Estelle Mossely

5 infos pour briller sur le ring

Estelle Mossely
Championne olympique, Championne du monde, maman et ingénieure. À 28 ans, la vie de la boxeuse Estelle Mossely est musclée ! Retour sur 5 dates clés d’une championne française d’exception.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email
  1. Devenir Championne olympique 

Estelle Mossely découvre la boxe lorsqu’elle a douze ans. Deux ans plus tard, elle commence à rêver aux Jeux Olympiques. Pour elle, c’est aussi un moyen de réussir plus rapidement ses projets professionnels.

En 2016, à l’occasion de ses premiers Jeux Olympiques à Rio, Estelle Mossely qui combat en poids légers, remporte la première médaille d’or de l’histoire de la boxe féminine française aux Jeux. Avec celui qui deviendra son mari, Toni Yoka, lui aussi Champion olympique cette année-là, ils forment un couple en or. Estelle Mossely rentre dans l’Histoire. 

Estelle Mossely
©Twitter Estelle Mossely

    2. Être multitâches

Elle mène une vie sportive hors du commun mais ne délaisse pas pour autant les études. Fille d’un père congolais et d’une mère ukrainienne, Estelle Mossely tient à réussir à l’école et entreprend des études scientifiques avant de décrocher un diplôme de l’école supérieure d’ingénieurs Léonard-de-Vinci.

Parallèlement à sa carrière de boxeuse professionnelle, elle entre chez Allianz comme ingénieure informaticienne en conception et développement et prend le temps de devenir maman en 2017 et 2020.

Estelle Mossely
©Adidas

   3. Devenir Championne du monde de boxe professionnelle

En 2017, un an après son titre olympique, elle fait un pied-de-nez à la retraite sportive en décidant de se frotter à un nouveau défi.

Après dix ans en équipe de France et la naissance de son fils Ali, Estelle Mossely, 25 ans, passe en catégorie pro. Et annonce son grand retour avec pour objectif : devenir Championne du monde. En 2019, après cinq victoires sur cinq matchs, elle remporte le titre mondial IBO (International Boxing Organisation).

Une première étape pour la Française qui souhaite désormais rafler les plus belles ceintures internationales.

Estelle Mossely
©Aiba

   4. Défendre les droits de la femme et transmettre son expérience

En 2017, un an après son titre olympique, elle fonde l’Observatoire européen du sport féminin dans le but d’accompagner les athlètes féminines de haut-niveau, d’être à l’écoute des difficultés qu’elles peuvent rencontrer tout au long de leur carrière.

Elle est également la marraine du programme Adidas, « She Breaks barriers », visant à booster la pratique féminine. Estelle Mossely s’engage enfin auprès de la jeunesse via son initiative « Boxer les préjugés », à destination des jeunes dans les écoles, les quartiers. 

   5. Double Championne olympique ? 

Depuis son retour à la boxe, Estelle Mossely a toujours cité les Jeux Olympiques 2020 à Tokyo parmi ses grands objectifs. Mais la proximité entre la naissance en mai dernier de son deuxième fils Magomed et la tenue des Jeux initialement prévus en août 2020 rendait la participation de la championne compliquée.

Le report de la compétition en 2021 devrait permettre à Estelle Mossely de tenter sa chance pour décrocher son deuxième titre.

Estelle Mossely
©Facebook Estelle Mossely
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
i'm sorry majolie mccann

« I’m sorry » ou le sarcastique cri des sportives

C’est l’histoire d’un clip engagé, créé par un couple de jeunes cinéastes au fin fond du Québec et qui devient viral. L’histoire d’une vidéo tournée à la demande d’un coach de soccer qui milite pour l’égalité des sexes dans le sport. C’est l’histoire d’une vidéo qui claque.

Lire plus »
Tanya Naville

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une badiste qui nous a pris dans ses filets, une championne d’aviron qui ne nous cache rien, deux pionnières des Jeux Olympiques qui ont su briller dans l’eau et sur terre, une alpiniste engagée et ébouriffante (la preuve sur notre photo !) et une tenniswoman qui nous fait craquer…Régalez-vous !

Lire plus »
Audrey Tanguy

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Nostalgie pré-JO avec nos championnes du passé, confidences sportives avec une ultra-traileuse inoxydable (Audrey Tanguy, notre photo), échanges de haut vol avec une championne de saut à ski ou encore pionnières contemporaines dans des milieux de mecs, on est ÀBLOCK! et on aime ça ! Petit tour d’horizon de nos sujets de la semaine passée, mais toujours d’actu…

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Yoshiro Mori

Yoshiro Mori, patron des JO de Tokyo : “Oups, pardon, je l’ai dit !”

Des “commentaires inappropriés”. C’est ainsi que le CIO (Comité international olympique) vient de qualifier les propos de Yoshiro Mori, 83 ans, président du Comité d’organisation des prochains Jeux olympiques. Celui qui fut également Premier ministre au Japon affirmait la semaine dernière que “les femmes parlaient trop pendant les réunions”. Aïe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Clare Connor

Avec Clare Connor, le cricket féminin tient sa trajectoire

Figure féminine dirigeante rare dans le milieu du cricket, l’ancienne joueuse pro Clare Connor deviendra en 2021 la première femme présidente de l’histoire du Marylebone Cricket Club (MCC). Historique pour ce gardien des lois du cricket âgé de plus de 200 ans ! Portrait d’une cricket-girl qui n’hésite pas à lancer des balles fortes en faveur d’un milieu sportif plus inclusif.

Lire plus »
Donnons des ailes au vélo

« Donnons des Elles au vélo J-1 », ces cyclistes qui sont sur la route toute la sainte journée…

Six ans qu’elles avalent des kilomètres. Six ans à se faire les mollets sur les routes de France, les mêmes routes que celles empruntées par la Grande Boucle. Ces filles-là donnent de la voix sur deux roues pour démontrer que le sport se conjugue aussi au féminin. Cette année, ces cyclistes militantes sont treize à pédaler pour la bonne cause. Et on est ÀBLOCK! avec elles !

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin