Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Rugby :

Les mots qui plaquent !

Rugby
« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

« Été 2019, Vic-Fezensac, Gers. Au bar, ça parle évidemment rugby. On est posées, un cocktail à la main, les pieds dans le sable. Sans préavis, un type plutôt jeune, un peu bourré, avec un petit sourire en coin nous balance : « Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? » Provocation ? Simple curiosité ? Mépris ? Cliché ? Cette question très intime, c’était pas la première fois qu’on nous la posait – même si, parfois, c’est quand même moins vulgaire. »

D’où l’envie de nos trois rugbywomen, Alexandra, Delphine et Marion de réaliser ce nouvel épisode autour de la question de l’homosexualité dans le rugby.

« La nudité du vestiaire, la douche, le contact…les gens pensent qu’on a toutes envie de se sauter dessus. C’est un phantasme ! On est dans un vestiaire avec trente meufs, ok, mais on est juste là pour prendre une douche ! Et c’est pas un truc érotique du tout… Après un match, on est pleines de boue, on a des sales gueules… Ce serait plutôt après la douche qu’on est bonnes, mais ni avant ni pendant ! » dit l’une.

Rugby

« Quand on fait du rugby, notre corps change, on fait du muscle. Et pour les gens, le muscle chez une fille, ça veut dire qu’elle n’est plus féminine et qu’elle doit être lesbienne » dit l’autre.

Et une autre encore de confier : « Y a du phantasme, mais y a aussi du dénigrement, en mode : c’est pas vraiment du rugby que vous faites et en même temps vous n’êtes pas vraiment des femmes, vous faites un truc bizarre, on comprend pas. »

Ce qui n’empêche pas qu’il y ait (aussi) des lesbiennes dans le rugby. Et si finalement, les rugbywomen osaient davantage parler de leur orientation sexuelle que dans les autres sports ? Et si on arrêtait de mettre les gens dans une case ?

Autant d’interrogations, de questionnements dans ce « Dessous des Pelouses » qui nous embarque au cœur de l’intime.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi écouter…

Vous aimerez aussi…

Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Anne-Flore Marxer

Anne-Flore Marxer : « Chez moi, faire bouger les lignes, ça vient des tripes ! »

Depuis ses 18 ans, elle se bat pour l’inclusion des femmes dans les sports de glisse. Grâce à cette snowboardeuse franco-suisse à la personnalité magnétique, la pratique du freestyle et autre freeride évolue, se féminise doucement. À 36 ans, c’est désormais derrière une caméra qu’Anne-Flore Marxer s’engage et poursuit le combat. Passionnante conversation avec une sportive activiste.

Lire plus »
Lénaïg Corson

Lénaïg Corson :« En rugby, certaines remarques sexistes sont affligeantes ! »

Elle trace sa route rugbystique sans se retourner, plaquant sans vergogne les préjugés misogynes qui collent encore trop souvent au maillot des filles mordues de ballon ovale. Du haut de son 1,85 m pour 85 kg, Lénaïg Corson est l’un des piliers de l’équipe de France de rugby à XV. Dans la vie comme sur le terrain, elle est cash et sans peur. Échanges puissants avec une joueuse qui en a sous les crampons.

Lire plus »