Ella PalisPour elle, le foot, c'est de la balle !

Ella Palis : pour elle, le foot, c'est de la balle !
Petite dernière d’une famille accro au sport, Ella Palis ne fait pas exception. Elle perpétue la tradition à grands coups de crampons dans le milieu du ballon rond. Un rêve de carrière qui devient réalité avec sa première campagne internationale sous le maillot tricolore pour l’Euro 2022.

Par Aurore Charron

Publié le 22 juillet 2022 à 22h48

Le sport professionnel, c’est dans l’ADN Palis. Et à chacun sa spécialité. Pour Isabelle, la mère, c’est le handball. Pour le Jean-Luc, le père, c’est d’abord une dizaine d’années dans les équipes jeunes du Stade Malherbe, le club de football de Caen, avant de se tourner vers la formule 3.

Puis, c’est au tour d’Alexandre, le frère, de briller avec sa carrière internationale en hockey sur glace. Alors rien d’étonnant à ce que la benjamine, Ella Palis, n’excelle à son tour. Pour s’illustrer, elle a choisi le football.

Et pour trouver sa voie, Ella n’aura pas à aller bien loin. Seulement à descendre dans le quartier de sa ville de Verson (Calvados). Bien qu’originaire de Seine-et-Marne (Brou-sur-Chantereine pour être exact), c’est en Normandie que miss Palis évolue et s’entiche du ballon rond.

©FFF

À l’âge de 6 ans, Ella Palis intègre le club de l’AS Verson dans une équipe de garçons. Les préjugés sur les filles dans le football, elle les envoie balader à grands coups de crampons :

« J’ai souvent entendu « C’est une fille, ça va être facile«  », confie-t-elle à Actu.fr. Au bout de deux ou trois bonnes passes, ils changent d’avis. Et à la fin, ils me regardent dans les yeux quand on se serre la main. Ce n’est pas parce que je suis une fille que je ne me débrouille pas. Je ne me laisse pas faire, je vais au duel. »

Mais à partir de 15 ans, les filles ne peuvent plus jouer en équipes mixtes. Alors, en 2014, c’est l’occasion pour Ella Palis de découvrir de nouveaux horizons. À l’époque, elle jouait pour le plaisir tout en rêvant de Clairefontaine, le pôle de formation français dédié au football.

Quelque mois plus tard, la footballeuse versonnaise y est acceptée, le Graal pour les athlètes en herbe français !

C’est fait, Ella Palis s’apprête à partir dans un des meilleurs centres de formation. En étant formés à Clairefontaine, les espoirs doivent trouver un autre club avec lequel jouer les week-ends.

©FFF

La Normande passe du côté breton et se tourne vers l’En Avant Guingamp (EA Guingamp). Le club a bonne réputation tout en restant à proximité. De quoi séduire la milieu de terrain. Elle y reste six ans, entre 2014 et 2020, tout en assurant ses arrières en passant un BTS.

Mais la passion est la plus forte et la footballeuse décide de s’y consacrer pleinement durant sa dernière année à Guingamp. 2020 sonnera la fin de son aventure dans les Côtes-d’Armor et son départ vers de nouvelles contrées.

« La belle endormie » pousse la joueuse à quitter le nord pour intégrer les Girondins de Bordeaux. Ella Palis s’engage à revêtir le maillot bleu et blanc pour une durée de trois ans.

Mais ce n’est pas le moment de baisser sa garde. La joueuse doit faire face à d’autres enjeux.

Depuis 2015, Ella Palis fait des aller-retours chez les Bleues. La même année, elle participe à son premier match avec les moins de 17 ans (U17) puis guide les U19 tricolores en tant que capitaine durant l’Euro 2018 des moins de 19 ans.

©FFF

Pourtant, malgré son rôle majeur en 2018, elle ne participe qu’à un seul match en U23 l’année suivante. Entre une blessure et l’arrivée de la pandémie de COVID, difficile de se frayer un chemin dans l’univers du ballon rond.

Un passage à vide ? Ella Palis garde le cap et mise sur le long terme.

Pari relevé. Sa première sélection en équipe de France A arrive peu de temps après. En 2021, la jeune tricolore fait ses débuts en bleu en participant aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2023.

Elle reviendra un an après pour les rencontres amicales qui précèdent l’Euro 2022. Ici encore, Ella Palis garde l’esprit du jeu. Ce championnat d’Europe, c’est l’opportunité pour elle de faire ses preuves, mais aussi de perfectionner sa technique :

« C’est une grande fierté, un honneur de pouvoir venir au château, confie la joueuse à la FFF. C’est le début peut-être d’une longue histoire ou peut-être la fin, on ne sait pas, ça peut aller très vite dans les deux sens. Il faut travailler et prendre exemple sur les joueuses dans le groupe. Ouvrir grand les yeux. »

Ouverture ©FFF

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
J'veux améliorer mon cardio, je fais comment ? La question qui tue

J’veux améliorer mon cardio, je fais comment ?

« Faire monter le cardio », chez toi, ça prend 3 minutes ? Au moindre effort ton cœur s’emballe, tu suffoques ? Pas de panique ! Le cardio, c’est comme tout, ça se travaille ! Reprend ton souffle le temps qu’ÀBLOCK! te dise quel sport pratiquer pour l’améliorer.

Lire plus »
Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand« Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
running

Le CIO, l’ONU et l’OMS… healthy together !

Être en bonne santé, oui, mais tous ensemble ! C’est le message que Le Comité International Olympique, les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la Santé viennent de délivrer en cette Journée olympique. L’idée ? S’associer pour encourager les populations à agir pour préserver leur santé en ces temps de crise sanitaire. Et pour ça, embaucher les athlètes.

Lire plus »
Un petit échauffement avec les Jo d'hiver ?

Un petit échauffement avant les JO d’hiver ?

Quand le monde des sports de glisse a les yeux rivés sur les JO d’hiver de Pékin qui commencent le 4 février, une autre compétition s’annonce dans la station de l’Alpe d’Huez. Les Championnats du Monde Open de Ski Augmenté se dérouleront du 28 au 30 janvier. Un apéritif gourmand avant le plat de résistance olympique.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner