En voiture, Simone ! Ou l’histoire de la folle virée automobile de Simone Louise des Forest

En voiture, Simone ! ou l’histoire de la folle virée automobile de Simone Louise des Forest
Elle est à l’origine de l’expression « En voiture, Simone ! » Simone Louise des Forest, de son nom complet Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, ne rêvait que d’une chose : piloter ! Elle s’est lancée dans la compétition automobile à une époque où les femmes se faisaient rares sur les circuits. Portrait d’une intrépide qui a vécu à 100 à l’heure.

Par Sophie Danger

Publié le 22 septembre 2021 à 17h30, mis à jour le 18 octobre 2021 à 10h15

Elle a douze ans à peine lorsqu’elle tient, pour la première fois de sa vie, un volant entre ses mains. Nous sommes en 1922 et la jeune Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, initiée par son oncle, découvre avec un bonheur infini les joies de la conduite à l’occasion d’une excursion familiale.

Submergée par une sensation de liberté absolue, grisée par la vitesse, la Royannaise est immédiatement conquise. Elle ne va plus, dès lors, aspirer qu’à une chose : recommencer.

Il lui faudra pourtant patienter encore sept ans pour se lancer sans chaperon. Sept longues années avant de valider ses talents par un « certificat de capacité féminin », précieux sésame qui deviendra par la suite le permis de conduire.

Enfin autonome, Simone Louise de Pinet de Borde des Forest se lance à corps perdu dans la course automobile, loisir d’ordinaire réservé aux hommes.

Ses premiers pas auront lieu dès l’année suivante, en 1930, à l’occasion de la course de côte de La Baraque, épreuve très prisée dont le coup d’envoi est donné à Clermont-Ferrand.

Très vite, l’apprenti pilote enchaîne. Quelques mois plus tard, elle dispute son premier rallye. L’enjeu est énorme : rallier Paris à Vichy soit plus de 400 kilomètres de route avalés en compagnie de sa mère, co-pilote d’un jour.

©Retromotiv.com

L’expérience est concluante. Simone Louise de Pinet de Borde des Forest est définitivement mordue et tente sa chance sur le Paris-Antibes-Juans-les-Pins. Une fois encore, la jeune femme fait preuve de talent. Sa réputation grandit.

Elle tape alors dans l’œil de Charles de Cortanze. Le célèbre pilote niçois la persuade de prendre le départ du rallye de Monte-Carlo.

Femme de défis, Simone Louise de Pinet de Borde des Forest accepte et s’inscrit pour l’édition 1934 avec son amie Fernande Hustinx. Le duo, qui navigue à bord d’une Peugeot 301, s’élance de Bucarest.

©Retromotiv.com

Les 3772 kilomètres à parcourir pour rejoindre la Principauté vont s’avérer épiques. L’hiver roumain est rude et la météo bien peu clémente. Malgré le vent, le froid et des routes parfois à la limite du praticable, les deux comparses ne renoncent pas.

Premier équipage féminin à passer le ligne d’arrivée, elles s’offrent la Coupe des Dames et accrochent une très honorable 17e place au Général.

Après une nouvelle tentative en 1935 aux côtés d’Odette Siko, la Charentaise se lance dans la course aux records à l’été 1937. À l’époque, les responsables de la société Yacco, spécialiste des huiles de moteurs, se sont toqués de mettre sur pied une équipe féminine capable de faire trembler les chronos.

Simone Louise de Pinet de Borde des Forest est de l’aventure tout comme Odette Siko, Claire Descollas et Hellé Nice. Les quatre fantastiques vont se retrouver sur le circuit de Montlhéry.

©Coll. Jean-Pierre Pottier

Si l’entente n’est pas toujours cordiale, les performances, elles, sont au rendez-vous. À elles quatre, elles vont s’adjuger pas moins de vingt-cinq marques de référence mondiales dont certaines sont, à ce jour encore, toujours d’actualité.

Un parcours sans faute que la guerre va malheureusement venir interrompre.

Simone Louise de Pinet de Borde des Forest décide de mettre ses talents de pilote au service de la Croix Rouge. Elle rependra la cours de sa carrière une fois la paix revenue.

©Retromotiv.com

Monte-Carlo, Mille Miglia – une des courses les plus célèbres au monde – le Championnat de France des routiers, les 24 heures de Spa… l’intrépide sera de toutes les courses, louée à chacune de ses apparitions par les plus grands, Fangio en tête, pour son adresse et son courage.

Il faudra attendre 1957 pour la voir déserter définitivement les circuits. À 47 ans, la Royannaise a une furieuse envie d’entamer un nouveau chapitre de sa vie.

Elle consacrera désormais son temps à voler, son autre marotte, et à dispenser des cours de conduite dans l’auto-école qu’elle a monté sept ans auparavant.

Elle s’éteindra à Vichy presque un demi-siècle plus tard, laissant derrière elle le souvenir d’une pionnière au palmarès extraordinaire dont le souvenir perdure à travers une expression, « En voiture Simone, c’est toi qui conduis, c’est moi qui klaxonne ! ».

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Le questionnaire sportif de Maëlle Dumitru-Marin

Le questionnaire sportif de… Maëlle Dumitru-Marin

Le 1er juin prochain, elle sera de celles qui s’envoleront tutoyer les nuages pour décrocher un titre aux Championnats d’Europe de trampoline et tumbling en Italie. La Bretonne Maëlle Dumitru-Marin, championne du monde et d’Europe de tumbling par équipe l’an dernier, représentera cette fois la France en individuel. À 22 ans, la tumbleuse fait partie des quatre meilleures Françaises de cette discipline acrobatique. Elle a répondu à notre questionnaire express entre deux séances de préparation.

Lire plus »
diane mary hardy

Diane Marie-Hardy, l’athlétisme chevillé au cœur

Une tête bien faite dans un corps d’athlète. Diane Marie-Hardy, heptathlète de 24 ans, bientôt en possession d’un diplôme d’ingénieur, gravit, en parallèle, les marches du podium de l’athlétisme français et européen.

Une passion et une implication chevillées au corps (et au cœur) qu’elle a appris à gérer en se façonnant un mental d’acier. Rencontre inspirante.

Lire plus »
14 août 1982 Deux femmes en tête du Rallye du Brésil

14 août 1982, deux femmes en tête du Rallye du Brésil

La conduite et la direction sont leurs atouts. Depuis quatre jours, pilotes et copilotes sont lancés dans la 4e édition du Rallye du Brésil. L’arrivée de la course est plus attendue que jamais. D’autant plus quand, dans la première voiture, deux femmes sont à la manoeuvre, Michèle Mouton et Fabrizia Pons !

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Marthe Robert

Marthe Robert, aussi libre que sa nage

Championne du monde de natation, c’est pourtant en traversant pour la première fois, en 1904, le lac de Neuchâtel que Marthe Robert a marqué son temps. Sportive sauvage, nature et authentique, la Suissesse force le respect par son humilité, sa passion de la natation et son courage à toute épreuve, à une époque où les nageurs étaient portés au-dessus des flots, au contraire des nageuses…

Lire plus »

Le best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille des montagnes (Pauline sur notre photo), une vidéo féministe, une folle du volant, une championne de VTT militante, une triathlète qui a réponse à tout, des parcours de combattantes qui tiennent bon la barre de Pole Dance ou encore une athlète des années 30 qui n’en était pas vraiment une… C’est le résumé de la semaine sur ÀBLOCK! Profitez !

Lire plus »
Course Trophée Rose des sable Jeanne et Emmanuelle

Jeanne et Emmanuelle : « Ce qu’on veut, nous, c’est se dépasser ! »

Quand deux nanas, fanas de road-trips et d’aventures humaines, se lancent dans une grande virée (le prochain rallye Trophée Roses des sables, au Maroc), c’est une sortie de route salvatrice dans leur quotidien de working girls. Mission : découvrir le dépassement de soi et l’adrénaline qu’offrent les sports extrêmes. Elles racontent pourquoi et comment elles sont ÀBLOCK!

Lire plus »

Gabrielle Martin : « Beaucoup d’hommes me voient comme un objet de curiosité. »

À 22 ans et après une adolescence en surpoids, celle qu’on surnomme la “licorne” s’est lancée dans la compétition de force athlétique, le powerlifting. Championnats de France, puis d’Europe, jusqu’aux championnats du monde en Finlande… En trois ans, Gabrielle Martin a raflé tous les trophées. À un tournant de sa carrière sportive, alors qu’elle souhaite se tourner vers le bodybuilding, cette powergirl résolument ÀBLOCK! fait le point sur son parcours.

Lire plus »
Extreme Cordouan

Cordouan se jette à l’eau !

Propulsé par le vent ou par la pagaie, c’est le premier événement longue distance nautique multi-supports. L’Extrême Cordouan revient ce week-end pour sa 3e édition et trois jours de compétitions exceptionnelles. À vos rames et voiles !

Lire plus »
Audrey Tanguy

Audrey Tanguy : « Savoir que j’ai le trail dans ma vie, ça me rassure. »

Née pour être ultra traileuse. Audrey Tanguy s’est découvert, en 2017, un corps d’athlète inoxydable, endurant et ultra performant. Cette savoyarde avait beau avoir l’habitude de courir les montagnes, elle n’avait pas prévu d’en faire de la compét’. Les kilomètres, les dénivelés, désormais ça lui connaît et rien ne peut l’arrêter. La Diagonale des Fous, la Trace des Ducs de Savoie, le 90 km du Mont Blanc font partie d’une longue liste de courses avalées d’un trait et aux meilleures places. Une vraie tornade sur pattes !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner