Louise Roussel : « À travers le vélo, nous voulons prouver aux femmes qu’elles ont toutes une place dans la société. »Louise Roussel, 31 ans, co-réalisatrice avec Océane Lepape du documentaire « Les échappées »*

Louise Roussel : « À travers le vélo, nous voulons prouver aux femmes qu’elles ont toutes une place dans la société. »
Elles souhaitaient démontrer à toutes et tous que le vélo est un formidable outil d’affirmation et d’émancipation. Louise Roussel et sa co-équipière Océane Lepape ont pédalé durant deux mois pour rencontrer des pratiquantes. Elles en ont rapporté mille souvenirs mais aussi un documentaire, « Les échappées ».

Propos recueillis par Sophie Danger

Publié le 08 juillet 2022 à 17h15

« J’ai découvert le vélo complètement par hasard. À l’époque, mon frère venait de se faire larguer et il voulait passer un week-end avec sa petite sœur pour se réconforter.

Nous étions jeunes, nous n’avions pas d’argent et je lui ai proposé de relier Lille à Amsterdam en vélo. Ce périple, c’était l’assurance de ne pas avoir trop à dépenser mais surtout la possibilité de vivre quelque chose de fort tous les deux.

J’avais, pour tout équipement, le vélo de ma mère. Il n’était pas du tout adapté à ma taille, encore moins au voyage et j’ai détesté autant que j’ai aimé. L’année d’après, pourtant, je suis repartie mais seule, cette fois, et j’ai mis le cap sur Budapest.

Je traversais une période de ma vie durant laquelle j’étais très sollicitée d’un point de vue professionnel et je crois que j’avais besoin de me retrouver seule pendant quelques semaines. Le vélo me le permettait. Le côté découverte et dépassement de soi qui va avec me parlait aussi et c’est comme ça que j’en suis tombée amoureuse.

©Sophie Gateau

Le temps passant, j’ai appréhendé le vélo sous un autre angle que celui du seul voyage. J’ai eu un accident de voiture et j’ai dû mettre mon véhicule à la casse. J’ai décidé de ne pas en racheter et de privilégier le vélo qui est devenu un moyen de locomotion.

Et puis, progressivement, ma pratique a rejoint mon engagement militant. En 2018, j’ai créé « vai ma poule »**, une association qui organise des activités autour du vélo à destination des réfugiés et des demandeurs d’asile.

C’est à cette occasion que j’ai compris toute la puissance du vélo, un créateur de liant qui permet à des gens dont l’horizon est nuageux de l’éclaircir par le biais, par exemple, de week-ends organisés pour leur permettre de sortir de la ville, d’en découvrir les environs.

©Sophie Gateau

Mon rapport au vélo est devenu plus sportif lorsque je suis entrée chez Décathlon. J’y ai travaillé deux ans et j’ai côtoyé des gens qui en faisaient beaucoup et vite. À ce moment-là, j’ai commencé à rouler, à allonger les distances jusqu’à faire la Tuscany Trail.

J’ai commencé à prendre conscience du décalage qui existait entre les hommes et les femmes et de la toute petite place qui leur était la-leur dans ce milieu. Sur la Tuscany Trail, par exemple, nous étions vingt femmes sur huit-cent-cinquante participants.

Dans le cadre de mon travail, nous étions deux ou trois dans une équipe de vingt personnes. Porter des messages, pousser pour avoir des produits conçus pour les femmes dont la date de sortie coïncide avec les produits conçus pour les hommes et non pas trois ans après n’était pas évident.

Je savais pourtant qu’il y avait des femmes dans ce milieu, mais je ne les voyais pas. Or, c’est bel et bien une femme qui m’avait donné la première poussée, celle qui permet de se lancer sans les petites roulettes.

Ma marraine aussi a compté dans mon parcours. C’est également une femme qui a fait naître chez moi l’envie de me lancer sur de longues distances…

Pendant le deuxième confinement, je me suis embarquée dans l’écriture d’un livre, « Le guide du vélo au féminin ». Si je devais le décrire, je dirais que c’est surtout un objet hybride avec beaucoup de récits : mon histoire avec le vélo, mais également celles d’autres femmes, des portraits, le tout assorti de quelques clefs pour pouvoir se lancer.

Lorsque le livre est sorti, je me suis interrogée : « Comment le faire exister dans la vie des gens et pas seulement dans une bibliothèque ? ». Une idée a alors germé, celle d’aller à la rencontre de femmes, celles dont parle le livre, mais pas uniquement.

À force d’en discuter avec Océane, ma compagne, nous en sommes arrivées à la conclusion que partir était bien, mais qu’il serait dommage de ne rien faire de ces futures rencontres et c’est comme cela que l’envie de faire un documentaire est né.

Et puis, nous avons décidé de nous lancer toutes les deux. Cela nous permettait d’avoir un regard différent et plus approfondi sur le sujet.

©Sophie Gateau

Notre virée en vélo a duré deux mois. La seule chose qui me tracassait, c’était de ne pas avoir le temps de faire tout ce que nous voulions durant ces huit semaines.

Le jour où nous avons enfin quitté Lille, j’ai pleuré de soulagement : nous avions réussi ! Les quelques craintes que j’avais eues s’étaient envolées et, par la suite, ça n’a plus été que du bonheur.

Enfin du bonheur… Nous avons commencé par rouler pendant trois semaines sous la pluie ! Nous ne comprenons toujours pas pourquoi ces conditions ne nous ont pas poussées à sauter dans un train et rebrousser chemin mais, je pense c’est en grande partie parce que nous étions tellement portées par notre projet, par ces rencontres quotidiennes, par le fait d’avoir parfois des gens qui roulaient avec nous !

©Sophie Gateau

À ce propos, j’ai un souvenir qui me revient en mémoire. Nous étions en Suisse-Normande, une région hyper vallonnée avec des côtes un peu raides, et nous avons pris une grosse, grosse pluie. J’étais à pied, je poussais le cargo, mes surchaussures ne tenaient pas… J’étais au fond du seau et je n’avais qu’une envie : jeter mon vélo dans le fossé.

La seule chose que j’entendais, c’était Océane qui me motivait. Après une énième descente et un gros orange, nous nous sommes mises à l’abri dans une grange et là, le propriétaire nous a apporté du café, des cookies sans que nous ne lui ayons rien demandé. C’est ça aussi la beauté du voyage.

Au fil des jours, je me suis rendu compte que je ne connaissais rien au milieu du vélo. Je l’abordais par le prisme de ma pratique et j’ai compris qu’il y avait une infinité d’autres manières de l’envisager et d’en faire.

Au retour, nous avons travaillé sur notre film, « Les échappées ». Avant la première, qui a eu lieu le 14 avril à Paris, nous l’avons projeté dans un collège en Picardie.

C’est important pour nous de sortir du milieu du vélo et d’aller vers des gens qui ne sont pas forcément au fait des questions de féminisme, des sports de plein air. C’est important de toucher un autre public.

©Sophie Gateau

À l’heure où l’on se parle (l’interview a été réalisée le 10 juin 2022, Ndlr), nous en sommes à la dix-huitième projection. Chaque fois, cela donne lieu à des échanges incroyables.

À Gérardmer par exemple, une dame d’une soixantaine d’années est venue à nous pour nous dire : « J’aurais rêvé voir ça quand j’avais 20 ans car ma vie aurait été différente ». Je trouve que c’est un compliment de dingue.

La suite ? On nous pose souvent la question mais nous sommes trop dans le présent pour réussir à envisager le futur. Ce que nous savons, en revanche, c’est que nous avons très envie de continuer à le projeter dans les établissements scolaires, les centres sociaux pour essayer d’inspirer, de créer des rôles-model.

Le vélo est, je pense, le seul outil qui permet de parler de l’appropriation de l’espace public, des cours de récréation, des métiers mécaniques, de sport de haut niveau, d’aventures, de voyages…

Nous avons envie de montrer, à travers ça, aux petites comme aux vieilles filles qu’elles ont toutes une place dans la société et qu’elles sont les bienvenues partout. »

©Sophie Gateau

Ouverture ©Sophie Gateau

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Elles aussi sont inspirantes...

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Sergent-chef Marlène P. : « Sans sport, je suis invivable ! »

Première femme moniteur parachutiste de l’histoire de son régiment, basé à Montauban, elle est aussi une excellente triathlète. Petite, sa famille la surnommait, “l’adjudant-chef“, autant dire que sa vocation militaire n’aura été une surprise pour personne. Et le sport dans tout ça ? Il fait partie du pourquoi de son engagement. Témoignage d’une femme de troupe.

Lire plus »
Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Julia : « Faire le Tour de France un jour avant les hommes était l’occasion de vivre une aventure à la fois humaine et sportive. »

Elle s’est engagée dans un marathon à vélo de vingt-et-un jours et plus de 3 300 kilomètres ! Julia Favresse fait partie des neuf cyclistes retenues par l’association « Donnons des elles au vélo J-1 » pour parcourir les étapes du Tour de France un jour avant le peloton hommes. Un défi sportif XXL pour la Beauvaisienne dont l’ambition, à terme, est de développer le sport féminin dans les Hauts-de-France.

Lire plus »
Camille : « Le sport outdoor me permet de revenir à l'essentiel.»

Camille : « Le sport outdoor, ça permet de revenir à l’essentiel.»

Elle a quitté Paris et une vie confortable sur un coup de tête. Camille Dubois-Leipp s’est installée à Annecy avec l’envie de profiter, chaque jour, d’un terrain de jeu naturel propice à la pratique sportive. Une passionnée des grands espaces qui a mis à profit ce nouveau départ pour créer Outtrip, une plateforme dont l’ambition est de rendre les activités de pleine nature plus accessibles et plus inclusives.

Lire plus »
Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Adélaïde : « En parkour, pas besoin de faire des vrilles ou de grimper sur les toits pour s’amuser ! »

Elle a découvert ce sport acrobatique par hasard. Et n’a plus jamais cessé de pratiquer depuis. Adélaïde Gandrille, traceuse et présidente de l’association Pink Parkour, a trouvé dans le PK comme on appelle le parkour chez les initiés, un moyen de s’épanouir, physiquement et intellectuellement. Témoignage d’une fille qui sait comment franchir tous les obstacles.

Lire plus »

Vous aimerez aussi…

Sophia Popov

Sophia Popov, la golfeuse qui rêve en green

Affaiblie par la maladie de Lyme et à deux doigts de ranger ses clubs à jamais, elle a finalement gagné son tout premier Grand Chelem cet été. La golfeuse américano-allemande est un exemple de persévérance. Son conte de fées ou plutôt de « tees » (puisqu’on parle de golf…) entre illico dans la belle histoire du sport !

Lire plus »
Katie Schide, l'ultra-traileuse au sommet 

Katie Schide, l’ultra-traileuse au sommet 

L’Ultra-Trail du Mont Blanc, UTMB pour les initiés, a une nouvelle reine : Katie Schide. Déjà une des meilleures dans les courses extrêmes, l’Américaine a signé le plus beau succès de sa carrière, le 26 août dernier. Une victoire qui récompense les choix forts d’une championne ÀBLOCK!

Lire plus »
La question qui tue

Si le sport et moi, ça fait deux, c’est pas de ma faute, hein ?

À voir les sœurs Serena et Vénus Williams ou le duo père-fils Yannick et Joakim Noah, on est en droit de se demander si le sport n’est pas aussi une affaire de génétique ? Ni une ni deux, on a ouvert nos livres de science pour déterminer si on peut avoir des prédispositions sportives (ou non). Petit tour de la question en deux-trois mouvements !

Lire plus »
Corse coach vocab

Une Corse ? Cékoiça ?

Ça a un peu à voir avec l’île de Beauté, mais davantage encore avec le plongeon. Mais aucun lien avec l’univers de la natation. Alors, c’est quoi ? Une technique de défense en volley-ball ! Les joueurs, les coachs, ont leur langage, selon les disciplines qui, elles aussi, sont régies par des codes. Suite de notre petit lexique pratique, le dico « Coach Vocab ».

Lire plus »
Laura Tarantola

Le questionnaire sportif de… Laura Tarantola

Elle vient de remporter le titre de championne de France indoor d’aviron. Sans réelle surprise, toutefois : Laura Tarantola a les épaules larges ! Mais c’est sur l’eau que la Championne du Monde 2018 passe la plupart de son temps, s’entraînant pour décrocher l’or aux prochains JO de Tokyo. Entre deux coups de rame, elle a bien voulu nous éclairer sur quelques pans de sa personnalité.

Lire plus »
Camille Prigent

Camille Prigent : « Le kayak, ça t’apprend la résilience… »

Tombée dans la marmite tourbillonnante du kayak quand elle était petite, la kayakiste de 22 ans semble voler sur l’eau depuis son titre aux JO de la Jeunesse et ses victoires en championnats nationaux, européens et mondiaux. La tête sur les épaules et armée d’une motivation sans faille, Camille Prigent trace avec détermination son sillon pour Paris 2024.

Lire plus »
Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis

Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Lire plus »
Il était une fois le tennis de table… féminin

Il était une fois le tennis de table… féminin

La fédé française de tennis de table vient de créer sa « Cellule 2024 », au sein de laquelle évolueront les meilleurs pongistes français.es. Objectif : mettre toutes les chances de son côté aux Jeux Olympiques de Paris 2024. L’occasion toute trouvée pour revenir sur les débuts féminins dans cette discipline plutôt égalitaire…

Lire plus »

Bouger, j’aimerais bien, mais…

Avec le confinement, beaucoup tentent de saisir l’occasion de remettre leur corps en mouvement. Pas facile pourtant, surtout lorsqu’on est seul et que l’espace sportif se limite à ses quatre murs. Alors, généralement, on commence fort puis on se fatigue.
Mais pourquoi si peu d’enthousiasme, même en sachant que le bien-être est au bout de la séance ? Explications.

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner