Le sport qui fait bouger les lignes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Isabelle Autissier

« Cette crise nous apprend qu’on n’est pas les rois de la piste ! »

Isabelle Autissier
Première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire, la navigatrice installée à la Rochelle, est aussi la présidente du WWF-France (ou Fonds Mondial pour la Nature). Depuis des années, elle met sa notoriété et ses convictions au service de l’écologie. Son regard sur la crise liée au Covid-19 est éclairant. Entretien.

Par Valérie Domain

Vous qui avez connu de longs moments de confinement en mer, que vous inspire cette période ? Comment la vivez-vous  ?

Ce que j’ai vécu en mer n’a rien à voir avec ce confinement obligatoire. Mes courses en solitaire, je les ai toujours choisies. Ici, on parle de la moitié de la population mondiale contrainte au confinement, dans des conditions parfois difficiles, d’incertitudes économiques aussi.

Moi tout va bien, j’ai une petite maison, un petit jardin, je ne m’ennuie pas, je travaille, j’ai beaucoup d’échanges, de contacts que ce soit par téléphone ou en visioconférence, je fais partie des privilégiés.

Vous êtes présidente du WWF, le fonds mondial pour la nature. Pour vous, les atteintes à la biodiversité, les rapports de l’homme à la nature, sont à l’origine de cette crise, pourquoi et quelles leçons pensez-vous que nous devons en tirer  ?

Ce n’est pas que ça, mais c’est la raison première.

Lorsqu’on laisse les populations animales vivre dans leur milieu, chaque population est plus ou moins vaccinée naturellement. Or, de plus en plus de milieux naturels ont été détruits par nos modes de consommation et de production, les Hommes sont de plus en plus en contact avec des animaux sauvages.

Toutes les grandes pandémies nous l’ont appris, c’est à peu près le même schéma  à chaque fois : ce rapprochement favorise le passage de micro-organismes, de virus et de bactéries, des animaux vers les hommes et inversement.

Il faut bien se rendre compte que l’être humain a bouleversé 66 % de la terre et 40 % de la mer, ce ne sont pas quelques endroits à droite à gauche, mais les deux tiers de la planète !

Vous dites : « Lorsqu’on laisse la nature en paix, elle renaît. » Mais ce n’est qu’un répit. Que devrons-nous changer dans nos comportements après la crise  ?

On a une fenêtre d’opportunités incroyables, car tout à coup les États débloquent des centaines de milliards pour lutter contre cette crise.

Donc, par exemple, quand on va donner de l’argent aux entreprises pour redémarrer, on peut faire en sorte que ce soit sous conditions.

Un outil vient d’être voté par l’Europe  : une nomenclature de toutes les activités économiques qui les classe en vert ou en marron selon leurs efforts écologiques. L’idée au départ était de demander aux entreprises d’ici deux ans de faire l’inventaire de leur activité en fonction de cette typologie. Faisons-le dès maintenant  !

Et répartissons l’argent en fonction de ça. La nomenclature existe, il faut s’en servir, et pousser dès aujourd’hui à l’évolution verte, favoriser l’économie qui respecte la biodiversité de la planète.

Sinon, on revivra comme avant : une autre épidémie, des désastres climatiques.

Cette crise peut-elle faire l’effet d’un électrochoc ?

Peut-être, car les citoyens, les États…peuvent avoir envie de vivre dans de bonnes conditions.

Cette crise  nous apprend qu’on n’est pas les rois de la piste ! Il y a bien entendu un paquet de gens qui diront qu’il ne faut pas ajouter de contraintes au redémarrage économique qui est essentiel, mais il faut une vision sur le long-terme, réfléchir au-delà de la finance.

La vie, ce n’est pas seulement dans les 10 minutes qui viennent… Puisqu’on vit ce drame, faisons en sorte d’en tirer quelque chose de positif.

D’autant que le confinement provoque des effets inattendus  : la baisse du trafic maritime dans le port de Cagliari, en Sardaigne, a permis le retour des dauphins ; à Venise, les eaux du Grand Canal sont redevenues limpides avec l’arrêt du commerce des bateliers, dans le parc national des Calanques, près de Marseille, on constate une fréquence d’animaux quasi inédite ces derniers jours…

Quand on ralenti la cadence, ça marche  ! Mais dès la reprise, il y aura un déferlement publicitaire pour “vite, vite“ faire ceci, faire cela, avoir ceci ou cela.

Et les canaux de Venise verront de nouveau des milliers de personnes défiler pour s’aérer l’esprit.

Donc, il faut devenir raisonnable ?

Pas raisonnable, mais tout est question de plaisir et de bonheur, et ce n’est pas un bonheur d’être confiné.

Le bonheur, c’est d’aller et venir comme on veut, mais on ne peut pas faire ça n’importe comment, la planète a des limites, donc il s’agit de s’adapter collectivement. Il faut arrêter de penser que l’écologie est punitive, c’est juste une façon de penser autrement.

En arrêtant de vouloir tout et tout de suite, de suivre aveuglément nos désirs… redonner du sens à nos vies  en quelque sorte ?

L’humain a su s’adapter, changer de nombreuses fois, on ne vit plus comme au Moyen-âge. Ce n’est pas un problème.

On peut avoir plein de désirs sans toujours vouloir posséder ; avoir des désirs sans y répondre aveuglément. Est-il vital de prendre l’avion pour aller passer un week-end aux Baléares ?

Quel est l’intérêt d’avoir une perceuse chez soi quand on s’en sert quelques heures par an, on peut aussi bien aller en emprunter une chez son voisin qui lui est un grand bricoleur plutôt que de l’acheter ?

Nous sommes des animaux sociaux. On est fait pour vivre ensemble.  On a besoin les uns des autres.

Après, ce n’est pas toujours idyllique, mais il faut remettre de la vie dans nos vies.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

S’inscrire à la newsletter mensuelle :

(Nous ne sommes pas prêteurs, nous garderons vos coordonnées bien au chaud chez nous…)

Vous aimerez aussi…

Serge Simon

Serge Simon : ma fille, le rugby et nous. (Le dessous des pelouses. Épisode 8)

Le rugbyman Serge Simon est le numéro 2 de la Fédération française de rugby. C’est aussi un père. Sa fille, Marion, est l’une des réalisatrices de notre podcast « Le dessous des pelouses » qui nous embarque dans les coulisses de son équipe de rugbywomen. Pour elle, il a accepté de se confier sur la place du ballon ovale dans sa vie, mais aussi sur le rugby féminin. Un face à face à la fois percutant, sensible et chaleureux.

Lire plus »
Laury Thilleman

Le top 10 des influenceuses sport sur Instagram

Depuis le confinement, elles n’ont jamais été autant suivies. Les sportives des réseaux sociaux, plus particulièrement sur Instagram, ont su convaincre les plus sédentaires de bouger. Petite liste (non exhaustive) de ces influenceuses qui nous poussent à sauter dans nos baskets. Et à aimer ça !

Lire plus »
Bruna de Paula

Qui sont les meilleures joueuses de Handball ?

Toujours ÀBLOCK! malgré l’arrêt de la saison du Championnat de France féminin alias la Ligue Butagaz Énergie dû au Covid-19, la Ligue Féminine de Handball (LFH) avait décidé de maintenir les Trophées All-Star LFH récompensant les meilleures joueuses de la saison écourtée 2019-2020. En voici le riche palmarès. Une belle vitrine pour le sport au féminin !

Lire plus »
JujuFitcats

JujuFitcats : « Le sport a été ma porte de sortie de l’anorexie. »

Elle affiche des mensurations sociales impressionnantes : 3,2 millions de followers sur Tik Tok, 2,3 millions sur YouTube, autant sur Instagram ; près de 45 000 abonnés sur Twitter et sur Facebook. Au total, près de 10 millions d’ados suivent les aventures de Justine alias JujuFitcats. Tout à la fois admirée, méprisée, jugée, elle est à 25 ans, de celles que l’on appelle « les influenceuses ». Adoubée (aimée) par un autre poids lourd des réseaux sociaux, le coach Tibo InShape, cette girl next door fait la promo du sport à sa façon.
Conversation avec un « petit chat » pas si “fit” que ça et qui, désormais, le revendique haut et fort.

Lire plus »
Laurie Teinturier

De la Régionale à la Division 1 ou quand une petite équipe de foot devient grande…

En septembre, celles que l’on appelle les « Chouettes » vont s’envoler vers les sommets. Le petit club d’Issy-les-Moulineaux, GPSO 92 Issy, sera à l’affiche d’une rencontre de Division 1 Arkema de football féminin face à Le Havre AC. Une première depuis 2014 où après avoir concouru avec les meilleures équipes de France, le club avait été relégué jusqu’en division régionale. Récit d’une ascension compliquée, mais victorieuse, pour rejoindre l’élite.

Lire plus »
running

Le CIO, l’ONU et l’OMS… healthy together !

Être en bonne santé, oui, mais tous ensemble ! C’est le message que Le Comité International Olympique, les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la Santé viennent de délivrer en cette Journée olympique. L’idée ? S’associer pour encourager les populations à agir pour préserver leur santé en ces temps de crise sanitaire. Et pour ça, embaucher les athlètes.

Lire plus »