Rechercher

Sandrine MartinetLe judo pour mettre le handicap au tapis

Sandrine Martinet, le judo pour mettre le handicap au tapis
Championne paralympique de judo en 2016, à Rio, deux fois médaillée d’argent et douze fois Championne de France, Sandrine Martinet, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques qui débutent le 24 août, est une incontournable du parajudo qui s’avance, plus forte que jamais, sur le tatami pour ses cinquièmes Jeux. Attention, elle va faire ippon à Tokyo 2021 !

Par Claire Bonnot

Publié le 12 août 2021 à 21h53, mis à jour le 02 septembre 2021 à 18h06

« On peut avoir une putain de vie en étant en situation de handicap », lance cette wonderwoman des tapis sur le site de Paris2024. Cette battante s’appelle Sandrine Martinet et elle n’a jamais rien lâché pour atteindre son rêve sportif.

C’est à l’âge de neuf ans qu’elle enfile le kimono de judo. L’objectif ? Canaliser son énergie et… sa colère contre les moqueries des enfants du milieu scolaire.

La petite-fille a un handicap visuel qui l’oblige à se lever pour voir ce qu’il y a écrit au tableau.

Une injustice qui lui forge un caractère de battante, le mental parfait sur le terrain du sport … : « Je trouvais tellement injuste d’avoir mon handicap, d’avoir à faire tous ces efforts, et d’être moquée en retour. (…) finalement, ça m’a forgé un caractère de battante, je voulais prouver que je pouvais réussir, aux autres et à moi-même ».

En s’inscrivant dans son premier club de judo à Vincennes, déjà sensibilisé aux pratiquants en parajudo, elle découvre un tout autre accueil et s’intègre à merveille. Sandrine n’a pas l’habitude d’abandonner.

Une attitude qui lui ouvre les portes du sport à haut niveau : « Je sentais qu’à la base, les sports de combats n’étaient soi-disant pas trop faits pour nous, les filles. Mais moi justement, plus on me dit ça, plus ça me donne envie d’y aller. »

La suite ? Première compétition handisport de juniors à l’âge de seize ans, elle se place finaliste puis remporte ses premiers championnats de France, ses premières sélections pour les stages en équipe de France, puis pour les Championnats du monde en 2002. Elle a 20 ans.

Entre-temps, elle a passé son Bac S et commence à exercer en tant que kinésithérapeute. 2002 signe, pour elle, le début de la compétition !

En 2004, direction ses premiers Jeux Paralympiques à Athènes. Sacré parcours puisqu’elle va jusqu’en finale. En 2008, pour ceux de Pékin, elle décroche, à nouveau, l’argent. Quatre ans plus tard, à Londres, elle se blesse et perd sa course vers l’or.

Pourtant, l’incroyable sportive qui ne connaît pas le terme « abandon » poursuit le combat, surmontant la souffrance.

Quand la fin du match sonne, elle quitte le tatami en larmes. Pourtant, son âme de compétitrice a gagné ! Elle prendra sa revanche, quatre ans plus tard, à Rio et quelle revanche ! Sandrine Martinet décroche l’or tant attendu ! Quelle athlète !

L’épouse et maman de deux enfants hésite alors à prendre sa retraite sportive pour s’occuper de sa vie de famille, mais difficile pour une telle lionne qui, outre, les titres olympiques, s’est imposée sur les compétitions internationales pendant des années : championne du monde en 2006 puis 2019, championne d’Europe en 2007 puis 2019…

Surtout que « Tokyo, c’est le pays du judo », dit-elle dans une interview sur France3. Elle remet alors le kimono et prépare les JO de Tokyo.

« Ça y est dernier câlin, vous allez tellement me manquer, je vous aime plus que tout », écrit Sandrine Martinet sur son compte Facebook.

Le sport est devenu comme une deuxième peau, une respiration : « Par le sport, j’ai gagné une reconnaissance des autres qui m’a tellement manqué quand j’étais gamine. C’est tellement d’énergie positive. »

Cette année, elle est porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques et compte bien honorer les couleurs de sa nation dans la catégorie des -48 kilos.

Clarisse Agbegnenou et Samir Aït Saïd, Sandrine Martinet et Stéphane Houdet, 4 porte-drapeaux, 2 olympiques, 2 paralympiques. 

« Je ne pense pas à la pression, celle d’être la personne qu’on attend, la numéro un. Je veux être dans les meilleures conditions possibles pour décrocher cette deuxième médaille d’or. Je veux surtout prendre du plaisir, parce que, parfois, avec les blessures et à presque 40 ans, y’a la dureté du niveau et de se séparer de sa famille », confie-t-elle.

Quel que soit le résultat, Sandrine Martinet compte bien partager son histoire pour motiver les futurs athlètes paralympiques et augmenter la visibilité du paralympisme : « Pourquoi pas me former pour être kiné d’une équipe olympique ? Je veux aussi utiliser mon histoire et mon vécu pour sensibiliser un plus grand nombre de gens ».

Un exemple de sportive 100 % ÀBLOCK!

Soutenez ÀBLOCK!

Aidez-nous à faire bouger les lignes !

ÀBLOCK! est un média indépendant qui, depuis plus d’1 an, met les femmes dans les starting-blocks. Pour pouvoir continuer à produire un journalisme de qualité, inédit et généreux, il a besoin de soutien financier.

Pour nous laisser le temps de grandir, votre aide est précieuse. Un don, même petit, c’est faire partie du game, comme on dit.

Soyons ÀBLOCK! ensemble ! 🙏

Abonnez-vous à la newsletter mensuelle

Vous aimerez aussi…

Romane Miradoli, ce n'est que le début…

Romane Miradoli, ce n’est que le début…

Le futur du ski alpin français féminin s’annonce chargé. Romane Miradoli compte bien s’en assurer. Malgré les coups durs, la spécialiste du Super-G a prouvé qu’elle pouvait rivaliser avec les meilleures. Et elle n’a pas fini de progresser…

Lire plus »
Faustine Noël, l’envol d’une pionnière du parabadminton français

Il était une fois le badminton… féminin

Un bouchon de champagne décoré de plumes…le badminton était né ! Nous sommes en 1873 et ce jeu de plage rapporté en France par des soldats anglais va très vite plaire à ces dames de la haute société. Avant de donner naissance à de grandes championnes du volant. Histoire express des « bad » girls !

Lire plus »
Rose Nathike Lokonyen

Rose Nathike Lokonyen, le sport pour refuge

Elle n’est pas une athlète comme les autres. En 2016, Rose Nathike Lokonyen participait aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro au sein de la première équipe de réfugiés de l’Histoire. Depuis, la jeune sud-soudanaise continue de tracer sa route, utilisant le sport pour mettre en lumière le sort de ceux qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Portrait d’une sportive qui (re)vient de loin.

Lire plus »
Luc Arrondel « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Luc Arrondel : « En France, le salaire moyen d’une joueuse de foot est à peu près celui d’un footballeur des années 70. »

Économiste du sport, directeur de recherche au CNRS, Luc Arrondel s’est penché sur l’aspect business du football et plus particulièrement du foot féminin. Son livre « Comme des garçons ? » propose de mieux comprendre son essor et ses opportunités dans notre pays où la discipline conjuguée au féminin en est encore à ses balbutiements.

Lire plus »
Mondiaux de para athlétisme 2023 : en piste, les filles ! Typhaine Soldé

Mondiaux de para athlétisme 2023 : en piste, les filles !

Deuxième plus grande compétition paralympique internationale juste après les Jeux, les Championnats du monde de para athlétisme rassemblent, dès ce 8 juillet, l’élite de l’handisport au Stade Charléty, à Paris. Dix jours d’épreuves, dernier gros test avant les JOP 2024. Demandez le programme !

Lire plus »
Pole Dance

La Pole Dance, des « putains » d’héroïnes à la barre

Entre sport-performance et sport-thérapeutique, la Pole Dance met la barre haut. Cette discipline sportive et artistique à l’aura sulfureuse sortie tout droit des clubs de strip-tease (mais pas que) n’a jamais été autant d’actualité, à l’ère où les femmes reprennent possession de leur histoire, de leurs voix et de leurs corps. Le docu Netflix, « Pole Dance, haut les corps ! » suit le parcours d’Américaines de tous âges, morphologies et origines, cherchant à retrouver confiance en elles grâce à cette danse au parfum de scandale. Un parcours de combattantes puissant qui fera écho dans le cœur et le corps de chaque femme.

Lire plus »
Colette Besson, la tornade de Mexico

Colette Besson, la tornade de Mexico

Personne ne misait sur elle. Colette Besson a pourtant mis le monde à ses pieds lors des Jeux de Mexico en 1968. Engagée sur 400 mètres, la protégée d’Yves Durand Saint-Omer s’est offert, en finale, une dernière ligne droite d’anthologie pour aller décrocher les lauriers olympiques. Portrait d’une athlète qui ne manque pas d’air.

Lire plus »
Annemiek Van Vleuten, la malchance n’empêche pas l’excellence

Annemiek van Vleuten, la malchance n’empêche pas l’excellence

Depuis treize ans, elle est l’une des figures de proue du cyclisme féminin. Annemiek van Vleuten quittera les routes fin 2023, laissant derrière elle un des plus grands palmarès de l’histoire de la discipline. Mais il lui reste un deuxième Tour de France à boucler. Portrait de celle dont les échecs ont servi de carburant aux exploits.

Lire plus »

Recherche

Soyez ÀBLOCK!

Abonnez-vous à la newsletter

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner