Rechercher

Anaïs Quemener : « Le sport m’a sauvée, il m’a portée jour après jour. »

Anaïs Quemener : « Le sport m’a sauvée, il m’a portée jour après jour. »
Lorsque je suis tombée malade, je n’ai trouvé personne à qui m’identifier. Je partage dans mon livre, comme je le fais ici, cette force que j’ai en moi et l’idée que le sport m’a beaucoup aidée dans cette période extrêmement délicate de ma vie.

Par Anaïs Quemener, championne de marathon, ambassadrice ÀBLOCK!*

Publié le 11 avril 2024 à 19h47

On peut dire que la période est intense ! Mon documentaire « Anaïs » réalisé avec Salomon a reçu le prix du meilleur court-métrage au premier Festival du doc de sport à Deauville et c’est merveilleux car l’aventure continue !

Aussi, mon livre, « Tout ce que je voulais, c’était courir », est sorti le 3 avril. Entre soirées de lancement, rendez-vous avec les médias et ensuite le salon du marathon où j’ai fait des séances de dédicaces, je suis épuisée ! Mais tout ça c’est un kiffe, vraiment.

Les gens sont très touchés dans l’ensemble, très émus, ne retiennent que du positif et je suis contente car c’est exactement ce que je voulais. Il y a des filles qui ont également eu un cancer du sein qui m’envoient des messages, qui viennent me voir, un peu tremblantes, en me disant : « C’est extra ce que tu nous partages », et moi, je n’ai pas l’impression d’avoir fait quelque chose d’extraordinaire si ce n’est raconter un parcours de vie. Alors, ok, je suis douée en sport, on en parle peut-être plus, mais il y a une foule d’autres parcours inspirants.

J’ai aussi des gens qui ont envie de se mettre à courir parce qu’ils voient ce que j’ai réussi à dépasser et ça leur transmet un message, que tout est possible. Ce qu’il se passe avec ce livre, c’est donc hyper fort. Car le but, c’était de pouvoir aider les autres.

Lorsque je suis tombée malade, je n’ai trouvé personne à qui m’identifier. Je cherchais des sportifs qui auraient pu vivre des moments compliqués, qui auraient eu un cancer… je n’ai pas trouvé. Pourtant, j’en aurais eu besoin. J’avais 24 ans, j’étais une jeune femme qui avait envie de sortir, de voir des copines, de rencontrer des garçons, rien de plus normal en fait, mais quand tu as un cancer en plein milieu de cette période-là, c’est compliqué.

Ce que j’ai vécu moi, je ne suis pas la seule à le vivre. J’ai donc voulu partager à travers ce livre – comme je le fais aussi ici tous les quinze jours – cette force que j’ai en moi et l’idée que le sport m’a beaucoup aidée dans cette période extrêmement délicate de ma vie. En quelque sorte, c’est lui qui m’a sauvée. Comme l’on fait mes proches, il m’a portée jour après jour,

Maintenant, pour en revenir à mes entraînements, c’est vrai, c’est un peu compliqué avec toute mon actu du moment, mais j’essaye de tenir la cadence. Je me prépare toujours pour le 10 000 mètres et ça arrive très vite, dans moins d’un mois. Je remets un peu de vitesse, je fais en sorte de garder des séances qui ne sont peut-être pas aussi parfaites qu’on aimerait qu’elles soient, mais c’est important de ne pas oublier les objectifs à court-terme.

Malgré nos occupations, malgré ce que nous vivons, il ne faut pas lâcher, il faut aller courir, c’est ce qui fait la différence. Au salon du Marathon, certains sont venus me voir : « Qu’est-ce que tu pourrais nous donner comme conseils pour nous y mettre ? » Déjà, le meilleur conseil, c’est d’avoir envie, d’aimer aller courir. C’est la base. Il ne faut pas que ce soit une contrainte sinon il n’y a pas de plaisir. Et je n’aime pas l’idée de se forcer ou, en tout cas, ce n’est pas le bon mot. Tout commence par le mental, il te faut des ondes positives pour démarrer parce que si tu commences par du négatif, ça ne marchera pas.

Hier, j’ai eu une grosse journée, j’étais fatiguée, un peu malade, il pleuvait, je n’avais pas du tout envie d’aller faire ma séance, mais j’ai quand-même fait un footing et lorsque je suis rentrée, j’étais tellement satisfaite de moi ! Et c’est toujours comme ça. La puissance du sport, c’est que tu es content de toi.

D’ailleurs, je vous abandonne, je vais courir ! Encore et toujours. On se dit à dans quinze jours ?

* Anaïs Quemener est notre ambassadrice ÀBLOCK! Elle est aide-soignante et athlète, spécialiste des courses de fond. Atteinte d’un cancer du sein, elle trouvera dans le sport une thérapie, un outil de réparation. Le , elle devient championne de France de marathon en 2h40’36, après son titre de 2016. Le  au marathon de Paris, elle bat son record en 2h32’12, première Française à passer la ligne d’arrivée. Elle s’entraîne aujourd’hui à sa qualification à l’épreuve de marathon des Jeux Olympiques en 2024 et/ou 2028. 

Ouverture ©Salomon

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Bouger, j’aimerais bien, mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
Raymonde Cornou : « Lorsque j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Raymonde Cornou : « Quand j’ai commencé à courir, certains hommes me bousculaient, me criaient de retourner à ma cuisine. »

Son histoire est pour le moins épique. Elle est la première Française à s’être alignée au départ du marathon de New York, l’une des pionnières des courses longues distances sur route en France. Raymonde Cornou a ouvert la voie à une époque où les femmes n’étaient pas autorisées à courir un marathon. Radiée à vie de la Fédération Française d’Athlétisme pour avoir bravé les interdits, rien ni personne n’a pu l’arrêter. Rencontre avec une athlète au caractère aussi acéré que les pointes de ses chaussures.

Lire plus »

Du yoga pour mieux vivre le confinement

Si le temps est à l’enfermement, si l’on se prive des autres, que l’on se coupe de l’extérieur, l’ouverture peut être intérieure. C’est ce que propose ce nouveau podcast via des séances guidées de yoga et réalisé par la yogi Isabelle Morin-Larbey. Un cadeau précieux.

Lire plus »
Tourbillons sur glace attendus à Rouen

Tourbillons sur glace attendus à Rouen

L’apéritif se poursuit avant de déguster les JO d’hiver de Pékin. Cette fois, c’est à Rouen qu’une compétition de glisse fait son show. Les 4 et 5 février, la French Cup de patinage artistique synchronisé aura lieu dans la patinoire Nathalie Péchalat. À vos lames, citoyens !

Lire plus »
FISE

Le FISE s’offre un campus

Le Festival international des sports extrêmes (FISE) s’apprête à varier les plaisirs. L’organisateur d’événements sportifs va s’associer à Keyce Business School pour proposer un nouveau campus dédié aux métiers du sport et plus particulièrement aux sports émergents. La FISE Academy by Keyce ouvrira ses portes à la rentrée.

Lire plus »
Sara Labrousse

Sara Labrousse : « La natation artistique à haut-niveau m’a appris à repousser mes limites… »

Ses rêves ne prennent jamais l’eau. À 32 ans, après avoir participé aux plus grandes compétitions internationales qui la mèneront jusqu’aux Jeux Olympiques, cette championne de natation artistique a quitté les bassins, mais pas l’univers aquatique. Sara Labrousse est désormais docteur en biologie marine. Les souvenirs cependant lui tiennent chaud. Et elle nous raconte avec ferveur comment ces années sous l’eau l’ont aidée à respirer.

Lire plus »
Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Annick Hayraud : « Le rugby m’a ouvert l’esprit, il m’a construite. »

Elle fait partie de ces défricheuses qui ont contribué à populariser le rugby féminin. Annick Hayraud, multi-titrée en club et avec l’équipe de France de rugby à XV, n’a jamais cessé de militer. Manager général des Bleues depuis 2016, son mandat s’achève à la fin de l’année et elle espère, à l’avenir, plus de moyens pour développer et pérenniser la pratique. Rencontre éclairante.

Lire plus »
Audrey Cordon-Rajot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Audrey Cordon-Ragot : « Je suis très fière de participer à l’essor du cyclisme féminin. »

Elle est l’une de ces défricheuses qui viennent de s’élancer sur les routes de l’Hexagone pour y disputer la plus prestigieuse des courses cyclistes du monde : le Tour de France. Un rêve pour Audrey Cordon-Ragot, qui, après avoir participé à la première édition du Paris-Roubaix féminin, s’apprête, à 33 ans, à marquer un peu plus encore l’histoire de sa discipline.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner