Raphaëlle : « La voile m’a aidée à me reconstruire après mon AVC. » Conseillère en économie sociale et familiale, 27 ans, pratiquante de voile

Jolokia
Elle a su prendre la vague d’une nouvelle naissance grâce à la voile. Suite à un AVC, Raphaëlle avait quasiment perdu sa motricité. Mais il en fallait plus pour qu’elle lâche le sport. Et la voilà qui plonge dans une expérience sportive et humaine : la pratique de la voile avec la Team Jolokia, une asso qui prône l’inclusion par le sport. Une très belle leçon de vie.

Propos recueillis par Claire Bonnot

Publié le 29 septembre 2020 à 17h53, mis à jour le 10 août 2021 à 12h52

« Ma reconstruction est passée par le sport. J’ai été victime d’un AVC lorsque j’avais dix-sept ans, je ne pouvais plus marcher, plus lire, plus écrire, plus parler. La pratique de la voile m’a aidée à avancer.

Maintenant, je peux marcher même si je ne peux toujours pas courir. C’était galère de faire face à mes propres limites, d’affronter le regard des autres, mais je me suis dit qu’il fallait oser.

Je faisais pas mal de sports avant mon accident puis j’ai dû m’adapter. Je me suis par exemple mise à la natation mais c’était compliqué au début de nager avec un bras et une jambe qui ne fonctionnaient plus.

C’est donc en intégrant le milieu handisport que j’ai pu faire des compétitions et aller jusqu’aux championnats de France. Ça a été un moment important pour moi, un vrai challenge, et ça m’a permis de me dire que je pouvais aller toujours plus loin malgré le handicap.

Aujourd’hui, je me consacre à la voile donc j’ai arrêté les compétitions de natation même si je nage toujours. Et j’ai commencé le vélo allongé à trois roues, c’est une sacrée liberté !

Jolokia
©Jolokia

J’ai débuté la voile sur le bateau de course de la Team Jolokia dont le message est de démontrer que la diversité est source de richesse collective et de performance.

J’ai eu la chance de connaître cette structure via mon beau-frère qui en avait entendu parler. Chaque année, l’association, créée en 2012, recrute un nouvel équipage hors normes qui réunit toutes les diversités.

C’est un défi tant au niveau de l’âge – ça va de 18 jusqu’à 60 ans, que des nationalités – on parle tous anglais à bord, et de la diversité des profils – handicap, mixité sociale. Ça donnait envie de faire partie de cette aventure avec un tel équipage sur un super bateau… J’ai candidaté en me disant que je n’avais rien à perdre !

Jolokia
©Jolokia

En vérité, je ne pensais pas être prise. Au départ, j’étais un peu en mode touriste. Et puis, j’ai vite compris que j’avais trouvé ce que je cherchais : c’était la première fois que je découvrais un milieu où on te prenait et t’acceptait comme t’étais !

Avant mon accident, j’avais une vie agréable et posée, je ne me posais pas de questions. À la suite de mon AVC, il a fallu me remettre en marche tout en m’apercevant que des choses fonctionnaient bien moins qu’avant chez moi. Or la société nous demande le plus souvent d’être dans les clous…

L’initiative Jolokia m’a permis de développer les qualités que je voulais développer moi-même, en dehors de toute pression sociale.

Jolokia
©Jolokia

Ce qui m’a tout de suite plu, c’est donc le côté humain de ce programme, l’ouverture aux autres. Être en équipe, c’est hyper formateur. On voit que chacun a ses propres qualités, qu’on peut tous apporter quelque chose à son niveau et qu’on peut créer une dynamique d’équipage soudé face, par exemple, à l’imprévu des éléments.

Ce que j’aime dans la voile, c’est que les navigants doivent s’adapter au bateau. Pour moi, au début, c’était un peu compliqué avec un bras qui fonctionnait mal…

On commence la saison en mars avec des entraînements de quatre jours au minimum, une fois par mois. On est en équipage de vingt personnes et de douze lorsqu’on navigue. Ce qui est génial, c’est que nous, amateurs, nous disputons de vraies compétitions avec des bateaux de pros !

Jolokia
©Jolokia

Je ne connaissais pas vraiment la voile, je n’en avais jamais vraiment fait, à part quelques cours d’optimiste plus jeune quand j’allais en Bretagne chez mes grands-parents. Je n’ai pas eu peur de me jeter à l’eau, j’ai plutôt pris un plaisir fou à ressentir ces sensations de malade que tu as quand tu navigues en haute mer.

Après, je ne peux pas dire que ça a été facile, c’est rude un bateau et surtout un bateau de course : c’est pas un bateau de croisière avec des chambres !

Mais quand je rentrais chez moi, à Lyon, après les entraînements à Lorient, j’avais des étoiles plein les yeux. C’était tellement intense, ça me faisait un bien fou !

Jolokia
©Jolokia

Cette expérience – j’en suis à ma troisième saison – m’a offert un sacré challenge. Ma motivation a été de découvrir un milieu que je ne connaissais pas, avec des personnes de tous horizons. Ça m’a ouvert des portes et ça a été une belle leçon humaine !

Et puis, tu vis tellement de moments forts ! Quand la mer est déchaînée, on trace tout en gérant le bateau et on se dit que ce sont des sensations qu’on ne ressent pas sur terre. On est tellement petits sur l’eau… On vit des moments magiques !

On met parfois les filles dans des cases en pensant que tel ou tel sport est plutôt pour les gars, mais ça nous permet de développer des compétences qu’on n’imaginait même pas. Ça a été le cas pour moi en pratiquant la voile.

Au sein de l’association, c’est une totale mixité. Sur le bateau, on sait bien que les hommes ont parfois plus de force que nous, les femmes, mais je pense qu’on a un autre potentiel : celui de réfléchir un peu plus aux situations et de trouver des solutions.

Je pense que le sport m’a forgée, pour pouvoir aller plus loin et me dépasser. C’est presque vital en fait selon moi, ça permet d’arriver à être bien avec soi-même et en soi-même.

Pour encourager les filles à se mettre au sport, je dirais qu’il faut essayer de gommer l’idée qu’on se fait sur les sports dits « réservés » aux hommes ou aux femmes. Il ne faut pas hésiter à s’essayer à des milieux ou des sports que l’on ne connaît pas. C’est à chacun de se dire : « Qu’est-ce qui peut me donner envie d’essayer de goûter à ce sport ? ».

En situation de handicap, ça peut être plus compliqué, il peut y avoir des échecs difficiles à gérer mentalement, mais il faut se demander si on veut oser ou pas.

Moi, mon parcours personnel avec le bateau de la Team Jolokia, ça n’a pas été de tout repos. Alors, soit on se dit : « C’est pas pour moi, je vais trouver ce qui peut être le mieux pour moi », soit : « C’est ce que je veux donc je vais essayer, oser, et ce n’est pas le regard des autres qui va m’arrêter ».

C’est vraiment en soi que l’on trouve une réponse à ses doutes. »  

Tout savoir à propos de la Team Jolokia sur leur site dédié.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »
Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Adjudante Virginie V. : « Le sport, ce n’est pas loin d’être ma vie. »

Elle est basée à Carcassonne, dans le Languedoc. Au sein du 3e RPIMa ou 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine, une unité d’élite de la 11e brigade parachutistes, elle n’a qu’un but : tenir physiquement la distance. Le sport est pour Virginie autant une respiration essentielle dans son quotidien qu’un moyen de se faire respecter dans un monde d’hommes. Vice-championne de cross-country de l’armée de terre, cette adjudante-là n’est pas prête à quitter le terrain.

Lire plus »
« Le vélo m'a appris qu'on a plus de ressources que ce que l’on pense. »

Fiona : « Le vélo m’a appris qu’on a plus de ressources que ce que l’on pense.”

À 22 ans, Fiona Colantuono, future ingénieure en énergies renouvelables, a décidé de prendre une année sabbatique pour mener à bien un projet un peu fou : parcourir l’Europe de l’Ouest en vélo solaire. Un défi de 8 000 kilomètres pour aller au bout d’elle-même, mais aussi pour mettre en lumière des initiatives locales consacrées à la transition énergétique. On vous embarque !

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Nadia Nadim

Nadia Nadim : « Donnez-moi un ballon et j’oublie tout ! »

De réfugiée Afghane à superstar du foot. C’est le destin de Nadia Nadim, attaquante internationale, championne de France avec son ancien club, le PSG, et en partance pour les States. Il en faut beaucoup pour la mettre à terre. Sur le terrain comme dans la vie, Nadia ne lâche rien. Rencontre avec une sportive résiliente.

Lire plus »
Sharni Pinfold

Sharni Pinfold, portrait d’une motarde désenchantée

Fatiguée de se battre contre la misogynie. Éreintée après des années à tenter de trouver sa place dans le monde des sports mécaniques. Sharni Pinfold, 25 ans, lâche le guidon. Amère. L’Australienne avait tout quitté pour un rêve, devenir pilote professionnelle de moto, aujourd’hui, elle fuit les circuits. Et laisse sur le bitume une carrière prometteuse et quelques illusions.

Lire plus »
equitation femme

L’équitation, un sport mixte, vraiment ?

À la différence de nombreux autres sports, l’équitation a toujours été un sport mixte. En compétition, sur ses trois disciplines majeures – saut d’obstacles, dressage et concours complet -, les femmes sont les égales des hommes. Pourtant, il ne s’agit pas encore d’une réelle parité.

Lire plus »
Prithika Pavade Prithika Pavade, la “ping“ prodige

Prithika Pavade, la “ping“ prodige

C’est une jeune femme pressée. À 16 ans, Prithika Pavade a déjà un palmarès long comme le bras. La Francilienne, phénomène du tennis de table, attendue à Paris en 2024, est également du voyage à Tokyo. Les Jeux Olympiques, pour elle, ça commence aujourd’hui !

Lire plus »

Pauline : « Au sommet d’une montagne, je me sens à ma place. »

Ado, elle pratiquait déjà le ski de randonnée. Et, depuis, elle n’a jamais cessé de grimper les sommets. Le plus souvent, dans sa région d’adoption, Grenoble.
La montagne, Pauline s’y sent bien, loin de tout esprit de compétition ou de performance. Elle nous partage sa passion. Celle qui la fait vibrer, celle qui l’aide à respirer.

Lire plus »
Pauline Ferrand Prevot

Cyclisme : 5 championnes qui tiennent la route

Riche, pleine de promesses, l’histoire du cyclisme français féminin est pourtant assez peu connue. Pourtant, de nombreuses coureuses se sont illustrées tout au long du XXe siècle et continuent d’inspirer la nouvelle génération qui tente aujourd’hui d’entretenir cet héritage. Quoi de mieux que de leur rendre hommage à l’heure où les hommes s’illustrent sur le Tour de France ? Revenons sur l’histoire de cinq championnes du passé au présent, au parcours différent, mais toujours lumineux.

Lire plus »
Laure Coanus

Le questionnaire sportif de…Laure Coanus

Arbitre de Jeep Elite, Pro B et Ligue Féminine de Basket (LFB), Laure Coanus est sur tous les terrains, sifflet juste et gestes assurés. Entre deux rencontres sportives, elle répond à quelques questions simples, mais si révélatrices !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner