En voiture, Simone ! Ou l’histoire de la folle virée automobile de Simone Louise des Forest

En voiture, Simone ! ou l’histoire de la folle virée automobile de Simone Louise des Forest
Elle est à l’origine de l’expression « En voiture, Simone ! » Simone Louise des Forest, de son nom complet Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, ne rêvait que d’une chose : piloter ! Elle s’est lancée dans la compétition automobile à une époque où les femmes se faisaient rares sur les circuits. Portrait d’une intrépide qui a vécu à 100 à l’heure.

Par Sophie Danger

Publié le 22 septembre 2021 à 17h30, mis à jour le 18 octobre 2021 à 10h15

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Elle a douze ans à peine lorsqu’elle tient, pour la première fois de sa vie, un volant entre ses mains. Nous sommes en 1922 et la jeune Simone Louise de Pinet de Borde des Forest, initiée par son oncle, découvre avec un bonheur infini les joies de la conduite à l’occasion d’une excursion familiale.

Submergée par une sensation de liberté absolue, grisée par la vitesse, la Royannaise est immédiatement conquise. Elle ne va plus, dès lors, aspirer qu’à une chose : recommencer.

Il lui faudra pourtant patienter encore sept ans pour se lancer sans chaperon. Sept longues années avant de valider ses talents par un « certificat de capacité féminin », précieux sésame qui deviendra par la suite le permis de conduire.

Enfin autonome, Simone Louise de Pinet de Borde des Forest se lance à corps perdu dans la course automobile, loisir d’ordinaire réservé aux hommes.

Ses premiers pas auront lieu dès l’année suivante, en 1930, à l’occasion de la course de côte de La Baraque, épreuve très prisée dont le coup d’envoi est donné à Clermont-Ferrand.

Très vite, l’apprenti pilote enchaîne. Quelques mois plus tard, elle dispute son premier rallye. L’enjeu est énorme : rallier Paris à Vichy soit plus de 400 kilomètres de route avalés en compagnie de sa mère, co-pilote d’un jour.

©Retromotiv.com

L’expérience est concluante. Simone Louise de Pinet de Borde des Forest est définitivement mordue et tente sa chance sur le Paris-Antibes-Juans-les-Pins. Une fois encore, la jeune femme fait preuve de talent. Sa réputation grandit.

Elle tape alors dans l’œil de Charles de Cortanze. Le célèbre pilote niçois la persuade de prendre le départ du rallye de Monte-Carlo.

Femme de défis, Simone Louise de Pinet de Borde des Forest accepte et s’inscrit pour l’édition 1934 avec son amie Fernande Hustinx. Le duo, qui navigue à bord d’une Peugeot 301, s’élance de Bucarest.

©Retromotiv.com

Les 3772 kilomètres à parcourir pour rejoindre la Principauté vont s’avérer épiques. L’hiver roumain est rude et la météo bien peu clémente. Malgré le vent, le froid et des routes parfois à la limite du praticable, les deux comparses ne renoncent pas.

Premier équipage féminin à passer le ligne d’arrivée, elles s’offrent la Coupe des Dames et accrochent une très honorable 17e place au Général.

Après une nouvelle tentative en 1935 aux côtés d’Odette Siko, la Charentaise se lance dans la course aux records à l’été 1937. À l’époque, les responsables de la société Yacco, spécialiste des huiles de moteurs, se sont toqués de mettre sur pied une équipe féminine capable de faire trembler les chronos.

Simone Louise de Pinet de Borde des Forest est de l’aventure tout comme Odette Siko, Claire Descollas et Hellé Nice. Les quatre fantastiques vont se retrouver sur le circuit de Montlhéry.

©Coll. Jean-Pierre Pottier

Si l’entente n’est pas toujours cordiale, les performances, elles, sont au rendez-vous. À elles quatre, elles vont s’adjuger pas moins de vingt-cinq marques de référence mondiales dont certaines sont, à ce jour encore, toujours d’actualité.

Un parcours sans faute que la guerre va malheureusement venir interrompre.

Simone Louise de Pinet de Borde des Forest décide de mettre ses talents de pilote au service de la Croix Rouge. Elle rependra la cours de sa carrière une fois la paix revenue.

©Retromotiv.com

Monte-Carlo, Mille Miglia – une des courses les plus célèbres au monde – le Championnat de France des routiers, les 24 heures de Spa… l’intrépide sera de toutes les courses, louée à chacune de ses apparitions par les plus grands, Fangio en tête, pour son adresse et son courage.

Il faudra attendre 1957 pour la voir déserter définitivement les circuits. À 47 ans, la Royannaise a une furieuse envie d’entamer un nouveau chapitre de sa vie.

Elle consacrera désormais son temps à voler, son autre marotte, et à dispenser des cours de conduite dans l’auto-école qu’elle a monté sept ans auparavant.

Elle s’éteindra à Vichy presque un demi-siècle plus tard, laissant derrière elle le souvenir d’une pionnière au palmarès extraordinaire dont le souvenir perdure à travers une expression, « En voiture Simone, c’est toi qui conduis, c’est moi qui klaxonne ! ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

C’est la rentrée, on bouge !

C’est la rentrée, on bouge !

La Fédération Française de Triathlon lance son opération de décrassage ! Avec  » Rentrée ? Bougez ! », elle souhaite permettre à toutes et tous de découvrir les bienfaits de la discipline du triple effort. À la clé : du sport pour pas cher !

Lire plus »
Fanny Caspar

« Bump It » : tout schuss pour le ski freestyle féminin !

Ce 25 février 2021 aurait dû avoir lieu, en Andorre, un show de ski freestyle 100% féminin. Des rideuses devaient y promouvoir la cause des femmes dans le sport extrême. La Covid-19 est passée par là et la démo est reportée en 2022, mais pas le soutien aux sportives du ski freestyle. Ni à celles qui rêvent, en secret, de se lancer sur la piste. On se lève tous et toutes pour « Bump It » !

Lire plus »
Charlotte Bonnet

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une hip hop girl alsacienne, une fille montée sur roulettes, mais aussi deux championnes de natation, l’une d’antan à l’attitude trop sulfureuse, l’autre d’aujourd’hui qui a su revenir plus forte après une période douloureuse (Charlotte Bonnet sur notre photo), ou encore une lanceuse de disque qui ne nous cache rien… C’est dimanche, c’est best-of. Profitez !

Lire plus »
Aurélia Jurca

Aurélia Jurca, la quête du Glam’

Adepte de yoga et d’arts martiaux, Aurélia alias « Lava Stratosphère » se produit sur la scène du Crazy Horse depuis dix ans. Danseuse à la technique impeccable, cette artiste sensible aime à scénariser son corps qu’elle a appris à accepter en dansant, en toute liberté, sur la scène du cabaret. Sages confidences.

Lire plus »
Ed Temple

Ed Temple, la légende masculine du sprint féminin

Il est l’un des plus grands entraîneurs que les États-Unis aient connu. Avec ses Tigerbelles, une équipe d’athlètes afro-américaines du Tennessee, Ed Temple a porté l’athlétisme féminin au pinacle et fait entrer la Perle noire, Wilma Rudolph, ou encore Wyomia Tyus alias Skeeter, dans l’histoire.

Lire plus »
bigorexie

Bigorexie : Enquête sur une maladie du sport tabou

Il n’existe pas de stats, très peu d’études sur le sujet. La bigorexie ou addiction au sport est pourtant une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 2011. Mais dans une société où le sport se doit d’être synonyme de bien-être, les répercussions physiques et psychiques liées à une pratique excessive sont très souvent éludées. Enquête sur une pathologie tabou.

Lire plus »
Catherine Destivelle 5 infos pour briller sur les sommets

Catherine Destivelle : 5 infos pour briller sur les sommets

Depuis la rentrée, elle écume les festivals littéraires comme elle grimpe, avec une heureuse frénésie. Catherine Destivelle, reine française de l’alpinisme, est aussi une éditrice passionnée. Le 20 octobre, elle publiait un nouvel ouvrage sur la montagne et s’apprête à en sortir un autre sur… les Piolets d’or. Pas de hasard, elle est la première femme à avoir décroché, l’an dernier, cette prestigieuse distinction. Zoom sur une légende des sommets, solide comme un roc, qui a toujours su tracer sa voie.

Lire plus »
Émeline Dodard : « Le foot américain, ce n’est pas seulement physique, c’est mental et tactique. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une danseuse née sur les pointes, une gymnaste persévérante, une entraîneure qui n’a pas dit son dernier mot, une joueuse de foot US coriace (Émeline, notre photo) ou encore un coach vocab’ et une initiative qui bouge, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Leena Gade Première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Leena Gade, première femme ingénieure de course victorieuse, so what ?

Pour le monde du sport automobile, elle est « une main de velours dans un gant de carbone ». Celle qui fut la première ingénieure de course à remporter les 24 heures du Mans en 2011, mais aussi le titre de… l’« Homme de l’année » du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA un an plus tard, ne freine devant aucun obstacle. Elle est aujourd’hui présidente de la Commission GT de la fédé automobile.

Lire plus »
running

Le CIO, l’ONU et l’OMS… healthy together !

Être en bonne santé, oui, mais tous ensemble ! C’est le message que Le Comité International Olympique, les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la Santé viennent de délivrer en cette Journée olympique. L’idée ? S’associer pour encourager les populations à agir pour préserver leur santé en ces temps de crise sanitaire. Et pour ça, embaucher les athlètes.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner