Rechercher

Ella PalisPour elle, le foot, c'est de la balle !

Ella Palis : pour elle, le foot, c'est de la balle !
Petite dernière d’une famille accro au sport, Ella Palis ne fait pas exception. Elle perpétue la tradition à grands coups de crampons dans le milieu du ballon rond. Un rêve de carrière qui devient réalité avec sa première campagne internationale sous le maillot tricolore pour l’Euro 2022.

Par Aurore Charron

Publié le 22 juillet 2022 à 22h48

Le sport professionnel, c’est dans l’ADN Palis. Et à chacun sa spécialité. Pour Isabelle, la mère, c’est le handball. Pour le Jean-Luc, le père, c’est d’abord une dizaine d’années dans les équipes jeunes du Stade Malherbe, le club de football de Caen, avant de se tourner vers la formule 3.

Puis, c’est au tour d’Alexandre, le frère, de briller avec sa carrière internationale en hockey sur glace. Alors rien d’étonnant à ce que la benjamine, Ella Palis, n’excelle à son tour. Pour s’illustrer, elle a choisi le football.

Et pour trouver sa voie, Ella n’aura pas à aller bien loin. Seulement à descendre dans le quartier de sa ville de Verson (Calvados). Bien qu’originaire de Seine-et-Marne (Brou-sur-Chantereine pour être exact), c’est en Normandie que miss Palis évolue et s’entiche du ballon rond.

©FFF

À l’âge de 6 ans, Ella Palis intègre le club de l’AS Verson dans une équipe de garçons. Les préjugés sur les filles dans le football, elle les envoie balader à grands coups de crampons :

« J’ai souvent entendu « C’est une fille, ça va être facile«  », confie-t-elle à Actu.fr. Au bout de deux ou trois bonnes passes, ils changent d’avis. Et à la fin, ils me regardent dans les yeux quand on se serre la main. Ce n’est pas parce que je suis une fille que je ne me débrouille pas. Je ne me laisse pas faire, je vais au duel. »

Mais à partir de 15 ans, les filles ne peuvent plus jouer en équipes mixtes. Alors, en 2014, c’est l’occasion pour Ella Palis de découvrir de nouveaux horizons. À l’époque, elle jouait pour le plaisir tout en rêvant de Clairefontaine, le pôle de formation français dédié au football.

Quelque mois plus tard, la footballeuse versonnaise y est acceptée, le Graal pour les athlètes en herbe français !

C’est fait, Ella Palis s’apprête à partir dans un des meilleurs centres de formation. En étant formés à Clairefontaine, les espoirs doivent trouver un autre club avec lequel jouer les week-ends.

©FFF

La Normande passe du côté breton et se tourne vers l’En Avant Guingamp (EA Guingamp). Le club a bonne réputation tout en restant à proximité. De quoi séduire la milieu de terrain. Elle y reste six ans, entre 2014 et 2020, tout en assurant ses arrières en passant un BTS.

Mais la passion est la plus forte et la footballeuse décide de s’y consacrer pleinement durant sa dernière année à Guingamp. 2020 sonnera la fin de son aventure dans les Côtes-d’Armor et son départ vers de nouvelles contrées.

« La belle endormie » pousse la joueuse à quitter le nord pour intégrer les Girondins de Bordeaux. Ella Palis s’engage à revêtir le maillot bleu et blanc pour une durée de trois ans.

Mais ce n’est pas le moment de baisser sa garde. La joueuse doit faire face à d’autres enjeux.

Depuis 2015, Ella Palis fait des aller-retours chez les Bleues. La même année, elle participe à son premier match avec les moins de 17 ans (U17) puis guide les U19 tricolores en tant que capitaine durant l’Euro 2018 des moins de 19 ans.

©FFF

Pourtant, malgré son rôle majeur en 2018, elle ne participe qu’à un seul match en U23 l’année suivante. Entre une blessure et l’arrivée de la pandémie de COVID, difficile de se frayer un chemin dans l’univers du ballon rond.

Un passage à vide ? Ella Palis garde le cap et mise sur le long terme.

Pari relevé. Sa première sélection en équipe de France A arrive peu de temps après. En 2021, la jeune tricolore fait ses débuts en bleu en participant aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2023.

Elle reviendra un an après pour les rencontres amicales qui précèdent l’Euro 2022. Ici encore, Ella Palis garde l’esprit du jeu. Ce championnat d’Europe, c’est l’opportunité pour elle de faire ses preuves, mais aussi de perfectionner sa technique :

« C’est une grande fierté, un honneur de pouvoir venir au château, confie la joueuse à la FFF. C’est le début peut-être d’une longue histoire ou peut-être la fin, on ne sait pas, ça peut aller très vite dans les deux sens. Il faut travailler et prendre exemple sur les joueuses dans le groupe. Ouvrir grand les yeux. »

Ouverture ©FFF

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »
Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Octavie Escure : « La danse a été ma thérapie pour surmonter les incidents de la vie. »

Elle est une ballerine hors du commun. Élevée dans le tulle et l’organza, entre entrechats et gracieuses révérences, elle quittera l’univers feutré du classique pour devenir la danseuse du rockeur anglais Peter Doherty pendant dix ans. Avant de créer la méthode Fit’Ballet qui démocratise la danse classique. Elle vient de publier son livre qui mêle histoire de vie et routine sportive dans la toute nouvelle collection ÀBLOCK!

Lire plus »
Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Danser pour mieux s'élever

Danser pour mieux s’élever

Le 16 janvier prochain, l’association de Kathy Mépuis, « La Possible Echappée », mettra en scène une pièce chorégraphique dans le but de sensibiliser à l’intégration sociale des personnes en situation de handicap. Cinq danseurs et danseuses professionnel.le.s dont Maxime Thomas de l’Opéra de Paris seront de la partie pour faire passer le message.

Lire plus »
À vos marques, partez... sur les pistes !

À vos marques, partez… sur les pistes !

Ce samedi 29 janvier, dans la station des 7 Laux, aura lieu la première édition du Trail Blanc. Une course nocturne, à pied, sur les montagnes enneigées afin de se dépasser dans une bonne ambiance qui mêlera dépassement de soi et chutes en tout genre.

Lire plus »
Adeline

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une yogi qui souffle enfin (Adeline sur notre photo), des expertes du sport féminin qui ne trichent pas, des skateuses boliviennes qui roulent pour la tradition, un nouvel Instant Philo et une Question qui tue, mais aussi le lancement de notre rubrique vidéo, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Faites-vous plaisir !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner