Rechercher

Anaïs Quemener : « J’enchaîne les courses, c’est intense, mais je ne vais pas vous mentir, j’aime ça ! »

« J’enchaîne les courses, mais je ne vais pas vous mentir, j’aime ça ! »
Après l’Ecotrail Paris et les foulées d’Aubergenville, je me prépare à un nouveau challenge, une première pour moi : les Championnats de France du 10 000 mètres sur piste. Je vais devoir sortir de ma zone de confort et c'est bien !

Par Anaïs Quemener, championne de marathon, ambassadrice ÀBLOCK!*

Publié le 27 mars 2024 à 13h25

Vous êtes au courant si vous lisez régulièrement mon Carnet de route, le mois de mars a été intense. J’ai enchaîné les courses, ce qui n’est pas un problème, je savais, en prenant tous ces dossards, que ce serait dense. Et puis, je ne vais pas vous mentir, j’aime bien ça.

Ces deux dernières semaines, j’ai couru l’Ecotrail Paris et les foulées d’Aubergenville, dans les Yvelines. Deux belles compétitions et une victoire au programme, celle de l’Ecotrail pour la deuxième année consécutive. Je l’aime cette course. D’abord parce que c’est une course parisienne, donc à domicile, j’y connais pas mal de monde, c’est rassurant. Ensuite, parce que c’est un format idéal pour moi : 30 km, c’est entre le semi et le marathon. Enfin, parce que j’ai réussi le doublé et que j’ai déjà en tête le triplé, je suis incorrigible !

Pour être franche, j’appréhendais un peu car il pleuvait : les dix premiers kilomètres, dans la forêt de Meudon, étaient boueux, je me suis dit : « C’est pas possible, je suis encore au Cross ! » (cf ma précédente chronique) Ça m’a ralentie, je freinais en descente car je glissais. Pour les montées, ça allait mieux, mais je ne me souvenais pas que ça montait autant, pourtant il n’y a pas beaucoup de dénivelés, mais avec la pluie, la difficulté augmente. Bref, j’ai nettement préféré la deuxième partie du parcours ! Finalement, je l’ai remporté et ça me rend heureuse.

J’ai eu le temps d’apprécier cette victoire, je me suis posée à la maison le dimanche et j’ai eu une semaine très tranquille avec interdiction formelle de courir ! Mon père m’a dit : « T’as trop enchaîné de courses, t’es fatiguée, tu as encore le 10km d’Aubergenville qui arrive alors tu m’écoutes et tu récupères ! ». Du coup, de 150 km d’entrainement par semaine en moyenne, je suis passée à 20 km ! Autant vous dire qu’en arrivant dans les Yvelines, j’avais les jambes impatientes !

©DR

Les foulées d’Aubergenville, c’était donc ma dernière course de mars et même d’avril puisque je reprends la compet’ en mai. Là-aussi, j’étais dans mon élément, mais pas pour les mêmes raisons, principalement parce que j’y étais avec une cinquantaine de membres de mon club La Meute et ça, vous le savez maintenant, j’adore ! Et puis, c’est un 10 km que j’ai l’habitude de faire depuis que je suis cadette. C’est un parcours que j’aime particulièrement, je connais bien les organisateurs, ils sont super gentils et c’est là-bas que j’ai signé, l’an dernier, mon record personnel en 32’48.

C’est un 10 km très roulant avec deux boucles et, pour l’arrivée, on passe une troisième fois au même endroit, ce qui fait qu’avec mon père on peut se voir tout le long, c’est un coup de boost supplémentaire. Il me donne des conseils, il m’encourage : « Remets un peu de rythme, reprends le groupe de devant, ne lâche pas, c’est bientôt la fin… »

Au final, je suis à un peu moins de 20 secondes de mon record, je suis à 33’06, et je ne suis pas déçue car au vu du mois que j’ai fait, je me dis que c’est encourageant pour la suite. Notamment pour ma prochaine compétition qui sera le 3 mai sur piste. Je vais faire les Championnats de France des 10 000 mètres. En fait, c’est un 10 km, mais quand c’est sur piste, on dit 10 000 mètres.

Ce sera une première pour moi et je n’ai pas vraiment de repères car tu ne peux pas comparer la route et la piste : sur route, tu as un parcours sur lequel c’est plus facile de mettre du rythme, c’est moins redondant que sur piste où tu enchaînes vingt-cinq tours. On verra bien, j’aimerais faire un Top3, c’est l’objectif en tout cas.

©DR

J’espère aussi que je vais y prendre du plaisir et qu’il y aura un beau chrono à l’arrivée. Tout le mois d’avril, on va faire des entraînements sur piste, un peu plus courts mais plus rapides, on va devoir être rigoureux et faire attention aux blessures car je vais courir avec des chaussures à pointes par exemple. La piste, ça ne fait pas de cadeau, mais je suis contente car ça me permet de travailler mes faiblesses, la vitesse étant moins ma tasse de thé, j’aime les efforts longs, et c’est bien que je sorte de ma zone de confort. Je vais me préparer exclusivement pour ça, je suis toujours à la recherche de nouveaux challenges et ces Championnats en font partie.

La prochaine fois qu’on se retrouve ici, je vous en dirai plus sur mon entraînement, mes ressentis, et je vous parlerai aussi de mon livre « Tout ce que je voulais, c’était courir » qui sort le 3 avril. J’ai hâte car de beaux moments de rencontres se profilent, des événements, des dédicaces, c’est encore quelque chose de nouveau, quelle chance !

Et je vais vous faire une autre confidence : tout ce bonheur-là tombe pile pour mon anniversaire le 1er avril, et ce n’est pas un poisson ! Allez, on se reparle dans quinze jours, soyez ÀBLOCK!

Le plaisir de courir avec La Meute… ©DR

* Anaïs Quemener est notre ambassadrice ÀBLOCK! Elle est aide-soignante et athlète, spécialiste des courses de fond. Atteinte d’un cancer du sein, elle trouvera dans le sport une thérapie, un outil de réparation. Le , elle devient championne de France de marathon en 2h40’36, après son titre de 2016. Le  au marathon de Paris, elle bat son record en 2h32’12, première Française à passer la ligne d’arrivée. Elle s’entraîne aujourd’hui à sa qualification à l’épreuve de marathon des Jeux Olympiques en 2024 et/ou 2028. 

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Pierra Menta 2022 : le bonheur est dans le trail

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une triathlète pas comme les autres, un trail grandeur nature (Pierra Menta sur notre photo), une pionnière qui chérit le ballon rond, un retour sur une finale de tennis interminable et sur des JO en noir et blanc et une portière déterminée… C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour bien commencer les vacances !

Lire plus »
Marie-Amélie Le Fur

Marie-Amélie Le Fur : « JO 2024 ? Une candidature valorisable au-delà du sport. »

Espoir de l’athlétisme français, victime d’un accident de scooter en 2004, Marie-Amélie Le Fur est devenue une figure du handisport français, huit fois médaillée aux jeux Paralympiques, dont trois titres olympiques. À 32 ans, ancienne co-présidente avec Teddy Riner du comité des athlètes pour la candidature de Paris à l’organisation des JO 2024, elle est aujourd’hui à la tête du Comité paralympique et sportif français (CPSF).

Lire plus »
Ski, snow and fun...ride XXL à l'horizon !

Ski, snow and fun…ride XXL à l’horizon !

Le 2 avril, le plus long slalom du monde fait son retour après deux années de pause sanitaire dans la station de la Plagne. Défi ouvert à toutes et tous à condition d’être prêt à festoyer sur les pistes. Un événement qui casse les codes du slalom traditionnel et on adore !

Lire plus »
Une georgette ? Cékoiça ?

Une Georgette ? Cékoiça ?

En selle, cavaliers ! Notre petit lexique pratique pour mieux comprendre le langage des coachs s’offre une échappée dans l’univers de l’équitation. Et je demande le G…comme Georgette.

Lire plus »
sport femme banlieue

Les filles, pas de quartiers !

Longtemps oubliée, la problématique de l’accès des filles au sport dans certains quartiers est désormais mieux traitée, et les actions se multiplient pour réinjecter un peu de mixité dans ces territoires délaissés.

Lire plus »
Gail Falkenberg

Gail Falkenberg, la super-granny du tennis

Elle en a sous le coude. Après une éclipse de plusieurs années, la joueuse de tennis américaine de 74 ans (oui, oui !), Gail Falkenberg, a rejoint les courts et disputé un match de premier tour sur le circuit pro. Rarissime. Ce qui fait la joie du milieu tennistique !

Lire plus »
Iga Swiatek

Roland-Garros : les 7 dernières killeuses de la terre battue

Les Internationaux de France de tennis s’ouvrent porte d’Auteuil et avant de savoir qui soulèvera la coupe Suzanne-Lenglen (les paris donnent gagnante Iga Swiatek sur notre photo), zoom sur les championnes de ces sept dernières années, celles, souvent inattendues, qui ont brillé sur les courts du plus grand tournoi parisien.

Lire plus »
Wanda Noury « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Wanda Noury : « Si le rugby en est là aujourd’hui, c’est grâce à des joueuses qui ont ouvert la voie et qu’on a hélas oublié un peu vite ! »

Elle est l’une des pionnières du rugby féminin moderne. Wanda Noury a passé, une grande partie de sa vie, à promouvoir une discipline pour laquelle elle avait eu un coup de foudre. Tour à tour dirigeante, joueuse, arbitre, manager de l’équipe de France, membre du comité directeur de la FFR, elle continue à œuvrer, en coulisses, aux destinées de son sport de prédilection. Rencontre rafraîchissante avec une femme qui s’est toujours retrouvée au cœur de la mêlée.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner