Debi Thomas4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes

Debi Thomas, 4 minutes pour porter un coup fatal aux stéréotypes
Elle a su bousculer un ordre, jusqu’alors, bien établi. En décrochant la médaille de bronze en patinage artistique à Calgary, au Canada, en 1988, Debi Thomas est devenue, à 20 ans, la première athlète noire à grimper sur un podium lors des Jeux Olympiques d’hiver. Un tour de force extraordinaire de la part de l’Américaine qui attend, depuis plus de trente ans, celle qui prendra le relais.

Par Sophie Danger

Publié le 20 septembre 2021 à 17h27, mis à jour le 08 novembre 2021 à 9h29

La grande majorité des spectateurs massés dans les tribunes de l’Olympic Oval de Calgary le savent : ce samedi 27 février 1988, c’est une page de l’histoire des Jeux Olympiques qui est en passe de s’écrire et ce, sous leurs yeux !

Un rendez-vous extraordinaire dont l’issue va se jouer entre deux protagonistes, deux femmes. D’un côté, une Américaine, Debra Janine Thomas, plus connue sous le nom de Debi Thomas, et de l’autre, une Allemande de l’Est, Katarina Witt.

Deux sportives d’exception qui, depuis trois hivers déjà, n’ont de cesse de se disputer les honneurs sur les patinoires du monde entier.

Au nombre de titres, avantage à l’Européenne. À 22 ans, celle que la presse surnomme « le plus beau visage du socialisme » a été sacrée par trois fois déjà aux Championnats du monde (1984, 1985, 1987).

La seule couronne qui lui ait échappé est celle de 1986 et c’est sa rivale de l’Ouest qui s’en est emparée.

En cas de succès au Canada, Witt, championne olympique sortante, pourrait non seulement prendre sa revanche sur Thomas mais également s’inviter dans les traces de la Norvégienne Sonja Henie, seule patineuse à avoir réussi le tour de force de conserver le titre suprême.

« Le plus beau visage du socialisme » alias Katarina Witt

Debi Thomas, elle aussi, joue gros. La native de Poughkeepsie, dans l’État de New York, 20 ans, patine depuis ses 5 ans, mais s’est révélée il y a deux ans à peine sur la scène US.

Première Afro-Américaine de l’histoire sacrée championne des Etats-Unis en patinage artistique, elle a confirmé, dans la foulée, son immense talent en mettant le monde à ses pieds… aux dépends de Witt !

Une place dans le trio de tête à Calgary lui permettrait d’asseoir un peu plus sa légende naissante en devenant la première sportive noire, toutes disciplines confondues, à remporter une médaille olympique aux Jeux d’hiver.

L’enjeu est phénoménal, la pression plus encore. Malgré tout, Debi Thomas est confiante. Des mois qu’elle s’entraîne pour cette échéance aux côtés d’Alex McGowan, le coach de toujours, et de Robin Cousins, champion olympique en 1980.

Une aventure à laquelle ont également participé l’immense Mikhail Baryshnikov, considéré comme l’un des plus grands danseurs de tous les temps, et George de la Pena, l’un de ses chorégraphes.

Un cocktail détonnant qui lui a permis de prendre, d’emblée, la première place du classement général.

En tête sur Witt à l’issue des figures imposées et du programme court, l’Américaine n’est plus qu’à quatre minutes du sacre suprême.

Quatre minutes ! Une poignée de secondes fugaces ou une éternité, c’est selon, qu’elle s’apprête à égrener sur un air d’opéra, le somptueux Carmen de Bizet.

Ironie du sort, sa concurrente s’est entichée du même morceau. La faute à pas de chance. Le public de Calgary aura donc droit à deux Andalouses. Les neuf juges également.

C’est Witt, programmée en avant-dernière position, qui donnera le « la ». Debi Thomas, elle, fermera le bal.

La prestation de la Berlinoise est à la hauteur de l’évènement. Envoutante, ensorcelante, elle réalise un quasi sans-faute. Un triple boucle piqué devenu double à déplorer, pas plus.

Debi Thomas, qui a assisté à la démonstration, sait qu’elle a les ressources pour aller la chercher. Moins charmeuse peut-être, mais bien plus athlétique et surtout, tout aussi guerrière. Du moins jusqu’à ce soir de février.

Le passage de Witt l’a ébranlée. Au moment de pénétrer sur la glace, elle semble ailleurs, perdue dans ses pensées. Première combinaison, premier couac. La réception est hésitante, mais la protégée d’Alex McGowan se reprend.

L’or olympique est encore à portée et elle tente, vaille que vaille, de poursuivre son récital. Avant de trébucher de nouveau. Deux faux-pas au total qui vont rapidement devenir quatre.

Désespérée, Debi Thomas n’y est plus. Et la tant attendue « bataille des Carmen » va finalement tourner court. Quatrième du programme libre, l’Américaine doit se contenter du bronze derrière Witt et la Canadienne Elizabeth Manley.

Une contre-performance qui lui vaut néanmoins d’entrer de plain-pied dans l’Histoire et de sa discipline et des Jeux Olympiques.

Première athlète noire à s’inviter sur le podium d’une discipline qui, jusqu’alors, n’avait sacré que des athlètes blancs, Debi Thomas, Carmen malheureuse, a réussi le tour de force immense de porter un coup fatal aux stéréotypes.

Et si, depuis elle, aucune autre patineuse noire n’est parvenue à intégrer le trio de tête olympique, l’Américaine a néanmoins permis à nombre de petites filles d’oser, enfin, pousser les portes d’une patinoire, sanctuaire qu’elles pensaient, jusqu’alors, réservé à d’autres.

Ouverture Image Source

D'autres épisodes de "Patinage, ces filles qui ne laissent pas de glace"

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Cyclisme

La Grande Boucle fait un pied de nez au Covid-19

Le Tour de France aura finalement lieu en août. Il est le seul événement sportif à être maintenu en 2020. Ni reporté ni annulé, la plus célèbre course cycliste prendra la route avec plus d’un mois de retard sur le calendrier, mais ça va rouler malgré tout. Les coureuses, elles, vont (encore) devoir patienter. Autant dire que le Tour féminin n’est plus envisagé.

Lire plus »
Diana Nyad La nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

Diana Nyad, la nageuse qui s’est jouée des requins en chantant

En 2013, elle reliait à la nage, sans aucune protection contre les requins, Cuba à Key West, en Floride. Elle avait 64 ans. L’Américaine Diana Nyad était alors surtout connue pour avoir été championne de squash dans les années 80. Mais son rêve, c’était de relever ce défi aquatique. She did it. Et elle se raconte dans cet épisode du podcast « Merci pour ce moment » signé Quentin Faure.

Lire plus »
Lydia Bradey

Lydia Bradey, l’insatiable alpiniste en quête de liberté

Elle est la première femme à avoir atteint, en 1988, le sommet de l’Everest sans oxygène. Mais son record a longtemps été mis en doute par ses compagnons d’expédition. Une suspicion qui poursuivra la Néo-Zélandaise Lydia Bradey pendant des années avant qu’elle ne soit enfin réhabilitée. Histoire d’une alpiniste et guide de haute-montagne qui n’a jamais lâché le piolet.

Lire plus »
Lisa Pou

Lisa Pou, comme un poisson dans l’eau

Elle a 22 ans et son oxygène, elle le puise dans les flots. La nageuse de l’AS Monaco, vient de décrocher son premier titre de Championne de France d’eau libre, en solitaire, sur 10 km, et son 3e titre consécutif sur le 25 km. Une fille dans son élément.

Lire plus »
Jeux de Beijing 2022 Les pionnières des JO d'hiverMarielle et Christine Goitsche

Jeux de Beijing 2022 : les pionnières des JO d’hiver

Les Jeux Olympiques de Pékin sont maintenant à porté de skis. En attendant le 4 février, ÀBLOCK! vous propose de (re)plonger dans l’histoire féminine des JO d’hiver. Retour sur 6 pionnières olympiques (dont les soeurs Goitschel sur notre photo) qui ont fait de la neige et la glace leurs podiums.

Lire plus »
Paris-Roubaix : l'Enfer des dames, saison 2 !

Paris-Roubaix : l’Enfer des dames, saison 2 !

Elles s’apprêtent à rouler en éclaireuses. Ce samedi 16 avril, la veille du départ des hommes, la deuxième édition du Paris-Roubaix féminin s’élancera sous le soleil nordiste. Des coureuses qui vont battre le pavé. Ou presque, car ces acharnées-là savent très bien où elles vont et pourquoi elles roulent : vers une plus grande reconnaissance des filles dans le cyclisme. Parcours mythique, casting de rêve… Attention au blockbuster !

Lire plus »
Retour en haut de page

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner