« En terrain libre » : des quartiers, des filles et du foot

En terrain libre
Jouer en toute liberté, c’est tout ce qu’elles veulent ces filles lorsqu’elles rentrent sur le terrain. Remplies de joie et de spontanéité, de jeunes footballeuses se livrent sur leur quotidien et leur amour pour le ballon rond dans un film touchant, « En terrain libre », diffusé sur France 3.

Par Manon Gimet

Publié le 24 mai 2021 à 12h20, mis à jour le 29 juillet 2021 à 12h04

Si on allait chanter dans les rues et taper dans un ballon avec elles ? « En terrain libre » est diffusé, en replay, sur la plateforme de France 3, dans la case « La France en vrai », et ça vaut le coup de découvrir ce film qui donne la part belle à des « footeuses ».

Ce film touchant de Marie Famulicki, Delphine Moreau et Corinne Sullivan suit des jeunes filles, entre 15 et 20 ans, passionnées de football.

Dans les vestiaires ou les tribunes de leur club, le Red Star de Saint-Ouen, jusque dans leur quartier où elles cherchent leur place, ces femmes bougent, témoignent, se livrent en toute liberté.

« Au départ, nous sommes un groupe de réalisatrices de documentaires ayant en commun un désir de collectif et de partage de notre passion avec le plus grand nombre. Depuis une douzaine d’années, parallèlement à nos projets individuels, nous proposons aux habitants de Seine-Saint-Denis – particulièrement aux femmes de ces territoires – de participer à des ateliers de créations cinématographiques. Cela nous semble d’autant plus important que dans les médias, les filles et les femmes des banlieues sont très absentes. »

Lorsque ces trois réal d’« En terrain libre » ont voulu mettre en lumière le sport, il y a deux ans, elles ont remarqué l’absence de filles dans les espaces sportifs publics…. Des petites filles, oui, mais des adolescentes, non.

Depuis maintenant trois ans, le Red Star a créé une équipe féminine sénior. C’est en allant à la rencontre de ses joueuses que Marie Famulciki, Delphine Moreau et Corinne Sullivan ont imaginé leur film : « Contrairement à la plupart des filles des quartiers, elles n’ont jamais cessé de jouer au foot sur les « city », ces espaces sportifs plus ou moins informels que l’on trouve en bas des tours. Il nous est apparu qu’il y avait là une sorte d’engagement, de courage, et d’affirmation de leur liberté », notent les réalisatrices.

Ainsi, le foot les fait vibrer et leur permet de s’affirmer en tant que femme dans leur quartier et au sein de leur famille. « Leur rencontre bouscule nos représentations du féminin, du masculin, du féminisme et de sa mise en pratique aujourd’hui », poursuivent les réalisatrices.

Chaque prise de ce documentaire a une signification pour les joueuses : un souvenir ou un sentiment qui leur donnait envie de s’exprimer. En mode spontané, les caméras suivent, se laissent embarquer par leur énergie débordante, sur le terrain et dans les rues qu’elles sillonnent chaque jour.

Les réalisatrices ont choisi de mettre en avant un petit côté comédie musicale qui donne un documentaire joliment décalé et reflète parfaitement les ressentis des “footeuses“.

« Tous les grands thèmes qui structurent les comédies musicales – le conflit familial, l’amour, les injustices – étaient présents dans les conversations informelles avec les jeunes et dans les exercices de « théâtre forum » pratiqués en préalable à l’écriture des chansons », expliquent-elles.

Dans ce film, le football féminin est mis à l’honneur dans l’un des stades mythiques de la région parisienne : le Stade Bauer. Pourquoi ? Parce qu’il est l’un de seuls qui a une section féminine et qu’il s’y joue au foot dans une ambiance d’exception.

Delphine Moreau et Marie Famulicki

Un stade pourtant bientôt détruit car non conforme aux normes mais qui a inspiré toute une génération. Les joueuses filmées se sentent chez elles à l’intérieur de ces murs. « Lorsqu’on entre sur le terrain, on n’est ni blanche, ni noire, ni musulmane, ni pauvre, ni riche. On défend son maillot, les valeurs qu’il porte et c’est tout », confie Lauryn, la capitaine de l’équipe.

En clair, « En terrain libre » est inspirant, rempli d’humanité, de joie et de voix qui veulent se faire entendre. Une histoire de sport, mais aussi de vie. Une histoire de confiance entre une bande de filles et des réalisatrices.

Le mot de la fin ? « J’veux être belle et rebelle, debout, debout, debout », extrait d’une des chansons du film. C’est leur devise lorsqu’elles sont ÀBLOCK!

Ouverture ©Filippo Fabbri

D'autres épisodes de "Football : ces sportives qui vont droit au but"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine !

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
Hélène Pietrenko

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine…

De l’arc et des flèches en mode féminin, un triathlon XXL (avec la toujours motivée championne Hélène Pietrenko sur notre photo), une pratiquante qui a trouvé confiance en elle grâce au sport et qui se raconte avec passion, une sportive qui a porté trois maillots de l’équipe de France dans trois sports différents ou encore une arbitre qui révolutionne le monde du rugby, c’est sur ÀBLOCK! et c’est tout. Bonne lecture !

Lire plus »
Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Il était une fois le tir à l’arc… féminin

Les femmes ont manié l’arc dès la Grèce Antique… De cette époque à la naissance des premières championnes, l’archerie s’est toujours composée au féminin. À l’occasion de la Coupe du Monde organisée du 21 au 26 juin à Paris, retour sur ces archères qui ont tiré en plein dans le mille.

Lire plus »
Hazal Nehir, folle de toits

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une acrobate de la street (Hazal Nehir sur notre photo), une batteuse d’exception, du paddle pour la bonne cause, une marathonienne aux souliers d’or ou encore une arbitre qui ouvre la voie, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour cette semaine. Enjoy !

Lire plus »
La question qui tue : pourquoi, quand je cours, j'ai un point de côté ?

Pourquoi, quand je cours, j’ai un point de côté ?

Ce sentiment désagréable d’avoir un doigt coincé dans la poitrine, on le connaît tous… On commence son footing, tranquillement, et tout à coup PAF, un point de côté ! Minute, prend une grande respiration, ÀBLOCK! te dit d’où ils viennent et comment s’en débarrasser.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sarah Lezito

Sarah Lezito : « Mon objectif à moto, c’est juste de kiffer. »

Les cascades à moto des héroïnes d’Avengers ou encore de Batman, c’est elle. Sarah Lezito, 29 ans, est l’une des, si ce n’est LA, plus grandes stunteuses de la planète. Convoitée par le cinéma, elle apparaît régulièrement dans des super-productions, mais n’aime rien tant que réaliser ses propres vidéos. Elle chérit avant toute chose sa liberté, celle de faire ce qu’elle veut quand elle veut avec ses motos. Rencontre avec une fille au caractère en acier trempé !

Lire plus »
Kim Robitaille

Kim Robitaille : « Mon cœur de sportive bat pour le volley. »

Passeuse-philosophe de l’équipe canadienne féminine de volley-ball et des différents clubs européens dans lesquels elle officie depuis cinq ans, la québecoise Kim Robitaille joue au volley comme au jeu d’échecs. Tactique, réfléchie, adaptable, la sportive cosmopolite lance aussi la balle dans le champ des inégalités du sport féminin. Rencontre avec une nana qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle vaut.

Lire plus »
Jeux de Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons pour un drapeau

JO Beijing 2022 : 1 fille, 2 garçons et 1 drapeau

Et le drapeau est attribué à… Tessa Worley, Kevin Rolland et Benjamin Daviet ! Cette semaine ont été désignés les porte-drapeaux de la délégation française pour les Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de Pékin 2022. Récompense méritée pour trois sportifs au palmarès de feu et au mental bien trempé. Petite fiche de révision pour ceux qui ne les connaissent pas (encore).

Lire plus »
Béatrice Barbusse : « La femme doit prendre possession de son corps. »

Béatrice Barbusse : « La femme doit prendre possession de son corps. »

À la fois vice-présidente de la fédé de handball et sociologue, elle vient de sortir la version enrichie de son ouvrage de référence « Du sexisme dans le sport ». Béatrice Barbusse ne pouvait échapper à notre scope en cette Journée internationale des droits des femmes. Rencontre avec une femme de sport qui s’enflamme, avec une chercheuse éclairante. Et ça fait du bien !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner