Rechercher

Il était une fois le rugby… féminin

Il était une fois le rugby…féminin
Pas facile encore aujourd'hui d'être joueuse de rugby tant ce sport ne correspond en rien aux stéréotypes féminins. Pourtant, il y a eu des pionnières qui ont su transformer l'essai. Et les filles d'aujourd'hui prennent la balle au bond avec maestria. Petite histoire express du ballon ovale en mode demoiselle.

Par Clotilde Boudet

Publié le 25 octobre 2021 à 9h50, mis à jour le 08 septembre 2023 à 15h49

S’il y a bien un sport collectif où les femmes ont peiné et peinent encore à se faire une place, c’est bien le rugby !

Officiellement inventé en 1871 par deux Anglais, ça n’est qu’en 1965 (après quelques tentatives sporadiques au début du XXe siècle) que les Françaises l’adoptent, principalement dans les universités.

Rugby à XV féminin, en avril 1929, un match entre le Fémina Sport et les Hirondelles, à Paris…©Wikipedia

Le premier match de rugby à XV féminin organisé devant des milliers de spectateurs est joué par le Toulouse Fémina Sports le 1er mai 1968 à Toulouse. La capitaine d’équipe est alors une étudiante nommée Isabelle Navarro.

Reportage sur le rugby féminin en 1968 : « Je préfère porter un ballon qu’être porte-drapeau des majorettes ! »…©INA

Suite à cela, des équipes se constituent dans tout l’Hexagone dont la Fédération Française de Rugby refuse d’entendre parler. Celles-ci décident donc de créer leur propre club.

C’est ainsi que la fameuse Isabelle Navarro s’associe en 1970 à Annie Bannier de Pau et Odette Militon de Tarbes pour fonder l’Association Française de Rugby Féminin (AFRF). La discipline reste mal vue par la majorité…

En 1972, Marceau Crespin alors secrétaire d’état à la jeunesse et aux sports, déconseille vivement la pratique du rugby pour les femmes.

Cela n’empêche en rien l’AFRF de se rapprocher à nouveau de la Fédération Française de Rugby (FFR) et de se battre pour qu’un protocole d’accord soit enfin conclu le 26 octobre 1982.

Petite révolution, le 13 juin 1982 à Ultrecht…

Le premier match officiel de l’équipe de France de Rugby à XV féminin a lieu le 13 juin 1982 à Ultrecht. On y trouve des joueuses devenues pionnières : Viviane Bérodier, arrière du XV de France, est l’une d’entre elles.

1982, Viviane Bérodier à l’échauffement avec les joueuses de l’équipe de France, le coq n’est pas encore présent sur leur maillot blanc…©FFR

A partir de là, les dates importantes s’enchaînent : le 23 mai 1984, l’AFRF devient la Fédération Française de Rugby Féminin (FFRF).

En juillet 1989 le président de la FFR, Albert Ferrasse, officialise l’intégration du rugby féminin au sein de la Fédération… Mais pas vraiment pour la bonne cause.

Le même Albert Ferrasse aurait déclaré en 1994 : il faut encourager le développement du rugby féminin car les joueuses deviendront un jour des mères, et nous ne voulons pas que ces mères empêchent leurs fils de faire du rugby.

Un an plus tard, une femme, Wanda Noury, est élue pour la première fois au Comité Directeur de la FFR. Fondatrice du RC Chilly féminin (RCC) en mai 1979, où elle jouait comme 2e ligne, Wanda Noury a obtenu deux titres de champion de France, en 1991 et en 1996. Elle a également été arbitre.

Wanda Noury, debout, en rouge, à gauche, avec l’équipe du RCC…©Ville de Chilly-Mazarin

Aujourd’hui, elle est toujours en poste et elles sont… deux femmes au Comité Directeur de la FFR face à trente-quatre hommes.

Même si les rugbywomen pratiquent encore en amateur, l’Ovalie féminin n’a rien à envier à sa version masculine en termes de qualité de jeu et de talents, bien au contraire !

Son club phare, les Pachys de l’US Dax, a été 7 fois champion de France depuis 1990.

Aujourd’hui, plusieurs joueuses françaises défendent avec maestria le rugby féminin, qu’il soit à XV, à XIII ou à 7 : Gaëlle Hermet, troisième ligne aile du Stade Toulousain, pilier du XV de France, tout comme Lénaïg Corson, l’une des figures de cette équipe de France, l’Auvergnate Jessy Trémoulière, sacrée meilleure joueuse de la décennie ou encore Fanny Horta, vice-championne olympique de rugby à 7…

De plus en plus de filles en ont sous les crampons. C’est ce qu’on appelle être ÀBLOCK!

Gaëlle Hermet

  • Présentée dans un musée à Londres entre deux tournées, la Coupe du monde de rugby féminin avait disparu après la victoire de l’Angleterre, en 1994. Un nouveau trophée avait dû être réalisé pour les éditions suivantes. Cette coupe a été retrouvée dans un grenier en octobre 2021 et est à nouveau exposée au musée du rugby de Twickenham, le temple de ce sport.
Ouverture Viviane Bérodier, en 1981...©FFR

D'autres épisodes de "Rugby, ces filles qui transforment l'essai"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »
Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Mon ado veut prendre de la prot’, c’est ok ou non ?

Le jour où l’aîné de la famille est venu te demander de lui acheter des protéines, tu n’as pas su quoi lui répondre… Déjà que ces produits ne font pas consensus chez les adultes, alors quid de leur effet sur des ados ? Pas de panique, ÀBLOCK! t’éclaire sur les besoins nutritionnels d’un corps en pleine croissance.

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une gymnaste qui a dépassé la dépression et les embûches pour mieux performer, une warrior qui a passé la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo) ou encore une nageuse ambitieuse et une runneuse qui nous emmène dans les coulisses de sa vie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!

Lire plus »
Anouk Garnier : « En grimpant la Tour Eiffel à la corde, je ne serai plus seulement “unstoppable“ mais monumental. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le témoignage d’une grimpeuse qui veut passer la corde au cou à la Tour Eiffel (Anouk Garnier sur notre photo), une snowboardeuse qui s’est offert un podium au Canada ou encore notre rendez-vous spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Chloé Trespeuch

Le Best-of ÀBLOCK ! de la semaine

Des footeuses au quotidien, un photographe qui a su mettre en lumière les maux de la patineuse Sarah Abitbol, une roller-girl pour qui ça roule, une skieuse aux anges (Chloé Trespeuch sur notre photo) ou encore une cycliste que rien n’arrête, c’est le meilleur de la semaine. Let’s go !

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Marie Le Net : « Gagner, c’est ce qui me motive le plus ! »

Marie Le Net : « Gagner, c’est ce qui me motive le plus ! »

Cycliste pro depuis 2019 au sein de la team FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope, la jeune Bretonne a foulé le pavé d’une foule de courses emblématiques. Après ses premiers JO de Tokyo l’été dernier, la voilà qui prend pour la deuxième fois le départ de la désormais mythique Paris-Roubaix Femmes. Polyvalente, performante et fonceuse, Marie Le Net est une sportive 100 % ÀBLOCK ! Rencontre avec une fille à « la chaussette légère ».

Lire plus »
Marit Bjørgen, la reine des neiges

Marit Bjørgen, la reine des neiges

Elle est tout simplement l’athlète la plus titrée de l’Histoire des Jeux Olympiques d’hiver et ce, tous sexes confondus. Avec quinze médailles, dont huit en or, la skieuse norvégienne Marit Bjørgen devance, sur le podium, ses compatriotes Ole Einar Bjørndalen et Bjørn Dæhlie. Retour sur le parcours d’une fondeuse d’exception.

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner