Rechercher

Je veux faire de l’haltérophilie mais je suis toute maigre, je peux ?

La question qui tue
On ne va pas se mentir, il y a des sports qui ont l’air plus accessibles que d’autres. Par exemple, une fois équipé d’une bonne paire de sneakers, tout le monde peut (à priori) se mettre au footing. Mais quand on est un poids plume, difficile de s’imaginer pratiquer des sports de force comme l’haltéro. Et pourtant…

Par Clotilde Boudet

Publié le 28 janvier 2022 à 15h01, mis à jour le 08 février 2022 à 15h15

On pense souvent, et à tort, que le sport est un monde ultra sélectif. « Il faut forcément être grande pour faire du basket », « La danse classique, c’est pas pour les rondes », « T’es pas un peu trop maigre pour l’haltérophilie ? ».

Non, non et NON.

Chez ÀBLOCK! on ne cessera jamais de te dire de briser les codes, surtout quand ils n’ont aucun sens… Or, à part le douzième album d’Astérix et Obélix (celui qui se passe aux Jeux Olympiques), rien ne dit que l’haltérophilie est réservée aux golgoths.

Potion magique ou pas, TOUT LE MONDE peut faire de « l’haltéro » (comme on dit dans l’univers des strong (wo)mens). Tu en doutes encore ? Relis la phrase précédente.

©Shutterstock

Quel que soit ton physique, si tu es attirée par ce sport qui allie à merveille force, équilibre, coordination et mobilité, lance toi ! Le meilleur moyen de savoir s’il te correspond, c’est d’arrêter de complexer sur l’apparente absence de tes biceps (on te promet, ils existent) et simplement d’essayer.

Voici quelques conseils pour tous les poids plumes qui veulent se mettre aux arrachés et épaulés-jetés :

1. « Apprends à marcher avant de vouloir courir. » Ce dicton bien connu existe aussi en langue d’haltérophiles. Ça donne : « Maîtrise ton poids de corps avant de vouloir soulever quoi que ce soit ». Une fois que tu t’es bien renforcée à coup de squats, strict press, deadlifts etc, place aux bases ! Et comme Rome ne s’est pas faite en un jour, on t’invite à débuter avec une barre à vide. C’est hyper important de commencer par analyser et enregistrer l’enchaînement des mouvements.

2. Adapte la charge à ton physique. Si tu pèses 45 kilos, tu ne vas évidemment pas soulever la même charge que ta copine qui en fait 70 ! Commence léger et augmente petit à petit.

3. Enfin, ne pratique pas l’haltérophilie dans ton coin ! C’est un sport très technique où l’on a vite fait de se blesser. Rends-toi dans une salle et trouve-toi un·e coach.

La prochaine fois que tu iras t’entraîner, que tu verras des haltérophiles en action et que tu ne te sentiras pas légitime… Pense à David et Goliath !

Avec de la détermination et du courage, n’importe qui peut soulever des montagnes.

 

©Shutterstock

  • L’avis de Nina Kanto*, ex-handballeuse de l’équipe de France et aujourd’hui coach sportive

« Bien sûr qu’on peut tou.te.s pratiquer l’haltérophilie ! Mais il faut le faire avec un professionnel, sinon ça peut être dangereux. L’haltérophilie, c’est du travail avec des charges assez élevées, donc on ne fait pas n’importe quoi. Il faut avoir un minimum de bagage sportif car, dans le cadre de certains exercices, il y a des postures qui nécessitent un bon alignement, un bon gainage.

Le mieux, comme pour beaucoup d’activités sportives, est de s’y mettre progressivement, d’adapter l’intensité à ses capacités et puis d’augmenter cette intensité au fur et à mesure de la pratique.

Mais c’est une discipline qu’il faut faire de façon très encadrée, ce peut être source de blessures, l’idéal est de commencer par de la musculation et du renforcement musculaire, des exercices au poids de corps, avant d’évoluer vers de la musculation avec des charges. Après ça, se mettre à l’haltérophilie sera plus simple. »

 

* Nina Kanto, c’est deux médailles internationales de handball avec les Bleues en 214 sélections. Ses 15 années en sélection ont fait d’elle une inspiration pour les joueuses d’aujourd’hui. Elle prend sa retraite en 2016 et devient coach sportive, entraînant le club de Montigny-lès-Metz puis, depuis cette année, les U17 France de Metz Handball. 

Ouverture ©Shutterstock

D'autres épisodes de "Les dessous du fitness"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Manon Genest

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète d’exception et maman épanouie qui se confie sans langue de bois (Manon Genest sur notre photo), une cycliste qui se lance dans un défi fou, notre marathonienne préférée qui se frotte à la piste et notre rubrique Kids, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Hermine Bonvallet : « Dans le monde du surf, la première technique pour performer : savoir s’adapter »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rideuse de l’extrême, une folle histoire olympique du passé, une nouvelle chronique de notre marathonienne préférée et une championne qui sort la raquette du placard, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Enjoy !

Lire plus »
Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Alexia Barrier : « En course au large, les multicoques, c’est le dernier bastion des hommes. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète en pleine renaissance, la conclusion d’un défi inédit, une navigatrice qui s’attaque au grand large comme aux préjugés (Alexia Barrier avec sa team sur notre photo) et le portrait d’une pilote historique qui n’a pas connu que la gloire, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Et c’est pour vous !

Lire plus »
Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Nicole Abar : « Pour moi, le football est un destin. »

Elle a marqué de son empreinte le football moderne. Tout au long de sa riche carrière, Nicole Abar n’a cessé de collectionner les titres et les récompenses. L’ancienne internationale, désormais âgée de 63 ans, consacre désormais la majeure partie de son temps à militer pour un sport plus juste et plus ouvert. Rencontre avec une fille qui n’était qu’une « joueuse alibi » devenue une femme engagée.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner