Nita Korhonen En pole position pour féminiser la moto

Nita Korhonen
Elle milite avec en ligne de mire la mixité dans son sport. Née quasiment sur l’asphalte d’un circuit, Nita Korhonen, motarde et fière de l’être, s’emploie à féminiser le milieu de la moto via ses fonctions au sein de la Fédération Internationale de Motorcyclisme (FIM). Portrait d’une incorrigible bikeuse.

Publié le 13 février 2021 à 12h00, mis à jour le 29 juillet 2021 à 14h22

Elle n’a pas tardé à réagir. Quelques jours après que « l’affaire » Sharni Pinfold a éclaté, Nita Korhonen est montée publiquement au créneau, s’associant à la Fédération Internationale de Motorcyclisme (FIM) dans un communiqué sans équivoque.

Non contente d’apporter son soutien inconditionnel à la jeune pilote, la présidente de la Commission des femmes à moto (CFM) de la FIM a tenu à rappeler posément, mais fermement, que les comportements misogynes dénoncés par l’Australienne n’étaient et ne seraient jamais ni tolérables, ni tolérés.

Quinze ans à batailler pour plus de représentation féminine – que ce soit sur piste ou dans les instances dirigeantes – dans le très masculin bastion de la moto ne pouvaient assurément laisser l’énergique Finlandaise sans voix (lire notre interview de Nita Korhonen).

Une prise d’autant plus logique que le parcours de Sharni Pinfold n’est pas sans lui rappeler le sien. Tout comme sa cadette, la néo quadra est fille de pilote – Paul Pinfold pour l’une, Pentti Korhonen pour l’autre – et l’une comme l’autre ont passé une grande partie de leur enfance dans les paddocks. Tout comme la native de Perth, il lui a toujours été impossible d’envisager sa vie sans moto.

©DR

« Lorsque j’étais enfant, je voulais être pilote, se souvient Nita Korhonen interrogée par drivetribe. Mais à cette époque, mon père venait juste de prendre sa retraite et je ne pense pas que mes parents aient été très heureux de m’entendre dire, à 4 ou 5 ans, que je voulais faire ça. C’était si dangereux dans les années 70 ! Malgré ça, ils nous ont toujours soutenu dans tout ce que nous voulions faire mon frère et moi. Nous avions un cyclomoteur quand nous étions enfants et nous avons même participé à une course avec, mais c’était plus pour s’amuser que réellement sérieux. Le sport automobile a toujours été ma passion, je n’ai même jamais pensé à faire autre chose. »

Nita Korhonen…©DR

Très habile au volant d’un guidon – seule femme à prendre part à l’ATV Supermoto Finnish Championship, elle se classera 4e du Général en 2013 – c’est pourtant hors-piste que Nita Korhonen, contrairement à Sharni Pinfold, va trouver sa voie. Après un baccalauréat en commerce et communication, elle se lance dans des études en science et gestion du sport à l’université de Jyväskylä. Elle poussera jusqu’en thèse.

Son mémoire, écrit pour le compte de la FIM, interroge la métamorphose d’un pilote lambda en champion à travers les témoignages d’une cinquantaine de coureurs finlandais. Elle le publiera sous le titre « Voittamattomat » – « Invincibles » en français – l’année suivante. Le premier opus d’une longue série d’ouvrages parmi lesquels une biographie de Juha Kankkunen, quadruple champion de rallye, intitulée « My Road ».

©DR

« La passion est définitivement la clé du succès, explique-t-elle à drivetribe, et ce, que vous soyez pilote ou que vous soyez amenés à travailler dans un bureau. Si vous aimez ce que vous faites, il est plus facile de bien le faire. Je pense que c’est ce que j’ai retenu en priorité de ces champions ».

Auteur à succès, Nita Korhonen collabore également avec différents organes de presse. Journaliste, reporter, chroniqueuse, animatrice, elle produit et réalise un documentaire sur Mika Kallio.

Insatiable touche-à-tout, elle parvient à dégager du temps, dans son agenda surchargé, pour s’occuper de la communication du vice-champion du monde finlandais de Moto2 et de son équipe tout en travaillant à celle de l’équipe Ajo Motorsport.

« Je n’ai jamais voulu être journaliste. J’étais douée pour écrire et je voulais seulement trouver un moyen de m’impliquer dans les sports mécaniques. C’est arrivé par hasard. Mes études étaient plus généralistes, mais elles m’ont permis de m’ouvrir à différentes perspectives. »

©DR

Et des perspectives, Nita Korhonen n’en a jamais manqué. En 2006, la FIM crée une commission « Femmes et motocyclisme » dans le but de promouvoir et l’usage de la moto et la pratique du haut niveau auprès des femmes. Elle s’engage. Volontaire pendant six ans, elle en devient présidente en 2012.

Très vite, elle impose sa patte en ouvrant la porte… aux hommes ! « Pour moi, il était important d’avoir une commission mixte pour montrer qu’il ne s’agissait pas d’un groupe féministe, rappelle-t-elle à drivetribe. La diversité est importante pour une entreprise, une organisation et nos fédérations. »

Championnats dédiés, mixité dans les compétitions, training camps… l’inépuisable Finlandaise est sur tous les fronts, fidèle à son crédo : l’égalité des chances au-delà même de l’égalité des genres !

« Pour moi, ce n’est pas si important d’avoir des filles ou des femmes en moto, martèle-t-elle dans gulftimes. La chose la plus importante est que tout le monde, quelque soit son genre, puisse suivre ses rêves, faire ce qu’il veut et qu’il y ait les mêmes opportunités pour tous. Si une fille ou une femme veut s’engager dans le domaine de la moto, je l’encouragerai parce que c’est tellement amusant ! »

©DR

Après plus d’une dizaine d’années de bons et loyaux services, Nita Korhonen, également engagée auprès de la Fédération finlandaise de Motorcyclisme (SML),  rejoint en 2019 le siège suisse de la FIM, en qualité de directrice de liaison et des évènements à la demande de Jorge Viegas, son président. « Ça a été un choc, se remémore-t-elle à drivetribe. Je n’ai pas eu trop le temps de réfléchir. Le communiqué de presse est sorti une heure et demi après le coup de fil de Jorge Viegas. Il me connaît et il savait que je ne refuse jamais une opportunité. »

Aux FIM Awards : Nita Korhonen, Lisa Cavalli, fondatrice de MissBiker, la plus grande communauté italienne de femmes à moto, et l’ancien président de la FIM, Guy Maitre.

Aujourd’hui, elle poursuit sa croisade et met toute son énergie à défendre la place des femmes dans le milieu de la moto pour toujours plus de mixité : « Comme le montre le cas de Sharni Pinfold, nous confie-t-elle sur ÀBLOCK!, tout n’est pas parfait et certains aspects de notre sport doivent être améliorés. La course de haut niveau dans un sport aussi exigeant – physiquement et financièrement – ne devrait jamais être affectée par un comportement aussi toxique. Il existe des exemples de mauvais comportement chez les hommes comme chez les femmes. Faire des blagues sexistes ou mal se comporter, ce n’est pas être un homme ou une femme, c’est être stupide. »

D'autres épisodes de "Femmes et moto : à toute berzingue !"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Tour de France féminin

En attendant le Tour de France au féminin…

À l’heure où les coureurs s’apprêtent à s’élancer pour un nouveau Tour de France, l’édition féminine n’est pas d’actualité. Selon Christian Prudhomme, directeur du Tour, elle devrait toutefois renaître en 2022. ÀBLOCK! prend les devants en donnant un coup de projo sur son histoire et son parcours semé d’embûche. Car la Grande Boucle au féminin a déjà un lourd passé derrière elle. Retour sur 5 dates marquantes de cette course féminine qui tient la route !

Lire plus »
Julia Chanourdie

Julia Chanourdie : « Lorsque j’escalade, je suis une guerrière ! »

Gravissant la rude paroi du monde de l’escalade avec l’agilité prudente et conquérante d’une Spiderwoman, Julia Chanourdie, 24 ans, vient d’entrer dans l’histoire de son sport en devenant la première grimpeuse française et la troisième mondiale à réussir une voie cotée 9b. Un exploit réalisé de main de maître. Athlète au sommet de son art, elle représentera la France aux JO de Tokyo. Conversation ascensionnelle avec une fille au mental de roc.

Lire plus »
Rikako Ikee

Rikako Ikee, la nageuse qui ne veut jamais perdre, même contre la maladie…

Elle a seulement 20 ans, mais entame déjà sa deuxième vie. Rikako Ikee, grand espoir de la natation japonaise, a bien failli ne pas participer aux prochains JO de Tokyo. Atteinte d’une leucémie diagnostiquée en février 2019, la sextuple médaillée d’or des Jeux Asiatiques de 2018 a dû batailler dix longs mois contre la maladie avant de revenir au premier plan. Portrait d’une battante.

Lire plus »
Julie Pujols-Benoit

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Le lancement de la collection d’ouvrages ÀBLOCK! (où l’on commence par Julie Pujols-Benoit sur notre photo), du tennis en plein Open de Melbourne, une femme de rugby engagée, des pionnières sur neige et glace, un témoignage qui nous dévore et un retour de flamme, l’histoire du golf féminin… Récap’ d’une semaine musclée.

Lire plus »
Florence Arthaud

Florence Arthaud, cette insatiable louve des mers

Le 9 mars 2015, il y a tout juste six ans, l’aventurière perdait la vie dans un crash d’hélico. Avec elle, le mot marin s’était conjugué au féminin. À 33 ans, en 1990, l’intrépide à la crinière bouclée et au teint halé devenait la première femme à remporter la mythique Route du Rhum. Une entrée fracassante au sein du milieu testostéroné des « vieux » loups de mer. Une grande dame qui tracera la voie pour les autres navigatrices. Portrait-hommage d’une fille qui avait tant besoin de prendre le large…

Lire plus »
Le questionnaire sportif de…Lil’Viber

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Après un bel été chargé en émotions olympiques, retour du Best-of sur ÀBLOCK! Le meilleur de la semaine compilé pour une séance de rattrapage (comme le petit questionnaire sportif de la motarde Lil’Viber, ici en photo), c’est à grignoter le week-end et c’est tout benef !

Lire plus »
JO 2021

JO de Tokyo, la course au drapeau

Pour la première fois, aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, la France aura deux représentants pour un seul drapeau : une femme et un homme. Un binôme égalitaire pour jouer les porte-drapeaux. Ils sont dix-neuf athlètes à s’être proposés pour porter haut les couleurs françaises. Il faudra attendre début juillet pour savoir qui est sorti du chapeau. Pour l’heure, si on faisait les présentations ?

Lire plus »
Renelle Lamotte

Rénelle Lamote, l’athlète qui fond sur Tokyo pour oublier Rio

Il y a cinq ans, au Brésil, Rénelle Lamote voyait ses ambitions olympiques réduites à néant dès les séries. Après une lente et douloureuse reconstruction, la demi-fondeuse francilienne est parvenue à renouer avec son meilleur niveau. À quelques jours de son entrée en lice aux Jeux Olympiques de Tokyo, la double vice-championne d’Europe du 800 mètres veut rivaliser avec le gratin mondial.

Lire plus »
Monica Pereira

Monica Pereira, le sport pour sortir de l’ombre

Une jeunesse dans les quartiers difficiles, un parcours chaotique et…le sport. Monica est une survivante. Et c’est parce qu’elle s’est bougée, dans tous les sens du terme, qu’elle est aujourd’hui, à 43 ans, en phase avec elle-même. Depuis un an, elle épouse sa reconversion de coache sportive avec jubilation. Pas peu fière. Elle nous raconte ce qui la raccroche à la (belle) vie. Témoignage précieux.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner