Nadia Comaneci5 infos pour briller à la gym

Nadia Comaneci
Figure majeure de la gymnastique, repérée à l’âge de 6 ans, concourant aux Jeux Olympiques à 14 ans, Nadia Comaneci est la première athlète à avoir décroché un 10 dans sa discipline lors des JO. Un score si parfait, si élevé…que le tableau n’avait pas pu l’afficher correctement ! Retour sur une gymnaste d’exception en 5 dates clés.

Par Lise Famelart

Publié le 05 mars 2021 à 18h23, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h17

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

1- Débuter très jeune

C’est à la maternelle que Nadia Comaneci commence la gymnastique. Née à Onești en Roumanie le 12 novembre 1961, elle est issue d’une famille relativement modeste : son père est ouvrier mécanicien et sa mère est employée de bureau.

Dès l’âge de six ans, elle est repérée par l’entraîneur Béla Károlyi et devient l’une des premières élèves de l’école de gymnastique qu’il fonde à Onesti.

Par la suite, l’entraîneur prendra un rôle important dans le développement de l’athlète, et la mènera jusqu’aux Jeux Olympiques.

©DR

2- Briller aux JO

Mais ce qui fait la célébrité de Nadia Comaneci encore aujourd’hui, c’est son magistral 10 aux Jeux Olympiques de Montréal. L’athlète fait ses premiers pas aux JO à l’âge de quatorze ans en 1976. Elle réalise une performance impressionnante aux barres asymétriques, et décroche la note maximale, un 10, ainsi qu’une ovation générale du public.

Elle devient ainsi la première athlète à décrocher cette note aux Jeux Olympiques : le tableau des scores n’est alors même pas en capacité de représenter cette note, et affiche 1.0 !

3- Dompter son estomac

Ce 10 fait de Nadia Comaneci la petite étoile des JO, et une athlète admirée par ses pairs. Mais la gymnaste en a encore dans le ventre… et ce n’est pas une façon de parler ! En 1979 elle participe aux championnats du monde à Fort Worth aux États-Unis. L’équipe roumaine est victime d’une intoxication alimentaire et tous ses membres sont hospitalisés.

En dépit de l’avis des médecins, Nadia Comaneci décide de concourir quand même, et remporte une note de 9,95 à la poutre, un score qui lui permet de décrocher l’or. Un an plus tard, elle retourne aux Jeux Olympiques et collectionne les médailles avec l’argent au concours général, et l’or à la poutre ainsi qu’aux exercices au sol.

©Dave gilbert

4- Être une vraie rebelle

Son histoire, c’est aussi celle d’une évasion. Quand Nadia Comaneci naît, la Roumanie est sous l’emprise du bloc Soviétique. En brillant aux compétitions internationales, la gymnaste devient très vite un symbole de son pays dirigé par Nicolae Ceaușescu.

Si elle est célèbre et admirée, elle est aussi prisonnière : lorsqu’elle se rend aux Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles, elle tente de s’enfuir mais est surveillée de près par le régime.

C’est finalement en 1989 qu’elle franchit le rideau de fer en passant par la Hongrie, à pied, malgré les conditions difficiles. Rejoignant Vienne, elle prend ensuite l’avion jusqu’aux États-Unis. Celui qui l’a aidée à s’enfuir s’appelle Constantin Panait et il se révèle très vite être un escroc : le passeur monnaye les interviews de l’athlète et empoche l’argent.

Le gymnaste Bart Conner, ami de Comaneci, réalise qu’elle est manipulée et l’aide à se libérer de l’emprise de l’escroc, en compagnie de son ancien entraîneur Béla Károlyi.

C’est le début de l’histoire entre Bart Conner et Nadia Comaneci : les deux sportifs de haut niveau célèbrent leur union en 1996 à Bucarest.

5- Former les talents de demain

Nadia Comaneci n’est pas la première personne à décrocher un 10 en gymnastique : cette prouesse est détenue par la Tchécoslovaque Věra Čáslavská depuis 1967. En revanche, c’est la première à l’atteindre aux Jeux Olympiques dans cette discipline.

L’exploit a fait d’elle une icône, à tel point qu’en 1984, sa vie est racontée à la télévision dans un film américano-yougoslave sobrement intitulé Nadia.

Après avoir raccroché le justaucorps et fui le bloc soviétique, elle est revenue en Roumanie et a fondé, en 2012 à Bucarest, un centre sportif pour les enfants de 3 à 7 ans.

Elle s’est également vu décerner de nombreux titres honorifiques comme celui d’ambassadrice des sports de Roumanie et de membre de la fédération internationale de gymnastique.

©DR

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

D’autres actus en brèves…

« Savoir que l’on va laisser une empreinte dans le hand, c’est magnifique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une rencontre avec une (déjà) légende du handball actuellement en plein Mondial en Espagne (Allison Pineau sur notre photo), un podcast avec une nageuse qui s’est jouée des requins, cinq infos sur une championne de la peuf, la petite histoire du handball féminin et une chorégraphie engagée, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne lecture !

Lire plus »
Lindsey Vonn 5 infos pour briller sur des skis

Lindsey Vonn : 5 infos pour briller sur des skis

Elle a laissé sur les pistes de ski une marque indélébile et sa reconversion en business-woman commence bien. Retour en cinq infos sur la championne olympique, du monde de descente et de super-G, Lindsey Vonn, qui a marqué l’histoire des sports de glisse et au-delà.

Lire plus »
Danser pour mieux s'élever

Danser pour mieux s’élever

Le 16 janvier prochain, l’association de Kathy Mépuis, « La Possible Echappée », mettra en scène une pièce chorégraphique dans le but de sensibiliser à l’intégration sociale des personnes en situation de handicap. Cinq danseurs et danseuses professionnel.le.s dont Maxime Thomas de l’Opéra de Paris seront de la partie pour faire passer le message.

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une entraîneuse déterminée, un peu de vocabulaire pour les pistes enneigées, un entretien à cœur ouvert avec une présidente de haut niveau, une dingue de kayak en polo et une course organisée par la RATP, c’est le meilleur d’ABLOCK! cette semaine. Profitez !

Lire plus »
Prenez le métro… au pas de course !

Prenez le métro… au pas de course !

Ce jeudi, le RATP Running Challenge a été lancé, revenant bousculer nos habitudes. Et ce sera, chaque mois, une course entre deux métros ou RER qui sera organisée pour dérouiller un peu les jambes des citadins. Objectif ? Sensibiliser à la pratique quotidienne d’une demi-heure de sport.

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le skating ? Cékoiça ?

On ne parle pas ici de skateboard, mais de sport de glisse. Les amateurs de ski de fond comprennent ce terme, mais les novices moins. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Laura Marino : « Ma médaille d’Europe au plongeon, je l’ai vécue comme une honte. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine des neiges, une sirène trop grande pour entrer dans un moule (Laura Marino sur notre photo), une danseuse sur glace devenue présidente, un festival en altitude et une compétition à haut rythme, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! cette semaine. Bonne lecture.

Lire plus »
Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Un petit break ? C’est le Battle Pro !

Vous avez le rythme dans la peau ? Ça tombe bien, le 5 décembre, au théâtre du Châtelet à Paris, on fête les 20 ans de l’évènement Battle Pro ! Les meilleur.e.s breakdanceurs et breakdanceuses vont s’affronter dans cette salle qui accueille régulièrement des cérémonies comme le Ballon d’Or ou les Césars.

Lire plus »
La question qui tue Un apéro après mon sport, ça peut pas faire de mal, si ?

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une arbitre qui refuse qu’on la mette sur la touche, une question qui tue sur le sport et l’alcool (notre photo), un 5 infos sur l’une des meilleures karatekas au monde, l’histoire du skateboard féminin, deux événements sportifs inédits à venir et un mouvement d’haltérophilie décrypté, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
Tanya Naville

Des femmes, des films et des cimes

La montagne est inspirante et les femmes qui s’y frottent n’ont rien à lui envier. Le festival de films “Femmes en Montagne“ qui aura lieu en Haute-Savoie et en version digitale, s’apprête à mettre en avant, pour sa deuxième édition, des sommets conquis et filmés par des grimpeuses, des réalisatrices ou même des spectatrices.

Lire plus »
Il était une fois le skateboard…féminin

Il était une fois le skateboard…féminin

Aujourd’hui, si le monde du skate doit compter sur les filles, elles aussi présentes aux Jeux Olympiques où la discipline a fait son entrée, quelques pionnières ont ouvert la voie pour leur permettre d’être sous les feux de la rampe. Petite histoire du skateboard conjugué au féminin.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Laetitia Blot

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Un sport de combat explosif et de plus en plus féminin, le MMA est dans la place sur ÀBLOCK! avec quelques guerrières en cage (comme Laetitia Blot sur notre photo) qui s’expriment comme elles se battent, mais aussi une boxeuse sous les projecteurs de notre questionnaire sportif et une campagne digitale pour le mouvement de la paix par le sport, c’est le menu de la semaine, enjoy !

Lire plus »
Agathe Bessard

Best-of 2020 (suite) : les mots exquis de nos championnes

« On ne peut contribuer à l’émancipation des femmes si on n’écoute pas leurs histoires », disait la féministe américaine Gloria Steinem. Depuis 9 mois maintenant, ÀBLOCK! invite les sportives à se raconter. Au-delà du sport et de ses performances, nous entrons dans leur univers très privé, cet univers fait de dépassement de soi qui leur permet de s’imposer, de se réaliser dans toutes les sphères de leur vie. En 2020, ÀBLOCK! a mis en lumière des femmes d’exception qui ont fait du sport un acte de militantisme, même si ce n’est, le plus souvent, ni conscient ni voulu. Et ce n’est qu’un début. Lisons-les, écoutons-les, ces confidences sont sources d’inspiration : leur force, leurs réussites, leur joie à aller toujours plus loin, mais aussi leurs doutes, leurs échecs sont une leçon de vie autant que de sport. Et 2021 sera encore une année riche de rencontres. Mais, pour l’instant, pour encore quelques heures, retrouvons celles qui ont illuminé 2020 à nos côtés !

Lire plus »
Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Véro Grafe : « Je viens des sports de combat et quand je masse ces sportifs surpuissants, ils me respectent. »

Métier : réparer les hommes les plus forts du monde. Massothérapeute pour gladiateurs du XXIe siècle alias les Strongmen, Véronique Grafe -appelez-la simplement “Véro“- envoie du lourd pour les remettre d’aplomb ! « Maman » de cette troupe de mecs super balèzes, l’ex-boxeuse se bat pour institutionnaliser sa discipline. Incursion au cœur de l’incroyable corps humain et de la force poussée à son extrême.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter