Estelle Mossely5 infos pour briller sur le ring

Estelle Mossely
Championne olympique, Championne du monde, maman et ingénieure. À 28 ans, la vie de la boxeuse Estelle Mossely est musclée ! Retour sur 5 dates clés d’une championne française d’exception.

Publié le 21 août 2020 à 16h59, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h06

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  1. Devenir Championne olympique 

Estelle Mossely découvre la boxe lorsqu’elle a douze ans. Deux ans plus tard, elle commence à rêver aux Jeux Olympiques. Pour elle, c’est aussi un moyen de réussir plus rapidement ses projets professionnels.

En 2016, à l’occasion de ses premiers Jeux Olympiques à Rio, Estelle Mossely qui combat en poids légers, remporte la première médaille d’or de l’histoire de la boxe féminine française aux Jeux. Avec celui qui deviendra son mari, Toni Yoka, lui aussi Champion olympique cette année-là, ils forment un couple en or. Estelle Mossely rentre dans l’Histoire. 

Estelle Mossely
©Twitter Estelle Mossely

    2. Être multitâches

Elle mène une vie sportive hors du commun mais ne délaisse pas pour autant les études. Fille d’un père congolais et d’une mère ukrainienne, Estelle Mossely tient à réussir à l’école et entreprend des études scientifiques avant de décrocher un diplôme de l’école supérieure d’ingénieurs Léonard-de-Vinci.

Parallèlement à sa carrière de boxeuse professionnelle, elle entre chez Allianz comme ingénieure informaticienne en conception et développement et prend le temps de devenir maman en 2017 et 2020.

Estelle Mossely
©Adidas

   3. Devenir Championne du monde de boxe professionnelle

En 2017, un an après son titre olympique, elle fait un pied-de-nez à la retraite sportive en décidant de se frotter à un nouveau défi.

Après dix ans en équipe de France et la naissance de son fils Ali, Estelle Mossely, 25 ans, passe en catégorie pro. Et annonce son grand retour avec pour objectif : devenir Championne du monde. En 2019, après cinq victoires sur cinq matchs, elle remporte le titre mondial IBO (International Boxing Organisation).

Une première étape pour la Française qui souhaite désormais rafler les plus belles ceintures internationales.

Estelle Mossely
©Aiba

   4. Défendre les droits de la femme et transmettre son expérience

En 2017, un an après son titre olympique, elle fonde l’Observatoire européen du sport féminin dans le but d’accompagner les athlètes féminines de haut-niveau, d’être à l’écoute des difficultés qu’elles peuvent rencontrer tout au long de leur carrière.

Elle est également la marraine du programme Adidas, « She Breaks barriers », visant à booster la pratique féminine. Estelle Mossely s’engage enfin auprès de la jeunesse via son initiative « Boxer les préjugés », à destination des jeunes dans les écoles, les quartiers. 

   5. Double Championne olympique ? 

Depuis son retour à la boxe, Estelle Mossely a toujours cité les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo parmi ses grands objectifs. Mais la proximité entre la naissance en mai dernier de son deuxième fils Magomed et la tenue des Jeux initialement prévus en août 2020 rendait la participation de la championne compliquée.

Le report de la compétition en 2021 devrait permettre à Estelle Mossely de tenter sa chance pour décrocher son deuxième titre.

Estelle Mossely
©Facebook Estelle Mossely
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Hey, Psssst, Les JO commencent, non ? Retrouvez une semaine complète sur les Jeux Olympiques avec ÀBLOCK!. À la clé, une demi-fondeuse qui veut sa revanche à Tokyo, de nouveaux sports qui vont twister les Jeux, la petite histoire des symboles olympiques en sept chapitres. Mais aussi, la désormais célèbre question qui tue et une initiative féminine aussi sportive que dilettante. De la (bonne) lecture, messieurs dames !

Lire plus »
Alice Modolo

Alice Modolo : 100 mètres, le rêve !

La divine descente en eaux troubles d’un poisson nommé Modolo. L’apneiste française vient de réaliser son rêve de toujours : plonger à plus de 100 mètres dans les profondeurs. Et, hop, un nouveau record de France !

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Géraldine Rey

Géraldine Rey : « Dans le désert, on est toutes sur un pied d’égalité. »

Une baroudeuse, une femme sensible et volontaire. Une rêveuse aussi. Mais pas que. Sur les pistes comme au boulot, la créatrice de rallyes 100% féminins dont le Trophée Roses des Sables, est une boule d’énergie. Passionnée d’automobile, Géraldine Rey encourage les femmes à se surpasser en 4X4 ou à moto. Parce qu’elle en est sûre : femmes au volant, époustouflantes au tournant !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner