Rechercher

Clémence Simon : « Se comparer aux autres est tentant, mais mieux vaut éviter… »

Haltérophilie
Le week-end dernier, j’ai participé à une compet’ où l’on a testé la charge la plus lourde que nous pouvions épauler. Certaines filles ont fait des barres supérieures à la mienne. Est-ce que ça m’a rendue jalouse ? Non. Parce que c’est rarement constructif.

Par Clémence Simon, crossfiteuse et fière de l’être*

Publié le 24 mai 2023 à 14h00

Je pratique un sport de chiffres. Non, je ne suis pas Championne du monde des experts-comptables : je fais du CrossFit. Or, au CrossFit, nous aimons les pourcentages, les statistiques et la quantification. À croire que ce sport a été lancé par Sébastien et son acné, après sa Terminale Spé Maths.

La preuve de cet attachement à la quantification ? Il existe un panel d’entraînements, appelés des benchmarks – de grands classiques de la discipline – que nous faisons plus ou moins régulièrement afin de mesurer notre progression. Nous testons également nos 1RM – une répétition maximum – sur différents mouvements d’haltérophilie ou de force athlétique. Je sais donc quelle charge je suis en mesure de soulever sur de l’arraché ou du développé couché  (« pousse-tétés » pour les intimes).

Le week-end dernier, j’ai même participé à une compétition durant laquelle nous avons testé la charge la plus lourde que nous pouvions épauler. Certaines filles ont fait des barres supérieures de 15 kilos à la mienne. Est-ce que ça m’a rendue jalouse ? Non. Je me suis même arrêtée en pleine épreuve pour les applaudir.

Si je vous dis ça, ce n’est pas pour que vous demandiez ma canonisation à l’Église catholique. C’est simplement pour vous expliquer que se comparer aux autres est rarement constructif.

La championne de CrossFit, Carole Castellani

À mes débuts dans la discipline, je suis tombée dans cet écueil. Non seulement, je regardais les performances des autres, mais je les jalousais. Sauf que ces personnes n’avaient pas forcément le même parcours ou la même vie que moi. Certes, j’étais une débutante. Mais j’étais surtout un petit loukoum dont la seule véritable expérience sportive était une pratique de la danse Modern Jazz, une fois par semaine à la MJC du coin.

Peut-être que ces personnes, même si elles débutaient elles aussi, avaient autre chose que « On voit bien que Clémence fait des efforts » écrit à la rubrique EPS sur leurs carnets de notes. Peut-être qu’elles avaient pratiqué un autre sport avec assiduité, pendant longtemps. Peut-être faisaient-elles très attention à leur hygiène de vie (ce qui à l’époque, était loin d’être mon cas puisque je jouais pour la team Ben &Jerry). Peut-être avaient-elles un métabolisme ou une constitution différente de la mienne. Bref, de nombreux facteurs entrent en compte !

©Shutterstock

Et ce n’est pas parce qu’on fait le même entraînement qu’on va avoir les mêmes résultats. Sauf que, ne pas tenir compte de ces différents facteurs, c’est s’exposer à la frustration et à l’amertume. Est-ce vraiment nécessaire ? En particulier dans une pratique dite « de loisir » ? Je suis lucide : je ne ferai jamais les CrossFit Games (les championnats du monde de ce sport) – sauf peut-être dans le public avec une bière bien fraîche à la main. Je n’ai pas d’autres objectifs que ceux de m’amuser, de me vider la tête et de progresser, à mon rythme.

« L’autre » peut être une source de motivation ou d’inspiration mais certainement pas un.e ennemi.e (même si le terme est fort). Il ou elle peut nous motiver à nous dépasser– d’ailleurs, je ne fais que le constater depuis que je m’entraîne aux côtés d’une formidable coéquipière. Elle est forte, très forte. À chaque entraînement que nous partageons, elle me pousse à m’améliorer.

Alors, je bosse, encore plus dur. Pas pour concurrencer ou dépasser quiconque, mais simplement pour avoir encore plus d’occasions de s’amuser, ensemble, et de cultiver l’émulation.

*Clémence Simon est journaliste et grande sportive. Adepte de CrossFit, elle a créé un blog sur sa passion pour cette discipline exigeante, I hate Wall balls (La Belle et la Bête).

Ouverture ©Shutterstock

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Cédrine Kerbaol, pédaler pour s’échapper

Cédrine Kerbaol, pédaler pour s’échapper

L’an dernier, une blessure l’avait privée de la première édition de la grande boucle féminine, cette fois, rien ne pouvait l’empêcher d’être sur la ligne de départ. Et la Bretonne Cédrine Kerbaol, 22 ans, y fait déjà des étincelles. Si on se plongeait dans la tête de l’une des coureuses françaises les plus prometteuses ?

Lire plus »
equitation femme

L’équitation, un sport mixte, vraiment ?

À la différence de nombreux autres sports, l’équitation a toujours été un sport mixte. En compétition, sur ses trois disciplines majeures – saut d’obstacles, dressage et concours complet -, les femmes sont les égales des hommes. Pourtant, il ne s’agit pas encore d’une réelle parité.

Lire plus »
Clarisse Agbegnenou

Clarisse Agbegnenou : 5 infos pour briller en kimono

Désignée porte-drapeau de la délégation française aux JO de Tokyo 2021 au côté du gymnaste Samir Ait-Saïd, elle est multiple médaillée en trois couleurs, et surtout de la plus belle… l’or. La judokate a su s’imposer sur les tatamis et devenir l’une des meilleures combattantes mondiales. Retour sur 5 infos marquantes de la carrière de Clarisse Agbegnenou.

Lire plus »
La question qui tue fitness

Moi, je veux seulement muscler mes fesses, c’est bien…non ?

Attention, voici venir la question qui tue sur les réseaux sociaux ! Sur Insta ou sur TikTok, les influenceuses au postérieur généreux se multiplient comme des petits squats. C’est devenu une tendance sportive : muscler (surtout) les fessiers. Mais si tu veux savoir rebondir en sport, est-ce vraiment ce qu’il faut fesse, euh, faire ? La réponse avisée de notre coach Nathalie Servais.

Lire plus »
Muchova pour un nouvel exploit ?

Muchova pour un nouvel exploit ?

Terminée la passe compliquée. Karolina Muchova, en délicatesse depuis l’US Open 2021, a créé la surprise en s’invitant en finale du tournoi de Roland-Garros après une remontée spectaculaire face à la Biélorusse Aryna Sabalenka, N°2 mondiale. La Tchèque devra réitérer l’exploit ce samedi face à la patronne du circuit Iga Swiatek.

Lire plus »
Angélique Chetaneau

Le Best-of ÀBLOCK! de la semaine

Surf, yoga, course, CrossFit, athlétisme, cyclisme ou encore natation, le sport a encore une fois fait les belles heures d’ÀBLOCK! la semaine dernière…Entre témoignages de pratiquantes acharnées, histoires de sportives du passé, entretiens avec une athlète green ou une candidate à la présidence du Comité national olympique, en passant par un petit questionnaire Proustien à une championne qui envoie du lourd, on s’active grave. Et c’est pour vous.

Lire plus »
Manaé Feleu : « Quand t'es une fille et que tu dis que tu joues au rugby, on te répond que c’est un sport de brutes . »

Manae Feleu : « Quand je dis que je joue au rugby, on me répond que c’est un sport de brutes . »

Elle mène de front études de médecine et sport de haut niveau. Manae Feleu, 22 ans, a fait ses premières passes au ballon ovale à Futuna avant de tenter l’aventure sur le continent. La deuxième ligne des Amazones de Grenoble, cinq sélections en équipe de France A, n’a qu’un souhait : continuer à tout mener de front et être championne du monde de rugby en 2025. Rencontre.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner