Isabelle Autissier« Cette crise nous apprend qu’on n’est pas les rois de la piste ! »

Isabelle Autissier
Première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire, la navigatrice installée à la Rochelle, est aussi la présidente du WWF-France (ou Fonds Mondial pour la Nature). Depuis des années, elle met sa notoriété et ses convictions au service de l’écologie. Son regard sur la crise liée au Covid-19 est éclairant. Entretien.

Par Valérie Domain

Publié le 04 avril 2020 à 16h03, mis à jour le 05 mai 2022 à 14h28

Vous qui avez connu de longs moments de confinement en mer, que vous inspire cette période ? Comment la vivez-vous  ?

Ce que j’ai vécu en mer n’a rien à voir avec ce confinement obligatoire. Mes courses en solitaire, je les ai toujours choisies. Ici, on parle de la moitié de la population mondiale contrainte au confinement, dans des conditions parfois difficiles, d’incertitudes économiques aussi.

Moi tout va bien, j’ai une petite maison, un petit jardin, je ne m’ennuie pas, je travaille, j’ai beaucoup d’échanges, de contacts que ce soit par téléphone ou en visioconférence, je fais partie des privilégiés.

Vous êtes présidente du WWF, le fonds mondial pour la nature. Pour vous, les atteintes à la biodiversité, les rapports de l’homme à la nature, sont à l’origine de cette crise, pourquoi et quelles leçons pensez-vous que nous devons en tirer  ?

Ce n’est pas que ça, mais c’est la raison première.

Lorsqu’on laisse les populations animales vivre dans leur milieu, chaque population est plus ou moins vaccinée naturellement. Or, de plus en plus de milieux naturels ont été détruits par nos modes de consommation et de production, les Hommes sont de plus en plus en contact avec des animaux sauvages.

Toutes les grandes pandémies nous l’ont appris, c’est à peu près le même schéma  à chaque fois : ce rapprochement favorise le passage de micro-organismes, de virus et de bactéries, des animaux vers les hommes et inversement.

Il faut bien se rendre compte que l’être humain a bouleversé 66 % de la terre et 40 % de la mer, ce ne sont pas quelques endroits à droite à gauche, mais les deux tiers de la planète !

Vous dites : « Lorsqu’on laisse la nature en paix, elle renaît. » Mais ce n’est qu’un répit. Que devrons-nous changer dans nos comportements après la crise  ?

On a une fenêtre d’opportunités incroyables, car tout à coup les États débloquent des centaines de milliards pour lutter contre cette crise.

Donc, par exemple, quand on va donner de l’argent aux entreprises pour redémarrer, on peut faire en sorte que ce soit sous conditions.

Un outil vient d’être voté par l’Europe  : une nomenclature de toutes les activités économiques qui les classe en vert ou en marron selon leurs efforts écologiques. L’idée au départ était de demander aux entreprises d’ici deux ans de faire l’inventaire de leur activité en fonction de cette typologie. Faisons-le dès maintenant  !

Et répartissons l’argent en fonction de ça. La nomenclature existe, il faut s’en servir, et pousser dès aujourd’hui à l’évolution verte, favoriser l’économie qui respecte la biodiversité de la planète.

Sinon, on revivra comme avant : une autre épidémie, des désastres climatiques.

Isabelle Autissier

Cette crise peut-elle faire l’effet d’un électrochoc ?

Peut-être, car les citoyens, les États…peuvent avoir envie de vivre dans de bonnes conditions.

Cette crise  nous apprend qu’on n’est pas les rois de la piste ! Il y a bien entendu un paquet de gens qui diront qu’il ne faut pas ajouter de contraintes au redémarrage économique qui est essentiel, mais il faut une vision sur le long-terme, réfléchir au-delà de la finance.

La vie, ce n’est pas seulement dans les 10 minutes qui viennent… Puisqu’on vit ce drame, faisons en sorte d’en tirer quelque chose de positif.

D’autant que le premier confinement a provoqué des effets inattendus  : la baisse du trafic maritime dans le port de Cagliari, en Sardaigne, a permis le retour des dauphins ; à Venise, les eaux du Grand Canal sont redevenues limpides avec l’arrêt du commerce des bateliers, dans le parc national des Calanques, près de Marseille, on a constaté une fréquence d’animaux quasi inédite…

Quand on ralenti la cadence, ça marche  ! Mais dès la reprise, il y aura un déferlement publicitaire pour “vite, vite“ faire ceci, faire cela, avoir ceci ou cela.

Et les canaux de Venise verront de nouveau des milliers de personnes défiler pour s’aérer l’esprit.

Donc, il faut devenir raisonnable ?

Pas raisonnable, mais tout est question de plaisir et de bonheur, et ce n’est pas un bonheur d’être confiné.

Le bonheur, c’est d’aller et venir comme on veut, mais on ne peut pas faire ça n’importe comment, la planète a des limites, donc il s’agit de s’adapter collectivement. Il faut arrêter de penser que l’écologie est punitive, c’est juste une façon de penser autrement.

Et selon vous, c’est en arrêtant de vouloir tout et tout de suite, de suivre aveuglément nos désirs… redonner du sens à nos vies en quelque sorte ?

L’humain a su s’adapter, changer de nombreuses fois, on ne vit plus comme au Moyen-âge. Ce n’est pas un problème.

On peut avoir plein de désirs sans toujours vouloir posséder ; avoir des désirs sans y répondre aveuglément. Est-il vital de prendre l’avion pour aller passer un week-end aux Baléares ?

Quel est l’intérêt d’avoir une perceuse chez soi quand on s’en sert quelques heures par an, on peut aussi bien aller en emprunter une chez son voisin qui lui est un grand bricoleur plutôt que de l’acheter ?

Nous sommes des animaux sociaux. Nous sommes faits pour vivre ensemble.  On a besoin les uns des autres.

Après, ce n’est pas toujours idyllique, mais il faut remettre de la vie dans nos vies.

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Framboise Labat

Le questionnaire sportif de…Framboise Labat

Il y a quatre ans, à 60 ans, elle fut la première Française à concourir aux CrossFit Games, les Championnats du monde de la discipline qui a lieu aux États-Unis. Les premières épreuves de qualif’ 2021 viennent de débuter, une actu en or pour faire de la place à cette championne inoxydable qui continue de soulever du lourd et de se dépasser. Elle répond à nos petites questions Proustiennes. En toute simplicité.

Lire plus »
Alexandra Tavernier

Alexandra Tavernier : « Je suis une athlète, certes, mais je suis aussi une femme, une sœur, une copine… il faut me prendre dans ma globalité. »

Lorsqu’elle lance le marteau, c’est avec une force aussi bien physique que mentale. Alexandra Tavernier, 28 ans au compteur, a un joli palmarès : médaillée de bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015, d’argent aux championnats d’Europe de Berlin en 2018, recordwoman de France avec un lancer de 75,38m. Pourtant, cette athlète sensible avoue sans détour les doutes, la dépression, le mal-être qui l’ont affaiblie. Aujourd’hui, elle est une autre et nous raconte. Échange percutant.

Lire plus »
Cecilia Berder

Le questionnaire sportif de… Cécilia Berder

Elle vient de remporter le Trophée Sabre 2021, épreuve de reprise de la compétition organisée par la Fédération française d’escrime. La Quimpéroise Cécilia Berder, Championne du monde 2018, qualifiée pour les JO de Tokyo, s’est soumise au Questionnaire de Proust version ÀBLOCK! Et ça donne ça…

Lire plus »
Une course écolo, ça vous tente ?

Une course écolo, ça vous tente ?

Comment allier la découverte et le respect de la nature française à la bonne ambiance du sport ? Maud et Frédéric relèvent le défi en organisant la première édition du Trail de France. On vous dit tout.

Lire plus »
Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Marie Patouillet : « Je me suis lancée dans le sport comme on se lance dans l’inconnu. »

Née avec un handicap au pied et à la cheville, elle n’a aucune limite. Marie Patouillet, médaillée paralympique en cyclisme, a toujours été guidée par son amour du sport, son courage et sa détermination. Un dépassement de soi qui l’a menée sur la piste aux étoiles : celles des athlètes de haut niveau qui inspirent et font avancer bien des causes car cette fille-là roule pour les femmes et les athlètes handisport. Entretien.

Lire plus »
Coralie Lassource

Coralie Lassource : « Tokyo, je veux en profiter et kiffer ! »

Rio lui avait échappé en raison d’une blessure. Elle ne laissera pas passer Tokyo. Coralie Lassource, 29 ans, s’apprête à disputer les premiers Jeux Olympiques de sa carrière de handballeuse, au Japon, du 23 juillet au 8 août. L’ailière gauche de Brest, toute récente finaliste de la Ligue des Champions, endossera, pour l’occasion, le rôle de capitaine de l’équipe de France. Rencontre avec une championne qui va droit au but.

Lire plus »
Marie Mateos

Marie Mateos : « En paramoteur, je suis comme un oiseau ! »

Elle bourlinguait dans les airs, au cœur d’une montgolfière, lorsqu’elle s’est fait attraper par un autre drôle d’oiseau volant : le paramoteur. Marie Mateos s’est alors lancée dans cette nouvelle aventure et a bien vite tutoyé les cieux. Elle est l’une des rares femmes à pratiquer ce sport méconnu et a brillé à de nombreuses reprises comme Championne de France et Championne du monde. C’est parti pour l’envol !

Lire plus »
Marion Joffle

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Une nageuse faite de glace (Marion Joffle sur notre photo), un légendaire dénicheur de sprinteuses au temps de la ségrégation, une super-granny du tennis, une étude sur le sport féminin et, en prime, une question qui tue et deux initiatives à pied et à la voile, c’est le programme de la semaine sur ÀBLOCK!

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner