Sports de combat, bien plus qu'un exutoire

sport de combat
Sur ring ou sur tatamis, on les confond souvent. Pourtant, entre la boxe anglaise, le judo, l’escrime en passant par la lutte ou le krav maga, il en existe de très différents. Et si certains les disent violents, ils peuvent aussi et surtout apporter des bénéfices inattendus. Décryptage.

Par Valérie Domain

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Recevoir un crochet du droit ou un uppercut n’est pas forcément très attractif de prime abord.

Les sports de combat sont souvent associés à la violence, aux excès, au déchainement de brutalité… Pourtant, derrière le coup, il y a une logique, une méthode, une stratégie quasi insoupçonnée pour les non-initiés. Les sports de combat ne sont pas qu’un exutoire, leur portée dépasse de loin le cadre de l’exécution et de l’entrainement.

« Grâce à la boxe, aujourd’hui, je suis devenu plus calme, toujours attentif, à l’écoute. La boxe m’a apporté la sérénité. Avant la pratique de ce sport, j’étais de nature impulsive, cela m’a permis de canaliser mon énergie », confie Jean-Marc Mormeck, six fois champion du monde de boxe anglaise des poids lourds-légers.

Mental, philosophie de vie, respect d’autrui, renforcement musculaire, les bienfaits des sports de combat ne sont plus à démontrer. « Ils permettent de développer un 6e sens. Il faut être tout le temps aux aguets pour parer les coups, cela permet de développer la vision, d’être réactif. La perspective du coup peut pétrifier, terrifier, savoir l’aborder permet de gagner en assurance », explique l’ancien champion.

Les femmes entrent en scène

karate

Aujourd’hui, les sports de combat font de plus en en plus d’émules, notamment parmi les femmes, attirées par ces activités qui mixent plaisir et efficacité.

Elles permettent de se défouler, de travailler sa condition physique, tout en apportant du sens  : recherche du dépassement de soi et de la confiance en soi. Face à cet engouement, le choix se fait de plus en plus vaste.

Dans la catégorie boxe, la plus connue est la boxe anglaise avec les poings (gantés), la savate (ou boxe française) avec les poings et les pieds mais pas les tibias, à l’inverse du kick boxing ou de la boxe thaï.

Dans les salles de dojo, il y a bien sûr judo, karaté mais aussi taekwondo, kung fu, aïkido ou encore le krav maga (issu de l’entrainement des soldats de l’armée israélienne) basé sur les techniques de self défense.

Des « dérivés » commencent à voir le jour, comme l’adi boxing ou le body combat qui permettent de tonifier le corps en associant des exercices de fitness à des mouvements issus des arts martiaux.

Lâcher les mauvaises énergies

boxe femme

Activités physiques intenses, ces pratiques sollicitent tous les muscles, font travailler la souplesse, la rapidité, la coordination des mouvements.

Elles permettent aussi de travailler le gainage et la gestion du souffle. Idéal pour sculpter son corps et perdre du poids. « Tous les sports de combat permettent de développer une assurance naturelle, un équilibre. On gagne en aisance, on peut échanger, s’exprimer plus facilement. C’est très utile au bureau, pour s’imposer en réunion, donner son point de vue face aux collègues  ! » s’exclame Jean-Marc Mormeck. « Et quand vous frappez dans un sac, vous lâchez les mauvaises énergies accumulées de la journée, vous aiguisez vos sens, apprenez à gérer vos émotions, vous travaillez sur vous », ajoute-t-il.

La conjugaison du travail de la force physique et de la force mentale est excellente pour évacuer les tensions et se sentir bien dans sa peau grâce à une bonne maîtrise de soi. Un atout pour affronter n’importe quelle situation au quotidien. Bref, pour avoir la pêche, montez sur le ring  !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Peterson Ceus : « La Gym Rhythmique masculine renvoie une image féminine de l’homme et ce n’est pas bien vu… »

Pour lui, c’est sa gym, sa bataille. Peterson Ceus se bat depuis sept ans pour que la gymnastique rythmique masculine soit reconnue par les instances sportives et devienne discipline olympique. Un combat contre les inégalités de genre qu’il espère mener à terme pour les générations à venir. Rencontre avec un athlète que rien ni personne n’est parvenu à mettre au tapis.

Lire plus »
Cheerleading

Alexandrine : « Je suis une cheerleader, pas une pompom girl, et c’est du sport ! »

Elle a trouvé son sport, son club, et quand elle en parle, elle donnerait envie aux plus récalcitrantes d’enfiler la tenue pour aller goûter au “cheer spirit”. Alexandrine pratique le cheerleading à travers ses casquettes d’athlète et de coach, en parallèle de ses études. Mais ne vous y trompez pas, elle est une cheerleader et pas une pompom girl ! Pour elle, la nuance est d’importance. Témoignage d’une jeune femme à la passion communicative.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Emmanuelle Bonnet-Oulaldj

Emmanuelle Bonnet-Oulaldj : « Faire du sport n’est pas juste une finalité pour être en bonne santé, mais un processus d’émancipation… »

Il y a des décisions qu’on ne prend pas à la légère. Ce fut mon cas, soutenu par la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), dont je suis la co-présidente, concernant ma candidature à la présidence du CNOSF. Femme, quadragénaire, représentante d’une fédération multisports, n’ayant jamais été sportive de haut-niveau, cette démarche inédite a surpris. Tant mieux !

Lire plus »
Vanessa Guerreiro

Vanessa : « Au début, le yoga, j’ai détesté ! »

Elle a travaillé dans le marketing et dans la restauration, mais c’était dans une autre vie. Vanessa Guerreiro a trouvé douceur et sérénité dans la pratique du yoga, une discipline qui l’a aidée à traverser des périodes difficiles. Elle a tout lâché pour l’enseigner. Récit d’un voyage intérieur.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page