Mia HammLa footballeuse la plus célèbre des nineties

Mia Hamm
Première grande légende du foot féminin, l’Américaine Mia Hamm est une attaquante de choc avec des pieds (et un cœur) en or. Doublement championne du monde et doublement médaillée d’or olympique, cette pionnière a suscité l’engouement mondial pour le ballon rond au féminin dès le début des années 90. Hola pour Mia !

Par Claire Bonnot

Publié le 01 avril 2021 à 17h05, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h21

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Consécration du football féminin dans les années 1990, le destin sportif de Mia Hamm paraissait pourtant compromis. La petite Mariel Margaret Hamm naît avec une malformation congénitale, un pied-bot partiel, et doit porter un plâtre, des chaussures correctives la nuit et d’autres, de ville, adaptées à la marche.

C’est pourtant ainsi « harnachée » qu’elle frappera dans son premier ballon. Elle a alors à peine 2 ans. Une histoire de famille : elle dribble avec son grand frère adoptif et elle accompagne son père, dingue de foot, aux matchs tous les dimanches.

À 6 ans, elle intègre une équipe mixte de football, au Texas, et inscrit 23 buts ! Un sacré beau coup de pied !

La suite n’est qu’une confirmation de son aptitude innée : à 10 ans, Mia Hamm joue dans une équipe de garçons et domine la mêlée, marquant des buts comme elle respire : « Sa présence était un peu matière à controverse, mais les gars de l’équipe l’ont pleinement adoptée parce qu’elle était une bonne joueuse », expliquait sa grande sœur à CNN.

Elle devient, ensuite, à 14 ans, la vedette des championnats inter-collèges. Son entraîneur de l’époque décrit une joueuse très athlétique : « Maigre, dégingandée, plus rapide que le vent. On voyait, chez elle, un instinct naturel. »

Le directeur du programme de football féminin de l’Université de Caroline du Nord – le meilleur du pays -, la prend sous son aile et lui permet d’intégrer la sélection américaine. C’est le début d’un destin…

C’est donc à l’âge de 15 ans à peine que Mia Hamm entre dans l’équipe nationale. Elle est alors la plus jeune joueuse de l’histoire à porter le maillot américain et va devenir une star des terrains : « Intégrer l’équipe nationale à 15 ans a vraiment été le facteur décisif dans mon choix pour le football, se souvient-elle. Ce sport m’a, en quelque sorte, choisie. J’ai fait l’expérience du football au plus haut niveau dès mon plus jeune âge. J’ai alors décidé que je voulais en faire partie le plus longtemps possible. »

En parallèle, Mia Hamm fonce tous azimuts et s’offre un beau palmarès footballistique universitaire, de 1989 à 1993. Elle remporte le championnat de l’État de Virginie, en 1989, avec la Lake Braddock Secondary School qu’elle a intégrée pour un an.

Puis, elle remporte le championnat NCAA de soccer féminin à quatre reprises en cinq ans. Enfin, elle reçoit le trophée Athlete of the Year en 1993, couronnant la meilleure athlète féminine de la Côte Atlantique. Elle hérite bien vite du surnom de « Jordan » a.k.a Michael Jordan, son alter ego sur les terrains de basket.

C’est lors de ses études universitaires que la nouvelle pépite du foot US participe à la toute première édition de la Coupe du monde féminine, organisée en Chine, en 1991. Elle a 19 ans, porte le numéro 9, et elle est la plus jeune joueuse de l’équipe. Mia Hamm est en passe de devenir une légende.

Elle remportera la Coupe avec les États-Unis après avoir participé à l’intégralité des matchs de sa sélection et avoir inscrit le but décisif lors du premier match contre la Suède et un second face au Brésil. Ainsi, Mia Hamm se place comme un atout majeur de la team américaine.

Rebelote en 1995, elle est sélectionnée pour la Coupe du monde qui se tient, cette fois-ci, en Suède. Si elle arrive à la troisième place avec son équipe, Mia Hamm marque l’un des buts décisifs du premier match contre la Chine et se voit couronnée, la même année, suite à la victoire américaine pour la première édition de L’US Cup, meilleure joueuse (américaine) de l’année (MVP pour Most Valuable Player). Elle sera ainsi distinguée cinq années de suite.

Pour sa troisième Coupe du monde qui a lieu sur sa terre natale, en 1999, la MVP marque deux buts sur six matchs et remporte son deuxième titre de championne du monde !

L’engouement populaire et médiatique est total : « C’était à couper le souffle. Pères et filles, jeunes garçons, tous étaient venus acclamer ces grandes joueuses », se remémore la présidente du comité d’organisation de la Coupe du monde féminine. La finale réunit plus de 90 000 personnes dans le Stade Olympique d’Atlanta, un record de spectateurs pour un événement sportif féminin aux States.

Les athlètes féminines sont portées aux nues – et, au sommet, se trouve Mia Hamm – à l’égal des joueurs masculins. Avec elle, il devient « cool » de courir, transpirer et concourir comme les guys ! « Elle a mis fin à l’insulte : « Tu joues comme une fille ! », raconte l’un de ses entraîneurs. À l’époque, même les garçons portaient le maillot n° 9 de Mia. »

Mia Hamm soulève les foules et inspire des générations de petites filles voulant prendre part au jeu. Son style sur le terrain époustoufle : sa puissance de frappe alliée à la finesse de sa technique et la grâce de sa course attirent le regard des aficionados, encore souvent des hommes à cette époque.

Mais pas seulement. Son aura sur le plan professionnel et dans sa vie personnelle entraînent de nouveaux adeptes sur les terrains du foot féminin.

Car à l’opposé de son statut de superstar, Mia Hamm représente à la perfection les belles valeurs du sport : humble, passionnée, appliquée, elle mise toujours sur l’esprit d’équipe et n’aime pas se mettre en avant. « À travers chaque discours qu’elle prononce et chaque récompense qu’elle reçoit, vous ressentez à quel point elle est vraiment reconnaissante envers ses coéquipières », explique l’une de ses teamates.

« Ce qui est difficile, c’est de parler de moi », exprimera un jour Mia. Et généralement, les gens vous lancent des superlatifs tels que : « Tu es la meilleure. Tu es ceci. Tu es cela. » Depuis que je suis petite, je n’ai jamais ressenti cela. »

Véritable icône, elle prête même son nom à la « Barbie Footballeuse » et affronte la légende du basket américain, Michael Jordan dans un spot publicitaire.

« Michale vs Mia », la pub Gatorade tournée avec Michael Jordan, en 1997

Pour couronner le tout, Mia Hamm se distingue aussi sur le plan de la compétition olympique. L’american team remporte le tournoi féminin aux JO d’Atlanta, en 1996 : Mia, pourtant blessée, contribue largement à la victoire finale sur la Chine. À ce moment-là, elle bat le record mondial des buts marqués en sélection.

L’Américaine a bel et bien un pied en or et a pris sa revanche sur la vie. En 2001 et 2002, elle remporte les deux premiers trophées de la joueuse mondiale de la FIFA, faisant alors partie des deux seules femmes figurant au FIFA 100, liste des 125 plus grands joueurs de football vivants, choisis par Pelé.

Écrivant sa légende sur les terrains de foot, Mia Hamm termine sa carrière en beauté, à l’âge de 32 ans, avec un deuxième titre olympique, lors des JO d’Athènes, en 2004.

Mia Hamm fait partie de l’Histoire américaine, son portrait est exposé au Smithsonian Institution, à Washington

Celle qui fait trembler les goals adverses a rentré 158 buts sur ses dix-sept ans de carrière en équipe nationale. Elle a été, un temps, la meilleure buteuse de l’histoire du ballon rond en matchs officiels, hommes et femmes confondus.

Sa plus grande prouesse ? Avoir amené le football américain sur un nouveau terrain de jeu conjugué au féminin. Pendant pratiquement la totalité de sa carrière, elle n’évoluera dans aucun club pro, les championnats de soccer féminin professionnels n’existant pas aux États-Unis.

En 2000, qui mieux qu’elle pouvait alors participer à la création de la Ligue féminine pro dans son pays, la Women’s Soccer Association (WUSA) ?

Comptant huit équipes dans différentes villes américaines, la WUSA donne aux joueuses de foot la chance de faire carrière dans le sport avec contrats et rémunérations à la clé.

Pour le premier championnat, en 2001, Mia Hamm portera les couleurs du Washington Freedom, et ce, jusqu’en 2003, date de la suspension de la Ligue féminine, faute de public…

Mais la médiatisation du foot féminin est sur les rails. Si le but n’est pas complètement atteint, les filles sont désormais dans la place et ne lâcheront rien. La Women’s Professionnal Soccer sera créée (2007-2012) puis, en 2012, la National Women’s Soccer League (NWSL), championnat toujours en activité. Mia Hamm ouvrira la voie à d’autres joueuses de talent dont la grande Megan Rapinoe. Thanks to Mia Hamm !

  • Mia Hamm s’engage toujours pour le sport au féminin, elle a créé une fondation et vous pouvez retrouver ses actions sur son site dédié.
Ouverture : Mia Hamm/Facebook/DR

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Louise Lenoble

2020 : Le best-of ÀBLOCK!

9 mois. 9 mois à donner la parole aux championnes et aux sports peu médiatisés, aux pratiquantes enthousiasmantes, aux acteurs et actrices de la sphère sportive. 9 mois à écrire sur des sportives étonnantes, qui nous boostent et nous inspirent, aux quatre coins du monde. Notre nouveau média digital est encore jeune, mais il collectionne déjà une foule de pépites. Confidences, témoignages, tranches de vie… nous plongeons jour après jour dans l’univers des sportives avec gourmandise. Et cela va bien au-delà du sport : dans leur intimité, au cœur de leurs émotions et de leurs ressentis. Petit florilège de ces filles qui ont définitivement marqué ÀBLOCK!

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »
Mélissa Plaza

Mélissa Plaza : « Le foot a été l’échauffement de ma vie, mais j’étais promise à autre chose. »

Une survivante. Une battante pour le moins singulière. Mélissa Plaza avait un rêve, petite, celui de devenir footballeuse professionnelle. Un choix de vie auquel, malgré les obstacles, elle n’a jamais voulu renoncer. À présent retraitée, l’ex-joueuse de l’OL prête sa voix aux femmes et milite, sans s’économiser, pour une société plus égalitaire. Rencontre avec une fille percutante, forte et généreuse.

Lire plus »
Wilma Rudolph

Wilma Rudolph, la « Gazelle Noire » du ghetto devenue athlète de légende

Une antilope semble courir sur la piste des JO de Rome, en 1960. Des jambes élancées au tonus impressionnant, une course d’une vitesse époustouflante alliée à une grâce d’exécution sans pareille. Cette tornade délicate, c’est Wilma Rudolph, ancienne infirme devenue athlète à 20 ans. Elle remportera trois médailles d’or au sprint. Surnommée la « Gazelle Noire », elle s’est bâti une destinée de légende à la force de ses jambes et de son mental d’acier.

Lire plus »
La Traversée Marthe Robert 2021

À l’eau pour Marthe Robert !

En maillot ou en combinaison, le Lac de Neuchâtel, en Suisse, accueille ce week-end des nageurs prêts à se mouiller pour rendre hommage à la pionnière Marthe Robert. Organisée par la Société de Sauvetage et de Vigilance Nautique de Neuchâtel, la première édition de la Traversée Marthe Robert se jette à l’eau. À vos lunettes et bonnets !

Lire plus »
Sarah Hauser

Sarah Hauser : « Le windsurf, c’est un mélange de peur, de chaos mais aussi de beauté. »

Ce petit bout de femme n’a pas froid aux yeux, même au creux de la vague. La windsurfeuse Sarah Hauser vient de faire une entrée fracassante dans le Guinness Book des Records après avoir dompté une vague de presque 11 mètres, la plus grosse jamais prise par une femme. Une étape plus qu’un aboutissement dans le parcours singulier de cette Néo-Calédonienne dont l’ambition est d’inspirer les filles qui n’osent pas se mouiller.

Lire plus »
Marie-Zélia Lafont Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

Marie-Zélia Lafont, l’éclat(e) en eaux vives

La kayakiste française a déjà tâté les eaux tumultueuses des JO en 2016 à Rio. Marie-Zélia Lafont, dix fois Championne de France, médaillée d’Or par équipe à la Coupe du monde 2020, championne du monde par équipe en 2018 et championne d’Europe par équipe en 2019, a plus d’un tour dans sa pagaie. Son moteur ? L’éclate ! Et elle s’élance sur le slalom féminin aux Jeux Olympiques de Tokyo. Objectif : rapporter une médaille olympique !

Lire plus »
Simone Biles

Quand Simone Biles s’envole…

Son retour à la compet’ est un feu d’artifices. Deux ans après les Mondiaux et ses 5 médailles, Simone Biles a encore fait parler d’elle en réalisant un saut inédit dans un cadre officiel. C’était le week-end dernier lors de l’U.S Classic et elle a, elle-même, du mal à y croire !

Lire plus »
Maud Thierry

Maud Thierry – Iron(wo)man sinon rien

« Petit format, grande détermination » a-t-elle écrit sur sa bio Instagram. Pour Maud alias « Petit goûter », 26 ans, le sport, c’est un peu l’affrontement de David contre Goliath. Cette triathlète acharnée au petit gabarit a réalisé un exploit sportif envié : l’Ironman. Prenons le top départ avec une sportive généreuse et heureuse qui a fait du sport son mode de vie.

Lire plus »
Émilie le Fur

Émilie Le Fur : « Les sports mécaniques font partie du monde d’avant, il faut les repenser…»

Après plus de dix ans à évoluer en F1, moto et rallye, Émilie Le Fur a choisi d’emprunter une voie plus verte. La triple Championne d’Europe Xterra, ancienne ingénieure piste et essais des pilotes Sébastien Loeb ou encore Sébastien Ogier, s’est reconvertie dans l’alimentation durable et milite pour une pratique sportive plus écologique. Rencontre avec une fille nature.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner