Rechercher

Coupe du monde de Slalom de canoë-kayak 2022 Raz-de-marée à haute vitesse !

Coupe du monde de Slalom de canoë-kayak 2022, raz-de-marée à haute vitesse à Pau !
La quatrième étape de la Coupe du monde de Slalom de canoë-kayak s'ouvre à Pau. Devant son public, la délégation française, les filles en tête, compte bien surfer sur une vague d'encouragements et de succès.

Par Alexandre Hozé

Publié le 26 août 2022 à 13h02, mis à jour le 26 août 2022 à 19h02

On est sur un sacré mois d’août ! Championnats Sportifs européens, Mondiaux de Boomerang (avec une Marie Appriou on fire), Coupe du monde de surf, Euro de natation… et on en passe ! Ça en fait des sportives qui enchaînent les grosses performances ! Et ça ne s’arrête toujours pas ! 

Après les championnats du monde de Sprint et Paracanoë, c’est à un autre type de rameur de s’illustrer. À Pau, la quatrième étape de la Coupe du monde de Slalom de canoë-kayak se déroule du 26 au 28 août. 

Et ça va aller vite au Stade d’Eaux Vives du parc aquasports. Les champions et championnes étaient déjà sur place depuis quelques jours… pour l’entraînement, rassurez-vous. Car si en Sprint les parcours sont presque tous les mêmes, en Slalom, c’est une autre affaire. 

Chaque rivière a sa particularité, ses propres courants et pièges… Donc, préparation sur site obligatoire pour les participants ! Depuis le 22 août, ça défile ! 

Mais, à partir de ce 26 août, fini l’entraînement ! Sur l’intégralité du week-end, les spectateurs assisteront à du grand spectacle. Et si vous êtes déjà rentrés de vacances, Eurosport et L’Equipe Live vous permettront de les prolonger encore un peu depuis votre canapé. 

Et ça va valoir le coup d’œil ! Le parcours de Pau est en effet réputé dans le milieu du slalom. Cette année, ce sera la septième fois que la Coupe du monde passe dans ces eaux de la Nouvelle-Aquitaine. Et pour cause : un parcours de trois-cents mètres avec une inclinaison de 2 %. 

Dis comme ça, ce n’est peut-être pas très impressionnant, mais une chose est sûre : vous n’aimeriez pas vous trouver au sommet de cette rivière (la descente est quelque peu mouvementée). 

Les championnes sur place, elles, n’hésitent pas ! Quand on possède un statut de l’une des meilleures de la planète en Slalom, pas le choix, il faut foncer ! Et à domicile, nos Bleues ont bien l’intention d’assurer. 

©Fédération Française de Canoë-kayak

Que ce soit en Canoë, en Kayak ou en Slalom extrême (c’est trop simple sinon), la France est représentée et de belle manière. Il en était d’ailleurs de même aux championnats du monde en Allemagne, il y a un mois. 

Marjorie Delassus, spécialiste du Canoë, nourrit de grands objectifs pour ce week-end. Sixième des derniers mondiaux, cette étape française est l’occasion pour elle de recoller au classement général. Huitième avant le 26 août, elle reste à proximité du podium et une victoire la relancerait complètement. 

Idem pour Camille Prigent en Kayak. Pointant également à la huitième place du général, cette fin de saison est l’occasion pour elle de continuer d’engranger de l’expérience afin de revenir plus forte. Sa sœur Romane sera aussi de la partie. 

Marjorie Delassus est une habituée des rivières françaises.

En ce qui concerne le Slalom extrême, ces trois filles seront au départ. Pourquoi se contenter d’une seule épreuve ? Emma Vuitton fera de même. De quoi ravir le public local ! 

Les messieurs ne sont pas en reste, le frère de Marjorie Delassus, Anatole, débarque en tant que vice-champion du monde du Slalom extrême. Pour certains, le canoë-kayak semble être une affaire de famille. 

Boris Neveu, médaillé de bronze aux mondiaux en Kayak et Nicolas Gestin, troisième du général de la Coupe du monde en Canoë, sont également du voyage pour assurer à domicile. 

Autant de bonnes raisons pour profiter d’un des derniers week-ends pré-rentrée pour soutenir les sportifs et sportives français. 

Ouverture Camille Prigent...©Papia

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Badass, le nouveau mag carrément ÀBLOCK!

Ce seize pages sympa à lire – en mode « posterzine » – va « droit au but » pour mettre toutes les sportives sur le podium. De quoi être dans les starting-blocks pour son premier numéro et sa collecte participative. Nous, on adhère !

Lire plus »
 Lilou Ruel : "Il faut donner confiance aux filles, leur dire qu'elles peuvent devenir hyper forte en parkour." 

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Des filles qui partent à l’assaut du désert péruvien, une jeune gardienne qui connaît sa première compétition internationale, une championne qui vise les sommets (Lilou Ruel sur notre photo) et une pionnière sifflet en bouche ? C’est le meilleur d’ÀBLOCK! pour la semaine, bonne lecture !

Lire plus »
Roger Bambuck

Roger Bambuck : « J’ai fait ce que j’ai pu pour le sport féminin, je sais qu’il reste beaucoup à faire…»

Il est considéré comme l’un des meilleurs sprinters français de l’histoire. Mais Roger Bambuck fut aussi secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports de 1988 à 1991 et c’est sur cette période de sa carrière que nous avons souhaité revenir avec lui, plus précisément sur la place du sport féminin lorsqu’il était en fonction. Pour en comprendre l’évolution, les avancées ou non, il est précieux de regarder dans le rétro. Le sport féminin est un enjeu de société aujourd’hui, mais l’était-il à la fin des années 80 ?

Lire plus »
Tessa Worley

Tessa Worley, 5 infos sur la fusée des neiges française

Tessa Worley par-çi, Tessa Worley par-là… Alors que les Championnats du monde de ski alpin à Courchevel et Méribel battent leur plein, on parle de « Tess » encore et encore, l’une des favorites françaises de la compet’. Mais alors, comment s’est construite la si belle réputation de cette étoile bleue ? Une petite idée en 5 infos…

Lire plus »
Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

Euro féminin 2022, les Bleues under pressure

L’Angleterre accueille l’Euro féminin dès ce 6 juillet et pour plus de trois semaines de rencontres à haut niveau. Alors que les seize nations qualifiées ont terminé leur préparation, la pression monte petit à petit. L’équipe de France compte bien faire taire les critiques et briller sur la scène anglaise. Petit récap’ de la compet’ avant le coup d’envoi.

Lire plus »
La question qui tue : pourquoi, quand je cours, j'ai un point de côté ?

Pourquoi, quand je cours, j’ai un point de côté ?

Ce sentiment désagréable d’avoir un doigt coincé dans la poitrine, on le connaît tous… On commence son footing, tranquillement, et tout à coup PAF, un point de côté ! Minute, prend une grande respiration, ÀBLOCK! te dit d’où ils viennent et comment s’en débarrasser.

Lire plus »
Tifany Huot-Marchand« Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Tifany Huot-Marchand : « Le short-track, c’est extrême, original, spectaculaire et pourtant, ce n’est pas médiatisé…»

Elle n’a qu’une idée en tête : se qualifier pour les Jeux de Pékin. Et ainsi, pouvoir (enfin !) mettre en lumière le short-track français. Alors, pas question pour Tifany Huot-Marchand de lésiner sur les efforts. La Bisontine de 26 ans est prête à tout pour satisfaire ses ambitions olympiques. Rencontre avec une fille en patins sur laquelle glisse la pression !

Lire plus »
Cendrine Browne

Cendrine Browne, la skieuse qui respire à fond

Elle a la glisse dans le sang. La canadienne Cendrine Browne est une fondue de ski. C’est le cas de le dire car elle, son truc, c’est le ski de fond, un sport qui la fait vibrer. Venue tardivement à la compét’, elle a découvert un espace d’expression et de liberté inattendu. Aujourd’hui, elle s’engage pour que les filles aient toute leur place dans le monde enneigé des sportifs.

Lire plus »
Marie Mateos

Marie Mateos : « En paramoteur, je suis comme un oiseau ! »

Elle vient de décrocher le titre de Championne de France, en mixte, en paramoteur. Marie Mateos bourlinguait dans les airs, au cœur d’une montgolfière, lorsqu’elle s’est fait attraper par ce drôle d’oiseau volant et s’est lancée dans cette aventure pour tutoyer les cieux. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer ce sport méconnu et a brillé à de nombreuses reprises sur les podiums. C’est parti pour l’envol !

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner