Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. » Conseillère en économie sociale et familiale, 27 ans, pratiquante de voile

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »
Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 29 septembre 2020 à 17h53, mis à jour le 10 août 2021 à 12h52

« Ma reconstruction est passée par le sport. J’ai été victime d’un AVC lorsque j’avais dix-sept ans, je ne pouvais plus marcher, plus lire, plus écrire, plus parler. La pratique de la voile m’a aidée à avancer.

Maintenant, je peux marcher même si je ne peux toujours pas courir. C’était galère de faire face à mes propres limites, d’affronter le regard des autres, mais je me suis dit qu’il fallait oser.

Je faisais pas mal de sports avant mon accident puis j’ai dû m’adapter. Je me suis par exemple mise à la natation mais c’était compliqué au début de nager avec un bras et une jambe qui ne fonctionnaient plus.

C’est donc en intégrant le milieu handisport que j’ai pu faire des compétitions et aller jusqu’aux championnats de France. Ça a été un moment important pour moi, un vrai challenge, et ça m’a permis de me dire que je pouvais aller toujours plus loin malgré le handicap.

Aujourd’hui, je me consacre à la voile donc j’ai arrêté les compétitions de natation même si je nage toujours. Et j’ai commencé le vélo allongé à trois roues, c’est une sacrée liberté !

Jolokia
©Jolokia

J’ai débuté la voile sur le bateau de course de la Team Jolokia dont le message est de démontrer que la diversité est source de richesse collective et de performance.

J’ai eu la chance de connaître cette structure via mon beau-frère qui en avait entendu parler. Chaque année, l’association, créée en 2012, recrute un nouvel équipage hors normes qui réunit toutes les diversités.

C’est un défi tant au niveau de l’âge – ça va de 18 jusqu’à 60 ans, que des nationalités – on parle tous anglais à bord, et de la diversité des profils – handicap, mixité sociale. Ça donnait envie de faire partie de cette aventure avec un tel équipage sur un super bateau… J’ai candidaté en me disant que je n’avais rien à perdre !

Jolokia
©Jolokia

En vérité, je ne pensais pas être prise. Au départ, j’étais un peu en mode touriste. Et puis, j’ai vite compris que j’avais trouvé ce que je cherchais : c’était la première fois que je découvrais un milieu où on te prenait et t’acceptait comme t’étais !

Avant mon accident, j’avais une vie agréable et posée, je ne me posais pas de questions. À la suite de mon AVC, il a fallu me remettre en marche tout en m’apercevant que des choses fonctionnaient bien moins qu’avant chez moi. Or la société nous demande le plus souvent d’être dans les clous…

L’initiative Jolokia m’a permis de développer les qualités que je voulais développer moi-même, en dehors de toute pression sociale.

Jolokia
©Jolokia

Ce qui m’a tout de suite plu, c’est donc le côté humain de ce programme, l’ouverture aux autres. Être en équipe, c’est hyper formateur. On voit que chacun a ses propres qualités, qu’on peut tous apporter quelque chose à son niveau et qu’on peut créer une dynamique d’équipage soudé face, par exemple, à l’imprévu des éléments.

Ce que j’aime dans la voile, c’est que les navigants doivent s’adapter au bateau. Pour moi, au début, c’était un peu compliqué avec un bras qui fonctionnait mal…

On commence la saison en mars avec des entraînements de quatre jours au minimum, une fois par mois. On est en équipage de vingt personnes et de douze lorsqu’on navigue. Ce qui est génial, c’est que nous, amateurs, nous disputons de vraies compétitions avec des bateaux de pros !

Jolokia
©Jolokia

Je ne connaissais pas vraiment la voile, je n’en avais jamais vraiment fait, à part quelques cours d’optimiste plus jeune quand j’allais en Bretagne chez mes grands-parents. Je n’ai pas eu peur de me jeter à l’eau, j’ai plutôt pris un plaisir fou à ressentir ces sensations de malade que tu as quand tu navigues en haute mer.

Après, je ne peux pas dire que ça a été facile, c’est rude un bateau et surtout un bateau de course : c’est pas un bateau de croisière avec des chambres !

Mais quand je rentrais chez moi, à Lyon, après les entraînements à Lorient, j’avais des étoiles plein les yeux. C’était tellement intense, ça me faisait un bien fou !

Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. »
©Jolokia

Cette expérience – j’en suis à ma troisième saison – m’a offert un sacré challenge. Ma motivation a été de découvrir un milieu que je ne connaissais pas, avec des personnes de tous horizons. Ça m’a ouvert des portes et ça a été une belle leçon humaine !

Et puis, tu vis tellement de moments forts ! Quand la mer est déchaînée, on trace tout en gérant le bateau et on se dit que ce sont des sensations qu’on ne ressent pas sur terre. On est tellement petits sur l’eau… On vit des moments magiques !

On met parfois les filles dans des cases en pensant que tel ou tel sport est plutôt pour les gars, mais ça nous permet de développer des compétences qu’on n’imaginait même pas. Ça a été le cas pour moi en pratiquant la voile.

Au sein de l’association, c’est une totale mixité. Sur le bateau, on sait bien que les hommes ont parfois plus de force que nous, les femmes, mais je pense qu’on a un autre potentiel : celui de réfléchir un peu plus aux situations et de trouver des solutions.

Je pense que le sport m’a forgée, pour pouvoir aller plus loin et me dépasser. C’est presque vital en fait selon moi, ça permet d’arriver à être bien avec soi-même et en soi-même.

Pour encourager les filles à se mettre au sport, je dirais qu’il faut essayer de gommer l’idée qu’on se fait sur les sports dits « réservés » aux hommes ou aux femmes. Il ne faut pas hésiter à s’essayer à des milieux ou des sports que l’on ne connaît pas. C’est à chacun de se dire : « Qu’est-ce qui peut me donner envie d’essayer de goûter à ce sport ? ».

En situation de handicap, ça peut être plus compliqué, il peut y avoir des échecs difficiles à gérer mentalement, mais il faut se demander si on veut oser ou pas.

Moi, mon parcours personnel avec le bateau de la Team Jolokia, ça n’a pas été de tout repos. Alors, soit on se dit : « C’est pas pour moi, je vais trouver ce qui peut être le mieux pour moi », soit : « C’est ce que je veux donc je vais essayer, oser, et ce n’est pas le regard des autres qui va m’arrêter ».

C’est vraiment en soi que l’on trouve une réponse à ses doutes. »  

Tout savoir à propos de la Team Jolokia sur leur site dédié.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Lil'Viber

Lil’ Viber : « Je suis motarde, je me la joue girly et j’adore ça ! »

Elle s’appelle Aurélie Hoffmann alias Lil’Viber. Mais sur les circuits, on l’appelle aussi « Wonder Lili ». Elle, c’est une super héroïne de la bécane qui se déguise comme ça lui chante pourvu que ce soit haut en couleur. Cette nana qui affole les chronos casse les codes à toute berzingue. Ultra féminine, elle est une motarde jusqu’au bout des ongles. Faites de la place !

Lire plus »
Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Cecilia Berder

Le questionnaire sportif de… Cécilia Berder

Elle vient de remporter le Trophée Sabre 2021, épreuve de reprise de la compétition organisée par la Fédération française d’escrime. La Quimpéroise Cécilia Berder, Championne du monde 2018, qualifiée pour les JO de Tokyo, s’est soumise au Questionnaire de Proust version ÀBLOCK! Et ça donne ça…

Lire plus »
Gabriella Papadakis

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une fille à couettes qui soulève plus lourd que Hulk en personne, une espionne qui ne lâche pas le sport, même en prison, une « mère indigne » championne olympique, des patineuses d’hier et d’aujourd’hui (comme Gabriella Papadakis sur notre photo) ou encore une sportive dingue de windsurf, demandez le programme !

Lire plus »
Magalie Pottier

Magalie Pottier : « En BMX, l’inégalité des primes, ça me rend dingue ! »

Rideuse philosophe, plus artiste que casse-cou, cette multi-championne du monde et de France de BMX Race, 31 ans au compteur, s’éclate aujourd’hui en Freestyle. Première Championne de France de la discipline, Magalie Pottier excelle dans la maîtrise de son vélo, mais aussi de son mental. Favorite, elle prenait le départ ce week-end pour les Championnats de France. Et d’ouvrir la voie pour les futures rideuses dans une discipline en pleine envolée.

Lire plus »
Alice Modolo

Le questionnaire sportif de…Alice Modolo

Elle vient de signer 3 records de France d’affilée. Un tiercé gagnant réalisé lors des Mondiaux d’apnée (AIDA) qui se tenait au Blue Hole de Dahab, en Égypte : 85, 87 et 89 mètres en bi palmes. Un beau lancement de saison pour la championne d’Europe qui a, cerise sur le gâteau, remporté la compétition, hommes et femmes confondus. De retour sur terre, Alice Modolo a répondu à notre petit questionnaire qui ne manque pas de souffle !

Lire plus »
Isabelle : « Continuer le sport fait partie de ma lutte contre le cancer du sein. »

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une étude sur les corps féminins musclés à l’extrême, une crossfiteuse qui combat la maladie par le sport (Isabelle sur notre photo), une nouvelle chronique philo signée Marie Robert, un récap’ de la dernière compet de ballon ovale, c’est le meilleur d’ÀBLOCK! Bonne (re)découverte !

Lire plus »
18 juillet 2021 Alice Modolo s'offre un record du monde d’apnée féminin

18 juillet 2021, Alice Modolo s’offre un record du monde d’apnée féminin

Dans l’eau claire et chaude des Bahamas, le 18 juillet 2021, la Française Alice Modolo a porté le record du monde d’apnée en poids constant bi-palmes à 95 mètres de profondeur. Un exploit réalisé dans le cadre de la célèbre compétition Vertical Blue, qui réunit les meilleures apnéistes mondiaux. Un record qui en appelle d’autres quand on connaît le mental de la championne.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner