« Save snowboard in France »L’appel au sommet des snowboarders français

Snowboard
C’est un règlement européen qui ne passe pas. Contraints de se présenter à une épreuve technique de ski alpin pour valider leur monitorat de snowboard, coaches et riders français se mobilisent. Car, clament-ils d'une seule voix, le snowboard n’est pas un sport dérivé du ski. En jeu : l’avenir de leur discipline. Explications.

Par Sophie Danger

Publié le 08 décembre 2020 à 17h26, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h36

C’est une décision européenne qui était, jusqu’alors, passée quasiment inaperçue. Entériné le 14 mars 2019, le règlement délégué européen 2019/907 stipule que l’obtention du diplôme d’état de ski, sésame incontournable pour qui souhaite enseigner la discipline, est désormais conditionnée à la réussite d’une épreuve technique de ski alpin.

Une volonté d’harmonisation en matière de formation qui n’est cependant malheureusement pas sans conséquences sur l’avenir… du snowboard français ! Et pour cause. Alors que nos voisins européens disposent de deux cursus distincts, l’un en ski, l’autre en snowboard, il n’existe, en France, qu’un seul et unique diplôme pour les deux disciplines : le DE de ski.

« Depuis toujours, chez nous, le diplôme d’état ski est un diplôme d’état ski et snowboard, confirme Chloé Trespeuch, médaillée de bronze en snowboardcross aux Jeux Olympiques de Sotchi en 2014. C’est une exception française mais, le problème, c’est que l’obtention de ce diplôme requiert un niveau beaucoup plus élevé en ski qu’en snowboard. »

Chloé Trespeuch…©DR

Pour pallier cette difficulté, les athlètes snowboarders issus du haut-niveau bénéficiaient, jusqu’alors, d’une passerelle leur permettant d’être exemptés de ce fameux test de ski alpin. Jusqu’à ce que l’Europe ne s’en mêle et ne vienne mettre fin à cette particularité hexagonale.

« Supprimer cette passerelle signifie que nous, athlètes snowboarders, nous devons passer ces examens de ski, mais ils sont très difficiles, explique Chloé Trespeuch. Il faut avoir un niveau de ski compétition pour pouvoir les réussir. Or le snowboard n’est pas du tout un sport dérivé du ski. Nous avons tous commencé le snowboard à l’âge de 5-6 ans. Le ski, pour ma part, j’en ai fait à l’école et je me débrouille mais, de là à passer un examen de ski… Il me faudrait deux ans d’entraînement, ce qui n’a aucun sens. »

Chloé Trespeuch…©DR

Et c’est là que le bât blesse. Car si, dans leur grande majorité, les pionniers du snowboard français ont débuté leur parcours sur des skis, les jeunes générations, elles, se sont spécialisées en snowboard beaucoup plus tôt.
« Dans les années 1990-2000, beaucoup de snowboarders avaient été skieurs avant, rappelle Luc Faye, directeur des équipes de France de snowboard. Ce problème de diplôme était moins flagrant car ils avaient, pour beaucoup, une base de skieur. Mais depuis dix-quinze ans, on a des tout jeunes qui n’ont jamais mis les pieds sur des skis. Leur demander de faire un test en ski, c’est quasi impossible pour eux. »

Avoir un très bon niveau de snowboard implique une assiduité constante depuis le plus jeune âge… Martin Leleu, membre du Groupe France Relève en Freestyle, raconte son histoire et partage son dépit depuis cette décision européenne……

Une situation complexe qui, à très court terme, pourrait avoir des répercutions dramatiques sur l’ensemble de la filière snowboard française. « Demain, un membre des équipes de France, même un champion olympique, pourrait ne pas pouvoir entraîner ou enseigner, met en garde Luc Faye. Comme il n’y a pas de diplôme de snowboard spécifique, il faudra qu’il soit moniteur de ski mais, s’il ne sait pas faire de ski, il ne pourra pas devenir entraîneur. »

Une inquiétude partagée par Chloé Trespeuch : « À terme, nous n’aurons plus d’entraîneurs compétents parce que les coaches seront des diplômés de ski alpin. Cette décision européenne remet également en question le choix même du sport. On sait que faire une carrière de haut-niveau, c’est rare. Le plan B, c’est de pouvoir enseigner le sport que tu pratiques. Si ça, ça n’existe plus, le snowboard sera moins attractif et le nombre de licenciés en pâtira. »

Chloé Trespeuch…©DR

Seule solution, désormais, pour les snowboarders français, se former à l’étranger, sans certitude, pour autant, que ce diplôme soit reconnu dans l’Hexagone. « Certaines écoles le reconnaissent et d’autres non, comme l’ESF, l’école de ski la plus développée dans toutes les stations, précise Chloé Trespeuch. Sans compter qu’il est complètement incohérent et insensé de devoir partir à l’étranger pour se former en snowboard alors que l’on est une nation de ski. »

Face à cette impasse, les acteurs du snowboard français ont donc décidé d’agir. C’est ainsi que le mouvement « Save snowboard in France » a vu le jour. « Ça a été un mouvement solidaire de la part de tous les athlètes, de tous les coaches, précise Chloé Trespeuch. Le snow c’est notre sport, notre passion, et le sentir menacé nous a touchés au plus profond de nous. Nous avons tous eu envie de donner un peu d’énergie pour cette cause. »

Chloé Trespeuch…©DR

« Il y a eu un soulèvement graduel des troupes dans le monde du snowboard, de la montagne et du sport, renchérit Pierre Vaultier, champion du monde 2017 de snowboardcross et double champion olympique de la discipline. Les facteurs qui ont engendré ce mouvement sont anciens, mais la naissance du mouvement est assez récente. Personnellement, je suis diplômé d’état en ski alpin, je ne le fais donc pas pour moi, mais pour le snowboard. Et même si je ne suis pas quelqu’un qui crie fort, ça me tient à cœur. Ça a de l’importance pour moi, pour mon sport et pour l’image que l’on veut en donner. »

Premier acte de cette mobilisation : une pétition assortie d’une lettre ouverte à Roxana Maracineanu, ministre déléguée auprès du ministre de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargée des Sports. « L’objectif est de nous faire entendre par la ministre des Sports afin qu’elle intervienne pour nous », justifie Chloé Trespeuch.

Pierre Vaultier…©DR

« Nous sommes dans la discussion et dans la volonté de résoudre cette problématique qui ne date pas d’hier, conclut Pierre Vaultier. Il y a quelques décennies de ça, des discussions avaient été engagées pour un DE de snowboard mais elles n’avaient pas abouti. La situation idéale doit être gagnante pour tout le monde. Elle ne doit pas créer de frustration ni d’un côté ni de l’autre, que ce soit du côté ministériel, des sportifs de haut niveau, du syndicat des moniteurs… Il y a une foule de protagonistes à mettre dans la boucle et je pense qu’il faut impérativement lancer la discussion pour que tout le monde puisse échanger à bâtons rompus de ce que nous pouvons faire pour l’avenir du snowboard et le maintien de tout le système économique qu’il y a derrière. »

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Khadjou Sambe

Khadjou Sambe, le surf comme planche de salut

Première surfeuse pro du Sénégal devenue symbole d’émancipation, elle glisse sur l’eau pour mieux noyer les préjugés. Changer les mentalités est son crédo dans un pays où certains sports ne se conjuguent pas au féminin. Khadjou Sambe s’entraîne dur pour se qualifier aux prochains JO de Tokyo et ça va tanguer !

Lire plus »
Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas que…

Lucienne Velu, « la reine du stade » des années 30, mais pas seulement…

Le sport féminin n’en était qu’à ses prémices lorsque Lucienne Velu s’est invitée au stade. Douée pour l’athlétisme, la Parisienne, recordwoman du disque en 1924, ne s’est pas contentée de briller sur les pistes. Footballeuse reconnue, elle excelle également en basket et deviendra championne du monde de la discipline à l’issue des Jeux Mondiaux Féminins de 1934. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Elisa Savalle

Sportives, faites du bruit !

Elles en ont des choses à dire, des émotions à partager ! Ça tombe bien, ÀBLOCK! adore recueillir leurs confidences de sportive, mais aussi de femme bien dans ses baskets. À l’occasion de l’opération « Sport Féminin Toujours » lancée par le ministère des Sports et le CSA, nous mettons en avant ces pratiquantes qui ont appris à se dépasser pour mieux s’imposer et qui en parlent avec exaltation. Des témoignages bruts qui donnent des Elles.

Lire plus »
18 juillet 2021 Alice Modolo s'offre un record du monde d’apnée féminin

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
Serena Williams, This is the end…

Serena Williams, this is the end…

C’est désormais officiel, sa carrière va prendre fin. Après un dernier US Open fin août, Serena Williams bouclera quatre décennies de succès. En simple comme en double, avec ou contre sa sœur, elle est devenue une, si ce n’est LA référence, du tennis féminin. Décryptage d’une icône en 5 infos.

Lire plus »
« Sportives : le parcours médiatique des combattantes »

Un ciné 100 % sportives et plus encore…

Mettre les sportives sur le devant de la scène et le doigt sur leurs problématiques, c’est ce que fait Marie Lopez-Vivanco à travers son documentaire « Sportives : le parcours médiatique des combattantes ». Elle nous donne rendez-vous le 29 mai pour une nouvelle soirée ciné et débat. On y va !

Lire plus »
Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Yohan Penel : « Tout est réuni pour faire du badminton un modèle sportif d’égalité et de mixité. »

Le jeune président de la fédé de badminton qui entend faire de son mandat une réussite sur le plan des enjeux sociétaux et ainsi « mettre l’humain au cœur de la performance sportive et sociale du badminton » a bien l’intention d’attirer les filles dans ses filets…des terrains de bad. À l’heure où, hélas, les compétitions interclubs se transforment en championnat masculin faute de compétitrices.

Lire plus »
Hal Connolly et Olga Fikotova

JO 1956 : Hal Connolly et Olga Fikotová, love story au temps de la guerre froide

Elle était lanceuse de disque, il était lanceur de marteau. Elle était tchécoslovaque, il était américain. En plein cœur des Jeux Olympiques de Melbourne, ils ont connu à la fois gloire et déshonneur en décrochant une médaille d’or et en vivant une histoire d’amour interdite entre bloc de l’Est et bloc de l’Ouest. Récit d’une « olympic romance » qui a enflammé le monde.

Lire plus »
Émilie le Fur

Émilie Le Fur : « Les sports mécaniques font partie du monde d’avant, il faut les repenser…»

Après plus de dix ans à évoluer en F1, moto et rallye, Émilie Le Fur a choisi d’emprunter une voie plus verte. La triple Championne d’Europe Xterra, ancienne ingénieure piste et essais des pilotes Sébastien Loeb ou encore Sébastien Ogier, s’est reconvertie dans l’alimentation durable et milite pour une pratique sportive plus écologique. Rencontre avec une fille nature.

Lire plus »
Summer body

Je suis gourmande et je veux un summer body, je fais comment ?

Le summer body…tout un programme ! Mais y a-t-il un seul body ? Celui dicté par les normes commerciales et sociétales ? Ou celui qu’on souhaite à son image ? Bref, ici, le summer body, c’est celui qui se montre sans complexe sur la plage. Et pour ça, la plupart du temps, on essaye de le délester de quelques kilos. Alors, ok, essayons de répondre, une fois pour toutes, à cette interrogation qui vise à faire du corps et de la gourmandise des ennemis. La réponse de notre coach, Nathalie Servais*.

Lire plus »
Il était une fois le tennis…féminin

Il était une fois le tennis…féminin

Les qualif’ ont déjà commencé à Roland-Garros où 128 joueuses s’affrontent sur terre battue, l’heure pour ÀBLOCK! de revenir sur l’épopée tennistique des femmes sur les courts. Ou comment les dames ont pu sortir des garden-party pour jouer de la raquette en compet’.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner