Rechercher

Wendie Renard La capitaine qui ne perd pas le cap

Quinze Championnats de France, neuf Coupes de France, huit Ligue des Champions… Bienvenue dans le palmarès de Wendie Renard ! La nouvelle capitaine de l’équipe de France compte plus de cent-trente matchs en sélection. La footballeuse a déjà fait ses preuves, mais une bonne défenseure ne baisse jamais sa garde.
Multi-titrée, on la présente comme l'une des meilleures footballeuses au monde. Wendie Renard a du talent, mais aussi du caractère. La capitaine de l’équipe de France sait qu'elle peut être fière de son parcours, mais une bonne défenseure ne baisse jamais sa garde.

Par Aurore Charron

Publié le 13 juillet 2022 à 16h55, mis à jour le 18 juillet 2023 à 12h07

Wendie Renard a le football dans le sang. Née en 1990, la joueuse est la cadette d’une famille de sportifs – mais surtout de sportives. Elle grandit à Schœlcher, en Martinique, avec pas moins de douze sœurs. Handball ou football, toute sa famille raffole du ballon ! La petite dernière ne fait pas exception. Après l’école, direction les terrains pour retrouver les copains !  

À l’âge de 8 ans, la jeune Wendie fait face au décès de son père après un cancer des poumons. Aujourd’hui, elle confie d’ailleurs Lorsqu’elle avoir toujours une pensée pour lui lorsqu’elle joue en bleu : « À chaque fois que mon père entendait la Marseillaise, il pleurait. Donc je pense à lui et ça me touche. »

Une épreuve difficile qui survient un an après ses premiers pas de footeuse : son entrée au club local, l’Essor Préchotin. La défenseure n’y restera pas longtemps. Après un court passage par le RC Lorrain, Wendie Renard rencontre celui qui tire le coup d’envoi de sa carrière.  

©FFF

Le responsable, c’est Jocelyn Germé : conseiller technique régional de la ligue martiniquaise. Il flaire le potentiel de la future Bleue et lui décroche un essai pour entrer au CNF (Centre National de Formation) de Clairefontaine.  

La jeune fille s’envole pour la métropole – mais c’est la douche froide. Outre le changement de température, elle n’est pas retenue aux essais. Mais Jocelyn Germé ne baisse pas les bras. Si le PSG refuse, c’est qu’il faut tenter ailleurs. Il passe alors un coup de fil à l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, Farid Benstiti, et obtient un essai pour sa protégée.

Cette détermination porte ses fruits : Wendie Renard est acceptée et s’envole définitivement pour la métropole. L’entrée à l’OL, c’est le début d’une longue histoire d’amour. Depuis son arrivée en 2006, elle ne quitte pas le club – et en devient même capitaine en 2013. 

Pourtant, ce ne sont pas les offres qui manquent. Wendie Renard est convoitée par les plus grandes équipes– en France comme à l’international. Fidèle à son club, la capitaine lyonnaise renouvèle son contrat en mai 2022 pour quatre années supplémentaires. 

Tout le monde se l’arrache. Et pour cause, elle affiche un palmarès sans précédent. En chiffres, ça donne le tournis : 15 championnats de France (de 2007 à 2020 et 2022), 9 Coupe de France (2008 et de 2012 à 2020), huit Ligue des Champions (2011, 2012, de 2016 à 2020 et 2022), mais aussi le Tournoi de France (2020 et 2022), la Coupe de Chypre (2012 et 2014) et la SheBelieves Cup en 2017.

Pas moins de vingt prix individuels dont celui de meilleure défenseure de l’année 2020 décerné par l’UEFA. La joueuse aux dix-huit ans de carrière a su en tirer profit. Et pour être sûre de laisser une trace, Wendie Renard écrit son autobiographie en 2019, « Mon Etoile ». La joueuse y raconte son enfance en Martinique, son arrivée en métropole et son parcours à la fois professionnel et personnel.

Une renommée qui franchit les barrières du foot. Lors de l’allocution d’Emmanuel Macron, le président cite Wendie Renard comme un exemple de résilience.

Influente, elle s’engage. Le déclic, Wendie Renard l’a eu durant la Ligue des Champions de 2010. L’occasion de réaliser qu’elle est un modèle pour les jeunes filles, footballeuses ou non. La star des terrains se mobilise alors pour l’émancipation des femmes, en se rendant sur les terrains de foot, mais aussi en passant par des chemins de traverse : depuis 2019, elle est le visage de l’ACT (Alliance Contre le Tabac) pour sa campagne « Femmes Libres », en partenariat avec la Fédération Française de Cardiologie.

 Wendie Renard y expose l’importance de préserver son corps, qu’elle qualifie d’« outil de travail » des sportifs.

Veiller sur son bien-être, c’est primordial à haut niveau. Mais le corps ne fait pas toujours ce qu’on veut de lui. La capitaine doit parfois composer avec des blessures, une entorse, un genou mal en point…

La prudence est de mise pour elle en 2020. Au cours de la série documentaire « Wendie, tout simplement », la joueuse l’avoue :  « Au plus haut niveau, tu as toujours des douleurs à droite, à gauche, tu ne joues jamais sans douleur. » 

Des obstacles qu’elle surmonte pour atteindre ses objectifs. Capitaine aux multiples récompenses, rien ne l’empêche de toujours rechercher à gagner le maximum de matchs et de trophées.  

Mais jamais au détriment de ses coéquipières, également ses meilleures amies. Wendie Renard est compétitrice dans l’âme, certes, mais ne perd pas l’esprit d’équipe. Ainsi, à l’OL comme chez les tricolores, Melvine Malard n’est jamais très loin. Melvine Malard pour qui Wendie fut un modèle avant d’être son amie : « C’est important d’avoir ce genre de capitaine qui parle et qui n’a pas peur de s’exprimer comme ça. Quand Wendie parle, l’équipe est prête à rentrer sur le terrain et tout casser. » 

Des qualités qui lui valent le titre de capitaine des Bleues à deux reprises. Une première fois en 2017. Et si elle se voit retirer le fameux brassard par Corinne Diacre, la sélectionneuse de l’équipe de France le lui redonnera fin 2021 et jusqu’à l’Euro 2022.

Le 24 février 2023, elle annonçait, sur les réseaux sociaux, sa mise en retrait de l’équipe de France. Le 31 mars 2023, elle est rappelée (et convaincue) par le nouvel entraîneur des bleues, Hervé Renard, de revenir à ses amours en bleu.

Pour la Coupe du monde 2023, elle rempile. Logique, maillon fort de l’équipe, capitaine à la renommée mondiale, on l’attend toujours (et à juste titre) dans les starting-(À)BLOCK!  

Ouverture ©Adidas

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marion Desquenne : « Dans le skate, tu rencontres des filles qui gomment leur féminité. C’est une sorte d’armure. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

La genèse du basket féminin, une réalisatrice qui roule sur les préjugés (via son doc Bande de Skateuses sur notre photo), une joueuse de rugby qui les plaque, une QQT (Question qui tue) pour s’ouvrir l’appétit et un Q&A (Questionnaire sportif) avec une handballeuse qui en impose, c’est le meilleur d’ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »

Cet été, si on courait pour la bonne cause ?

Depuis le 7 août et jusqu’au 7 septembre, la fondation Alice Milliat qui œuvre à la médiatisation du sport féminin, – lance la 5e édition de son Challenge Alice Milliat, une course connectée solidaire et gratuite pour valoriser le sport au féminin, sa médiatisation, sa pratique et l’égalité dans le milieu sportif. On y va ?

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le week-end prochain, elle fera vrombir sa bécane au Bol d’Or. Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber formera avec sa copine des circuits, Patricia Audebert, l’unique team 100 % féminine de l’événement du Castellet pour la course du Bol d’Or Classic. Entre deux entraînements sur l’asphalte, elle répond à notre petit questionnaire de Proust à la sauce ÀBLOCK!

Lire plus »
Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

Marie Bochet : « Quand je glisse sur mes skis, j’ai l’impression de danser sur la neige. »

À 28 ans, la multi-médaillée paralympique en ski alpin est auréolée d’une belle image de sportive à la fois zen et déterminée. Avant qu’elle ne s’élance pour les Jeux Paralympiques de Pékin, Marie Bochet, dernièrement double médaille d’or aux Championnats du monde de para sports en Norvège, se livre avec la fraîcheur de sa glisse désormais légendaire. Marie fonce tout schuss !

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Celia Martinez : « Dès que je suis sur mes skis, j’ai l’impression de vivre vraiment. »

Célia Martinez : « Quand je suis sur des skis, j’ai l’impression de vivre vraiment. »

Elle aurait dû participer aux Championnats du monde de Kilomètre Lancé (KL) qui débutent à Vars dans les Hautes-Alpes. Mais, enceinte, Célia Martinez passera son tour cette saison. Avant de revenir en force dès 2023 avec, pour ambition, de battre le record de France de ski de vitesse et, pourquoi pas, le record du monde. Conversation avec l’une des filles les plus rapides de la planète qui, pour une fois, a décidé de prendre son temps.

Lire plus »
Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie »

Valérie Garnier : « Le métier d’entraîneur est un chemin de vie. »

Quatre médailles d’argent européennes, une médaille de bronze aux récents Jeux de Tokyo… En huit saisons, Valérie Garnier a fait de la France une place forte du basket féminin. Aujourd’hui, si elle quitte son poste d’entraîneur de l’équipe tricolore, elle n’a pas dit son dernier mot. Rencontre avec une enfant de la balle qui n’a plus rien à prouver.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner