Rugby : Trop violent pour les femmes, vraiment ?

Rugby feminin
Elles nous embarquent toujours plus loin, au cœur de leurs plaquages, de leurs essais, de leurs troisièmes mi-temps. Sur le terrain ou en coulisses, nos trois rugby women, à l'origine de ce podcast en live, nous prouvent encore une fois que le rugby est un sport passion avant d'être un sport de gars ou de filles...

Publié le 21 juillet 2020 à 16h51, mis à jour le 29 juillet 2021 à 15h12

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Depuis que j’ai pris un gros plaquage qui m’a blessée, j’ai mis un peu de temps avant de pouvoir regarder les matchs des copines ou même à la télé, sans une certaine appréhension à chaque impact. Ça ne m’empêche pas de tout faire pour revenir sur les terrains le plus rapidement possible, mais du coup je me suis posée la question de la violence dans le rugby et j’ai voulu savoir ce qu’en pensaient les filles », explique l’une de nos réalisatrices joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France de rugby.

Le rugby est bien connu pour ses mêlées, ses gros plaquages, les impacts impressionnants que le jeu engendre.

De l’extérieur, on le considère souvent comme un sport violent. Avec tous les codes qui accompagnent le genre féminin, ça peut surprendre qu’on s’adonne avec joie à une telle pratique.

Et elles, sur la pelouse, elles le vivent comment ?

rugby femme

Morceaux choisis :

« Le rugby est un sport de contact et de combat collectif. La violence a une connotation péjorative hors cadre, hors règles, qui n’est pas nécessaire ou toléré, et dans le rugby on encadre l’engagement afin qu’on ne déborde pas. Même si dans la pratique, la violence peut prendre le pas sur l’esprit rugby… »

« Je peux comprendre que ce soit perçu comme violent mais quand t’es à l’intérieur, tu sais bien que ça n’a rien à voir avec de la violence… »  

« Je n’ai pas peur de me faire plaquer, on est dans le match, à fond… On n’est pas des gens violents… »

Les filles sont lucides, elles ont bien compris l’esprit rugby. Et ce, même si le coach leur dit avant le match : « Il faut avoir le couteau entre les dents, prêt à tout défoncer. »

Écoutez-les, c’est de la balle ! 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi écouter…

Une mère, une fille et des sports dits « de mecs »

Le Podcast signé Aïda Touihri ,« Tu seras une femme », qui explore la féminité sous l’angle de la transmission familiale, propose dans cet épisode à deux voix de revenir sur une histoire sportive générationnelle, celle d’une mère footballeuse et de sa fille rugbywoman. Et c’est à écouter (aussi) sur ÀBLOCK!

Écoutez »
Rugby

Rugby : les mots qui plaquent ! (Le dessous des Pelouses. Épisode 12)

« Alors, les filles, vous vous broutez la chatte ? », « Dans l’équipe, vous êtes toutes des lesbiennes ? »… Elles en ont entendu des phrases pétries de préjugés, ces joueuses de rugby d’une équipe de Fédérale 1, la 3e division du championnat de France ! Et elles en parlent sans tabou dans ce nouvel épisode du « Dessous des Pelouses »…

Écoutez »

Vous aimerez aussi…

1er août JO 1936 Berlin

1er août 1936 : les Jeux Olympiques s’ouvrent à Berlin

Ils vont vite prendre une signification très politique. Les Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, vont devenir le lieu idéal d’une propagande du parti nazi par le sport. Ce 1er aout, c’est donc dans une atmosphère festive, mais néanmoins tendue, que s’ouvrent ces Jeux de la XIe olympiade de l’ère moderne.

Lire plus »
Alice Modolo Best of

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des femmes à Tokyo ! Mais pas que… Une pongiste qui y croit, une femme jamais sans son canoë, une lanceuse de disque qui rêve d’or, une sprinteuse adepte de records, une hurdleuse qui avale les haies sont de la partie pour les Jeux. En bonus, un sauvetage dans le grand bassin des JO de 1960, un nouveau record de France pour la sirène de l’apnée (Alice Modolo sur notre photo) et une rencontre avec une femme qui borde ses voiles. Un peu de lecture pour boucler juillet !

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner