Rechercher

Mary Davis La femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

Mary Davis
À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Par Claire Bonnot

Publié le 17 juillet 2020 à 16h19, mis à jour le 12 mars 2022 à 17h03

« Nous utilisons le sport et diverses activités pour renforcer la confiance des participants. Nos compétitions montrent à quel point le sport est important dans la vie des personnes handicapées mentales. »

L’Irlandaise Mary Davis a été nommé PDG de l’organisation Special Olympics en 2016 après avoir œuvré toute sa carrière au sein du mouvement.

La devise de Special Olympics ? « The revolution is inclusion », soit « La révolution est l’inclusion ».

Ces jeux pas comme les autres militent depuis plus de cinquante ans pour briser les tabous qui entourent le handicap mental. Un programme en or !

Mary Davies

L’engagement sportif d’une vie

Si c’est en mai 2016 que Mary Davis est nommée CEO de l’organisation mondiale de Special Olympics, elle en a été l’un des fervents piliers pendant bien des années. Elle a débuté dans le mouvement fondé aux États-Unis en 1968, directement après ses études, en tant que bénévole et entraîneur du programme local.

Évoluant pas à pas, elle a marqué des points dans des rôles de leadership : elle a contribué à la création des tous premiers Jeux Régionaux à Dublin dans son pays natal, les Jeux Olympiques Spéciaux Européens de 1985, ainsi qu’à la mondialisation du mouvement via les premiers Jeux Olympiques Spéciaux mondiaux d’été en 2003, les tous premiers tenus hors des États-Unis, là-encore en Irlande.

Une initiative qui a entraîné un niveau de participation record et qui a mené à la tenue de JO spéciaux tous les deux ans, organisés sous l’égide du Comité International Olympique (CIO).

Mary Davies

Aimant les grands défis, un trait de caractère confirmant son impact de leader, Mary Davis a été candidate à l’élection présidentielle de 2011 en Irlande – mettant en avant son soutien aux valeurs qu’elle promeut dans le sport : équité, égalité et respect -, a couru le marathon de New York en 2005, collectant 80 000 euros pour Special Olympics, et a gravi rien de moins que le Kilimandjaro et le Mont Blanc.

Une femme ÀBLOCK! qui peut déplacer des montagnes…

La construction d’un monde nouveau

Mary Davies semble porter en elle cette mission depuis l’enfance : son éducation, dit-elle, était tournée vers les autres.

C’est après avoir terminé ses études universitaires que la jeune irlandaise suit une formation de professeure d’éducation physique puis s’engage dans une organisation qui s’occupe des personnes handicapées mentales. Un pas de plus vers sa vocation…

Mary Davies

À l’image de la lutte pour la promotion du sport féminin, en tant que PDG de Special Olympics, Mary Davis se concentre sur la construction d’une société plus accueillante et inclusive pour tous via le monde du sport mais pas seulement.

Elle expliquait cette orientation d’accompagnement à 360 degrés dans un article du Economic Times : « Nous avons également des activités non sportives, comme un programme de santé. Les personnes handicapées mentales sont la population la plus mal desservie au monde, en particulier en matière de soins de santé. Les athlètes sont dépistés pour leurs déficiences et ensuite nous aidons à les corriger. »

Special Olympics est, en effet, un mouvement mondial qui mise sur le pouvoir transformateur du sport pour les personnes handicapées mentales grâce à des programmes dans les domaines du sport, de la santé, de l’éducation et du développement communautaire.

Mary Davies

Une approche qui consiste à dispenser une formation sportive toute l’année ainsi que des compétitions dans une variété de sports olympiques.

L’originalité du mouvement est de proposer certaines épreuves de la compétition mondiale sous forme « unifiée » – Unified Sports -, en mélangeant des sportifs handicapés et valides.

Le prochain grand événement du mouvement ? Les World Winter Games en 2022 à Kazan, en Russie, avec 2000 athlètes Special Olympics et Unified partners, les athlètes valides.

Mary Davies

Le vœu de Mary Davis ? Aider encore davantage de personnes handicapées mentales grâce au sport : « Il y a 200 millions de personnes handicapées mentales dans le monde et nous n’atteignons actuellement qu’environ 5,3 millions d’entre elles. » Sa mission est donc loin d’être terminée, mais elle a de l’énergie à revendre. Mary Davis est un roc. De détermination et de générosité.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l'échec ne l'emporte pas. Il faut y aller. »

Dominique Carlac’h : « Grâce au sport, j’ai appris que la peur de l’échec ne l’emporte pas. Il faut y aller. »

Elle aime se définir comme une femme d’engagement. La Bretonne Dominique Carlac’h co-préside, du haut de son 1,84m, aux destinés du Medef. Elle est aussi cheffe d’entreprise et ex-sportive de haut niveau, championne de France au 400m. Le sport l’a nourrie, construite, presque façonnée. Mais il l’a aussi fragilisée, bouleversée. Entretien XXL avec une drôle de dame qui n’a plus peur de rien.

Lire plus »
Le skating ? Cékoiça ?

Le skating ? Cékoiça ?

On ne parle pas ici de skateboard, mais de sport de glisse. Les amateurs de ski de fond comprennent ce terme, mais les novices moins. C’est quoi, à votre avis ? Les sportifs et sportives, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Place à notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. » Pierre Payssé

Laurence Prudhomme-Poncet : « Le football pratiqué par les femmes reste marginal et peu visible. »

Vous reprendrez bien un peu de foot ? Certes, l’Euro 2022 est bouclé, mais on reste ÀBLOCK! sur le sujet. Voilà plus d’un siècle que les femmes se sont invitées sur les terrains de football et, en cent ans, peu de choses ont changé. Ou presque. Malgré un coup de projecteur de plus en plus prononcé lors des grands rendez-vous internationaux, la réalité quotidienne des footballeuses reste complexe. Retour sur cette histoire mouvementée avec Laurence Prudhomme-Poncet, auteure de « Histoire du football féminin au XXe siècle ».

Lire plus »
Hélène Pietrenko

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

De l’arc et des flèches en mode féminin, un triathlon XXL (avec la toujours motivée championne Hélène Pietrenko sur notre photo), une pratiquante qui a trouvé confiance en elle grâce au sport et qui se raconte avec passion, une sportive qui a porté trois maillots de l’équipe de France dans trois sports différents ou encore une arbitre qui révolutionne le monde du rugby, c’est sur ÀBLOCK! et c’est tout. Bonne lecture !

Lire plus »
Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Charlotte Bonnet : « Quand on fait de la compétition, il faut savoir revenir plus forte, rebondir, apprendre à se faire battre. »

Elle en a fait du chemin ! Championne de natation précoce, Charlotte Bonnet, médaillée olympique alors qu’elle n’avait que 17 ans, a traversé, malgré elle, une longue et douloureuse période de doute. Presque dix ans plus tard, la Brestoise a radicalement changé. Plus mûre, plus forte, elle est parvenue à retrouver le goût de la compétition. Confessions touchantes d’une fille pour qui la natation n’est pas un long fleuve tranquille.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner