Simone Biles

La gymnaste qui défie les lois de la gravité…et de la société patriarcale

Simone Biles
À tout juste 23 ans, l’Afro-Américaine Simone Biles écrit sa légende à la force d'ébouriffantes figures acrobatiques, portant désormais son nom. Puissante, elle l’est aussi dans son discours, s’engageant contre les discriminations et les agressions envers les femmes dont elle a été, elle-même, victime. Portrait de l’une des sportives les plus influentes de 2020.

Par Claire Bonnot

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

« Je ne suis pas le prochain Usain Bolt ou Michael Phelps. Je suis la première Simone Biles ». La championne opiniâtre fait la couverture du prestigieux Vogue américain du mois d’août 2020 : « Un rêve », a commenté la grande athlète sur son compte Instagram.

Décidément, miss Biles gravit tous les podiums un à un.

À 23 ans, l’athlète américaine est déjà quadruple championne olympique et la gymnaste la plus médaillée de l’histoire dans le monde, hommes et femmes confondus. Son arme imparable ? Les figures acrobatiques qu’elle va jusqu’à inventer. Simone Biles n’a pas fini de s’envoler…

Simone Biles

Cet impressionnant petit bout de femme de 1,45 m pour 47 kilos a pris sa revanche sur la vie.

Simone Biles est née en 1997 dans une cellule familiale brisée – une mère sous l’emprise de la drogue et de l’alcool, un père inexistant. Elle est alors placée en famille d’accueil avec ses frères et sœurs avant d’être adoptée et élevée par son grand-père et son épouse.

La gym, elle la découvre à l’âge de six ans, et démontre, très vite, des capacités hors du commun. Elle y rencontre « sa seconde mère adoptive », celle qui fut sa coach jusqu’en 2016, Aimee Boorman.

Lire aussi : Simone Biles, un destin hors-norme

Simone Biles

La gymnaste la plus titrée de l’Histoire

Son ascension est, depuis, fulgurante.

En 2011, à l’âge de quatorze ans, elle intègre l’équipe nationale puis remporte ses premières médailles d’or (deux) aux Championnats du monde en 2013. « Depuis, elle est intouchable », comme semble le graver dans le marbre le Vogue américain.

En 2014, aux championnats du monde, elle remporte quatre médailles d’or, puis quatre en 2015. À 19 ans, elle détient le plus de médailles d’or parmi toutes les gymnastes américaines de l’histoire. « Travaillez dur en silence, laissez votre succès faire du bruit », écrit-elle en légende de sa photo Instagram où elle croule sous les médailles…

La suite ? L’année 2016 la voit couronnée du titre de l’ « athlète féminine de l’année » par l’Associated Press.

La raison ? Pour ses premiers JO à Rio, la sportive dégomme tout : elle décroche quatre médailles d’or et l’honneur d’être la première gymnaste américaine à être choisie comme porte-drapeau lors de la clôture des Jeux.

Simone Biles

Après une année sabbatique, elle reprend la compétition en 2018 aux championnats du monde et empoche à nouveau moultes médailles dont 4 en or…

En 2019, elle ajoute à son palmarès époustouflant cinq nouvelles médailles d’or se hissant au firmament des gymnastes mondiales avec un total de 25 récompenses : 19 médailles d’or, 3 en argent et 3 en bronze. Un record !

Le New Yorker résumait parfaitement cet exploit quasi-surhumain digne d’un… super-héros ? « Serena Williams ne gagne pas tous les tournois, Michael Phelps a déjà perdu une course. Biles n’a jamais perdu le concours général en six ans. Elle a gagné un total de vingt-cinq médailles mondiales et olympiques. Elle est en compétition seulement contre elle-même et pour longtemps. »

Simone Biles

La « puce » géante de la gym

Simone est surnommée « la puce » pour sa petite taille… mais pas que. Elle est une véritable bombe volante et ses sauts affichent des amplitudes impressionnantes.

Elle vole tellement haut dans sa discipline qu’elle invente des mouvements jamais réalisés auparavant. L’exploit ? Ils sont validés et portent désormais son nom dans le code de pointage de la discipline.

En gymnastique, réussir un mouvement jamais accompli dans une compétition internationale majeure est récompensé au Code de pointage de la Fédération Internationale (FIG). Une inspiratrice donc…

Simone Biles

Le petit précis « Biles » de la gymnastique ?

Quatre figures acrobatiques  – deux au sol, une à la poutre et une au saut.

« The Biles », son mouvement signature, réalisé au sol dès 2013 : double salto arrière tendu avec une demi-vrille. « J’ai vu certains de mes amis garçons essayer de le faire, mais ils n’y arrivent jamais et cela les énerve », s’amuse-t-elle à raconter.

Un autre « The Biles » en saut, réalisé aux Championnat du monde 2018.

« The Biles II » au sol : double salto arrière avec triple vrille, réalisé aux Mondiaux de Stuttgart.

Un tout dernier : « The Biles » réalisé à la sortie de la poutre à Stuttgrat : double salto arrière groupé avec une double vrille.

Simone Biles est définitivement renversante…

Simone Biles

Une super-héroïne qui fait entendre sa voix

«Je sais que cette expérience horrible ne me définit pas. Je suis beaucoup plus que ça. Je suis unique, intelligente, talentueuse, motivée et passionnée. Je me suis promis que mon histoire serait bien plus grande que ça. »

L’incroyable force de la nature qu’est Simone Biles dévoile au monde entier, le 15 janvier 2018, avoir été abusée sexuellement par Larry Nassar, l’ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique, alors accusé d’agressions sexuelles par plus de cent autres personnes et aujourd’hui purgeant une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans d’emprisonnement.

« Je n’ai plus peur de raconter mon histoire », dit-elle alors, « Non, ce n’était pas de ma faute. Non, je ne vais pas et ne devrais pas porter la culpabilité qui appartient à Larry Nassar, à la Fédération américaine et à d’autres. »

Simone Biles

Comme elle l’explique dans Vogue, Simone Biles, forte de sa notoriété, se fait porte-voix pour les autres femmes : « Je pense que c’est un honneur de parler pour les moins fortunés et pour les sans voix. J’ai aussi l’impression que cela leur donne du pouvoir. »

Déterminée, la jeune gymnaste ne lâche pas l’affaire et veut que les choses changent de l’intérieur : « La bataille porte sur l’avenir de la gymnastique », dit-elle à Vogue. C’est pourquoi elle demande actuellement une enquête indépendante à la Fédération américaine alors que cette dernière a proposé un dédommagement pour toutes les victimes de Larry Nassar.

Simone Biles

Alors qu’elle devait prendre sa retraite après les JO de Tokyo cet été, la pandémie a redéfini son destin et la voilà qui se lance un nouveau défi : celui des JO 2021.

Fera-t-elle à nouveau exploser tous les records ? Simone Biles reste définitivement ÀBLOCK! et c’est ce que montre une de ses nouvelles figures inédites essayée récemment en entraînement…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

Charlotte Lembach

Charlotte Lembach, sabre au clair

Elle dissimule son visage sous un masque, mais n’a pas sa langue dans sa cuirasse. Honnête, trop « carrée » à son goût, Charlotte l’escrimeuse a des mots qui font mouche. Lorsqu’elle sabre, c’est à fleuret moucheté. Mais ça a toujours le mérite d’être dit. Et bien dit. Entretien à armes égales.

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Gabriella Papadakis : « Il arrive un moment où on ne patine plus pour gagner, mais pour ne pas perdre. »

Elle sera, avec son partenaire Guillaume Cizeron, la grande absente des Championnats du monde de patinage qui débutent lundi. Le couple star a en effet choisi de se consacrer à la préparation des JO 2022. Et il peut se le permettre. Ensemble, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont (presque) tout gagné : quadruples champions du monde, quintuples champions d’Europe et vice-champions olympiques. L’occasion de faire le point avec celle qui, à 25 ans, collectionne les honneurs avec, toujours, cette envie de surprendre, d’explorer des domaines où on ne l’attend pas. Rencontre chaleureuse avec une fille qui laisse tout sauf de glace.

Lire plus »

Report du Tour de France ? Pas encore à l’ordre du jour…

Même si la Fédération française de cyclisme demande à ses afficionados de ne plus rouler afin de respecter les consignes de confinement en cette période de crise sanitaire, l’organisateur du Tour de France ne souhaite pas se prononcer pour l’instant sur un éventuel report de la Grande Boucle qui doit partir de Nice le 27 juin.

Lire plus »
Salomé Gilles

Salomé Gilles : « Toute petite, je rêvais d’être pilote. On m’a toujours dit que ce serait impossible… »

Petite, Salomé a fait un rêve : un jour, elle sera championne de voltige aérienne. Quelques années plus tard, c’est chose faite ! Aux manettes de sa Formule 1 des airs, la pilote à la persévérance inébranlable s’est imposée Championne de France en 2017. Détermination, progression et réussite sont les maîtres-mots d’une battante qui n’en a pas fini avec le ciel.
Son plan de vol est tout tracé. Au programme : Championnat de France et Open de France fin 2020. Pour Salomé Gilles, l’objectif de ces compétitions est ensuite d’intégrer l’équipe de France. Décollage immédiat pour une interview à 400 à l’heure !

Lire plus »
Amy Bond

Amy Bond, la Pole danseuse qui voulait se réconcilier avec son corps

Elle est l’une des « putains » d’héroïnes à avoir trouvé dans la barre de Pole Dance un exutoire, un réconfort, puis, une deuxième vie. Nous l’avons découverte dans le docu de Netflix « Pole Dance, Haut les corps ! ». Impossible, depuis, de la quitter des yeux ! Amy Bond s’envole, sens dessus-dessous, vertigineuse. Portrait d’une fille qui balance son corps comme elle se jetterait du haut d’une falaise.

Lire plus »
Monica Pereira

Monica Pereira, le sport pour sortir de l’ombre

Une jeunesse dans les quartiers difficiles, un parcours chaotique et…le sport. Monica est une survivante. Et c’est parce qu’elle s’est bougée, dans tous les sens du terme, qu’elle est aujourd’hui, à 43 ans, en phase avec elle-même. Depuis un an, elle épouse sa reconversion de coache sportive avec jubilation. Pas peu fière. Elle nous raconte ce qui la raccroche à la (belle) vie. Témoignage précieux.

Lire plus »

Le sport féminin post-Covid-19 ? Attention, fragile !

La belle avancée du sport féminin a-t-elle vu son élan brisé par la crise sanitaire ? En passe d’être la variable d’ajustement, le sport féminin n’a pas dit son dernier mot et reste mobilisé, malgré la crise, pour atteindre son but : plus de médiatisation, plus de moyens, plus de pratiquantes. Un jeu de stratégies tout en vigilance et continuité qui pourrait bel et bien dessiner un « monde sportif d’après ».

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin