme… féminin

Les pistes n’ont pas toujours été ouvertes aux femmes, bien au contraire, les hommes ont longtemps cherché à les empêcher de courir, sauter ou lancer. Le tout, sous des prétextes esthétiques ou de santé. Comment ont-elles enfin pu revêtir leur short sans contrainte ? Petite histoire express de l’athlétisme conjugué au féminin.

Lire plus »
Tour de France Femmes 2023

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un tour cycliste qui mérite bien son récap’, des footeuses qui veulent la Coupe, des volleyeuses de feu, une histoire de l’escrime conjugué au féminin et un petit coup d’oeil dans le rétro sur les événements marquants du sport, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Il était une fois l’escrime… féminine/Ysaora Thibus

Il était une fois l’escrime… féminine

C’est une arme de guerre devenue sport. Masculine, elle a été rondement empoignée par des gladiatrices avant de l’être par des championnes aux JO. ÀBLOCK ! vous raconte l’histoire d’une discipline dans laquelle les femmes, elles aussi, sont de fines lames.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Rénelle Lamote : 
« Je me suis servie du sport pour exister. »

Rénelle Lamote : « Je me suis servie du sport pour exister. »

Elle a vécu des très hauts. Et des très bas. Rénelle Lamote est un phœnix. Après des Jeux Olympiques de Rio cauchemardesques et une lente descente aux enfers, la protégée de Bruno Gajer s’est relancée à Montpellier. Désormais en paix avec elle-même, cette spécialiste du 800 mètres aborde l’avenir avec sérénité et ambition. Son rêve : décrocher une médaille mondiale.

Lire plus »
Benoit Beaufils 

Benoit Beaufils : « Quand j’ai commencé la natation artistique, on s’est bien foutu de ma gueule. »

Il a été un pionnier de la discipline en France. Exilé aux États-Unis depuis plus de vingt ans, Benoit Beaufils a accueilli avec une joie immense l’annonce de la participation des hommes aux épreuves olympiques de natation artistique à Paris 2024. Une occasion unique de faire évoluer le regard sur une discipline traditionnellement associée aux seules athlètes féminines. Rencontre avec un triton des bassins.

Lire plus »
Le Top 10 des livres sur le sport féminin

Le Top 10 des livres sur le sport féminin

Le 24 janvier célèbre les Sporting Girls avec la Journée Internationale du sport féminin. Même si pour ÀBLOCK!, c’est toute l’année, on ne pouvait manquer le rendez-vous. Rendons hommage, une fois de plus, aux pionnières et passionnées de sport, et faisons-le via la littérature qui les placent sur le devant de la piste. Essais, BD, Histoires vraies…voici le TOP 10 des pages à lire pour être 100 % ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner