Rechercher

Lana Pudar Le papillon qui nage vite, très vite

Lana Pudar, le papillon qui nage vite, très vite
Avant 2020, le savoir-faire de la Bosnie-Herzégovine en natation passait sous les sonars... Mais tout ça a bien changé. Du haut de ses 18 ans, l'enfant du pays Lana Pudar vise les plus belles médailles en papillon. Le début d'un raz-de-marée ?

Par Alexandre Hozé

Publié le 11 février 2024 à 16h35

Vous connaissez l’expression « comme un poisson dans l’eau » ? Un classique pour désigner les nageurs et nageuses les plus rapides de la planète. Mais pour Lana Pudar, nous pouvons faire preuve d’un peu plus d’originalité… ou du moins de fantaisie ! « Comme un papillon dans l’eau » lui correspond bien mieux… 

C’est en effet dans cette nage très exigeante que la jeune Bosnienne affole les compteurs depuis déjà trois saisons. Et le 19 janvier 2024, elle a fêté ses 18 ans… 

©️Instagram/Lana Pudar

Une réussite on ne peut plus rare pour une si jeune fille, mais il faut dire que son parcours n’a rien de commun. Née à Mostar en 2006, elle découvre la nage à 5 ans, juste avant de partir en vacances en bord de mer, c’est son papa qui lui apprend à se débrouiller dans l’eau. Les moniteurs de natation remarquent rapidement que la petite Lana est très à l’aise dans le bassin, et encouragent donc ses parents à l’inscrire au club de la ville. Ça, c’est du flair ! 

Lana Pudar est bien une prodige aquatique. Dès ses 13 ans, elle se rapproche de très très près des records nationaux seniors sur cinquante et cent mètres papillon. Le deux-cents mètres arrive un peu plus tard… 

Ses résultats sont bons, très bons même. Tellement bons qu’en 2020, Lana Pudar est désignée jeune athlète la plus prometteuse de Bosnie-Herzégovine. Damir Djedovic, président du club de cette petite sirène, voit même en elle le « projet pour les trois prochains cycles olympiques ». Il faut dire que quand on affiche ce niveau à 14 ans, pourquoi ne pas viser les sommets ? 

En Bosnie-Herzégovine, tout le monde croit dur comme fer à de futures grandes olympiades pour son enfant du pays…©️Facebook Lana Pudar

En tout cas, le jury qui a désigné Lana Pudar comme prometteuse a eu le nez creux. La preuve : depuis ce prix, la nageuse ne s’arrête plus de gagner et de progresser. Elle se qualifie sur le fil pour les Jeux Olympiques de Tokyo en mars 2021. 

Deux semaines avant de s’envoler pour le Japon, elle récolte les breloques aux championnats d’Europe espoirs : l’or sur cent mètres papillon et deux médailles d’argent sur cinquante et deux-cents mètres, toujours en papillon. De quoi faire le plein de confiance avant ses premiers JO… à 15 ans. 

Son élimination en série est bien anecdotique en fin de compte, à côté de l’exploit qu’est sa qualification. D’autant plus que pour s’entraîner, Lana Pudar doit composer avec des infrastructures difficiles d’accès. La Bosnie-Herzégovine compte seulement deux piscines olympiques, toutes à plusieurs heures de route de la ville de la jeune nageuse. Le plus simple pour elle est souvent d’aller s’entraîner en Croatie et en Turquie. Tout un programme… qui ne l’empêche pas de faire des vagues ! 

©️ Facebook/Lana Pudar

Après les Jeux Olympiques, Lana Paudar se lance dans une véritable moisson. Ça commence aux mondiaux en petit bassin, avec le bronze sur deux-cents mètres. 

En 2022, elle accède à deux finales lors des mondiaux seniors, va chercher deux titres aux Jeux Méditerranéens sur cent et deux-cents mètres et trois breloques à l’Euro juniors (deux en or sur cinquante et deux-cents mètres, une en argent sur cent mètres). Une saison déjà bien réussie, n’est-ce pas ? Mais le meilleur était pourtant encore à venir… 

Aux Championnats d’Europe senior 2022, elle remporte le titre sur deux cents mètres et le bronze sur cent mètres. Est-ce que c’était à l’étonnement général ? Cela reste toujours surprenant de voir une adolescente mettre à l’amende des athlètes plus expérimentées, mais d’un autre côté, l’ascension de Lana Pudar vers les sommets du papillon était difficile à louper… 

©️Facebook/Lana Pudar

Désormais, la Bosnie-Herzégovine compte dans ses rangs une des meilleures nageuses de la planète ! Et l’année 2023 n’a fait que le confirmer. 

À l’Euro junior : c’est un triplé doré. Sur ses trois distances, Lana Pudar finit à la première place. Et un peu plus tard, aux mondiaux junior, l’or ne lui échappe que sur cinquante mètres. Chez les jeunes, elle est au-dessus. Quid de la cour des grandes ? 

À seulement 17 ans, elle échoue au pied du podium du deux-cent mètres papillon aux championnats du monde 2023. Sa médaille de bronze à l’Euro senior en petit bassin sur la même distance fait office de lot de consolation tout à fait acceptable ! 

Aux championnats du monde junior, personne n’a résisté au raz-de-marée Lana Pudar.

Fan absolue de la légendaire Sarah Sjöstrom, Lana Pudar semble nager dans sa vague. Hier encore, la Suédoise était son idole. Désormais, la jeune Bosnienne fait partie des plus farouches concurrentes de la grande dame de la natation. 

Est-ce que 2024 sera l’année de la passation ? Si supplanter Sarah Sjöstrom est un rêve que beaucoup ont caressé avant de boire la tasse, Lana Pudar semble bien armée pour garder la tête hors de l’eau. Elle n’aura de cesse de nous le prouver lors des Jeux Olympiques de Paris où elle espère battre des ailes sans se noyer. 

©️Facebook/Lana Pudar

Ouverture ©️Instagram/Lana Pudar

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Il était une fois le breakdance… féminin

Il était une fois le breakdance… féminin

Née dans les rues du Bronx dans les seventies, cette danse acrobatique voit s’affronter des « crew » sur le bitume et sur les pistes à coups de mouvements saccadés. Et les Bgirls y font bonne figure. Petite histoire du breaking conjugué au féminin.

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »
La question qui tue Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

Le sport, ça met combien de temps pour faire effet ?

La taille affinée, les tablettes de chocolat, les muscles bombés… on est une ribambelle à se mettre au sport pour sculpter nos corps (que l’on trouve) imparfaits. Et nous voilà un peu frustrés quand, après trois séances, rien ne semble bouger. Mais combien de temps ça va donc prendre pour se réveiller ? T’impatiente pas, on t’explique tout !

Lire plus »
Isabeau Courdurier : « Retrouver du plaisir en VTT m’a permis de sortir de mes comportements destructeurs. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Du ski, du rugby, du VTT (Isabeau Courdurier sur notre photo), de la breakdance… Des héroïnes, des légendes, des championnes, la semaine a été riche encore une fois sur ÀBLOCK! Séance de rattrapage pour ne rien manquer du sport féminin qui fait bouger les lignes. Bonne lecture !

Lire plus »
Nita Ambani

Nita Ambani, la First Lady du sport en Inde

Première femme indienne membre du Comité International Olympique et copropriétaire de l’équipe star de cricket « Mumbai Indians », Nita Ambani est une philanthrope qui compte dans le monde sportif. Portrait de l’une des leaders les plus influentes du sport en 2020.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner