Denis Broyer « Photographier le sport féminin, c'est photographier l'émotion. »

Photographe Denis Broyer
ÀBLOCK! poursuit sa série consacrée aux photographes de talent, pros ou amateurs, qui ont l'œil pour mettre le sport en lumière et plus particulièrement les sportives. Place à Denis Broyer pour qui la photographie est un loisir devenu passion, au point de passer tous ses week-ends derrière son objectif. Il partage, avec ÀBLOCK!, 5 clichés qui lui ressemblent.

Publié le 27 décembre 2022 à 8h27

Comment la photographie sest-elle invitée dans ton parcours ?

Les premières « vraies » photos que jai faites datent de la période où les premiers appareils photo reflex sont arrivés sur le marché. Il ny avait pas réellement de démarche artistique de ma part à ce moment-là. J’étais alors ce qu’on appelle un « geek » et lidée davoir un appareil photo numérique a eu sur moi un effet « wahou » immédiat.

C’était il y a quinze ans, jai investi dans du matériel en me disant que jallais voir ce que ça pouvait donner.  Je me suis un peu amusé avec et, quand les smartphones sont arrivés, jai fait comme tout le monde : jai remisé mon appareil au fond du garage et je lai complètement oublié.

Je suis vraiment retombé dedans lorsquune de mes amies, qui travaillait à la communication du club professionnel de handball Tremblay, ma proposé de la rejoindre. Lidée était de faire vivre les soirs de match sur les réseaux sociaux.

Jai cherché à comprendre comment se racontaient les événements sportifs et, pour cela, je suis allé en voir dans une patinoire. Là, il ny avait pas de photographe et on ma dit : « Si tu veux, fais des photos ! ». Jai ressorti mon reflex et depuis, je narrête pas.

Quelle est ta définition dune belle photo de sport ?

Une belle photo de sport ne correspond pas forcément, pour moi, à lidée que la majorité des gens sen font. Beaucoup de photographes cherchent à figer le geste parfait mais, moi, je ne me trouve pas assez bon dans ce domaine.

Ce que je veux, cest donner à voir ce que les gens ne voient pas, montrer une autre facette du sport. Ça passe par des clichés de disciplines moins médiatisées, des coulisses, des émotions

Est-ce que les gens sont à la recherche de ça ou du geste parfait ? Cest une vraie question. Je continue à me dire que cette dernière option nest pas forcément la plus intéressante. Si tu couvres un match de foot, le geste parfait, tu peux le voir mille fois en replay et tous les photographes vont avoir lobjectif rivé dessus.

Je préfère photographier des gestes de victoire sur le banc plutôt que de macharner à immortaliser le palet qui arrive en plein milieu de la lucarne. Ma démarche est de montrer un autre aspect de l’événement.

©Denis Broyer

Est-ce que tu abordes le sport féminin de manière différente lorsque tu couvres un évènement ?

La différence majeure entre sport féminin et sport masculin est que je ne peux pas rentrer dans les vestiaires quand je couvre une rencontre féminine !

Il y a également un peu plus de retenue de ma part. La semaine dernière, par exemple, un joueur sest ouvert larcade sourcilière. Je nai pas de scrupules à shooter un mec en sang alors que, sil s’était agi dune fille, je pense que jaurais hésité à montrer ce genre de choses.

Lautre différence fondamentale pour moi est que le sport féminin est plus accessible, plus sympa. Les photos sont, de fait, plus naturelles, dégagent davantage d’émotions, c’est moins sous contrôle. Photographier le sport féminin, c’est photographier l’émotion.

Tu as sélectionné pour nous 5 de tes clichés préférés, quel est ton cliché N°1 ?

Cette photo ci-dessous est celle de Charlotte Cagigos. Je trouve son parcours assez génial : celui dune fille qui joue avec des garçons. 

Durant la rencontre, elle était sur la glace avec vingt joueurs de chaque côté. Son histoire est intéressante, c’est pourquoi cette photo a du sens. Cest peut-être dailleurs celle de mes photos qui a été la plus partagée, reprise, ré-utilisée.

Pour la shooter, je suis resté dix minutes à ses côtés sur le banc à essayer de faire le meilleur cliché possible, ce qui ne marrive dordinaire jamais. Ce qui interpelle ici, cest son regard. Il est magnifique. On la sent ultra concentrée, son œil bleu ressort par rapport à la blancheur de larrière-plan. 

©Denis Broyer

Ton cliché N°2 ?

Cette jeune femme, c’est Amina Tounkara. Elle est gardienne au club de hand de Noisy-le-Grand, un club professionnel de deuxième division.

Cette photo est doublement intéressante : il y a le côté géométrique avec lequel j’aime jouer et les couleurs que j’adore faire ressortir. En termes de rendu, c’est génial.

La direction de son regard va dans le même sens que la ligne. Symboliquement, ça parle de franchir la ligne, de passer de l’autre côté, ce qui résonne avec l’histoire d’Amina : elle a créé Hand’Joy, une association qui vient en aide aux filles qui n’ont pas accès au sport, dans le but de les encourager à pratiquer.  

©Denis Broyer

Ton cliché N°3 ?

Je photographiais là deux équipes de Ligue Magnus, deux équipes professionnelles de hockey sur glace, Cergy et Amiens, à loccasion dun qualificatif de playoffs.

Pour moi, cette photo est symbolique de l’énergie qui se dégage du hockey. Un sport sous-médiatisé, difficile à retransmettre à la télévision car il est quasi-impossible de suivre la rondelle, peu aisé de comprendre les règlesSi tu pousses les portes dune patinoire, tu vas tout de suite le comprendre !

Ce qui me plaît aussi sur cette photo, cest que tu ne sais pas où sont les têtes, où sont les pieds, où sont les crosses. Il y a des gens qui se sont dailleurs amusés à la reproduire sur tablette en la dessinant, c’était assez amusant de la voir en mode bande-dessinée.  

©Denis Broyer

Ton cliché N°4 ?

Cette photo, je l’ai prise lors d’un entraînement de para-hockey. Le club de hockey de Neuilly-sur-Marne dont j’assure la communication essaie de mettre cette discipline en avant, mais tant que tu nas pas vu ces joueurs et ces joueuses évoluer « en vrai », il est très difficile de se rendre compte des difficultés auxquelles ils et elles doivent faire face pour pouvoir pratiquer. Je trouve ça à la fois hallucinant et héroïque de leur part.

Avec le sport, ils s’éclatent. Pendant lheure et demi durant laquelle ils évoluent sur la glace, il y a des sourires, de lengagement, le même que celui des professionnels valides. Dans la démarche handisport, valides et joueurs handicapés physiques sont mélangés, garçons et filles également.

Moi, après cette session, jai quitté la patinoire en étant conscient d’être un peu différent. Cette photo nest peut-être pas artistique, mais il y a ce regard et ce handicap assumé qui démontrent bien que linclusion par le sport est d’une grande importance.

©Denis Broyer

Ton cliché N°5 ?

Cette photo montre une équipe de floorball, un cousin du hockey qui se joue dans un gymnase, sans glace et sans roulettes. En gros, il faut s’imaginer pousser une balle avec une crosse mais en courant. Dans le genre sport méconnu, le floorball se pose là !

L’une des particularités de cette discipline est que, en France, les compétitions sont mixtes. Ce cliché prouve que tous les sports ne sont pas misogynes. Quand on assiste à un match de floorball, on repère d’abord la joueuse. Elle joue avec des garçons, elle donne ses directives et tout le monde l’écoute, tout le monde applique ses consignes. Sur la photo, elle donne l’impression d’être la patronne et tout se passe très bien !

©Denis Broyer

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Simonne Mathieu, la reine de la terre battue qui fit trembler les filets en 1930

Elle est la deuxième meilleure joueuse de tennis française de tous les temps, mais la mémoire collective n’a pas retenu son nom. Simonne Mathieu, tapie dans l’ombre écrasante de Suzanne Lenglen, n’a pas eu la place qu’elle méritait dans les livres d’histoire. Et pourtant. La Francilienne, deux fois victorieuse en simple de Roland-Garros, s’est illustrée par son talent sur les courts, mais aussi par son parcours de résistante au service de la France libre.

Lire plus »
Fiona : « Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Q&A Delphine Delrue

Le Q&A de la badiste Delphine Delrue

Les Jeux Olympiques de 2024 à Paris s’annonce bien pour les Françaises. Parmi les jeunes championnes à haut potentiel, la joueuse de badminton en double dames ou mixte Delphine Delrue a toute sa place. Elle a déposé raquette et volant pour répondre à notre Q&A en vidéo.

Lire plus »
Le Q&A de l'haltérophile Romain Imadouchène

Le Q&A de l’haltérophile Romain Imadouchène

Sur ÀBLOCK!, nous mettons en lumière des championnes, mais il arrive que notre cœur fasse boom pour un champion et c’est le cas avec l’haltérophile dunkerquois Romain Imadouchène, généreux et déterminée. Alors, pourquoi se passer d’en parler ? Petit Q&A avec un sacré bonhomme.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner