Ça n'engage que moi...

Didier Seminet : « Au baseball comme ailleurs, les femmes doivent pouvoir s’épanouir dans toutes les disciplines. »

Didier Seminet, baseball

Par Didier Seminet, président de la Fédération française baseball et softball (FFBS)*

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Historiquement dans le monde, le baseball était un sport réservé aux hommes et les femmes étaient poussées vers le softball, un dérivé créé pour continuer à jouer au baseball dans des espaces plus contraints. On peut noter la All American Girls Association of Professional Baseball comme l’une des rares incursions des femmes dans le baseball lors du siècle dernier. Cette histoire, qui a d’ailleurs fait l’objet d’un film, est celle de femmes qui ont joué au baseball aux États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale alors que les hommes étaient au front.

L’émancipation des femmes dans la société et le développement du sport féminin a fait évoluer les mentalités et les barrières sont progressivement tombées, la Fédération internationale finissant par encourager le développement de la pratique féminine du baseball en lançant une Coupe du Monde au début des années 2000.

Une jeune fille devenue icône

Lorsque j’ai été élu Président en 2010, les filles n’avaient pas le droit de jouer avec les garçons passé l’âge de 15 ans. La Fédération les orientait vers le softball et nous les perdions si celles-ci ne souhaitaient pas le pratiquer. Nous avons changé cela et nous sommes appuyés sur une jeune fille devenue l’une des icônes du baseball féminin dans le monde, Mélissa Mayeux.

Mélissa était plus forte que les garçons et nous ne voyions pas pourquoi elle ne pourrait pas jouer avec eux. Nous avons donc progressivement fait tomber les barrières et autorisé la mixité dans toutes les catégories d’âge, permettant aux femmes qui le souhaitaient de continuer à jouer au baseball. Mélissa a intégré le Pôle France Baseball et est devenue la première femme inscrite sur la liste d’éligibilité de la Ligue majeure de baseball, plus grande ligue professionnelle de baseball au monde, générant une attention médiatique jusqu’alors inédite pour le baseball français et le baseball féminin à l’international.

Evolution des mentalités

Pour soutenir le développement de la pratique féminine du baseball, nous avons aussi été à l’initiative de la création d’une Équipe de France et avons organisé la première édition des Championnats d’Europe de Baseball Féminin en 2019, une première historique remportée par les Bleues qui ont décroché une qualification pour la Coupe du Monde de Baseball Féminin WBSC 2020.

Clin d’œil de l’histoire, Mélissa a poursuivi son cursus Outre-Atlantique en décrochant une bourse pour pratiquer le softball dans le milieu universitaire. Aussi à l’aise avec le baseball que le softball, Mélissa démontre que les femmes peuvent et doivent avoir le droit de s’épanouir dans toutes les disciplines de la Fédération et que celles-ci ne doivent pas être en opposition.

Symbole de cette évolution des mentalités le Baseball5, version urbaine du baseball softball dont la Fédération Française a contribué au développement, est une discipline mixte par naissance et le premier sport collectif mixte à intégrer le programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse.

*Didier Seminet est le président de la Fédération française de baseball et softball (FFBS).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email

Vous aimerez aussi…

louise lenoble highline

Louise Lenoble – Totalement perchée

Grande prêtresse de la highline, elle passe sa vie à marcher sur des sangles au-dessus du vide, là où le vent l’emporte. Le monde lui tend les bras et elle nous raconte son histoire, celle d’une étudiante en médecine devenue nomade pour s’offrir une existence vertigineuse. Zoom sur une fille d’exception. 

Lire plus »
Jutta Kleinschmidt

Jutta Kleinschmidt, la folle du volant

C’était en 2001. Il y a vingt ans, Jutta Kleinschmidt mettait « à mâle » les sports mécaniques en inscrivant son nom au palmarès du Paris-Dakar. Première femme à remporter le plus célèbre des rallyes-raids du monde, elle continue, depuis, à militer pour la cause des femmes dans un domaine très masculin. Portrait d’une pionnière qui en a sous le capot.

Lire plus »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin