11 août 1934 L’équipe de France de basket remporte les Jeux Mondiaux Féminins

Août 1934, aux Jeux Mondiaux féminins, l'équipe de France de basket remporte le championnat du monde basket
C’est fait. Les basketteuses françaises montent sur la première marche du podium aux Jeux Mondiaux Féminins de Londres. Après avoir battu la Pologne en demi-finale, elles se sont imposées 34 à 23 face aux États-Unis. Un exploit presque irréel !

Par Manon Gimet

Publié le 10 août 2021 à 20h30, mis à jour le 28 septembre 2021 à 17h19

11 août 1934, Londres, Royaume-Uni, l’équipe de France féminine de basket s’apprête à jouer la finale de la 4e édition des Jeux Mondiaux Féminins créés en 1922 par Alice Milliat.

Si aucune équipe féminine de basket-et donc encore moins le titre de championne du monde, n’est encore rendu officiel par la FIBA (Fédération internationale de basketball), une équipe de France féminine a malgré tout été constituée sous la houlette de Lucienne Velu et placée sous l’égide de la Fédération sportive féminine internationale (FSFI). Alors, c’est tout comme…

Lucienne Velu, en 1928. Elle était une sportive acharnée, pratiquante de plusieurs disciplines dont l’athlétisme.

L’équipe de basket vient de battre la Pologne en demi-finale, 36-20. Une sélection qu’elle connait bien : elle l’a déjà défaite à Strasbourg, le 13 juillet 1930, décrochant le titre de championne d’Europe, titre qui avait permis aux Françaises de concourir pour de précédents Jeux Mondiaux, à Prague.

Les basketteuses françaises entrent sur le terrain pour un nouveau match, et pas des moindres : les États-Unis sont leurs adversaires.

La capitaine Lucienne Velu et son homologue polonaise pour la traditionnelle poignée de main après le match. Une photo parue dans « Les dimanches de la femme » en septembre 1934 (source BnF Gallica)

Ballon lancé dans les airs par l’arbitre au centre du terrain, le match commence. Les Françaises ont une plus grande possession de balle que les Américaines. Elles dominent le match sur toute la ligne.

Attaque, défense, duels et paniers font le spectacle à Londres. Alors que l’Europe entre dans un conflit politique, autour et sur le terrain, plus rien n’existe.

Sous les couleurs tricolores, le 5 majeur fait une prestation mémorable. Une équipe atypique puisqu’elles sont toutes, à l’origine, pratiquantes d’athlétisme.

Emmenées par Lucienne Velu, les demoiselles Richelot, Garnier, Flouret et Santais s’emparent chacune du ballon pour des lancers qui vont droit au panier. À la mi-temps, elles mènent déjà au score. Le basket féminin français est dans la place !

L’équipe de basket française, un peu plus tôt, face à la Pologne… ©Le Miroir des Sports, août 1934 (source BnF Gallica)

Rapides, techniques, elles épuisent leurs adversaires. La fin du match approche et elles mènent au score.

C’est fait ! L’arbitre siffle deux fois pour clore le match. La France l’emporte 34 à 23 et est championne du monde !

« Enfin, on entendit retentir les accents de La Marseillaise, s’exclame un journaliste dans un article du journal « Les dimanches de la femme », à l’occasion de la belle victoire de Lucienne Velu (…) et toutes les coéquipières se montrèrent cette fois à la hauteur. Pour ma part, il me plaît que, moins bien entraînées, moins douées pour les sports vraiment violents, les Françaises aient gagné justement les victoires qui demandaient avec des efforts corporels, des qualités plus fines, où l’esprit, le cerveau et l’intelligence avaient aussi leur part. »

Les joueuses des équipes de France et de Pologne avec, au centre, la très engagée Alice Milliat… ©Musée du basket

Il faudra attendre 1938 pour que la Fédération française de basketball accepte la création d’une équipe de France féminine officielle. Le premier match de l’équipe de France date du le 13 octobre 1938, la sélection avait alors affronté la Suisse.

 

L’équipe de France féminine de basket au White City Stadium de Londres, défilant lors de l’ouverture des Jeux Mondiaux Féminins, avec à sa tête, Lucienne Velu…©Le Miroir des Sports, août 1934 (source BnF Gallica)

C’était aussi un 11 août :

En 2008, la tenniswoman serbe, Jelena Janković, prend la place de numéro 1 mondiale au classement WTA (Women’s Tennis Association). Elle est alors la 18e joueuse à se hisser au rang 1. Elle est l’une des rares joueuses à avoir atteint ce rang sans avoir remporté de tournoi majeur.

En 2015, c’était aussi le lancement de la 27e édition des Championnats d’Europe de dressage et de saut d’obstacles en équitation qui a lieu à Aix la Chapelle, en Allemagne. Charlotte Dujardin y remportera le titre du dressage individuel libre.

Jelena Janković

  • Rendez-vous demain pour : Ça s’est passé un… 12 août

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Hélène Pietrenko

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine…

De l’arc et des flèches en mode féminin, un triathlon XXL (avec la toujours motivée championne Hélène Pietrenko sur notre photo), une pratiquante qui a trouvé confiance en elle grâce au sport et qui se raconte avec passion, une sportive qui a porté trois maillots de l’équipe de France dans trois sports différents ou encore une arbitre qui révolutionne le monde du rugby, c’est sur ÀBLOCK! et c’est tout. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Les femmes ont manié l’arc dès la Grèce Antique… De cette époque à la naissance des premières championnes, l’archerie s’est toujours composée au féminin. À l’occasion de la Coupe du Monde organisée du 21 au 26 juin à Paris, retour sur ces archères qui ont tiré en plein dans le mille.

Lire plus »
Hazal Nehir, folle de toits

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une acrobate de la street (Hazal Nehir sur notre photo), une batteuse d’exception, du paddle pour la bonne cause, une marathonienne aux souliers d’or ou encore une arbitre qui ouvre la voie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue : pourquoi, quand je cours, j'ai un point de côté ?

Pourquoi, quand je cours, j’ai un point de côté ?

Ce sentiment désagréable d’avoir un doigt coincé dans la poitrine, on le connaît tous… On commence son footing, tranquillement, et tout à coup PAF, un point de côté ! Minute, prend une grande respiration, ÀBLOCK! te dit d’où ils viennent et comment s’en débarrasser.

Lire plus »
Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Cap Optimist, ou comment faire du paddle un acte de solidarité

Elle est sauveteuse en mer et au-delà. Stéphanie Barneix accompagnée de cinq autres waterwomen rallient actuellement Monaco et Athènes en paddleboard. Un échauffement avant le défi Cap Optimist, qui se déroulera entre le Pérou et la Polynésie Française en janvier 2023. Un défi à la seule force des bras pour soutenir les personnes atteintes de cancer.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une Question qui tue pour la fin de séance, le parfait alliage entre sport et bronzage, une fan du sport outdoor (Camille sur notre photo) et une gymnaste qui a l’Europe dans la peau, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bon récap !

Lire plus »
Le Beach Handball : sea, sport and sun...

Le Beach Handball : sea, sport and sun…

Sous le soleil, exactement… Du 1er au 3 juillet, la ville de Lacanau accueille le tournoi international de Beach Handball. Entre exploits sportifs et spectacle à ciel ouvert, c’est la deuxième édition de ce Lacanau Beach Handball Xperience qui se tient en bord de mer. De quoi découvrir un sport méconnu et pour le moins original.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Jeanne et Julia Courtois

La Transat Jacques Vabre à travers des jumelles

Elles en sont cap et c’est bien pour ça que les organisateurs de la Transat Jacques Vabre avaient lancé un appel à projet féminin, le 8 mars dernier. Histoire d’encourager les filles à prendre le large. L’objectif : accompagner deux navigatrices passionnées pour mieux braver l’Atlantique en duo lors de la prochaine transat, le 7 novembre. L’opé « Cap pour Elle » est aujourd’hui bouclée, le nom des lauréates révélés : ce sont des sœurs jumelles, Jeanne et Julia Courtois, qui seront sur la ligne de départ. Faisons les présentations.

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
Gertrude Ederle

Gertrude Ederle, l’Américaine qui a mis la Manche à ses pieds

Elle n’aimait pas qu’on lui impose des limites. Et l’a prouvé. Après une tentative avortée, Gertrude Ederle devient, en 1926, la première femme à réussir la traversée de la Manche à la nage. L’Américaine, tout juste 20 ans, va aussitôt devenir la coqueluche de son pays. Avant de sombrer dans l’anonymat le plus total.

Lire plus »
Alpinisme

Existe-t-il un alpinisme au féminin ?

Voilà déjà un bout de temps qu’elles ont chaussé les crampons. Si elles sont encore en minorité dans les clubs d’alpinisme, elles tracent leur voie. Mais les femmes ont-elles une manière bien à elles de grimper, marcher et s’élever ? Ce Podcast riche en témoignages nous aide à mieux comprendre ce qui pousse les femmes à s’élever jusqu’aux cimes sans en faire une montagne.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner