Nadia Comaneci5 infos pour briller à la gym

Nadia Comaneci
Figure majeure de la gymnastique, repérée à l’âge de 6 ans, concourant aux Jeux Olympiques à 14 ans, Nadia Comaneci est la première athlète à avoir décroché un 10 dans sa discipline lors des JO. Un score si parfait, si élevé…que le tableau n’avait pas pu l’afficher correctement ! Retour sur une gymnaste d’exception en 5 dates clés.

Par Lise Famelart

Publié le 05 mars 2021 à 18h23, mis à jour le 20 septembre 2022 à 12h42

1- Débuter très jeune

C’est à la maternelle que Nadia Comaneci commence la gymnastique. Née à Onești en Roumanie le 12 novembre 1961, elle est issue d’une famille relativement modeste : son père est ouvrier mécanicien et sa mère est employée de bureau.

Dès l’âge de six ans, elle est repérée par l’entraîneur Béla Károlyi et devient l’une des premières élèves de l’école de gymnastique qu’il fonde à Onesti.

Par la suite, l’entraîneur prendra un rôle important dans le développement de l’athlète, et la mènera jusqu’aux Jeux Olympiques.

©DR

2- Briller aux JO

Mais ce qui fait la célébrité de Nadia Comaneci encore aujourd’hui, c’est son magistral 10 aux Jeux Olympiques de Montréal. L’athlète fait ses premiers pas aux JO à l’âge de quatorze ans en 1976. Elle réalise une performance impressionnante aux barres asymétriques, et décroche la note maximale, un 10, ainsi qu’une ovation générale du public.

Elle devient ainsi la première athlète à décrocher cette note aux Jeux Olympiques : le tableau des scores n’est alors même pas en capacité de représenter cette note, et affiche 1.0 !

3- Dompter son estomac

Ce 10 fait de Nadia Comaneci la petite étoile des JO, et une athlète admirée par ses pairs. Mais la gymnaste en a encore dans le ventre… et ce n’est pas une façon de parler ! En 1979 elle participe aux championnats du monde à Fort Worth aux États-Unis. L’équipe roumaine est victime d’une intoxication alimentaire et tous ses membres sont hospitalisés.

En dépit de l’avis des médecins, Nadia Comaneci décide de concourir quand même, et remporte une note de 9,95 à la poutre, un score qui lui permet de décrocher l’or. Un an plus tard, elle retourne aux Jeux Olympiques et collectionne les médailles avec l’argent au concours général, et l’or à la poutre ainsi qu’aux exercices au sol.

©Dave gilbert

4- Être une vraie rebelle

Son histoire, c’est aussi celle d’une évasion. Quand Nadia Comaneci naît, la Roumanie est sous l’emprise du bloc Soviétique. En brillant aux compétitions internationales, la gymnaste devient très vite un symbole de son pays dirigé par Nicolae Ceaușescu.

Si elle est célèbre et admirée, elle est aussi prisonnière : lorsqu’elle se rend aux Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles, elle tente de s’enfuir mais est surveillée de près par le régime.

C’est finalement en 1989 qu’elle franchit le rideau de fer en passant par la Hongrie, à pied, malgré les conditions difficiles. Rejoignant Vienne, elle prend ensuite l’avion jusqu’aux États-Unis. Celui qui l’a aidée à s’enfuir s’appelle Constantin Panait et il se révèle très vite être un escroc : le passeur monnaye les interviews de l’athlète et empoche l’argent.

Le gymnaste Bart Conner, ami de Comaneci, réalise qu’elle est manipulée et l’aide à se libérer de l’emprise de l’escroc, en compagnie de son ancien entraîneur Béla Károlyi.

C’est le début de l’histoire entre Bart Conner et Nadia Comaneci : les deux sportifs de haut niveau célèbrent leur union en 1996 à Bucarest.

5- Former les talents de demain

Nadia Comaneci n’est pas la première personne à décrocher un 10 en gymnastique : cette prouesse est détenue par la Tchécoslovaque Věra Čáslavská depuis 1967. En revanche, c’est la première à l’atteindre aux Jeux Olympiques dans cette discipline.

L’exploit a fait d’elle une icône, à tel point qu’en 1984, sa vie est racontée à la télévision dans un film américano-yougoslave sobrement intitulé Nadia.

Après avoir raccroché le justaucorps et fui le bloc soviétique, elle est revenue en Roumanie et a fondé, en 2012 à Bucarest, un centre sportif pour les enfants de 3 à 7 ans.

Elle s’est également vu décerner de nombreux titres honorifiques comme celui d’ambassadrice des sports de Roumanie et de membre de la fédération internationale de gymnastique.

©DR

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Marie-Amélie Le Fur

Journée Paralympique, Marie-Amélie Le Fur en guest-star

Ce samedi 8 octobre, si on s’offrait une petite mise en bouche de Paris 2024 ? À moins de deux ans des JO, une Journée Paralympique s’installe place de la Bastille et mettra en avant des champions et championnes que rien n’arrête. L’athlète et présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Marie-Amélie Le Fur, y jouera les coachs, entre animations et autres démonstrations sportives et festives. On y va ?

Lire plus »
Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

Le questionnaire sportif de… Pauline Robert

On y est, la première division de handball féminin a repris. L’occasion d’admirer des joueuses qui se donnent à 200 % sur le terrain. Pauline Robert, pivot de Besançon, ne fait pas exception à la règle. Elle répond à notre questionnaire sportif.

Lire plus »
Il était une fois… le basket-ball féminin

Il était une fois… le basket-ball féminin

À l’heure où les filles battent les parquets australiens pour le Mondial de basket qui se joue jusqu’au 1er octobre, si on remontait un peu le temps ? Lorsque le basket conjugué au féminin n’était que « le jeu favori des jeunes filles » et luttait pour se faire une place dans les instances.

Lire plus »
Laura Marino

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’histoire de la gym féminine à celle d’une plongeuse de haut vol qui a pris la tangente pour ne pas se noyer (Laura Marino sur notre photo), en passant par une sportive écolo, une marathonienne hors-norme et une course parisienne, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! de la semaine. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois la gymnastique...féminine

Il était une fois la gymnastique… féminine

Les Nouveaux Internationaux de France de Gymnastique débutent le 24 septembre à Paris. Au programme : cent-soixante-quinze gymnastes mondiaux issus de trente-sept pays se bousculeront sur les tapis. Et, bien sûr, il y aura des filles. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Petite histoire de la gym conjuguée au féminin.

Lire plus »
Laura Marino

Laura Marino, la plongeuse de haut-vol qui a tout plaqué se livre

Championne d’Europe et du monde en plongeon individuel et d’équipe, elle a mis fin à sa carrière, il y a trois ans, après un burn-out. Aujourd’hui, elle s’élance des plus hautes falaises pour le plaisir. Dans son livre « Se dépasser avec Laura Marino », dernier né de la collection ÀBLOCK!, elle se raconte sans fard et partage ses secrets pour se (re)construire sans peurs.

Lire plus »
Caroline Suné : « Dans le sport, il faut être humble et travailler dur. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le come-back de l’instant philo, un fait de société fédérateur, un questionnaire express pour handballeuse qui ne rigole pas, une nouvelle question qui tue, une rugbywoman forte et engagée ou une multi-sportive à l’emploi du temps bien chargé, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Aurélia Jurca

Aurélia Jurca, la quête du Glam’

Adepte de yoga et d’arts martiaux, Aurélia alias « Lava Stratosphère » se produit sur la scène du Crazy Horse depuis dix ans. Danseuse à la technique impeccable, cette artiste sensible aime à scénariser son corps qu’elle a appris à accepter en dansant, en toute liberté, sur la scène du cabaret. Sages confidences.

Lire plus »
JUJITSUFFRAGETTES

Les Jujitsuffragettes ou quand le self-defense devint une arme féministe

Ça ne date pas d’hier, mais c’est toujours d’actualité. Cent ans plus tôt, les femmes se sont battues pour leurs droits en retournant la violence contre ceux qui les muselaient. La ruse ? Le sport de self-défense qu’est le jujitsu. Un formidable enseignement de l’Histoire qui a bousculé les mentalités sur les aptitudes féminines. La femme est son propre bodyguard, qu’on se le dise !

Lire plus »
Emeline Delanis

Emeline Delanis : « L’athlé, c’était juste un loisir, je n’imaginais pas où ça allait me mener ! »

C’est l’athlétisme qui l’a choisie et non l’inverse. Emeline Delanis s’est mise à courir parce qu’elle était douée. Tout simplement. La jeune Francilienne, 24 ans, est rapidement montée en puissance… et en distance. Passée du 800 mètres au 10 000 mètres avec succès, double championne de France espoir 3000m steeple et 5000m en 2017, 3e aux Championnats de France élite l’an dernier, elle ne compte pas s’arrêter là et lorgne désormais du côté de la course sur route, mais aussi du marathon avec, dans un coin de sa tête, les Jeux Olympiques. Rencontre avec une fille endurante !

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner