Rechercher

Amandine Buchard 5 infos sur une étoile du judo français

Amandine Buchard, 5 infos sur une étoile du judo français
Elle est une guerrière, sur le tatami et en dehors. Amandine Buchard n'a qu'un crédo : bats-toi, point final ! Et elle l'illustre à merveille. Récit express d'un parcours entre colères, espoirs et victoires.

Par Quentin Haton

Publié le 29 mai 2024 à 14h40

1- Se bagarrer dès le plus jeune âge 

L’histoire d’Amandine Buchard commence dans sa région parisienne. Son père, amateur de lutte, estime qu’il est primordial qu’une fille apprenne à se défendre, en particulier la sienne. Elle se met donc au judo dès l’âge de 6 ans. Rapidement, elle tombe sous le charme de ce sport.  

Dès ses 10-11 ans, l’instinct compétitif d’Amandine s’éveille. Elle nourrit alors le rêve audacieux de devenir championne de judo. Et c’est ainsi que débute son ascension vertigineuse vers les sommets du sport. Du Pôle Espoir de Brétigny au prestigieux INSEP, en passant par le Pôle France d’Orléans, Amandine Buchard gravit les échelons à grandes enjambées. 

Chez les moins de 48 kg, elle réalise un triplé national chez les cadets, les juniors et les seniors, le tout à seulement 17 ans. C’est en 2014 qu’Amandine Buchard se révèle aux yeux du monde. La Française termine troisième du Grand Slam de Paris.  

Dès sa première sélection en équipe de France, elle fait sensation. À seulement 18 ans, alors qu’elle est encore junior, elle décroche la médaille d’argent lors du Championnat d’Europe à Montpellier. Elle est simplement battue en finale par la Hongroise Éva Csernoviczki, championne en titre.  

Puis, lors de sa première participation à un Championnat du Monde Senior à Tcheliabinsk, elle fait trembler la compétition en éliminant dès le premier tour la championne olympique brésilienne Sarah Menezes. Cette prouesse la propulse finalement vers une médaille de bronze dans sa catégorie des moins 48 kg. En une seule saison, elle confirme son statut de nouvelle étoile montante du judo français.  

©Amandine Buchard/Facebook

2- Apprivoiser le mental  

Derrière les victoires et les médailles se cache une sombre période de sa vie. Les régimes draconiens, imposés pour respecter sa catégorie de poids en moins 48 kg, deviennent un cauchemar. Amandine Buchard se trouve prisonnière d’une spirale infernale, perdant jusqu’à 7 à 8 kg dans une quête obsessionnelle de perfection. 

La souffrance physique se mêle à la détresse mentale. Dépression, troubles alimentaires, idées suicidaires, autant de démons auxquels elle fait face. Mais telle une fleur poussant à travers le béton, Amandine trouve la force de se relever. Avec le soutien de sa psychologue, elle s’envole vers l’Espagne, où un nouveau départ l’attend dans un nouvel environnement. 

Interrogée sur le rôle de sa Fédération dans cette épreuve, Amandine Buchard exprime des regrets, mais aussi de la colère. Les signaux d’alerte ignorés et les exigences implacables pour une course vers l’olympisme qui laisse des cicatrices profondes.

En 2015, la Fédération française la sanctionne pour ne pas avoir respecté le poids requis lors du Grand Slam de Paris. Puis, en février 2016, elle manque à nouveau la pesée pour le tournoi de Paris. Face à cette situation, elle prend la décision de changer de catégorie pour rejoindre les moins de 52 kg. Ce choix met un terme à ses chances de participer aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.  

Malgré cet épisode douloureux, aujourd’hui, Amandine Buchard aspire à la paix. La colère s’estompe et laisse place à l’espoir. Dans l’arène du judo, Amandine se prépare pour une nouvelle bataille. Mais cette fois, son combat est différent. Elle aspire à une carrière sportive équilibrée, où la santé et le bien-être priment sur la gloire.

Une leçon de vie pour tous ceux qui luttent dans l’ombre, une inspiration pour ceux qui osent défier les normes et poursuivre leurs rêves. 

©Amandine Buchard/Facebook

3- Dominer une nouvelle catégorie  

Dans le tourbillon tumultueux de la saison 2016, Amandine Buchard décide donc de changer de catégorie, passant des moins de 48 kg aux moins de 52 kg. Après une première saison de découvertes dans cette nouvelle arène, la Française se retrouve sur un podium mondial aux Championnats du Monde de Bakou en 2018. Elle s’impose lors du combat pour la médaille de bronze face à la Belge Charline Van Snick.  

En 2019, c’est en tant que numéro 1 mondiale qu’elle se rend à Minsk pour les Jeux européens. Dans un affrontement épique en demi-finale, elle se retrouve face à la redoutable Majlinda Kelmendi, championne olympique et triple championne d’Europe. Malgré une défaite au golden score, elle se relève avec panache pour remporter la médaille de bronze contre l’Italienne Odette Giuffrida, vice-championne olympique à Rio. 

Amandine Buchard obtient son premier titre international chez les séniors en devenant championne d’Europe par équipe à Varsovie en 2017. C’est aux Championnats d’Europe de Lisbonne en 2021 qu’elle obtient sa première médaille d’or individuelle. Elle ne parvient pas à conserver son titre en 2022 à Sofia, battue en finale au golden score par la Britannique Chelsie Giles.  

En 2023, Amandine Bouchard obtient sa troisième médaille de bronze aux championnats du monde de judo à Doha. Puis le 3 novembre de cette même année, la Française remporte à domicile son deuxième titre européen. Trois semaines plus tard, la Fédération française de judo annonce la sélection de Buchard pour les Jeux olympiques de 2024 disputés à Paris.  

©Wikipedia

4- En parler, haut et fort

Dans le documentaire « Faut qu’on en parle » de Canal+, sorti en 2021, six personnalités du sport français évoquent leur homosexualité. Parmi elles, Amandine Buchard. Ce n’est pas la première fois que la judoka aborde publiquement son orientation sexuelle.  

En 2018, Amandine Buchard accorde une interview au Parisien, dans laquelle elle fait son coming out. Elle évoque sa relation avec Nieke Nordmeyer, une judoka allemande avec qui elle a combattu dans la même catégorie (-52 kg) et avec qui elle s’est mariée en 2017. Le couple divorcera en 2020.  

En décidant de partager sa vie privée, Amandine Buchard veut contribuer à changer les mentalités. Elle revient sur les réactions de son entourage, notamment la coupure des liens avec sa mère. Son but est de sensibiliser les parents à l’impact de leur rejet sur leurs enfants en raison de leur orientation sexuelle. 

Amandine Buchard qui souligne le nombre important d’homosexuels dans le sport de haut niveau, de celles et ceux qui cachent leur identité par peur du jugement et des conséquences sur leur carrière. Contrairement à eux, elle assume pleinement son orientation : « Je ne vais pas m’interdire d’aimer une femme si elle me rend heureuse. » 

©France Judo

5- Se préserver avant la grande échéance  

Début février 2024, Amandine Buchard renonce au Paris Grand Slam pour éviter de « plonger dans un burn out ». La vice-championne olympique de Tokyo 2021 en -52kg a ressenti le besoin de « prendre ses distances avec le monde du judo », comme elle l’a confié à l’AFP et à Ouest-France. « J’étais sur le point de me retrouver épuisée », explique-t-elle à l’approche des Jeux de Paris pour lesquels elle est qualifiée. 

La judoka souligne la pression constante qui pèse sur ses épaules, en tant que valeur sûre du judo français. « Les gens s’attendent toujours à ce que je ramène une médaille. Il y a tellement de sollicitations, tant de pression en vue des JO 2024, que c’était trop à gérer. J’étais à la limite de l’épuisement ».

En mai 2024, elle participe toutefois aux Mondiaux à Abou Dhabi et décroche le bronze, sa 5e médaille de bronze mondiale. Amandine Buchard devenant ainsi la judokate cumulant le plus de médailles de ce métal en championnat du monde.

Ouverture ©France Judo

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

D’autres actus en brèves…

Le sport et les mangas, un mariage heureux ? Kids

Le sport et les mangas, un mariage heureux ?

Les raisons de se mettre au sport sont on ne peut plus variées. Et si parmi les plus efficaces, on retrouvait les mangas et animés ? Ça vous paraît peut-être étrange, mais force est de constater que ces étendards de la culture japonaise ne craignent pas de se frotter à l’univers sportif.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une athlète qui marche vers les sommets, une capitaine de l’équipe de France de rugby qui sait comment apprivoiser le ballon ovale (Manae Feleu sur notre photo), une fille qui court, qui court, et le décryptage d’un baromètre sur les jeunes et le sport, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK! Enjoy !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Paola Calvo : « À Juárez, toutes les femmes sont des combattantes. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une vététiste que rien n’arrête, une cinéaste qui n’a pas peur de filmer des catcheuses en terrain dangereux (notre photo), une snowboardeuse qui ne lâche rien et quelques petites infos à grignoter pour se cultiver avec la suite de notre lexique Coach Vocab’, demandez le programme sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Amélie Mauresmo

Amélie Mauresmo : 5 infos pour briller sur les courts

Joueuse la plus titrée du tennis féminin français, Amélie Mauresmo s’est hissée au rang de légende. Malgré une carrière sportive arrivée à terme, l’ancienne numéro 1 mondiale ne se trouve jamais bien loin des courts. Retour sur les grandes dates d’Amélie Mauresmo, joueuse au remarquable revers à une main.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner