Melvine Malard D'attaque pour l'Euro

Melvine Malard, d’attaque pour l’Euro
Tout droit venue de la Réunion, la carrière de Melvine Malard s’envole lorsqu’elle débarque en métropole. L’OL, mais aussi l’équipe de France, l’attaquante enchaîne les buts et remporte un Soulier d’Or. L'Euro ? Elle est prête. Portrait d'une joueuse partageuse.

Par Aurore Charron

Publié le 08 juillet 2022 à 17h00

Le football, c’est un, si ce n’est LE sport le plus adulé des petits (et des grands). Qui n’a jamais joué au ballon étant enfant ? L’occasion de passer le temps pour certains, le début d’une vocation pour d’autres. 

Loin des stades parisiens, l’aventure de Melvine Malard commence dans le parc de sa ville natale : Saint-Denis de La Réunion. Déjà, elle marque des buts avec ses amis, mais ignore encore jusqu’où cela la mènera. 

Avant de trouver la perle rare, la jeune sportive passe par une belle ribambelle de sports. Handball, rugby, tennis, et même karaté – elle se prête à tout. Au final, c’est le déclic : le football, c’est dans sa nature.  

Ni une, ni deux, la voilà footballeuse au SDFC. Mademoiselle ne perd pas son temps. Elle intègre le meilleur club de La Réunion dès ses 7 ans. 

Très vite, sa passion prend un tout autre tournant. En 2014, la jeunette participe à la Coupe nationale avec la sélection de la Réunion à Clairefontaine. 

Melvine Malard fait sensation et se démarque en tant que meilleure buteuse du tournoi. Une prestation qui ne passe pas inaperçue. Surtout pas aux yeux de Sonia Bompasteur. 

À l’issue du tournoi, la sélectionneuse des jeunes de l’OL contacte les parents de Melvine avec une proposition en or :  rejoindre l’Olympique Lyonnais.  

C’est l’opportunité pour la jeune sportive de considérer une carrière dans le foot professionnel. Le club lui laisse deux mois pour choisir… il lui faudra deux jours. 

Une occasion comme celle-ci, ça ne se refuse pas, explique-t-elle en entretien pour l’Olympique Lyonnais : « Je ne me suis pas posée de questions. Je me suis dit que c’est ce que je veux. C’est le football. Au pire j’y vais pour essayer et après on verra. »  

Et pourtant, il lui faudra du courage afin de « sot la mer ». Un proverbe réunionnais qu’elle emploie pour expliquer son envie de saisir cette opportunité – malgré la difficulté de quitter son île.   

La future attaquante de l’OL est motivée par des exemples qui ont bercé son enfance. Une joueuse sort du lot : Wendie Renard. 

Melvine Malard a toujours admiré la footballeuse martiniquaise. Et pour cause, la défenseure a également quitté des climats chauds pour rejoindre l’OL. Un pari qui porte ses fruits puisque l’idole de Melvine Malard devient capitaine d’équipe.  

Quoi de plus beau pour faire rêver la jeune footballeuse de Saint-Denis ? 

Plus qu’un modèle, Wendie Renard devient son amie, son mentor… et sa coéquipière pour l’Euro 2022.  

La proximité des joueuses lyonnaises, ça pourrait bien être un avantage considérable pour les Bleues. Hormis la défenseure martiniquaise, la nouvelle arrivante est très proche de Selma Bacha. Celle qu’elle considère comme sa meilleure amie,  elle l’a également rencontrée à l’OL. 

Les deux footeuses accrochent et semblent inséparables. Les portes de Clairefontaine – lieu de préparation des joueuses pour l’Euro 2022 – c’est ensemble qu’elles les pousseront. 

Leur complicité, l’attaquante la voit comme une force pour l’équipe. Les deux amies connaissent les techniques de jeu de l’une et de l’autre. Un atout pour réagir vite sur le terrain.  

©Damien LG/OL

Il faut dire que depuis ses 14 ans, Melvine Malard ne quitte plus le club. Hormis une courte période de quelques mois au FC Fleury 91, elle reste fidèle à son poste qu’elle occupe toujours aujourd’hui. C’est également là-bas qu’elle passe son CAP en parallèle de la pratique. 

Un club où elle grandit, toujours en gardant à l’esprit ce qui l’avait séduit dans le foot : le plaisir de pratiquer entre amis. 

Des amitiés qui, parfois, la suivent…un peu trop. En avril 2022, Melvine Malard et Selma Bacha se blessent toutes deux lors d’un match à Guingamp. Les lyonnaises manquent deux matchs de préparation pour l’Euro 2022. Une blessure qui fait mal si près du but.

Rien de trop grave, Melvine Malard répondra présente au prochain rendez-vous. 

Porter le numéro 8 de l’équipe de France, Melvine Malard en connaît l’enjeu : « La sélection c’est quelque chose de très très important pour moi. Le fait de porter ce maillot bleu me donne énormément de frissons à chaque fois quand je rentre sur le terrain, rapporte-t-elle lors d’un entretien pour l’OL. C’est une chance d’être ici, donc à moi de montrer également qui je suis et de ne pas me poser de questions. » 

Prochain -et premier défi de cet Euro- dans sa ligne de mire ? La cage de l’équipe italienne, le 10 juillet à Rotherham. 

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Marie Le Net : « Gagner, c’est ce qui me motive le plus ! »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une dingue du volant, une croisière solidaire, un retour sur l’histoire des volleyeuses, une winneuse dans l’âme qui s’attaque au Paris-Roubaix (Marie Le Net sur notre photo), une course mythique qui s’est déroulée ce week-end et qui n’aura plus de secrets pour vous. C’est le meilleur d’ÀBLOCK! Et c’est juste pour vous.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »
Chloé Anderson

Chloé Anderson, l’athlète transgenre qui bouscule les codes

Joueuse de volley transgenre, elle lutte contre un monde sportif trop peu inclusif. Chloé Anderson, née garçon, est l’une des premières à avoir intégré une équipe féminine universitaire de haut-niveau. Aujourd’hui, l’Américaine veut aider la communauté LGBT+ à investir les terrains. Tous les terrains. Être fier de qui l’on est, malgré les préjugés, voilà ce que défend miss Anderson. Portrait d’une fille pas comme les autres.

Lire plus »
7 symboles olympiques

Jeux Olympiques, les 7 symboles capitaux

Ils sont le sel de cet événement sportif planétaire. Les valeurs olympiques, l’hymne, la devise, la flamme, le serment, les anneaux, la langue, 7 emblèmes qui régissent les Jeux Olympiques, certains depuis l’Antiquité, d’autres depuis les JO modernes. Petite leçon d’histoire pour bien comprendre l’esprit olympique.

Lire plus »
4 août 2015 Katie Ledecky bat le record du monde en nage libre

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Les récap’ sur les deux événements majeurs du sport féminin de juillet, la présentation de mondiaux au fil de l’eau et d’une équipe qui mène bien sa batte, un retour sur les pionnières cavalières et le début de l’histoire sportive du mois d’août comme celle du record du monde de Katie Ledecky (notre photo), c’est le Best-of de la semaine sur ÀBLOCK!. Bonne lecture sous canicule à toutes et tous !

Lire plus »
Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Marie Marvingt, la pionnière du Tour de France

Si on bouclait la (grande) boucle ? Alors que le premier Tour de France Femmes vient de s’achever, place à celle qui a été la seule, en 1908, lorsque les femmes n’étaient pas autorisées à participer au Tour de France, à s’engager sur cette course avec les hommes. Marie Marvingt se passera de permission pour prendre le départ de la plus renommée des compétitions cyclistes. L’Auvergnate, 33 ans, fera partie des trente-sept coureurs à venir à bout des cinq-mille kilomètres du parcours. Sans que son nom ne soit inscrit au palmarès.

Lire plus »
Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Née avec un handicap au pied et à la cheville, elle n’a aucune limite. Marie Patouillet, médaillée paralympique en cyclisme, a toujours été guidée par son amour du sport, son courage et sa détermination. Un dépassement de soi qui l’a menée sur la piste aux étoiles : celles des athlètes de haut niveau qui inspirent et font avancer bien des causes car cette fille-là roule pour les femmes et les athlètes handisport. Entretien.

Lire plus »
Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Senda Berenson, celle qui a conjugué le basket au féminin

Longtemps réfractaire à l’éducation physique, Senda Berenson s’est servie du sport pour renforcer sa constitution fragile. Devenue professeure de sport à Boston, elle s’est mise en tête d’y convertir ses élèves en les initiant à une discipline toute jeune, le basketball. Retour sur le parcours d’une pionnière qui a su saisir la balle au bond.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner