Mary Davis La femme qui ouvre le monde du sport aux handicapés mentaux

Mary Davis
À la tête de l’organisation des jeux mondiaux Special Olympics pour les athlètes ayant un handicap mental, Mary Davis emploie son énergie à supprimer les barrières de l’accès au sport. Sa mission ? Favoriser une plus grande inclusion, afin de changer des vies et de faire évoluer les mentalités. Portrait de l’une des dirigeantes sportives les plus influentes en 2020.

Par Claire Bonnot

Publié le 17 juillet 2020 à 16h19, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h13

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Nous utilisons le sport et diverses activités pour renforcer la confiance des participants. Nos compétitions montrent à quel point le sport est important dans la vie des personnes handicapées mentales. »

L’Irlandaise Mary Davis a été nommé PDG de l’organisation Special Olympics en 2016 après avoir œuvré toute sa carrière au sein du mouvement.

La devise de Special Olympics ? « The revolution is inclusion », soit « La révolution est l’inclusion ».

Ces jeux pas comme les autres militent depuis plus de cinquante ans pour briser les tabous qui entourent le handicap mental. Un programme en or !

Mary Davies

L’engagement sportif d’une vie

Si c’est en mai 2016 que Mary Davis est nommée CEO de l’organisation mondiale de Special Olympics, elle en a été l’un des fervents piliers pendant bien des années. Elle a débuté dans le mouvement fondé aux États-Unis en 1968, directement après ses études, en tant que bénévole et entraîneur du programme local.

Évoluant pas à pas, elle a marqué des points dans des rôles de leadership : elle a contribué à la création des tous premiers Jeux Régionaux à Dublin dans son pays natal, les Jeux Olympiques Spéciaux Européens de 1985, ainsi qu’à la mondialisation du mouvement via les premiers Jeux Olympiques Spéciaux mondiaux d’été en 2003, les tous premiers tenus hors des États-Unis, là-encore en Irlande.

Une initiative qui a entraîné un niveau de participation record et qui a mené à la tenue de JO spéciaux tous les deux ans, organisés sous l’égide du Comité International Olympique (CIO).

Mary Davies

Aimant les grands défis, un trait de caractère confirmant son impact de leader, Mary Davis a été candidate à l’élection présidentielle de 2011 en Irlande – mettant en avant son soutien aux valeurs qu’elle promeut dans le sport : équité, égalité et respect -, a couru le marathon de New York en 2005, collectant 80 000 euros pour Special Olympics, et a gravi rien de moins que le Kilimandjaro et le Mont Blanc.

Une femme ÀBLOCK! qui peut déplacer des montagnes…

La construction d’un monde nouveau

Mary Davies semble porter en elle cette mission depuis l’enfance : son éducation, dit-elle, était tournée vers les autres.

C’est après avoir terminé ses études universitaires que la jeune irlandaise suit une formation de professeure d’éducation physique puis s’engage dans une organisation qui s’occupe des personnes handicapées mentales. Un pas de plus vers sa vocation…

Mary Davies

À l’image de la lutte pour la promotion du sport féminin, en tant que PDG de Special Olympics, Mary Davis se concentre sur la construction d’une société plus accueillante et inclusive pour tous via le monde du sport mais pas seulement.

Elle expliquait cette orientation d’accompagnement à 360 degrés dans un article du Economic Times : « Nous avons également des activités non sportives, comme un programme de santé. Les personnes handicapées mentales sont la population la plus mal desservie au monde, en particulier en matière de soins de santé. Les athlètes sont dépistés pour leurs déficiences et ensuite nous aidons à les corriger. »

Special Olympics est, en effet, un mouvement mondial qui mise sur le pouvoir transformateur du sport pour les personnes handicapées mentales grâce à des programmes dans les domaines du sport, de la santé, de l’éducation et du développement communautaire.

Mary Davies

Une approche qui consiste à dispenser une formation sportive toute l’année ainsi que des compétitions dans une variété de sports olympiques.

L’originalité du mouvement est de proposer certaines épreuves de la compétition mondiale sous forme « unifiée » – Unified Sports -, en mélangeant des sportifs handicapés et valides.

Le prochain grand événement du mouvement ? Les World Winter Games en 2022 à Kazan, en Russie, avec 2000 athlètes Special Olympics et Unified partners, les athlètes valides.

Mary Davies

Le vœu de Mary Davis ? Aider encore davantage de personnes handicapées mentales grâce au sport : « Il y a 200 millions de personnes handicapées mentales dans le monde et nous n’atteignons actuellement qu’environ 5,3 millions d’entre elles. » Sa mission est donc loin d’être terminée, mais elle a de l’énergie à revendre. Mary Davis est un roc. De détermination et de générosité.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Jacqueline Evans de Lopez

Jacqueline Evans de Lopez ou l’histoire d’une actrice qui défia les hommes en Porsche

C’est une légende. Mais peu de gens le savent. Pendant plus de trente ans, elle a joué les « gringas » dans des comédies mexicaines. Pourtant, ce n’est pas au cinéma que Jacqueline Evans de Lopez fit des étincelles, mais sur les routes. Première femme à participer à la « Pan-Am », la célèbre et dangereuse course américaine, elle a joué les casse-cous pour prouver qu’elle pouvait se mesurer aux hommes derrière un volant. Récit…sur les chapeaux de roues.

Lire plus »
Nita Korhonen

Nita Korhonen : « Le monde de la moto s’ouvre, mais le cas “Sharni Pinfold“ prouve qu’il y a encore du boulot. »

“L’affaire“ Sharni Pinfold a fait l’effet d’un réveil d’après-cuite pour les motards. Une pilote qui se retire de la compet’ pour cause de misogynie, ça plombe les paddocks. La FIM (Fédération Internationale de Moto) a rapidement réagi, déplorant cette décision et rappelant que le monde de la moto devait être bienveillant. Rencontre avec Nita Korhonen, la directrice de la Commission FIM “Femmes et Motocyclisme“.

Lire plus »
La question qui tue

Pourquoi, le soir, je suis ballonnée ?

Cette question qui tue, on nous l’a posée plusieurs fois. Genre, des sportives et des pas (toujours) sportives, si si ! Il semblerait que gonfler le soir venu soit malvenu. Et que ça concerne aussi celles qui font leurs abdos consciencieusement. Parce que (hey, on vous le dit, là, tout de suite, ça a pas forcément à voir). Alors, on va tenter une réponse avec notre coach, Nathalie Servais. Mais, on est d’accord qu’on n’est pas gastro, hein ?

Lire plus »
Sasha DiGiulian

Sasha DiGiulian, la première de cordée qui donne de la “voie”

À tout juste 28 ans, l’Américaine est l’une des figures les plus célèbres du monde de l’escalade. Sasha DiGiulian gravit les montagnes à la force de ses bras et de son mental de roc. Icône de l’ascension, elle a pour ambition d’entraîner d’autres femmes dans sa cordée. Et ainsi de féminiser un milieu encore peu ouvert à la diversité.

Lire plus »
Valeria Kechichian

Valeria Kechichian, l’emblématique pasionaria du skateboard

Elle a découvert le skate à 28 ans et en a fait une arme de lutte contre les discriminations de genre. Valeria Kechichian est à l’origine du « Longboard Girls Crew », une communauté qui rassemble des femmes autour d’une même passion, le longboard. L’Argentine de 41 ans est également à la tête d’une ONG venant en aide aux populations défavorisées. Portrait d’une rideuse militante.

Lire plus »
Su-Wei Hsieh

Su-Wei Hsieh, l’esprit libre du tennis qui n’a rien à perdre

Elle inaugure son 16e Roland-Garros. En double, c’est la magicienne des courts. En simple, elle aime jouer les coupeuses de têtes du circuit féminin, même si elle n’a pas encore trouvé la recette pour gravir les marches des podiums. Mais, à 35 ans, la Taïwanaise Sue-Wei Hseih est l’une des joueuses de tennis les plus attachantes. Polyvalence, jeu atypique et force mentale, la numéro 1 mondiale en double, 64e en simple, séduit le monde de la raquette. Portrait d’une fille aux nombreux rebonds.

Lire plus »
Florence Arthaud

Florence Arthaud, cette insatiable louve des mers

Le 9 mars 2015, il y a tout juste six ans, l’aventurière perdait la vie dans un crash d’hélico. Avec elle, le mot marin s’était conjugué au féminin. À 33 ans, en 1990, l’intrépide à la crinière bouclée et au teint halé devenait la première femme à remporter la mythique Route du Rhum. Une entrée fracassante au sein du milieu testostéroné des « vieux » loups de mer. Une grande dame qui tracera la voie pour les autres navigatrices. Portrait-hommage d’une fille qui avait tant besoin de prendre le large…

Lire plus »
La question qui tue

Je veux faire du sport, mais les courbatures, c’est obligé ?

Y a des filles qui adoooorent les courbatures, parce que, disent-elles, plus ça fait mal, plus ça muscle. Mouais. Y en a d’autres pour qui c’est l’enfer et que ça dégoûte du sport. Si si. Mais, en vrai, les courbatures, ça fait partie du jeu ou bien… ? Réponse de notre coach, Nathalie Servais, qui sait de quoi elle parle (depuis le temps) !

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur, en 2024…

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner