Rechercher

Oksana Kozyna « J'aime le para-badminton, et il m'aime aussi ! »

Oksana Kozyna : « J'aime le para-badminton, et il m'aime aussi ! »
Dans sa discipline, c'est une cador. En para-badminton, Oksana Kozyna est une référence, notamment grâce à son titre de championne du monde en 2022. Cette sportive ukrainienne s'entraîne en France depuis le début du conflit dans son pays, et prépare actuellement les Jeux Paralympiques. Rencontre.

Par Alexandre Hozé

Publié le 05 juillet 2024 à 10h29, mis à jour le 05 juillet 2024 à 13h37

Tu as été championne du monde en 2022 de para-badminton* et tu es une des favorites pour les JOP de Paris, pourquoi le para-badminton ? 

Quand j’ai découvert le para-badminton, c’est comme si mon cœur me disait qu’il fallait que j’en fasse. J’aime le badminton, et il m’aime aussi ! 

Tu t’es tout de même essayée à d’autres sports avant le para-badminton, comme le volley-ball ou le powerlifting… Quels souvenirs tu gardes de cette dernière discipline ? 

Le souvenir le plus marquant quand je pense au powerlifting, c’est lors d’une compétition où je concourais avec des valides. Malgré mon handicap, j’ai réussi à gagner, c’était un de mes premiers succès de la sorte dans le sport en général ! 

©Para Badminton Ukraine

À l’époque où tu t’entraînais encore en Ukraine, avant la guerre, comment étais-tu médiatisée ? Les journaux parlaient de toi ? 

Au moment où j’ai gagné le tournoi international de Dubaï en 2021, oui, je me suis fait un peu connaître, on parlait de moi. Mais, depuis que je suis partie, les journalistes ukrainiens me suivent moins, voire plus du tout ! Et beaucoup d’autres sportifs ukrainiens se sont retrouvés dans la même situation que moi, une fois partis du territoire. C’est sûrement à cause du conflit, la situation n’est facile pour personne. 

©BWF

Comment la décision de quitter l’Ukraine et de venir en France s’est-elle imposée à toi après le début de l’invasion russe ? 

C’est quelque chose qu’évidemment nous n’avions absolument pas anticipé ! Mais la chance a voulu que lors de différentes compétitions internationales, j’ai sympathisé avec un membre de la Fédération Française de Badminton, qui s’occupe du para-badminton. C’est lui qui m’a proposé ainsi qu’à mon entraîneur de venir, avant le début de la guerre. À ce moment, nous avions refusé. 

Mais lorsque le conflit a débuté, nos amis français nous ont de nouveau proposé, à toute l’équipe ukrainienne de para-badminton, de venir en France pour s’entraîner. Ils nous ont assuré que tout serait possible, c’est pour cela que nous sommes venus. 

©BWF

Ça fait maintenant deux ans que tu es arrivée, comment ça se passe ? Tu es satisfaite de ton choix ? 

Oui ! Tout va bien, je suis très reconnaissante, notamment envers les personnes qui nous accompagnent, qui nous permettent de nous entraîner le mieux possible. 

Le bémol, on va dire, c’est que forcément, nous ne faisons pas réellement partie d’un club, c’est donc un peu compliqué à certains moments d’avoir une salle pour s’entraîner autant qu’on le souhaiterait. Dans mon cas, je manque aussi de sparring partner, même si je suis consciente que ce n’est pas simple à trouver. 

Mais, honnêtement, on est sur du détail à ce niveau, nous sommes avant tout très reconnaissants. 

©BWF

Tu es devenue championne du monde à Tokyo en novembre 2022, comment ça s’est passé ? Qu’as-tu ressenti au moment de la victoire ? 

Ce championnat a été très étrange pour moi, surtout au niveau des émotions. Juste avant le début de la compét’, j’ai un ami proche qui est décédé. C’était très dur. 

J’ai beaucoup prié, j’ai demandé à Dieu de m’aider, et quand j’étais sur le terrain, j’avais l’impression qu’il était à côté de moi, qu’il me soutenait. J’avais l’impression de voler ! Et quand j’ai gagné, je n’ai pas réalisé, c’était extraordinaire ! J’étais tellement heureuse.   

Comment se passe ta préparation pour les Jeux Paralympiques ? Tu auras pu suffisamment t’entraîner pour jouer la médaille d’or ? 

Je vise le titre de toute façon, je vais tout donner pour cela, tout est possible ! Je suis très croyante, Dieu sait ce dont j’ai envie et les efforts que je fais pour y parvenir. Je crois en mes chances. 

©BWF

Comment ta situation actuelle, loin de ton pays, t’affecte-t-elle ? Ce n’est pas trop dur de garder espoir ? 

J’ai loupé beaucoup de compétitions, surtout au début du conflit. Ça entraîne forcément que mes adversaires me dépassent au classement, sont davantage préparées… Tout ça m’inquiétait pas mal. 

Mais je me suis ressaisie. Tous les matins, je me réveille avec l’hymne ukrainien, et ça me donne confiance en l’avenir. 

Est-ce que tu as déjà pensé à l’après Jeux Paralympiques ? 

C’est forcément difficile de se projeter sur ça, mais une chose est sûre, c’est que je continuerai le para-badminton. Je me projette aussi sur de l’extra-sportif, sur fonder une famille… 

  • Oksana Kozyna, victime d’une malformation de la jambe, joue avec une prothèse en carbone, en catégorie SL3.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Nouran Gohar, la « Terminator » du squash mondial

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une reine de glace, une number one du squash (Nouran Gahor sur notre photo), du vélo en mode détente, des filles sur les courts de tennis, une question qui tue spécial été, c’est le meilleur de la semaine sur ÀBLOCK!. Bon rattrapage !

Lire plus »
Cyclisme

La Grande Boucle fait un pied de nez au Covid-19

Le Tour de France aura finalement lieu en août. Il est le seul événement sportif à être maintenu en 2020. Ni reporté ni annulé, la plus célèbre course cycliste prendra la route avec plus d’un mois de retard sur le calendrier, mais ça va rouler malgré tout. Les coureuses, elles, vont (encore) devoir patienter. Autant dire que le Tour féminin n’est plus envisagé.

Lire plus »
EuroBasket 2021

Basketteuses françaises, Dribblez maintenant !

C’est l’heure. Tout le monde sur le parquet ! L’EuroBasket féminin 2021 est lancé et les basketteuses françaises sont en mode compet’. Sûres d’elles, en confiance, elles ont mangé du lion. Ça se passe entre Strasbourg et Valence, en Espagne. C’est jusqu’au 27 juin. Et la distribution est plutôt belle. On vous fait un petit recap’ ?

Lire plus »
Baromètre UCPA, le sport s'offre une seconde jeunesse !

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une judokate de poche mais qui regarde le sommet, une journaliste ÀBLOCK! pour la sortie de son livre sur Alice Milliat, une arbitre de rugby pionnière et un nouveau mercredi spécial KIDS, c’est le meilleur de la semaine ! Bonne lecture !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner